Recep Tayyip Erdoğan, candidat à l’élection présidentielle d’août 2014

RTE candidatComme cela était attendu, Recep Tayyip Erdoğan a déclaré, le 1er juillet, sa candidature à l’élection présidentielle turque dont le premier tour doit avoir lieu le 10 août prochain. Il devient ainsi le troisième candidat déclaré pour ce scrutin, les 2 autres, Ekmeleddin Ihsanoğlu, candidat unique du MHP et du CHP, et Selahattin Demirtaş, candidat de la formation kurde HDP, ayant déjà été officiellement enregistrés par le président du parlement, Cemil Çiçek. Dans le discours qu’il a prononcé à l’occasion de cette déclaration de candidature, celui qui est actuellement le chef du gouvernement turc, a pris une posture qui tranche nettement avec celle de son concurrent direct, Ekmeleddin Ihsanoğlu. Alors même que l’ancien secrétaire général de l’Organisation de coopération islamique (OCI) continue d’afficher sa modération, le leader de l’AKP s’est engagé tête baissée dans la campagne.

En premier lieu, il est probable que l’ultime candidat déclaré va se poser en candidat de tous les Turcs. Rappelant qu’il a été élu, en 1994, maire d’Istanbul (son premier mandat) avec la prétention de servir tous ses administrés, le leader de l’AKP a déclaré : «Quand mon pays m’a confié la charge de premier ministre, je suis devenu le premier ministre de 77 millions de citoyens et pas seulement celui de ceux qui avaient voté pour l’AKP… Personne ne doit en douter : je serai le président de tout le monde, sans distinguer ceux qui ont voté pour moi des autres.» En affichant son ambition de gagner des électeurs de toutes les formations politiques, le premier ministre a montré qu’il avait compris ce qu’est une élection présidentielle au suffrage universel où pour avoir des chances de l’emporter un candidat en vue doit montrer qu’il est capable de rassembler bien au-delà ce son propre camp. Certes, c’est là aussi l’ambition du CHP et du MHP avec la candidature d’Ekmeleddin Ihsanoğlu, qui entend concurrencer Recep Tayyip Erdoğan sur le terrain de la respectabilité religieuse, retourner une partie de son électorat, rassembler largement autour d’une personnalité présentée comme un arbitre et louée pour sa sagesse. Mais en déployant une stratégie qui se veut subtile, les partis d’opposition oublient peut-être que la fonction présidentielle à pourvoir est en train de changer. Sous l’effet du suffrage universel et de la candidature d’une personnalité forte comme a pu l’être, au cours de la dernière décennie, le leader de l’AKP, la présidence à élire n’est plus la magistrature morale d’un régime parlementaire, mais la magistrature active d’un régime semi-présidentiel, voire carrément présidentiel. Cela aussi, Recep Tayyip Erdoğan semble l’avoir compris mieux que son principal rival…

Car, en second lieu, le leader de l’AKP s’est d’emblée posé en prétendant d’une nouvelle présidence, celle d’un leader de l’exécutif issu du suffrage universel en affirmant : «Ceux qui réclame une présidence neutre veulent en réalité un président qui soutiendra l’Etat contre le peuple. Cette époque est désormais terminée.» Dans les années soixante, l’exemple français de présidentialisation a bien montré comment l’instauration du suffrage universel pour élire le président de la République pouvait changer la nature d’un régime politique d’essence parlementaire. Le 10 août, il ne s’agira pas de désigner un «inaugurateur de chrysanthèmes», mais bien de donner l’onction du suffrage universel direct à un président qui devra prétendre gouverner. Dans un tel contexte, il n’est pas sûr que la modération et la pondération soient opportunes, car la personne à élire sera un leader engagé et non un arbitre en retrait. Dès lors, les candidats risquent de devoir faire une campagne active, annoncer des objectifs, énoncer des programmes, et surtout convaincre les électeurs de leur capacité à gouverner et pas simplement de leur respectabilité. A cet égard, on peut déjà parier que le premier ministre va chercher à donner à la campagne électorale, un nouveau tour, s’apparentant plus à une joute meurtrière qu’à un duel à fleuret moucheté. Pour ce type d’exercice, l’expérience éprouvée de Recep Tayyip Erdoğan risque de peser lourd dans la balance, au cours des semaines à venir. Défiant déjà son principal adversaire, le leader de l’AKP a significativement fait observer qu’il n’avait pas commencé sa carrière à 60 ans, mais qu’il était entré en politique de puis l’âge de 18 ans. Sa déclaration de candidature réalisée lors d’un meeting utilisant des techniques de communication dernier cri, notamment la 3 G, l’a vu aussi se doter d’un logo de campagne qui n’est pas sans rappeler celui adopté par Barack Obama en 2008 et en 2012. Ainsi celui qui a réussi à donner une dimension fortement plébiscitaire aux élections locales de mars dernier risque de prendre rapidement la mesure d’une élection présidentielle au suffrage universel, certes inédite en Turquie, mais qui semble taillée sur mesure pour l’actuel chef de gouvernement.

Il reste, en troisième lieu, qu’une élection n’est jamais jouée d’avance… La personnalité dominatrice du leader de l’AKP, contenue jusqu’à présent par les règles d’un régime parlementaire classique, peut devenir préoccupante, y compris pour ses propres électeurs, dés lors qu’elle est appelée à assumer les pouvoirs immenses du régime présidentialiste nouveau qui s’annonce. De nombreux sondages ont montré que les Turcs avait apprécié la pondération de la présidence d’Abdullah Gül. Les récentes déconvenues du premier ministre lors des événements de Gezi ou à l’occasion des multiples affaires qui ont suivi le scandale du 17 décembre dernier, voire aussi plus généralement l’usure du pouvoir d’une formation qui gouverne depuis 12 ans, peuvent éroder à la marge l’influence du leader de l’AKP. La situation explosive au Moyen-Orient, en particulier la question à ce jour non réglée des 80 otages turcs de Mossoul, peut aussi s’inviter dans la campagne et mettre en cause la pertinence des choix diplomatiques téméraires du gouvernement. À ces incertitudes s’ajoute l’inconnue du vote kurde que Recep Tayyip Erdoğan a d’emblée tenté de séduire, en promettant de faire aboutir, s’il est élu, le «processus de règlement» commencé l’an passé et relancé récemment par un texte de loi au parlement. Les Kurdes ont toutefois désormais un candidat en la personne du jeune co-leader du HDP, Selahattin Demirtaş. Ce dernier peut empêcher le premier ministre d’obtenir les 5-6% de suffrages qu’il doit trouver au-delà de son électorat traditionnel pour espérer l’emporter au premier tour. De surcroît si un deuxième tour devait avoir lieu, le vote kurde se retrouverait alors en position d’arbitrer l’élection présidentielle turque…

En réalité, le 1er juillet, Recep Tayyip Erdoğan n’a pas seulement annoncé sa candidature, il a voulu manifestement inscrire celle-ci dans une nouvelle ère politique en Turquie. De façon très significative, à la fin de son discours, en tant que prétendant à la présidence, il a pris congé des délégués de son parti qui l’ont soutenu en sa qualité de premier ministre, en leur disant qu’il ne s’agissait «ni d’un adieu, ni d’une fin, ni d’un épilogue, mais d’une ouverture». Reprenant le fil de la crise de l’élection présidentielle de 2007 qui a abouti à la révision constitutionnelle ayant débouché sur l’instauration d’une présidence élue au suffrage universel, Recep Tayyip Erdoğan s’est ainsi posé d’emblée en leader d’une république présidentialisée mettant un terme au régime antérieur où une présidence parlementaire était détenue le plus souvent par un représentant du pouvoir d’Etat. Il suffit d’observer les deux slogans de campagne du candidat de l’AKP («volonté populaire, pouvoir national», «Recep Tayyip Erdoğan, l’homme du peuple»), pour comprendre que ce ne sera pas seulement de la succession d’Abdullah Gül dont il sera question en août prochain, mais sans doute du début d’une autre ère politique…

JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *