Okmeydanı : un territoire ciblé (2/2)

Une marge politique ?

Lire la première partie

Dans les discours dominants, le territoire d’Okmeydanı est souvent aussi décrit voire stigmatisé comme une marge politique qui serait sous le strict contrôle d’organisations de la gauche radicale, comme le DHKP-C1 ayant revendiqué le meurtre du 12 mars 2014 au soir.

Mur d’Okmeydanı, M. Şevket Paşa Mahallesi, 24 mars 2014 (photo Jean-François Pérouse)

Mur d’Okmeydanı, M. Şevket Paşa Mahallesi, 24 mars 2014 (photo Jean-François Pérouse)

Sur les murs des rues d’Okmeydanı les slogans d’organisations de la gauche radicale « légale » ou « illégale » font florès et depuis plusieurs années les autorités semblent avoir renoncé à les effacer.  Les énumérer de manière exhaustive serait fastidieux, tant elles sont nombreuses et sujettes à variations ; mentionnons entre autres : SPB2, HÖC3, MLKP4, ESP5 SODAP6, LDG7, SDP8, SYKP9, BDSP10, et FKBC11…. Ce qui est sûr c’est qu’Okmeydanı est pour ces groupuscules un territoire d’expression et de référence. Parmi ceux-ci, Halk Cephesi12 (ou « Front Populaire ») est actuellement l’organisation la plus visible, comme elle l’est dans d’autres territoires de la contestation radicale, Gülsuyu (arrondissement de Maltepe), Gazi (Sultangazi), Küçük Armutlu (Sarıyer), Bir Mayıs (Ümraniye) ou Sarıgazi (Sancaktepe). Apparue il y a seulement quelques années, Halk Cephesi est une organisation influente dans les lycées et dans la jeunesse de socialisation alévie, fortement apparentée dans son style assez paramilitaire et ses références au DHKP-C, plus ancienne organisation de la gauche radicale turque (dont la création remonte au début des années 1980, mais dont les références puisent dans des figures des années 1970’s et dans les mouvements THKP-C et Dev-Yol13 ).

Toutes ces organisations – souvent concurrentes, parfois même violemment rivales14 – participent à la fabrique d’identités contestatrices locales segmentées, en construisant leur propre calendrier d’activités et de commémorations (comme celles des nombreux morts dans les grèves de la faim de 1996 et de 2000-200515 ), en promouvant leurs propres figures  héroïques, leur propre référentiel d’action et leurs propres lieux-repères. Elles ont leurs martyrs – depuis les militants tués dans les années 197016, jusqu’aux victimes de la répression policière lors des soulèvements de Gezi17, tous fidèlement vénérés et offerts à l’identification de la jeunesse. Ainsi le jour des obsèques de Berkin Elvan correspondait au jour de commémoration des événements de Gazi du 12 mars 1995 (au cours desquels plus de vingt personnes ont perdu la vie). Le Front Populaire dispose ainsi d’un centre culturel à Okmeydanı (le Centre Culturel İdil18 ) et d’un parc sanctuarisé19, lieux d’une socialisation alternative, d’une revue, Yürüyüş ((A pris la succession de “Justice et Travail” (Adalet ve Emek), qui avait lui-même succédé à “Patrie” (Vatan) “Peuple libre” (Özgür Halk) et à “Libération” (Kurtuluş). )) (Marche), et d’un groupe de musique-fétiche Yorum. Le récit produit par ces organisations recrutant dans la jeunesse populaire urbaine non sunnite sur Okmeydanı entre en concurrence avec le récit diffusé par les pouvoirs publics.  Et face au « Front Populaire », le groupe plus nationaliste-conservateur dénommé « Kasımpaşa 1453 » (encore cette référence obsessive à la conquête, constitutive de l’identité politique  conservatrice) dont était familier le jeune Burakcan, porte d’autres références, d’autres symboles, plus en phase avec les pouvoirs publics et la municipalité locale de Beyoğlu (dont le maire a fait le voyage pour l’enterrement20 du défunt, dans son lointain arrondissement d’origine).

Une marge ethnique ?

Le registre ethnique est aussi souvent convoqué par les discours de stigmatisation de territoires ou de populations. Mais malgré la présence visible d’organisations du « mouvement kurde21 » et les inscriptions denses sur les murs des quartiers de Mahmut Şevket Paşa et de Piyale Paşa (KCK, HPG, KÖH22 …), Okmeydanı résiste sur ce plan aussi. La stigmatisation « kurde » n’y est guère possible ou alors est le fait de personnes  qui ne connaissent rien à la complexité de ce territoire. À l’instar de la famille de Berkin, les mariages se font moins selon une logique « ethnique » que selon une logique de classe (on y reviendra dans notre dernier point), d’ethos ou de famille élargie. Si la mère de Berkin est une Kurde du Dersim – nous n’entrerons pas ici dans les polémiques à notre sens assez stériles sur la kurdicité des Kurdes zaza du Dersim -, son père est un « Turc » de Tokat (de Kızıldere, l’arrondissement où ont été tués Mahir Çayan et ses compagnons en mars 1972). La macro-identité « kurde » souvent conférée à des individus ou à des groupes – et parfois, pire, à des territoires – n’a donc pas grand sens ; elle n’est pertinente que pour ceux qui procèdent à ces amalgames ou dans une logique réactive (d’intégration/appropriation du stigmate).

Un mode de stigmatisation demeure – très utilisé par ceux qui s’estiment « Vieux Stambouliotes » et parfois même à ce titre seuls habitants légitimes de la ville-monde, celui qui vise les migrants23 installés à partir des années 1950, et leurs enfants et petits-enfants. La qualité de migrants peut coller à la peau, des générations après, si le décollage socio-économique ne s’est pas opéré. Or Okmeydanı peut être en partie caractérisé comme un « territoire-trappe » dont on échappe difficilement « par le haut », c’est-à-dire par un changement de statut.

Une marge économico-juridique ?

À l’analyse, plus que la supposée ethnicité, c’est une condition commune, celle de migrants de l’intérieur alimentant le marché du travail précaire, qui fait potentiellement lien. La conversation téléphonique entre les pères des défunts du 11 mars et du 12 au soir, entre le père de Berkin et celui de Burakcan – originaire d’Alucra (arrondissement du département de Giresun) -, a prouvé qu’au-delà des étiquetages « identitaires », la proximité de condition avait sa force propre.

Okmeydanı est un territoire marqué par l’omniprésence de l’économie non déclarée – dans chaque rue on entend nuit et jour  le bruit des ateliers de confection – et donc des formes précaires de travail. Le père de Berkin travaille dans un de ces innombrables ateliers textile du territoire et sa mère fait des ménages çà et là : sans assurance sociale d’État, sans salaire minimal d’État, ils sont locataires dans un de ces immeubles mal construits lors de la furie de densification du bâti. Sans avoir pu accumuler, ils vivent au jour le jour, ne pouvant compter que sur les protections rapprochées – hors du système étatique ou paraétatique24 d’assistance – de la famille élargie et de divers réseaux.

Pour autant, il n’y a pas que des locataires à Okmeydanı. Le territoire compte aussi plus d’un tiers de ménages qui sont propriétaires de leur logement, sans l’être toutefois nécessairement du sol où leur immeuble est implanté. D’où l’enjeu de la distribution des titres de propriété foncière pour les pouvoirs locaux assurés de consolider leur clientèle politique par là. Les statuts sont donc différenciés et sujets à modifications ; d’où l’impossibilité de réduire ce territoire à une marge économico-juridique ; surtout compte tenu des perspectives de régularisation foncière – qui suscitent jalousies et intrigues – et des perspectives de valorisation de terrains bien situés à l’échelle de l’ensemble de la métropole et de plus en plus convoités par les investisseurs de tout acabit.

Okmeydanı n’est donc une marge que pour ceux qui en restent aux représentations datées – par rapport aux évolutions et recompositions urbaines, comme par rapport aux dynamiques économiques – ou qui acceptent les stigmatisations inlassablement véhiculées par certains discours politiques et médiatiques. C’est en fait un territoire travaillé par des logiques centripètes et centrifuges à la fois, un territoire doté de ses propres dynamiques d’organisation interne et résonnant parfois violemment à des événements externes, appropriés et réinterprétés localement (comme après la mort en Syrie du nord en septembre 2013 de Serkan Tosun, un jeune militant du MLKP originaire d’Istanbul).

Quoi qu’il en soit, le cas d’Okmeydanı s’avère fort révélateur des mécanismes de production discursive – à effets performatifs évidents – de la marge dans la Turquie contemporaine, qui combinent des facteurs multiples d’institution de la différence et tendent à reproduire une certaine idée de ce qui fait centre. La « place de l’arc » est bien dorénavant la cible de nombreuses et contradictoires stratégies d’appropriation physique et symbolique.

  • Abay Önder, « Birbirlerini yaralarından tanıyanların mahallesi : Okmeydanı », Birgün, 17 Mart 2014, p. 2.
  • Altan  Ertan, « Cenazelerden cenaze beğenmek », Taraf, 14 Mart 2014, p. 8.
  • Ayanoğlu İ. F., 1974, Okmeydanı ve okçuluk tarihi, İstanbul: Vakıflar Genel Müdürlüğü Yayınları.
  • Elpen Levent, « Fatih’in Vakfı Ok Meydanı », İstanbul Dergisi, avril 1998, p. 20-28.
  • İşli H. Necdet, “Okmeydanı”, Geçmişten günümüze Beyoğlu, Cilt. I, İstanbul, Koç, p. 253-281.
  • Kızıltan Fikret (2004) « Varoşlar üzerine notlar-II. Okmeydanı deneyimi”, Yol, Mart 2005, N°5, p. 76-88.
  • Massicard Elise (2005), L’Autre Turquie : Le mouvement aléviste et ses territoires, Paris, PUF (Proche Orient).
  • Saymaz İsmail, “Okmeydanı kimseye mezar olmasın”, Radikal, 24 mars 2014, p. 6-7.
  1. Front du Parti Révolutionnaire et Populaire de Libération (1984) []
  2. Union pour la Propagande Armée (1969) []
  3. Front des Droits et des Libertés (depuis 1968) []
  4. Parti Communiste Marxiste-Léniste (fondé en 1994). []
  5. Plate-forme socialiste des Opprimés (émanation légale du MLKP). []
  6. Plate-forme pour l’Entraide Socialiste (instituée en 2004), se réclamant du théoricien H. Kıvılcım. []
  7. Jeunesse Révolutionnaire Lycéenne (ancienne organisation remontant à la fin des années 1960) []
  8. Parti Socialiste pour la Démocratie (très présent sur la scène de Taksim au mois de juin 2013), apparu en 2003 ; proche du “mouvement kurde”. []
  9. Parti Socialiste pour la Refondation. []
  10. Plate-forme Indépendante de la Classe Révolutionnaire. []
  11. Front Uni Contre le Fascisme ; voir : https://twitter.com/birlesik []
  12. Sur ce mouvement dénommé en fait “Front Populaire des Patriotes Révolutionnaires”, voir cette page : https://www.facebook.com/DevrimciYurtseverCephe []
  13. Dev-Yol ou “Voie Révolutionnaire” : groupe politique de gauche  radicale apparue en 1974, dans  la continuité du THKP-C. []
  14. Au printemps 2007 des affrontements très violents ont même eu lieu à Okmeydanı entre des sympathisants du HÖC et des sympathisants du “mouvement kurde”. Depuis ces événements, aucune action commune ne semble possible entre toutes les composantes de l’opposition radicale. Sur cette question de la difficulté – entretenue ? – à constituer un front commun large même à l’échelle d’un quartier, voir pour un autre quartier : https://www.academia.edu/5234486/_Katmerli_magdurlarin_muhalif_olma_hakki_yok._Ayazmada_neden_yerel_bir_muhalefet_olusamadi []
  15. Commencée le 29 octobre 2000, cette interminable et meurtrière grève de la faim contre les prisons d’isolement est désignée par le DHKP-C comme la “Grande Résistance”. Elle a fait plus de 130 morts en tout (si l’on compte à la fois les décès de grévistes à l’intérieur des prisons, à l’extérieur – comme à Küçük Armutlu –  et les trente victimes de l’opération armée du 19 décembre 2000 contre les prisonniers en grève). []
  16. Comme Mahir Çayan, leader de Dev-Genç (“Jeunesses Révolutionnaires”, formées en 1969) et membre du THKP-C (dont se réclame le DHKP-C), tué lors d’un affrontement avec les forces de sécurité le 30 mars 1972. []
  17. Parmi eux citons Mehmet Ayvalıtaş, jeune du quartier de Bir Mayıs, écrasé intentionnellement par une voiture le 2 juin 2013,  alors que des manifestants du quartier tentaient de bloquer l’autoroute proche pour rejoindre Taksim à pied, au moment des plus importantes manifestations de Gezi. La mort de Berkin Elvan a eu pour conséquence d’ajouter un nom au panthéon des “martyrs”. []
  18. İdil, du nom d’une jeune militante du DHKP-C – Ayçe İdil Erkmen – morte dans les grèves de la faim de 1996. []
  19. Le parc porte officieusement le nom d’un “martyr”du DHKP-C, Sibel Yalçın, jeune (18 ans) militante tuée au cœur de l’arrondissement de Şişli en juin 1995 devant le siège d’un parti de centre-droit, après avoir abattu un jeune policier. []
  20. À signaler que Sedat Peker, une figure redoutable de la pègre stambouliote (partisane du panturquisme), qui venait de sortir de prison, a participé ostensiblement aux manifestations en mémoire du jeune Burakcan… et envoyé une gerbe remarquée à ses obsèques en province. []
  21. Expression utilisée pour décrire l’ensemble des composantes de l’opposition kurde en Turquie, des composantes illégales aux composantes légales, sachant que cette distinction a dans la réalité une valeur limitée. []
  22. Mouvement Kurde de Libération: expression  générique. []
  23. Les départements qui ont alimenté la migration vers Okmeydanı sont situés en majorité au centre-est du pays (Tokat, Sivas, Tunceli/Dersim, Erzincan… ). []
  24. Par système paraétatique on entend la nébuleuse d’associations et de fondations conservatrices auxquelles l’AKP a délégué une partie des politiques sociales, dans un partenariat avec des entrepreneurs privés. L’allégeance idéologique et la redevabilité des bénéficiaires sont des conditions du bon fonctionnement du système. []

Jean-François Pérouse

Géographe Directeur de l'Institut Français d'Études Anatoliennes

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vous aimerez peut être aussi...

2 Réponses

  1. 7 avril 2014

    […] La deuxième partie paraîtra lundi 7 avril […]

  2. 1 juin 2014

    […] rencontrée en mars dernier à la cemevi – le lieu de culte des Alévis – du quartier populaire d'Okmeydani où la famille de Berkin Elvan (14 ans) donnait le premier de la série de repas traditionnels de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *