Il y a un an… les événements de Gezi, dans trois mois… l’élection présidentielle

Taksim gezi olaylari yildonumuLa journée du 31 mai a été marquée par la tenue de manifestations à Istanbul et dans plusieurs villes de Turquie (Ankara, Antalya notamment) tentant de célébrer le premier anniversaire du début des événements de Gezi. À Istanbul, où la place Taksim et la fameuse promenade de Gezi, étaient interdites d’accès, des groupes de plusieurs centaines de personnes ont essayé de se rassembler sur Istikal Caddesi, la Tarlabaşı ou la Cumhuriyet Caddesi. À Ankara, c’est la place Kızılay qui a été le théâtre de regroupements rapidement dispersés. À Antalya quelques tentes ont été dressées à proximité du minaret cannelé. Les manifestants étaient attendus par un déploiement important de forces de l’ordre et de canons à eau (25 000 policiers et 50 TOMA rien qu’à Istanbul). Dans la matinée, Recep Tayyip Erdoğan avait prévenu les manifestants :

«On ne vous laissera pas accéder à ces lieux comme ce fut le cas l’an dernier. La police a reçu des ordres très stricts.»

Le premier ministre n’avait pas hésité à évoquer aussi à nouveau un complot de la confrérie Gülen. Si les activistes du mouvement de Gezi et beaucoup de ceux qui y ont participé l’année passée de près ou de loin, n’ont donc pas pu célébrer cet anniversaire comme ils l’avaient espéré, l’effervescence qui perdure en Turquie depuis un an, est loin d’être définitivement éteinte. En tout état de cause, un an plus tard, un rappel des événements s’impose à la lueur des perspectives politiques qui se dessinent par ailleurs.

Plusieurs semaines de contestation dans toute la Turquie

Au cours de la dernière semaine de mai 2013, des manifestants occupent la promenade arborée de Gezi à Istanbul, prétendant empêcher la destruction de cet espace vert programmé dans le cadre du anniversaire Gezi2réaménagement piétonnier de la place Taksim. Le 31 mai, la police tente de déloger les occupants et, dans la nuit qui suit, des émeutes éclatent dans les quartiers adjacents. Rapidement ce mouvement mobilise de multiples secteurs de la société civile : étudiants, supporters de club de football, formations d’extrême-gauche, associations de défense des droits de l’homme, musulmans anticapitalistes, jeunes kémalistes, alévis… C’est le début de plusieurs semaines d’une contestation qui va affecter non seulement Istanbul mais la presque totalité des provinces turques (cf. nos éditions, EM, JM, du 1er juin 2014, et de nombreux articles et études dans ce blog). Après le monde arabe, la Turquie connaît-elle à son tour son printemps ? En dépit du raccourci que l’on est tenté d’opérer et du rôle central que joue à Istanbul et à Ankara des occupations de lieux symboliques qui ne sont pas sans rappeler celles de la place Tahrir ou place de la Perle, il faut bien convenir que les événements de Gezi présentent une spécificité forte qui les démarquent aussi du phénomène des Indignés, en particulier de l’occupation de la Puerta del Sol, à Madrid, deux ans plus tôt. Si le mouvement dépasse très largement le sort des seuls arbres de Gezi, la mobilisation que ces derniers provoquent est révélatrice d’un pays divisé où une partie de la population ne supporte plus la course aux réalisations grandioses dans laquelle l’AKP s’est engagée depuis plusieurs années. Les réaménagements urbains et les grands travaux incarnent la volonté de transformation radicale d’un gouvernement au pouvoir depuis plus d’une décennie qui, fort de ses résultats électoraux, ignore désormais les voix discordantes. En dehors d’affrontements fréquents et spectaculaires avec la police (il y aura 8 morts et plusieurs milliers de blessés), les événements de Gezi prennent souvent, un peu comme Mai 68, un aspect festif ou créatif. Les manifestants récupèrent à leur profit l’appellation de «pillards» (çapulcu) dont les a d’emblée gratifiés Recep Tayyip Erdoğan. Des expositions, des concerts, des débats se tiennent sur les lieux occupés. On assiste à des initiatives originales : celle de l’homme arrêté (Duran Adam), des heures durant en pleine rue, ou celle des «liseurs», qui font face aux forces de l’ordre…

Un an d’effervescence politique

Fin juin, le mouvement s’essouffle et donne l’impression que le gouvernement a repris la main. Saisissant l’opportunité du contexte, Recep Tayyip Erdoğan se met d’ailleurs à faire l’amalgame entre les manifestations de Gezi et celles qui ont renversé Mohamed Morsi, en Égypte. Vouant aux gémonies les réseaux sociaux qui occupent une place importante dans ce genre de contestation, le premier ministre ne manque pas une occasion de rappeler sa légitimité électorale. Soulignant qu’il a été reconduit à la tête du gouvernement après une 3e victoire consécutive aux élections législatives de 2011, il affirme avoir toujours le soutien de la Turquie profonde. Tout cela ne suffit pas à faire taire définitivement la révolte. Le feu couve sous la cendre dans les mois qui suivent… Les étudiants de l’Université technique du Moyen-Orient à Ankara se mobilisent, pendant l’été, pour empêcher une anniversaire Gezi3route de traverser leur campus. Des manifestions font un mort en septembre à Antakya. À la fin de l’année 2013, un scandale important ébranle le gouvernement, obligeant 4 ministres à démissionner. Le sort des victimes de Gezi (manifestants jugés, blessés ou décédés des suites de leurs blessures) suscite des mouvements sporadiques plus ou moins importants. Le 13 mai 2014, la catastrophe minière de Soma (301 morts), mobilise certes des secteurs différents de la société (travailleurs, mineurs), mais l’attitude du gouvernement à leur égard n’est pas sans rappeler les postures officielles fermées qui avaient fait suite au mouvement de Gezi (cf. notre édition du 16 mai 2014). Cette fois les mineurs en colère, qui huent le premier ministre lorsqu’il leur rend visite à Soma, ne sont pas traités de Çapulcu, mais de «sperme d’Israël», tandis que l’un des conseillers du premier ministre est filmé en train de donner des coups de pied à un manifestant à terre.

Douze ans de succès électoraux pour l’AKP…

Il faut dire que l’autisme du parti au pouvoir et de son leader en particulier n’a pu qu’être conforté par une nouvelle victoire électorale. Le 30 mars 2014, l’AKP avec plus de 44% des voix a amélioré son score des élections locales précédentes de 2009. Recep Tayyip Erdoğan ne pense déjà plus qu’à la anniversaire gezi4présidentielle d’août 2014 et ne supporte pas de voir son agenda politique perturbé par des mouvements auxquels il dénie toute légitimité politique. Ainsi va l’évolution d’un pays où des aspirations sociales nouvelles s’expriment, sans pour autant générer des forces politiques capables de les incarner efficacement dans les compétitions électorales. Il est probable qu’une part non négligeable de l’électorat de l’AKP perçoit les turpitudes de la formation majoritaire et ses limites dans la gestion des mouvements sociaux depuis un an. Mais ces mêmes électeurs, globalement contents de leur sort, n’entendent pas en tirer les conséquences quant à l’orientation de leur vote. Dans un tel contexte, l’élection du président de la République au suffrage universel risque de conforter une polarisation qui imprime un caractère clivant à tous les débats politiques et donne une dimension plébiscitaire à toutes les consultations électorales (cf. notre édition du 7 mai 2014).  Recep Tayyip Erdoğan n’a toujours pas déclaré sa candidature et, selon le vice-premier ministre Bülent Arınç, devrait le faire le 15 juin prochain. Sachant qu’il n’aura pas d’adversaire à sa mesure, le premier ministre a désormais le temps de voir venir et notamment de procéder aux réajustements internes provoqués par la tenue d’une élection présidentielle au suffrage universel dans un régime de tradition parlementaire. Le vice-premier Beşir Atalay a ainsi expliqué, le 1er juin, que le dernier problème à régler était de décider le président sortant, Abdullah Gül, de reprendre la direction du parti et d’accepter de redevenir premier ministre, après les élections législatives de 2015…

JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *