Les données politiques et constitutionnelles de la prochaine élection présidentielle en Turquie

inteview jmPour la première fois, le président de la République sera élu au suffrage universel en Turquie, lors d’un scrutin dont le premier tour doit avoir lieu le 10 août prochain. Recep Tayyip Erdoğan l’actuel premier ministre turc apparaît comme le grand favori de cette consultation, mais est-il sûr d’être élu,  qui sont les autres candidats, et quelle peuvent être les effets de cette élection inédite sur le système politique turc dans son ensemble ? Jean Marcou, co-rédacteur du site de l’Observatoire de la Vie Politique Turque (OVIPOT), qui suit au jour le jour les développements de la campagne, répond aux questions d’Alexandra Zevallos Ortiz et Thomas Tistounet (Aujourd’hui la Turquie).

 Question : En Turquie, les experts parlent déjà d’une victoire du premier ministre Recep Tayyip Erdoğan. Quelle est votre vision des élections présidentielles en Turquie?

Jean Marcou : L’anticipation de ce nouveau succès n’est a priori pas surprenant. Depuis 2002, l’AKP a remporté 8 élections : 3 élections parlementaires, 3 élections locales et 2 référendums. La dimension plébiscitaire, prise les récentes élections locales, incite à dire que le candidat de l’AKP saura encore mieux tirer parti d’une élection présidentielle qui en elle-même est beaucoup plus personnalisante qu’un scrutin local. De surcroît, Recep Tayyip Erdoğan est quelqu’un de très rompu aux campagnes électorales et il montre déjà à l’heure actuelle qu’il a vite compris comment il devait se positionner pour attirer sur son nom un maximum de suffrages en faisant oublier les zones d’ombre de plus d’une décennie de gouvernement sans partage. La seule incertitude qui demeure, quant à cette élection présidentielle, est que, se déroulant au suffrage universel, elle est inédite, et que l’on a pas encore de précédents en la matière, notamment pour ce qui concerne le comportement des électeurs.

Question : Pour la première fois de leur histoire, les Turcs vont donc désigner leur Président au suffrage universel direct. Quelles sont les conséquences possibles de ce type d’élection sur la nature du système politique?

Ces conséquences varieront en fonction du candidat finalement élu. Si c’est Recep Tayyip Erdoğan, il est sûr qu’il y aura une présidentialisation qui pourrait transformer le régime parlementaire turc actuel en régime semi-présidentiel à la française. Dans ses premiers discours de campagne, Recep Tayyip Erdoğan n’a d’ailleurs cessé de dire qu’il n’entendait pas être un président neutre, mais un président actif, en bref la tête gouvernante de l’exécutif qui imposera ses choix au premier ministre et à sa majorité parlementaire. Si en revanche, c’est Ekmeleddin Ihsanoğlu qui sort vainqueur de cette épreuve, la Turquie deviendra, sur le plan institutionnel tout au moins, un régime parlementaire qui, à l’instar de l’Autriche ou du Portugal, élit son président au suffrage universel, sans pour autant avoir basculé dans la présidentialisation.

Question : Selon vous, pourquoi Recep Tayyip Erdoğan s’est-il annoncé candidat aussi tardivement réduisant ainsi la durée de sa campagne?

JM : Il devait d’abord attendre le résultat des élections locales du 30 mars 2014, qui ont constitué un sondage grandeur nature de l’opinion après les événements de Gezi et le scandale du 17 décembre 2013. Ce test franchi avec succès, il devait aussi dissuader Abdullah Gül de se représenter et éviter que des divisions ou des frustrations n’affectent le parti à l’occasion de cette présidentielle. Certes, cela a réduit d’autant sa campagne, mais l’expérience française prouve que, s’il ne faut pas se déclarer trop tard, il ne faut pas partir trop tôt non plus. Au bout du compte, son principal rival, Ekmeleddin Ihsanoğlu, ne s’est guère déclaré que 15 jours avant. Et cette période d’attente a aussi permis à Recep Tayyip Erdoğan de vérifier que les Kurdes présenteraient un candidat, en la personne de Selahattin Demirtaş.

Question : En cas de victoire, Recep Tayyip Erdoğan a prévu de modifier la Constitution afin de donner plus de pouvoir au poste de président de la République, ainsi il a promis de poursuivre les réformes. Qu’en pensez vous?

JM : Au vu des dernières déclarations du premier ministre sortant, il ne s’agit pas que de modifier la Constitution sinon que de la renouveler, c’est-à-dire d’en élaborer une nouvelle à partir de l’ancienne. C’est en fait le grand rêve de l’AKP depuis toujours. Mais pour cela (en tout cas pour le faire seul) il doit disposer d’une majorité des 2/3 (367 députés) au parlement. Or, tant à l’issue des élections parlementaires de 2002 qu’au terme de celles de 2007 et de 2011, le parti gouvernant n’a pu obtenir cette majorité renforcée. Au cours de la présente législature, ses efforts pour faire adopter par le parlement une constitution, qui aurait entre autres établi un régime présidentiel, ont été vains, et le projet a finalement été abandonné à l’automne dernier. Si donc Recep Tayyip Erdoğan est élu président, il est probable que la question du renouvellement constitutionnel sera à nouveau posée.

Quant aux autres réformes, il est vrai que l’actuel premier ministre candidat à la présidentielle, en a annoncé plusieurs le 11 juillet dernier, en particulier : la poursuite du processus engagé pour apporter une solution politique à la question kurde et le souhait d’accroître les droits des minorités ou des identités distinctes (alévis notamment). Ces réformes annoncées sont en outre présentées comme la preuve du maintien du projet européen de la Turquie et de son souhait de devenir membre de l’UE. Au-delà de la nature électoraliste de ces annonces, Recep Tayyip Erdoğan entend donc inscrire sa candidature à la présidentielle dans le sillage de ce qui a fait de l’AKP un parti de transformations et de réformes, au moment même où ce dernier est confronté par ailleurs, depuis les événements de Gezi et le scandale de corruption de décembre, à une contestation qui n’en fait plus la formation du changement, mais plutôt le parti de l’ordre établi. Toutefois, cette annonce de réformes permet également à Recep Tayyip Erdoğan de se poser en président qui gouvernera, à la différence de son rival Ekmeleddin Ihsanoğlu qui, pour sa part, affirme son intention d’être un président arbitre.

Question : A quelques semaines de l’élection présidentielle, le parlement turc a approuvé un cadre légal pour les négociations de paix entre les autorités d’Ankara et les activistes kurdes. Qu’en pensez-vous?

JM : Les événements de Gezi sont survenus alors que le processus de règlement de la question kurde s’engageait. Ils l’ont retardé et même suspendu. Il est vrai que l’AKP a été capable de poser publiquement le problème de la résolution du problème kurde après son arrivée au pouvoir. Mais ses tentatives de règlement depuis 2009 (« ouverture démocratique » ou « processus d’Oslo ») ont échoué et le processus en cours s’est enlisé. Il est donc logique que Recep Tayyip Erdoğan, qui affiche de surcroît  des ambitions de chef d’Etat gouvernant, tente de donner des gages de sa capacité à apporter une solution à la question kurde. Cette ligne a cependant aussi une dimension tactique qu’il ne faut pas négliger. L’AKP est le second parti après le HDP (la formation politique parlementaire kurde) dans les provinces kurdes où le CHP n’a pour sa part plus d’influence (à l’exception de la province de Dersim). Il a ainsi un électorat kurde important. Beaucoup d’ailleurs évoquent même une possible convergence entre le candidat de l’AKP et le HDP que Selahattin Demirtaş, le leader de ce dernier (et candidat à la présidence de la République), a toujours démenti.

Question : Quel est votre avis sur les deux principaux candidats de l’opposition? Quel rôle joue le parti kurde dans ces élections?

JM : En réalité, compte tenu du contexte ambiant, il faut rappeler que les 3 candidats ne sont pas seulement politiquement différents, mais qu’ils incarnent des conceptions divergentes de la présidence de la République et du pouvoir. Recep Tayyip Erdoğan annonce son intention d’être un président qui gouvernera le pays et reproche à ses adversaires de vouloir faire élire un « pot de fleurs » (saksı). C’est la raison pour laquelle il assortit l’affirmation de sa conviction en une présidence forte, de propositions programmatiques et d’objectifs affichés.

Ekmeleddin Ihsanoğlu, le candidat commun des deux principaux partis d’opposition (CHP et MHP) et plusieurs autres petits partis (DSP, BBP, notamment) déclare vouloir sauvegarder un régime d’essence parlementaire où le président ne gouverne pas et se tient au-dessus des partis. Selon lui, la présidentialisation du système n’est pas souhaitable pour la Turquie marquée par des traditions politiques européennes. Sortir du parlementarisme risque ainsi, à son avis, de contribuer à l’instauration d’un régime de plus en plus autoritaire.

Quant au candidat kurde, s’il ne participe pas au scrutin pour le gagner, cette élection présidentielle, qui personnalise forcément la campagne, lui offre une tribune que déjà il n’a pas hésitée à investir, au point que certains commentateurs évoquent « l’avènement d’une nouvelle star kurde de la politique turque ». Loin de se présenter, en effet, en candidat des seuls Kurdes, Selahattin Demirtaş entend être le candidat des personnes et des groupes opprimés ou ignorés en Turquie. Alors même que ses deux rivaux se focalisent sur l’exercice du pouvoir central, il valorise en outre l’idée d’un avènement de pouvoirs locaux véritables. Enfin, il faut voir que, si jamais il y a un second tour, le candidat kurde peut se retrouver en position d’arbitrer le duel entre les deux candidats restant en lice ou à tout le moins en situation d’influencer ce scrutin d’une manière ou d’une autre.

Question : Est-ce que les mouvements de protestation, type Gezi, auront encore de la crédibilité, voire de la légitimité, si Recep Tayyip Erdoğan remporte ces prochaines élections ?

JM : L’Histoire et l’expérience ont montré qu’il n’y a pas toujours des liens étroits et immédiats entre des mouvements de protestation de type Gezi et les processus électoraux qui supposent de savoir mobiliser, non des manifestants, mais des électeurs. Donc de mon point de vue, pas plus que les événements de Gezi n’ont généré une défaite de l’AKP aux élections, les victoires électorales de l’AKP ne vont mettre un terme à l’agitation socio-politique que connaît la Turquie depuis plusieurs années. La large victoire de l’AKP aux dernières élections générales de 2011 n’a pas empêché le développement d’importants mouvements protestataires par la suite : manifestations contre la réforme éducative (en mars 2012), mobilisation contre le projet de réduction du délai légal d’avortement (en juin 2012), tensions ambiantes dans les universités (2010-2012) et finalement… mouvement de Gezi. Une élection est une chose, la dynamique de la société civile en est une autre. Le président, qui sera élu en août prochain, devra s’en souvenir.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *