Turquie : d’un changement de présidence à un changement de régime

présidence et régimeAprès la déclaration de candidature de Recep Tayyip Erdoğan, le 1er juillet dernier, la campagne pour la première élection présidentielle turque au suffrage universel  connaît une accélération sensible. Lors d’un iftar offert par l’Association patronale des tigres anatoliens (ASKON), le premier ministre, s’en est pris à nouveau à ceux qui appellent à élire un président neutre : «Que veut donc dire avoir un président au-dessus ou en dehors de la politique ? Jusqu’à présent cela a toujours été souhaité par des putschistes. Aujourd’hui, il n’y a que ceux qui languissent un coup d’Etat qui disent de telles choses. Mes frères et mes sœurs, nous devons donc leur demander : ‘mais est-ce que la politique est quelque chose qui vous gêne ?’». De toute évidence, ce propos faisait allusion à la posture prise par le candidat unique du CHP et du MHP, insistant sur son non-engagement en politique et sur sa réputation d’intégrité.

Enchainant par un rappel historique, le leader de l’AKP est revenu ensuite sur l’élection (par le parlement d’alors) de son prédécesseur Abdullah Gül en expliquant qu’en 2007, on avait voulu empêcher ce dernier d’accéder à la magistrature suprême parce que son épouse portait le voile. Toujours selon Recep Tayyip Erdoğan, toutes les tensions créées à l’époque par l’armée et l’opposition visaient à bloquer l’expression de la volonté nationale : «Ces milieux non-démocratiques voulaient élire un président qui leur ressemble. Ils ont gêné l’élection d’un président qui n’était pas similaire à eux. Cela a provoqué le chaos et une crise dans le pays. Aujourd’hui, l’opposition essaye de faire la même chose.» Ce rappel a permis à un premier ministre, entré désormais en campagne présidentielle, de justifier l’élection du président de la République au suffrage universel. Avant même sa candidature, Recep Tayyip Erdoğan a eu l’occasion d’expliquer plusieurs fois que, dans le cas où il serait élu, il userait de tous ses pouvoirs et ne serait pas un président-arbitre, mais bien le leader de l’exécutif. Cette lecture présidentialiste de la Constitution turque, après sa modification par la révision de 2007 qui a introduit la tenue d’une élection présidentielle au suffrage universel, n’est pas réellement étonnante. Au cours de la législature en cours, alors même qu’au parlement une commission était chargée de rédiger une nouvelle constitution, l’AKP avait demandé une réforme des institutions pour instaurer un régime présidentiel. Cette tentative ayant échoué l’année dernière comme d’ailleurs l’élaboration d’une nouvelle Constitution dans son ensemble, le leader de l’AKP, s’il est élu, a bien l’intention de faire prévaloir une interprétation de la Constitution de 1982 qui ferait suivre à la Turquie le même chemin que la France après la révision de 1962 et présidentialiserait ainsi le régime parlementaire existant.

Cette évolution qui tendrait à instaurer un régime semi-présidentiel en Turquie n’est pas du goût du candidat unique présenté par l’opposition, qui a promis, s’il l’emporte en août prochain, le maintien du régime parlementaire qui prévaut dans ce pays depuis que le pluralisme y a été instauré, au milieu du 20ème siècle. S’exprimant le même jour que son rival de l’AKP, Ekmeleddin Ihsanoğlu a en effet affirmé : «Nous devons maintenir un système parlementaire… Mon opinion est que le régime parlementaire convient beaucoup mieux à la Turquie. Si nous abandonnons ce système alors nous allons nous faire du mal. Il y a certes beaucoup d’exemples à cet égard. Le plus connu est celui des Etats-Unis. Mais leur histoire est différente. Notre histoire est similaire à celle de l’Europe. La Turquie a des institutions différentes depuis qu’elle a été fondée.» Rappelant que le système américain est très différent du système turc, Ekmeleddin Ihsanoğlu a conclu que la Turquie enfanterait d’un véritable «Frankenstein… si on se contentait de changer la présidence sans modifier les autres structures de l’Etat.»

La campagne va donc opposer un candidat ayant une conception semi-présidentielle, voire présidentielle, de la présidence, à un candidat qui en a une vision parlementaire. A cet égard, le premier risque de mettre en avant son engagement politique et peut-être de défendre un programme, tandis que l’autre plaidera pour la neutralité présidentielle, reportant le débat politique de fond aux prochaines élections législatives qui doivent se tenir en juin 2015.

Il reste que l’option présidentialiste de l’AKP comporte toujours des zones d’ombre Celles-ci concerne en particulier la position du premier ministre dans ce nouveau régime et le devenir d’Abdullah Gül. Ce dernier a reçu Ekmeleddin Ihsanoğlu, le 3 juillet, dans sa résidence officielle de Tarabya sur les bords du Bosphore et a eu un entretien de 50 minutes avec lui. On sait que le président sortant entretient des relations amicales de longue date avec l’ancien secrétaire général de l’OCI. Il a d’ailleurs annoncé le lendemain qu’il avait souhaité bonne chance à Ekmeleddin Ihsanoğlu, comme il l’avait antérieurement fait à l’intention de Recep Tayyip Erdoğan.

Entretemps, le vice-premier ministre, Bülent Arınç s’est exprimé pour dire que le retour d’Abdullah Gül à la tête du gouvernement restait d’actualité. Selon lui, si Recep Tayyip Erdoğan est élu à la présidence, un premier ministre intérimaire sera nommé, le temps qu’Abdullah Gül puisse prendre la tête de l’AKP et le conduire à une nouvelle victoire lors des élections législatives de 2015. Il pourrait alors redevenir premier ministre. Ce n’est ainsi ni le modèle français, ni le modèle américain, que cette figure de proue du parti au pouvoir appelle de ses vœux, mais le célèbre modèle russe, reposant sur l’alternance du couple Poutine-Medvedev. Pourtant Abdullah Gül a plusieurs fois expliqué qu’il n’avait pas de projets précis pour l’instant et qu’il n’entendait pas en tout cas devenir un premier ministre aux ordres du président.

JM


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. echo dit :

    D’après les analistes M.Erdogan devrait remporter largement ces élections. On demande aux électeurs de choisir entre un candidat qui a réalisé beaucoup de projet M.Erdogan (yht,3 eme aéroport,pont Yavuz Sultan Selim, métro etc..)on peut en citer encore et encore, et un candidat qui vient de nulle part,que personne ne connaissait M.Ihsanoglu et qu’il ne parle pas turque couramment. Il ne fait aucun miting contrairement à M.Erdogan. La question que je me pose est pour quoi le Muhalefet à choisi cette personne, est ce le choix de Gulen? On c est que le Chp est sous l’ influence de cette confrérie parallèle depuis les dernières élections.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *