Retour sur la campagne électorale du BDP à Diyarbakır (1/2)

P1070406Cette note se propose non pas de revenir sur les résultats des élections municipales, mais de rendre compte des discours promotionnels et des manières de mener campagne du parti de la paix et de la démocratie (Barış ve Demokrasi Partisi, BDP). À Diyarbakır, les élections municipales étaient jouées d’avance pour le BDP, convaincu de remporter les scrutins au-delà de la majorité absolue des suffrages dans la capitale kurde. Pourquoi devraient-elles pourtant attirer notre attention ? Parce que la perspective de cette victoire assurée, loin de rendre la campagne du BDP morne et discrète, a constitué l’opportunité de promouvoir ses innovations. C’est donc porté par la curiosité des manières de faire la politique à l’Est de la Turquie que nous avons recueilli les propos et suivi les activités des militants du bureau de campagne du quartier de Musa Anter, dans l’arrondissement de Kayapınar, l’une des dix-sept mairies dépendantes de la municipalité métropolitaine de Diyarbakır.

Quelques mois avant les élections, Abdullah Öcalan, dirigeant du Parti des Travailleurs du Kurdistan (Partiya Karkerên Kurdistan, PKK) emprisonné depuis 1999 et aujourd’hui encore largement considéré à Diyarbakır comme le leader du mouvement kurde, déclarait espérer une victoire à Diyarbakır avec 70% des suffrages. Pourtant, les militants du BDP répétaient allègrement mener leur campagne électorale dans la perspective de surpasser ce score. Cet objectif traduit l’ambition d’endiguer la progression du Parti de la Justice et du Développement (Adalet ve Kalkınma Partisi, AKP), parti au pouvoir ayant remporté 31,3% des suffrages lors des dernières municipales. Mais cette élection suscitait aussi l’espoir d’affirmer la domination du parti sur l’ensemble de la région. La réforme des municipalités métropolitaines adoptée en novembre 2012 (voir l’édition Dipnot du 19 novembre 2012), laissait à supposer pour le BDP une victoire aisée à la nouvelle municipalité métropolitaine de Mardin et une consolidation de son implantation à Van. Quelques militants évoquaient sans trop y croire la conquête de Gaziantep contre l’AKP et tous voyaient en Şanlıurfa le défi capital de ce scrutin.

Mais cette campagne constituait avant tout l’opportunité de découvrir avec les résidents de Diyarbakır le projet du BDP pour la ville même, et de prendre part aux activités proposées par le parti (débats publics, événements festifs et autres opérations militantes) investissant l’espace public de manière constante au cours des deux mois précédant le scrutin. Son observation nous incite à questionner la réduction de ce parti au seul intitulé de « Parti kurde » ; le facteur identitaire étant trop souvent et trop hâtivement considéré comme la seule donnée d’importance à même d’expliquer les événements politiques dans le Sud-Est. Bien sûr, le facteur kurde est au centre de la campagne du BDP, mais il apparaît dans la vie politique de Diyarbakır moins comme un argument identitaire que comme la volonté d’instituer une politique locale.

La campagne municipale fait tout d’abord écho aux revendications traditionnelles kurdes concernant notamment les droits linguistiques et la modification du traitement imposé aux prisonniers politiques kurdes. Le mois de février 2014 a vu l’organisation de nombreuses manifestations exigeant le réaménagement des conditions de détention ou la libération de prisonniers âgés dont la situation médicale se dégradait gravement. Par ailleurs, une pétition pour la libération d’Abdullah Öcalan a été lancée dans l’ensemble de la Turquie. À Kayapınar, les militants l’ont fait circuler au porte-à-porte pendant plusieurs semaines en évoquant chaque soir l’espoir d’atteindre un million de signatures.

OcalanDu 13 au 16 février, un rassemblement au sein duquel tout esprit festif semblait banni commémorait le quinzième anniversaire de l’arrestation du chef du PKK au Kenya, dénonçant à forte voix « le complot international » (uluslararası komplosu). Les festivités du Newroz, fête du printemps devenu un véritable événement politique kurde, ont finalement vu Sırrı Süreya Önder, candidat du parti de la démocratie des peuples (Halkların demokrasi partisi, ou HDP, parti issu d’une alliance entre le BDP et divers partis de gauche, afin de mener campagne à l’ouest de la Turquie) à la municipalité d’Istanbul, délivrer le traditionnel message du leader emprisonné. Mais passons rapidement sur ce rassemblement, celui-ci n’intégrant que peu l’enjeu des élections municipales et ne mettant pas en valeur les spécificités de la politique du BDP en campagne.

Car contrairement à ce qu’a laissé voir la tournée nationale du premier ministre Recep Tayyip Erdoğan, donnant aux élections l’allure d’un référendum national, la campagne de Diyarbakır a traduit l’orientation du BDP en direction de la politique locale. Et pour cause, sa représentation nationale ne lui permettant pas d’influer directement sur la politique de l’État, le parti exerce dans les mairies sa seule position de pouvoir. La campagne municipale a donc bien été le moment de promotion d’un projet politique à Diyarbakır et consacré à la ville, davantage qu’une nouvelle opportunité de traiter de la question kurde. Nous voulons évoquer quelques leitmotivs de ce programme, ceux ayant fait l’objet des discours les plus récurrents et ayant suscité notre intérêt, notamment parce qu’ils semblaient transcender le cadre des revendications kurdes.

Il faut d’abord évoquer la promotion ininterrompue de la parité et du rôle de la femme dans la vie politique. Le BDP et le HDP ont en effet placé cet argument politique au cœur de la campagne en mettant en place un système de « candidature conjointe » (eşbaşkan adayları) proposant que l’élection d’un des candidats entraîne la prise de fonction d’une femme et d’un homme à la tête de la mairie, au sein de laquelle les décisions seraient prises en binôme. N’ayant ni l’ambition de donner un aperçu des pratiques du pouvoir du BDP en tant que telles, ni de traiter des questions de genre à Diyarbakır, nous voulons ici seulement noter l’impact de cette innovation dans la vie de campagne électorale. Les déclarations publiques, de la présentation du programme de la mairie métropolitaine jusqu’à l’ouverture de débats devant le bureau de campagne du quartier de Musa Anter, sont effectuées en duo.

candidates

La « journée internationale de la femme travailleuse » (dünya emekçi kadınlar günü) célébrée le samedi 8 mars a vu le rassemblement des dix-huit femmes candidates de Diyarbakır sur l’estrade installée devant la mosquée du Sümer Parkı. Réintégrons le facteur kurde en relevant que cet événement est aussi l’occasion de réaffirmer le rôle des femmes martyres dans la lutte kurde : les trois femmes assassinées à Paris le 9 janvier 2013 étaient ainsi les icônes les plus brandies parmi la foule. Enfin, le rôle politique de la femme a aussi été mis sur le devant de la scène au cours du cycle de consultations publiques institué un mois avant les élections.

Seconde partie de l’article (parution 15/04/2014)

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 18 avril 2014

    […] 15 avril 2014 Par julien boucly Lire la première partie […]

  2. 13 octobre 2015

    […] et d’un certain nombre de municipalités à forte population kurde. Cf. notre édition : http://ovipot.hypotheses.org/10150 )) ) dans la mobilisation a pu élargir ses revendications à la protection de la nature et de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *