Poutine, le hockeyeur, Erdoğan, le footballeur

hockey-foot1Si nos hommes politiques occidentaux ont souvent défrayé la chronique, ces dernières années, par les «exploits» de leur vie intime, à l’autre bout de l’Europe, leurs homologues semblent enclins, quant à eux, à faire valoir leurs aptitudes dans des sports ou des loisirs plus traditionnels. On ne compte plus les photos de Vladimir Poutine s’adonnant à la chasse ou à la pêche dans une nature vierge, mettant en valeur ses pectoraux et ses biceps d’acier. En 2010, le président russe, souvent filmé aux commandes d’un jet, d’un sous-marin ou d’un bathyscaphe, n’a pas hésité à tester lui-même un bolide de formule 1 hockey-foot2à plus de 200 km/h. Plus récemment, le 10 mai, pour mettre à nouveau en valeur ses qualités d’homme d’action, le maître du Kremlin a chaussé des patins pour participer à un match de hockey, ouvert par une minute de silence à la mémoire des victimes des premiers affrontements dans l’est de l’Ukraine. La politique n’est en effet jamais bien loin dans ce genre de démonstration et, même si la loi du sport y paraît formellement respectée, elle ne réserve en général aucune «mauvaise» surprise à la vedette principale de l’événement. Leader d’une équipe composée de joueurs professionnels russes, qui ont étrillé, comme on pouvait s’y attendre, des amateurs qui n’ont pu inscrire que 4 malheureux buts, le hockeyeur-président a été l’auteur de 6 des 24 buts marqués par son camp. Peu importe le score bien sûr, car comme l’a dit Vladimir Poutine lui-même, finalement «il n’y a ni gagnant, ni perdant.»

Pour sa part et pour redonner un peu de mordant à une campagne présidentielle turque qui devient ennuyeuse, le premier ministre turc, ancien joueur amateur du Kasımpaşa Spor, a préféré remettre ses crampons de foot pour un match de gala inaugurant un nouveau stade à Istanbul. Un choix on ne peut plus judicieux, car comme l’on sait, le football est le sport national en Turquie et l’ancienne capitale ottomane ne compte pas moins que 3 clubs (Beşiktaş, Fenerbahçe et Galatasaray) de niveau hockey-foot3international. En l’occurrence, le scénario est pourtant différent de celui du match de hockey poutinien, et force est de reconnaître qu’il ménage à ses spectateurs un peu plus de suspens. L’équipe du leader de l’AKP, maillot orange, commence par prendre l’eau de toute part, en encaissant rapidement trois buts dans un match qui tend à prendre le tour de l’Allemagne-Brésil de la dernière Coupe du monde. Les adversaires des «Oranges» jouent d’ailleurs en blanc, mais malheureusement pour eux, il s’avère à la longue qu’ils ont à faire à une équipe qui a un meneur de jeu d’une autre trempe que David Luiz et ses compagnons d’infortune à Belo Horizonte, le 8 juillet dernier. Car, en deux temps trois mouvements, notre premier ministre remet les pendules à l’heure, en inscrivant trois buts d’anthologie : le premier par un tir brossé qui laisse le gardien (un peu trop) tétanisé devant sa cage, le second par un superbe lob en pleine lucarne (qui fait oublier un hors-jeu manifeste au début de l’action), le troisième par un tir d’une facilité déconcertante (qui empêche presque de voir que la défense des «Blancs» a généreusement servi l’attaque des «Oranges»). 3 à 3 ! On se dit que cette fois, pour de bon, il n’y aura pas de gagnants et de perdants et que le match sera vraiment nul. C’est sans compter sur les ressources insoupçonnées des «Oranges» qui finissent par l’emporter, après un but marqué sur un pénalty indiscutable. Score final 4 à 3 : la loi du genre est respectée.

Ces deux matchs contribueront sans doute à alimenter encore les analyses qui font un parallèle entre l’évolution des systèmes politiques russe et turc, en observant notamment l’accroissement de lahockey-foot4 personnalisation et de la concentration du pouvoir de part et d’autre. Certains commentateurs pronostiquent d’ailleurs, après la prochaine élection présidentielle en Turquie, un jeu de chaises musicales entre Abdullah Gül et Recep Tayyip Erdoğan comparable à celui accompli par Dmitri Medvedev et Vladimir Poutine, le premier redevenant chef de gouvernement après hockey-foot5l’élection du second à la présidence. Ce scénario risque toutefois de n’être pas simple à mettre en œuvre. En effet, pour devenir premier ministre à l’issue de son mandat présidentiel, il faudrait qu’Abdullah Gül soit parlementaire, ce qui n’est pas le cas. On peut certes imaginer alors que l’ex-président se fasse élire député à la faveur d’une législative partielle ou qu’il attende les prochaines élections parlementaires de juin 2015 pour devenir le leader du parti au pouvoir et briguer le poste de premier ministre. Mais de telles hypothèses sont incertaines, et ce d’autant plus qu’un premier ministre intérimaire sera nécessairement nommé et que certains au sein de l’AKP ne souhaitent pas un retour d’Abdullah Gül à la tête du gouvernement.

Pour ces raisons institutionnelles au moins, il faut se défier d’une analogie trop hâtive entre les deux systèmes. Comparaison n’est pas raison. Le cas russe diffère donc quelque peu du cas turc, ce qui n’est pas si étonnant à la vue de ces deux matchs, car il faut bien convenir que le hockey ne requiert pas tout à fait les mêmes aptitudes que le football…

JM

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *