D’autres réseaux sociaux menacés de blocage en Turquie ?

autres réseaux1Des rumeurs et des initiatives contradictoires accroissent actuellement la confusion qui est celle de la situation médiatique et cybernétique de la Turquie. Avant de partir pour une visite officielle aux Pays-Bas, le président Abdullah Gül a ne nouveau souhaité que le blocage de Twitter (cf. notre édition du 22 mars 2014) s’achève rapidement :

«J’ai demandé à mes conseillers de suivre cette affaire difficile de très près depuis qu’elle a commencé afin que l’on puisse y mettre un terme… Il n’est pas légalement possible de fermer Internet et de telles plateformes… Il s’agit bien sûr d’une situation désagréable pour un pays développé comme la Turquie qui compte dans la région et qui négocie sa candidature à l’Union européenne.»

Le président turc a confirmé que Twitter avait envoyé un juriste pour rencontrer les autorités turques. Bravant lui-même l’interdiction peu après qu’elle soit entrée en vigueur, il avait estimé sur son compte Twitter que l’interdiction durable de ce réseau social n’était pas imaginable.

Ces propos encourageants du chef de l’Etat turc doivent néanmoins être accueillis avec circonspection. Car si, au cours des deux dernières années, Abdullah Gül s’est souvent démarqué des positions les plus radicales de Recep Tayyip Erdoğan, notamment sur des questions de mœurs ou de autres réseaux2société, il n’a pas hésité non plus à «avaler des couleuvres» lorsqu’il le fallait, faisant dire à certains observateurs que, dans le couple qui serait actuellement à la manœuvre au sommet de l’État, il donnerait la version soft d’une politique dont le Recep Tayyip Erdoğan nous livrerait la version hard. De fait, après l’adoption de la récente loi règlementant Internet, le président Gül n’a pas demandé, comme il en a le droit, de nouvelle lecture du texte au parlement et a promulgué celui-ci en demandant des aménagements auxquels le parlement a procédé. Dans le contexte actuel, cette démarche «compréhensive» et «consensuelle» permettrait, selon lui, d’obtenir un assouplissement de la rigidification gouvernementale ambiante. Mais l’on peut se demander si en réalité cette posture ambiguë ne témoigne pas au mieux de la faiblesse présidentielle, au pire d’une certaine complicité.

Quoiqu’il en soit, il semble qu’Abdullah Gül se soucie des retombées économiques et internationales que peut avoir le blocage de Twitter pour la Turquie, plus que son premier ministre qui a déclaré d’emblée qu’il n’en avait cure (cf. notre édition du 22 mars 2014). Depuis l’interdiction de la plateforme de micro-blogs, les Etats-Unis ont mis en garde, à trois reprises, le gouvernement turc contre cette tentation autoritaire de s’attaquer au réseaux sociaux, que Douglas Frantz a qualifiée, sur le blog officiel du Département autres réseaux3d’État américain, le 22 mars, «d’autodafé du 21e siècle.» Pour sa part, la commissaire européenne chargée de la société numérique, Neelie Kroes (photo à gauche), a qualifié le blocage de Twitter en Turquie de mesure «sans fondement, inutile et lâche.» Dans le contexte tendu de la crise ukrainienne et des derniers développements de la situation en Crimée, il est probable que les Occidentaux seront plutôt incités à ménager leur allié turc. Il reste que l’interdiction de Twitter apparaît comme un  aboutissement de la remise en cause d’une série de principes élémentaires de l’Etat de droit (séparation des pouvoirs, indépendance du pouvoir judiciaire, liberté de communiquer sur Internet, violences policières…) qui risque de placer l’Union européenne devant un dilemme. Car, depuis les événements de Gezi (voir nos éditions sur le sujet) et le «scandale du 17 décembre», la Turquie semble s’être engagée dans une spirale autoritaire sans fin qui fait de plus en plus douter de la sincérité de ses engagements à l’égard des critères de Copenhague, en particulier de ceux qui concernent le respect de la démocratie et de la garantie des droits fondamentaux.

La question est posée avec d’autant plus d’acuité qu’en dépit des propos d’Abdullah Gül annonçant que la recherche d’une solution avec Twitter est en cours, la détermination du gouvernement turc pour encadrer plus généralement l’usage d’Internet ne semble pas faiblir. Le 22 mars, constatant sansautres réseaux4 doute que l’interdiction, loin d’arriver à ses fins, avait provoqué une augmentation très nette de l’usage de Twitter dans le pays (4,5 millions d’utilisateurs, le 20 mars, contre plus de 6 millions, le 21 mars), les autorités turques ont décidé de bloquer l’accès de Google DNS qui est le chemin le plus souvent utilisé pour contourner le blocage et accéder à Twitter. Des rumeurs font également état d’un blocage imminent de YouTube, la plateforme de mise en ligne de vidéos, qui avait déjà été  censurée pendant près d’un an en 2009-2010. Le 6 mars dernier, YouTube et Facebook ont été directement mis en cause, lors d’une émission de télévision, par le premier ministre, qui avait alors déclaré son intention de les interdire après les élections locales du 30 mars prochain. En l’occurrence, l’implication personnelle du premier ministre, qui avait annoncé le blocage de Twitter quelques heures avant qu’elle ne soit prononcée, est aussi une donnée importante à prendre en compte, qui n’incite pas à l’optimisme quant à la suite des événements.

JM


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. tiwit dit :

    « bloquer l’accès de Google DNS » –> rajouter à la liste des DNS bloqués celui de Google
    « Des rumeurs font également état d’un blocage imminent de YouTube » Ce ne sont pas des rumeurs, dans un premier temps, samedi, seuls les comptes diffusant les enregistrements voyaient leur accès bloqué depuis la Turquie. Cette impossibilité d’accès a ensuite été étendue à toute la plateforme en fin d’après-midi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *