Trois candidats à l’élection présidentielle en Turquie

3 candidats à l'élection présidentielleAlors qu’Abdullah Gül vient de faire savoir qu’il ne prétendra pas à sa propre succession, la préparation de l’élection présidentielle turque, dont le premier tour se tiendra le 10 août prochain, connaît une nette accélération cette semaine. Après que Selahattin Demirtaş est entré en lice avec le soutien HDP, la déclaration de candidature de Recep Tayyip Erdoğan est en effet imminente. Le 29 juin, pour leur part, le CHP et le MHP, ont confirmé leur choix pour Ekmeleddin Ihsanoğlu, en faisant enregistrer sa candidature par le bureau du parlement. Le candidat unique du CHP et du MHP est ainsi formellement devenu le premier candidat officiellement déclaré.

La surprise créée à la mi-juin par le choix des deux principaux partis d’opposition pour la candidature unique de l’ancien secrétaire général de l’Organisation islamique de coopération (OIC), ne cesse de provoquer des remous au sein du parti kémaliste. De nombreux militants et sympathisants du CHP s’inquiètent à la fois des conséquences d’une alliance de circonstance avec un parti d’extrême droite comme le MHP et du fait que le candidat choisi soit connu pour sa sensibilité religieuse prononcée qui l’a longtemps fait apparaître comme un compagnon de route de l’AKP. Ekmeleddin Ihsanoğlu ne s’est, en fait, démarqué du parti gouvernemental que depuis un an, à l’occasion de la polémique mémorable qui l’a opposé à Recep Tayyip Erdoğan, ce dernier lui ayant reproché «sa passivité peu honorable» face au renversement de Mohamed Morsi en Egypte. Quoi qu’il en soit, au parlement, le 29 juin, les doutes dans les rangs kémalistes se sont confirmés puisque, si tous les députés du MHP ont apporté leur soutien à Ekmeleddin Ihsanoğlu, 31 députés du CHP ont refusé de le faire.

Pour les organes dirigeants des deux formations d’opposition l’objectif de cette candidature unique est officiellement de rassembler largement et de concurrencer Recep Tayyip Erdoğan sur le terrain de la respectabilité religieuse. On peut néanmoins s’étonner de ce choix, qui semble oublier que la plupart des enquêtes ont montré que le vote AKP n’est pas à proprement parler un vote d’essence religieuse, mais le vote de larges segments des classes populaires et des nouvelles classes moyennes en faveur d’une formation qui incarnerait leurs valeurs et répondrait à leurs aspirations socio-économiques. De surcroît, il faut bien voir qu’Ekmeleddin Ihsanoğlu n’a aucune expérience politique, ce qui risque de le gêner sérieusement dans une élection fortement personnalisée comme peut l’être une élection présidentielle au suffrage universel. Dans le contexte qui prévaut actuellement au Moyen-Orient, les promoteurs de cette candidature unique arguent certes de la connaissance qu’a des problèmes régionaux celui qui a dirigé l’OIC pendant une dizaine d’années, mais il est rare qu’une élection générale se joue simplement sur des questions de politique étrangère. Or, le candidat du MHP et du CHP a du mal à entamer sa campagne, ayant surtout été occupé jusqu’à présent à répondre aux doutes qui assaillent déjà sa personne, notamment à prouver que bien que né au Caire, il connaît réellement la Turquie, et qu’en dépit de ses inclinations religieuses, il n’est pas un adversaire résolu d’Atatürk…

Les premiers sondages ne sont pas très favorables au candidat unique du MHP et du CHP. Le leader de l’AKP est donné gagnant au premier tour avec des scores avoisinant les 55%, et les mauvaises langues affirment qu’Ekmeleddin Ihsanoğlu n’aurait été propulsé subitement sur les devants de la scène que pour éviter aux leaders de l’opposition d’avoir à subir eux-mêmes un nouvel échec électoral personnel qui pourrait menacer leur position à la tête de leurs formations respectives… Il n’est pourtant pas sûr que Recep Tayyip Erdoğan soit d’emblée totalement convaincu de sa victoire prochaine. L’AKP vient en effet de proposer au parlement une loi qui tend à institutionnaliser le processus de règlement de la question kurde lancé l’année dernière. Cette initiative est plus qu’une simple formalité car en un sens elle consacre officiellement les négociations qui se sont déroulées jusqu’à présent sans bases légales, avec le PKK et son leader emprisonné sur l’île d’İmralı. Elle est en outre analysée par beaucoup d’observateurs comme une démarche visant à séduire l’électorat kurde.

Pour leur part les Kurdes, qui avaient envisagé un moment eux aussi de présenter un candidat de compromis, en la personne de Riza Türmen, l’ancien juge turc à la Cour européenne des droits de l’homme,  soutiendront la candidature de Selahattin Demirtaş, le co-leader du HDP. Ce dernier, après avoir démenti un soutien kurde à la candidature de Recep Tayyip Erdoğan, avait expliqué récemment que dans le cas où il serait lui-même candidat, il s’attacherait à représenter non seulement les Kurdes mais aussi «tous les groupes qui ont été oubliés et négligés» jusqu’à présent en Turquie. Il devient donc le deuxième candidat déclaré à l’élection présidentielle. De son côté, le CHP a également lancé une offensive de séduction en direction des Kurdes. Kemal Kılıçdaroğlu s’est notamment rendu, le 22 juin, à Diyarbakır pour appeler l’électorat kurde à faire front commun pour empêcher l’élection de Recep Tayyip Erdoğan à la présidence de la République. Pour autant les Kurdes accepteront-ils de soutenir, même au second tour, Ekmeleddin Ihsanoğlu, un candidat qui est aussi celui des nationalistes du MHP ? Rien n’est moins sûr.

En attendant, après s’être déclaré candidat, Recep Tayyip Erdoğan devra continuer à gérer la situation délicate qui prévaut dans le nord de l’Irak où 80 otages turcs (dont l’ex-consul général de Turquie à Mossoul) sont toujours entre les mains de l’EIIL. La Turquie, tout en appelant ses alliés de l’OTAN à lui apporter son soutien, ne souhaite pas d’intervention militaire dans l’immédiat, son premier ministre ayant déclaré d’ailleurs, le 25 juin, que «personne ne devait s’attendre à ce qu’il provoque l’EIIL» et mette en péril la vie des otages. Toutefois, si cette situation d’incertitude et de tension s’éternise, elle pourrait perturber le déroulement de la campagne présidentielle, en dépit des efforts déployés par le gouvernement pour empêcher, tant les médias que le parlement, de s’enquérir du sort des otages.

JM


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Bigbibi dit :

    Décidément, le parti social-démocrate a la turca est encore capable de bien des surprises. On savait déjà que la ligne de démarcation avec l’extrême droite était très fine, mais là, ils sont allé jusqu’à l’effacer totalement. Puis, un soupçon de religiosité et on en fait le candidat ultime de la synthèse, laquelle n’aura toutefois aucune chance de séduire les kurdes qui connaissent maintenant très bien la vrai nature du CHP.
    Finalement, le véritable opposant dans ce système politique turc, c’est RTE lui-même. Il est à la fois le pouvoir ET l’opposition, ce qui est signe a minima d’un génie politique.
    Cette classe politique turc, en dehors de l’AKP, est vraiment risible.
    Il faudra attendre certainement 20 à 30 ans avant que quelque chose de sérieusement alternatif à l’AKP n’émerge véritablement sur cette scène politique. Et c’est bien RTE qui va contribuer vers ce mouvement.
    Outre le bond énorme de la Turquie auquel il aura contribué, il serait juste de le louer pour ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *