Okmeydanı : un territoire ciblé (1/2)

« Istanbul, fais attention à ce quartier !1 »

25 mars 2014, Okmeydanı (source Internet : K24)

25 mars 2014, Okmeydanı
(source Internet : K24)

La mort à l’hôpital d’Okmeydanı le 11 mars 2014, après des mois de coma, du jeune Berkin Elvan (15 ans) – victime de violences policières le 16 juin 2013 lors de manifestations de soutien à Gezi -, suivie de ses funérailles,  puis de l’assassinat du jeune Burakcan Karamanoğlu (22 ans) dans la nuit du 12  mars, et de contre-manifestations le 13 mars  ont à nouveau placé le territoire d’Okmeydanı sous le feu des projecteurs médiatiques et politiques. Souvent qualifié de marge – et ainsi globalement stigmatisé – dans les discours dominants, Okmeydanı ne peut être réduit à ce type qualification/disqualification, dont le quotidien pro-gouvernemental Star s’est encore fait le relais en janvier 2014. Dès lors, en s’interrogeant sur ce territoire et ses modes pluriels et parfois contradictoires de construction et de représentation, on pourra ainsi suivre en acte les mécanismes de fabrique des marges dans l’Istanbul contemporain.

Une marge spatiale ?

Okmeydanı en 1882   (Extrait de la carte de Stolpe)

Okmeydanı en 1882 (Extrait de la carte de Stolpe)

Le nom de ce territoire situé en arrière de hauteurs qui dominent la Corne d’Or, la “place des arcs”, renvoie aux moments glorieux – en tout cas pour une fraction de la population et pour le pouvoir AKP –  de la conquête d’Istanbul (1453) et à des acteurs de cette conquête, les archers (Okçular). Si Okmeydanı a été une marge spatiale pendant des siècles, à la lisière des zones habitées en permanence et des cimetières (voir les extraits de cartes datées respectivement de 1882 et de 1941), depuis les années 1970, ce n’est  plus du tout le cas. Submergé par le développement urbain et haut lieu d’implantation de migrants2 dans les années 1950-1970, Okmeydanı est même à présent devenu un centre relatif, quand on replace le territoire dans l’immensité de l’aire urbaine actuelle. L’ouverture du premier périphérique autoroutier en 1973 a marqué la sortie de la marge3, en promouvant même ce territoire en nouveau nœud du système de circulation. Okmeydanı a dès lors bénéficié d’une desserte excellente, que l’ouverture du metrobüs (autobus en site propre) a consacrée : depuis septembre 2007, l’arrêt « Okmeydanı » du metrobüs renforce encore la fonction de plateforme exercée de fait par ce territoire physiquement déchiré par les infrastructures routières.

Une des principales raisons des tensions que connaît ce territoire semble liée à ce repositionnement relatif, Okmeydanı, désormais bien entouré, étant placé dans le collimateur des promoteurs de la transformation urbaine. Les hautes tours de bureaux et d’immobilier résidentiel de standing élevé de la zone de Bomonti érigées à la fin des années 2000 sont d’ailleurs très proches4, comme se rapprochent celles du secteur de Mecidiyeköy en cours de verticalisation.

Okmeydanı en 1941 (Extrait d’une carte d’État Major initialement au 1/100 000ème)

Okmeydanı en 1941 (Extrait d’une carte d’État Major initialement au 1/100 000ème)

Aussi, la question de l’accès à la propriété foncière y est-elle devenue centrale, compte tenu des perspectives de rente qui se profilent. En effet, on est dans une phase de passage, via le ministère des Finances, d’un statut de terrains appartenant à la Direction des Fondations  à celui de terrains de statut privé. À la veille des élections du 30 mars 2014, l’AKP a ainsi multiplié les promesses de régularisation et de sécurisation foncières, organisant même des séances solennelles – en présence du Premier ministre en personne – de distribution de pré-titres de propriété. Ici donc le processus opportuniste – puisque manifestement indexé à une conjoncture électorale – de consolidation d’une clientèle politique par le transfert du foncier ou la promesse de celui-ci semble encore fonctionner à plein, comme dans les années 1960-1990 (en 1988 des milliers de titres d’occupation, valant reconnaissance officielle d’une situation de fait et présentés comme une première étape vers la propriété pleine et entière avaient été vendus par le parti alors au pouvoir).

Par ailleurs, quand on regarde les choses de près on s’aperçoit qu’Okmeydanı, qui n’est pas un quartier mais un assez vague lieu-dit couvrant plusieurs quartiers administratifs (ou mahalle) et totalisant plus de 150 000 habitants, est en fait écartelé entre trois arrondissements : Beyoğlu5, Şişli6 et Kağıthane (quartier de Talatpaşa), et que chaque arrondissement, dans la limite de ses compétences, y développe une politique propre. Si, à l’échelle des arrondissements de Şişli et de Beyoğlu, Okmeydanı est une marge spatiale7, c’est un centre pour l’arrondissement de Kağıthane. Du seul point de vue de Beyoğlu, Okmeydanı représente 74 000 habitants environ, 5603 immeubles, 18 828 logements et 5478 locaux d’activité (d’après le rapport récemment publié par la mairie d’arrondissement : http://www.vatandasinokmeydani.com/images/Vatandasin-Okmeydani-Sunum.pdf). Le projet de transformation urbaine décidé par la mairie de Beyoğlu et ratifié par la grande mairie métropolitaine en août 2013 ne concerne donc qu’une partie d’Okmeydanı, territoire défini diversement par les différents acteurs, individuels ou collectifs.

Une marge religieuse ?

Parmi les déclinaisons les plus fréquentes de la stigmatisation d’Okmeydanı, vient en premier rang la déclinaison religieuse. Il s’agirait d’une “zone alévie”, c’est-à-dire d’une zone dont la majorité des habitants ne reconnaîtrait pas dans la référence sunnite. Cette allégation – lourde de conséquences négatives dans certaines conjonctures – est discutable à plusieurs niveaux. D’abord, sans parler de l’impossibilité de dénombrer la population alévie à l’aide des statistiques disponibles8,  cette allégation laisse croire à une objectivité de l’alévité (identité alévie), alors qu’il y a mille manières d’être alévi et de revendiquer cette identité (Massicard, 2005). L’alévité d’un jeune né à Istanbul – comme le petit Berkin –, celle d’une femme issue du Dersim (comme la mère de Berkin) et celle d’un immigré originaire d’un arrondissement rural de Tokat (comme le père), ne se développent pas dans le même système de pratiques distinctives. Chaque génération, chaque terroir, chaque genre, chaque classe sociale… développe son propre faciès.

Mais les journalistes et les politiques, et certains chercheurs, aiment les frontières religieuses – ainsi le lieu-dit « Yolağzı » où se sont affrontées les bandes de jeunes la nuit du 12 mars 2014 -, potentiellement conflictuelles, entre des « territoires  religieux » prétendument homogènes ; ce, au risque d’aplanir fortement les différences. Dans certains contextes, dans certains moments, les références identitaires peuvent néanmoins se simplifier et se durcir et on peut assister à un retour de la performativité des macro-identités (comme « Musulmans-sunnites » ou « Alévis »).

Dès lors, la reconstruction du “couvent des archers” (Okçular Tekkesi), peut être vue comme l’expression de la volonté du pouvoir conservateur-sunnite d’enfoncer un coin dans un territoire perçu comme hostile. En 2012, décidément ce fut une année clé pour Okmeydanı, a été inauguré en présence du Premier ministre en personne, le couvent  des archers, réplique d’un ancien couvent disparu depuis plus d’un siècle. Ce couvent, exemple flambant neuf de la politique de fabrique ex nihilo d’un patrimoine historique politiquement correct (pour l’AKP) – politique déployée systématiquement dans toute la Turquie et à Istanbul en particulier depuis 2004 -, est  situé à l’entrée d’Okmeydanı du côté de Kasımpaşa, à l’orée des cimetières. Son implantation peut être interprétée comme le signe d’une volonté de marquer le territoire et de le frapper du sceau de l’idéologie conservatrice “ottomano-turco-sunnite” à laquelle tous les habitants alentour ne s’identifient pas. Aménagé à la place d’un terrain de football de quartier et de terrains vagues, le couvent est flanqué d’un terrain de tir à l’arc, sport récemment promu comme typiquement “turco-ottoman”. Il sert pour des événements politiques  – un seul parti y ayant accès – et est géré par une fondation dirigée par des personnes pour certaines très proches du Premier ministre9.

La deuxième partie paraîtra lundi 7 avril
  1. Avertissement d’un quotidien proche des gouvernements AKP, Star, dans son édition du 13 janvier 2014; URL : http://www.aktifhaber.com/istanbulun-bu-semtine-dikkat-917216h.htm (dernière consultation, 11 mars 2014). []
  2. Les parents de Berkin sont originaires l’un de Tokat et l’autre de Dersim/Tunceli ; ceux de Burakcan sont originaires de Giresun, un département de la côte de la mer Noire ayant payé un lourd tribut à la migration anatolienne vers Istanbul (avec une concentration notable dans l’arrondissement de Beyoğlu). []
  3. Levent Elpen dans son article de 1998 (p. 25) qualifie Okmeydanı de “banlieue intérieure” (iç varoş). []
  4. Comme le souligne très justement Emine Uşaklıgil dans Bir Şehri Yok Etmek. İstanbul’da Kazanmak ya da Kaybetmek, Istanbul, Can, 2014, p. 134.  []
  5. Les quartiers de Fetihpaşa, Fetihtepe, Piyale Paşa et, au nord du E5, Örnektepe. []
  6. Essentiellement le quartier de Mahmut Şevket Paşa, où se trouve le centre cultuel/culturel alévi (Cemevi) où a été organisée une cérémonie à la mémoire de Berkin Elvan le 12 mars, auquel on peut ajouter celui de Halil Rıfat Paşa. []
  7. Okmeydanı se situe dans la continuité de Kasımpaşa, territoire conservateur-nationaliste-religieux. Le vaste cimetière de Kulaksız fait office de frontière ou de zone-tampon entre ces deux sous-ensembles. []
  8. Voir notre : “Contexte et formes des renouveaux alévis à Istanbul (1990-2000)”, Multitudes/Altyazı, nº1, juin 2002, Paris, CFAIT, p. 23-30 [URL : https://www.academia.edu/4938351/Contexte_et_formes_des_renouveaux_alevis_a_Istanbul]  []
  9. Voir à ce sujet G. Perrier « Deux enfants tués dans le jardin d’Erdoğan » http://istanbul.blog.lemonde.fr/2014/03/14/deux-enfants-tues-dans-le-jardin-derdogan/ et la coupure de presse ci-contre extraite du journal Radikal Ok yaydan çıktı []

Jean-François Pérouse

Géographe Directeur de l'Institut Français d'Études Anatoliennes

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 9 avril 2014

    […] Lire la première partie […]

  2. 5 mai 2014

    […] et réflexions -Jean-François Pérouse, Okmeydanı : un territoire ciblé (1e partie) (2e partie) -Julien Boucly, Retour sur la campagne électorale du BDP à Diyarbakır (1e partie) […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *