Le gouvernement turc mis en cause après la catastrophe minière de Soma

Soma

(pour une mise en contexte de la catastrophe de Soma, cliquez ici)

Depuis trois jours, la Turquie vit sa plus grande catastrophe minière et probablement le plus grand accident industriel de son histoire. Le 13 mai, dans la mine Soma, située dans la province de Manisa, dans l’ouest du pays, un coup de grisou, suivi d’un violent incendie, a causé la mort de plus de 200 mineurs, tandis que plus d’une centaines d’entre eux restaient prisonniers sous terre. Le dernier bilan fait état de 282 morts. L’accident minier le plus grave jamais enregistré en Turquie remontait à 1992, dans la province de Zonguldak, où une catastrophe similaire avait fait 263 victimes.

Trois jours de deuil national ont été décrétés par le gouvernement qui a néanmoins très vite été pointé du doigt par des critiques émanant de responsables politiques et d’experts, rappelant qu’un député CHP de Manisa, Özgür Özel, avait demandé très récemment une enquête parlementaire sur la sécurité dans l’ensemble des mines de la région, mais que cela avait été refusé par l’AKP qui avait même demandé que cette question soit retirée de l’ordre du jour du parlement. En 2010, un rapport de l’union des chambres des ingénieurs et architectes (Türk Mühendis ve Mimar Odaları Birliği – TMMOB) avait aussi mis en garde contre les dangers prévalant dans cette mine, en raison notamment de son fort taux de méthane et de l’insuffisance des mesures de sécurité prises. Le rapport en question concluait notamment qu’on ne pouvait pas continuer l’exploitation de cette mine, récemment ouverte, sans disposer de plus d’informations sur ses dangers potentiels. La découverte par les sauveteurs, le 15 mai dernier, dans une chambre de secours, des corps de 14 mineurs, piégés sous terre, a révélé que la mine ne possédait qu’une seule chambre de secours, de surcroît très mal équipée, alors même que son propriétaire avait prétendu qu’il y en avait 5 parfaitement en état de fonctionner, lors d’une interview dans le journal Dunya, en avril dernier. On observe enfin que la Turquie, qui reste un important pays minier, n’a toujours pas ratifié la convention de protection des mineurs de l’Organisation International du Travail dont la signature remonte à 1995.

Le gouvernement a très mal réagi à la catastrophe de Soma. Dans les premières heures, le premier ministre, en particulier, a tenté de faire prévaloir l’idée qu’elle était la conséquence d’un risque fatal et inhérent au travail des mineurs, risque qui aurait marqué, depuis toujours, l’histoire de l’exploitation des mines de charbon. De façon fort peu opportune, il s’est livré à une longue énumération des accidents miniers les plus graves survenus au Royaume-Uni au 19e siècle ou aux Etats-Unis, en France et en Chine au 20e siècle, pour conclure que «cela était habituel», avant d’affirmer qu’il y aurait une enquête pour connaître les causes du drame, mais que d’ors et déjà la mine de Soma «était l’une des plus sûre» du pays. Eu égard aux turpitudes précédemment révélées, cette désinvolture étonnante pour un chef de gouvernement, a provoqué la colère des mineurs et de leurs familles. Ainsi, lorsqu’il s’est rendu sur les lieux du drame, le 14 mai, le premier ministre a été copieusement sifflé ou hué tandis que des affrontements opposaient les mineurs, qui demandaient la démission du premier ministre, aux forces de police présentes. Dans ce contexte houleux, un conseiller de Recep Tayyip Erdoğan n’a pas hésité à se mêler aux bagarres gratifiant de plusieurs coups de pied un manifestant à terre qui était appréhendé par les forces de sécurité, alors que le premier ministre en personne aurait eu une altercation avec un jeune homme dans des circonstances encore mal élucidées. Cet incident intervient quelques jours à peine après que Recep Tayyip Erdoğan ait failli en venir aux mains avec le président du barreau des avocats parce que ce dernier avait critiqué le gouvernement dans un discours, lors d’une cérémonie d’anniversaire au Conseil d’Etat. Il révèle le climat de tension qui règne au sommet de l’Etat où le premier ministre ne supporte plus la critique particulièrement lorsqu’elle le vise en personne.

La catastrophe de Soma a sorti la Turquie de la torpeur politique relative dans laquelle elle paraissait devoir s’enfoncer après la nouvelle victoire de l’AKP aux élections locales le 30 mars dernier, montrant que le gouvernement est toujours susceptible d’être confronté à de vives contestations sociales, quels que soient ses succès électoraux. Des manifestations de solidarité ont d’ailleurs éclaté dans les grandes villes, notamment à Ankara, Istanbul et Izmir. Ce désastre minier renvoie une fois de plus l’image d’un pays mal à l’aise dans son développement où les droits sociaux n’ont manifestement pas suivi la croissance économique enregistrée au cours des dernières années, et où le gouvernement, fort de ses victoires électorales, semble peu se préoccuper d’établir un dialogue suivi avec les différents secteurs de la société. En tout cas, pour Recep Tayyip Erdoğan, cette nouvelle affaire survient à un mauvais moment, celui où il s’apprête à déclarer sa candidature pour l’élection présidentielle d’août prochain. Le choc provoqué par ce drame minier et par la réaction du premier ministre risquent de devoir obliger celui-ci à reporter encore ses projets pour l’instant.

JM


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. vimaro dit :

    J’aime bien vos articles, continuez à écrire !
    Sur la forme, une mini-coquille à signaler : « d’ores et déjà » au lieu de « d’ors et déjà »

  2. franco dit :

    La Turquie est un pays en phase de développement certes, les accidents/catastrophes arrivent malheureusement dans beaucoup de pays en développement et développé, n’oublions pas l’explosion de l’usine AZF à Toulouse,usine chimique de Flixborough en Grande Bretagne. cette mine n’appartient pas à l’état, les responsables sont les dirigeants, directeurs, de la mine.
    L’état fait le nécessaire pour éclaircir cette tragédie.
    M. Recep Tayyip Erdogan à mis 28 procureurs sur cette affaire et beaucoup d’interpélation ont eux lieux. Pour info accident AZF (21/09/2001), délibération septembre 2012 donc 11 ans pour un procès.
    Je dit bravo à M. R.T.E pour la machine judiciaire et aide aux victimes de l’accident.

  1. 16 mai 2014

    […] n’est d’ailleurs pas de notre ressort – ou les effets politiques de celle-ci, au-delà des aspects événementiels, il nous semble utile de rappeler quelques éléments qui peuvent permettre de mieux comprendre […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *