Election présidentielle turque : les enjeux du premier tour

enjeux du premier tour53 millions d’électeurs sont appelés aux urnes, le 10 août, pour élire le président de la République. C’est la première fois qu’une telle élection se déroule au suffrage universel. Trois candidats s’affrontent : Recep Tayyip Erdoğan, l’actuel premier ministre, présenté par l’AKP ; Ekmeleddin İhsanoğlu, l’ancien secrétaire général de l’Organisation islamique de coopération, désigné comme candidat unique de l’opposition et donc soutenu par les kémalistes du CHP et les nationalistes du MHP ; enfin, Selahattin Demirtaş, qui a l’appui du parti parlementaire kurde HDP et se veut le représentant des catégories ignorées en Turquie (cf. notre interview du 30 juillet 2014).

Si le premier tour ne parvient pas à départager ces trois postulants, un second tour aura lieu le 24 août entre les deux candidats qui seront arrivés en tête (les règles de cette élection sont globalement les mêmes que celles de la présidentielle française). Mais une élection de Recep Tayyip Erdoğan, dès le premier tour, est annoncée par de nombreux commentateurs, car il est très largement donné favori par les sondages. En outre, en dépit des événements de Gezi qui l’année passée ont entamé son aura en voyant la Turquie basculer dans la contestation pendant plus d’un mois, en dépit d’un vaste scandale de corruption révélé par l’arrestation d’une cinquantaine de proches du gouvernement le 17 décembre dernier, le premier ministre et son parti ont à nouveau remporté les élections locales du 30 mars 2014. L’inexpérience politique de son principal challenger (Ekmeleddin İhsanoğlu) et la difficulté de celui-ci à rassembler un électorat hétérogène, ont achevé de convaincre les experts qu’Erdoğan n’aura pas besoin d’un second tour pour être élu.

Attention au taux de participation !

Une incertitude demeure toutefois. Elle n’est pas totalement négligeable et tient au taux de participation. Les électeurs de l’étranger (soit 2, 8 millions de personnes) ont déjà voté et leur participation aurait été exceptionnellement basse (moins de 10%). Le gouvernement a attribué ce manque d’enthousiasme au pointillisme bureaucratique du YSK (le conseil supérieur des élections, chargé de superviser les opérations de vote) qui aurait découragé les électeurs expatriés. Il est vrai que c’est aussi la première fois que les Turcs de l’étranger sont massivement appelés aux urnes. Mais la Turquie est un pays où une culture électorale existe et où les gens votent en général massivement. Ainsi, lors des dernières élections locales, on avait enregistré un taux de participation de plus de 80%. Les élections législatives permettent habituellement de constater un engagement comparable des électeurs. Au cours des dix dernières années, le taux de participation le plus bas (67,3%) a été enregistré lors du référendum du 21 octobre 2007, celui-là même qui a modifié la Constitution pour permettre l’élection du président de la République au suffrage universel (cf. notre édition du 22 octobre 2007). Cette désaffection s’était alors expliquée par l’absence d’enjeu politique immédiat et la lassitude des électeurs, après la victoire de l’AKP aux élections législatives de juillet 2007 et l’élection d’Abdullah Gül à la présidence par le parlement nouvellement élu en août suivant. Une telle situation n’est pas sans rapport avec celle qui prévaut actuellement et qui voit un candidat du parti majoritaire depuis plus de dix ans donné archi-favori, tandis que son adversaire de l’opposition se révèle peu convaincant. Cela pourrait conduire un certain nombre d’électeurs à voter avec leurs pieds. Or, si un tel phénomène se produit, et même s’il ne remet pas en cause le résultat pronostiqué, cela signifiera en tout cas un premier échec de la présidentialisation du système pour laquelle d’ailleurs, dans les sondages, les Turcs n’ont jamais manifesté beaucoup d’enthousiasme. La vraie inquiétude de Recep Tayyip Erdoğan, quant au résultat final, est peut-être là. Cela expliquerait qu’au cours des derniers jours il ait incité, à plusieurs reprises, ses partisans potentiels à participer financièrement à sa campagne («pas pour l’argent mais pour s’engager politiquement»), et qu’il ait multiplié jusqu’au bout les meetings ou les déplacements sur le terrain. Quoi qu’il en soit, et même si le premier ministre-candidat l’emporte, il faudra aussi surveiller les scores réalisés par les autres candidats, en particulier par Selahattin Demirtaş, que les sondages annoncent nettement au-dessus (8 à 9%) de l’influence qui est habituellement celle des formations kurdes au niveau national (5 à 6%).

Qui succèdera à … Recep Tayyip Erdoğan ?

Si l’objet de l’élection du 10 août est de trouver un successeur à l’actuel président, Abdullah Gül, l’élection de Recep Tayyip Erdoğan à la présidence posera rapidement le problème de son remplacement à la tête du gouvernement. Car, bien que le leader de l’AKP envisage d’être un président actif qui dominera l’exécutif (à la française), la Turquie n’est pas un régime présidentiel et, de par sa constitution, conserve un gouvernement responsable devant le parlement, qui est dirigé par un premier ministre. Certains envisagent, à cet égard, un scénario «à la russe» qui verrait Gül redevenir premier ministre après l’élection d’Erdoğan. Mais, outre le fait que l’intéressé ne manifeste pas beaucoup d’empressement pour une telle formule, celle-ci n’est pas immédiatement possible, car le président sortant n’est pas un parlementaire (et il doit l’être au terme de la Constitution). Donc, pour revenir à la tête du gouvernement, il devra se faire élire député à la faveur d’une élection partielle, ce qui risque de prendre du temps, ou attendre les prochaines législatives prévues en juin 2015, ce qui n’est pas sans risque.

En tout état de cause, il faudra donc nommer un premier ministre au lendemain de la présidentielle. Et s’il est élu, Recep Tayyip Erdoğan pourrait être tenté par deux options : soit désigner un fidèle qui sera chargé de mettre en œuvre sans sourciller les orientations politiques qui seront décidées par la présidence ; soit nommer une personnalité plus affirmée qui jouira d’une plus forte marge de manœuvre. Si la deuxième option devait être retenue, la nomination d’Ahmet Davutoğlu ne serait pas étonnante, car ce dernier est après Erdoğan et Gül, la personnalité politique turque la plus connue sur le plan international. Dans le contexte régional difficile qui prévaut actuellement avec les crises syrienne et irakienne, l’actuel chef de la diplomatie turque serait effectivement tout désigné, et ce d’autant plus qu’il a d’ailleurs été largement aux commandes, au cours de ces dernières semaines, alors même que le premier ministre en titre était surtout absorbé par sa campagne électorale. Significativement, Ahmet Davutoğlu a d’ailleurs fait l’objet très récemment d’une motion de censure individuelle, pour sa politique étrangère en Irak et notamment pour sa gestion de la crise des otages turcs de Mossoul. On aurait là le signe avant coureur que l’impétrant est en train d’acquérir une stature plus large : celle d’un chef de gouvernement potentiel. En outre, pour Recep Tayyip Erdoğan, l’avantage d’avoir une personnalité plus consistante comme premier ministre serait bien sûr de pouvoir disposer d’un fusible, en lui faisant assumer une situation internationale particulièrement difficile pour la Turquie avec un afflux de nouveaux réfugiés venant d’Irak. Mais bien sûr, avant de jouer les chefs d’Etat d’un système semi-présidentiel, il faudra que le leader de l’AKP soit élu et bien élu le 10 août…

JM


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 3 octobre 2014
  2. 23 juillet 2015

    […] la possibilité enfin donnée aux ressortissant-es turc-ques de l’étranger, à l’occasion des élections présidentielles d’août 2014, de participer aux élections […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *