Recep Tayyip Erdoğan élu président de la République dès le premier tour

RTE 1er tourSelon des résultats qui sont encore provisoires, Recep Tayyip Erdoğan a donc été élu 12e président de la République de Turquie, dès le premier tour, avec 52,3% des voix. Son principal challenger Ekmeleddin İhsanoğlu, candidat unique de l’opposition, notamment des kémalistes du CHP et des nationalistes du MHP, obtiendrait 38,5% des voix. Enfin, le candidat kurde, Selahatin Demirtaş serait à 9,2%.

Un fléchissement du taux de participation

À bien des égards, cette victoire est donc un résultat sans surprise, qui avait été largement prévu par la plupart des enquêtes d’opinion. Deux observations méritent néanmoins d’être faites à ce stade des premiers constats. D’abord, dans un pays où l’on vote massivement, la participation (76,6%) a été légèrement inférieure à ses taux habituels, qui se situent entre 80 et 90%. Les élections locales du 30 mars 2014 avaient connu un taux de participation nettement supérieur à 80%, le plus faible score en la matière (67,3%), au cours de la dernière décennie, ayant été enregistré lors du référendum constitutionnel d’octobre 2007 qui avait permis d’instaurer l’élection du président de la République au suffrage universel. Certes, la date de ces élections (en pleines vacances d’été) a peut-être découragé certains électeurs. Mais l’on observe que lors des élections législatives de juillet 2007 (intervenues également en période de congés estivaux), 84% des électeurs avaient accompli leur devoir électoral. Il est probable que ce recul du taux participation tient surtout à une certaine lassitude des Turcs, déjà appelés aux urnes en mars et moins intéressés par un scrutin qui paraissait joué d’avance. Toutefois, ce fléchissement de la participation n’est pas suffisamment net pour que l’on puisse y voir une forme d’échec, tant du candidat élu, que du principe de l’élection du président au suffrage universel en lui-même.

Score honorable pour Selahattin Demirtaş, échec pour Ekmeleddin İhsanoğlu

 L’autre observation concerne le bon score réalisé par Selahattin Demirtaş qui, avec 9,2%, dépasse très largement l’influence atteinte au niveau national par les formations parlementaires kurdes (5 à 6%). Il est probable que les thèmes de campagne du candidat du HDP (reconnaissance des identités multiples de la Turquie, prise en compte des pouvoirs locaux et régionaux et nécessité d’accorder le développement économique avec le respect de l’environnement) ont séduit de nombreux électeurs. Le candidat kurde a donc réussi son pari qui était de rassembler au-delà de sa sphère d’influence traditionnelle. Il a sans doute pris des voix à Ekmeleddin İhsanoğlu qui est sans nul doute le grand perdant de la soirée, car non seulement il n’est pas parvenu à prendre des voix au candidat de l’AKP, mais il n’a pas réussi retrouver l’intégralité des suffrages des deux principaux partis d’opposition, le CHP et le MHP, qui le soutenaient. Ces deux formations avaient rassemblés en effet 44, 5% des voix lors des dernières élections locales. Avec 38,5%, l’ancien secrétaire général de l’Organisation islamique de coopération est loin du compte, d’autant plus qu’outre le CHP et le MHP, il était sensé représenter 12 autres petites formations…

Recep Tayyip Erdoğan à Eyüp

Eu égard à ces premières observations, l’élection de Recep Tayyip Erdoğan, dès le premier tour de cette présidentielle, est indiscutablement un nouveau succès politique majeur du leader de l’AKP, le 9e d’affilée depuis sa première victoire aux législatives de novembre 2002. Mais il s’agit aussi d’un tournant pour le régime parlementaire turc qui risque de se présidentialiser, même s’il n’y a pas dans l’immédiat de réforme de la Constitution. Parvenu à la présidence, Recep Tayyip Erdoğan, qui en tant que premier ministre a dominé sans partage la vie politique turque, depuis plus d’une décennie, devrait encore accroître son influence, en profitant de la légitimité que lui donne une élection au suffrage universel direct. De façon très symbolique, le nouveau président, qui se trouvait à Istanbul au moment où les résultats presque complets ont été connus, s’est rendu pour prier à la mosquée d’Eyüp au fond de la Corne d’Or, un sanctuaire qui abrite la tombe d’Eyüp Sultan, un compagnon de Mahomet qui tomba sous les murs de Constantinople en 670. Cette visite était le premier acte des sultans ottomans lorsqu’ils montaient sur le trône. A l’issue de ce premier périple très ottoman, le nouveau chef de l’Etat doit rallier Ankara où il accomplira un autre acte lui aussi symbolique même s’il est plus contemporain : la lecture d’un discours  politique depuis balcon du siège de son parti, à laquelle il procède traditionnellement depuis 2007.

Quels contrepouvoirs ? Quel premier ministre ?

Alors que des purges sévères ont été conduites ces derniers mois dans la police, les contrepouvoirs, qui demeurent désormais dans le système turc, peuvent paraître faibles (la banque centrale, la cour constitutionnelle, l’opposition parlementaire, une partie des médias…). Ils pourraient en fait surtout être assumés par la société civile qui depuis les événements de Gezi, en juin 2013, et à l’issue de la catastrophe minière de Soma, en mai 2014, a montré qu’elle était capable de se mobiliser efficacement pour des causes variées mais le plus souvent très concrètes, touchant au cadre de vie, à la défense de l’environnement, aux droits des salariés ou aux revendications des catégories les plus exposées (femmes, Kurdes, alévis…). Quoi qu’il en soit et alors qu’il abandonne ses fonctions de chef de gouvernement pour celles de chef de l’Etat, le nouveau président en exercice devra nommer un premier ministre. La personne choisie et les orientations qui lui seront données seront des indications importantes sur la voie que Recep Tayyip Erdoğan entend suivre après ce nouveau succès électoral.

JM


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Halil dit :

    52,3% des 76,6% des inscrits, cela fait 40,0% des inscrits. Maintenant la question est de savoir si avec 40% on est en droit de changer de régime! Vaste question…

  2. anne dit :

    Bonjour

    Le développement d’une société civile c’est bien. Mais c’est plutôt un mouvement de classes moyennes urbaines (sauf le mouvement proche du mouvement kurde). Il me semble qu’il manque à la Turquie de solides syndicats. Quand on se souvient ce qu’étaient encore à la fin des années 80 les syndicats de mineurs et ce qu’ils sont devenus aujourd’hui : ils n’ont même pas été capables d’organiser une manifestation de mineurs à Ankara après la catastrophe de Soma .On est loin de « la longue marche » des mineurs de Zonguldak en 1988 (je crois).. J’avoue mal connaître le sujet, mais je pense que la faiblesse syndicale explique en partie celle de la gauche turque, notamment dans les classes populaires et son incapacité à se renouveler (ce qui n’est pas propre à la Turquie).

    Sinon Demirtas a certainement pris des voix au CHP , mais sans doute davantage à l’AKP avec les électeurs kurdes (AKP) qu’il a su rallier. C’est particulièrement vrai dans les provinces kurdes de l’est, où le CHP n’a jamais percé et où il fait (presque) partout encore mieux que le BDP le 30 mars (plus de 60% des voix dans 7 provinces dont Mus où AKP l’avait encore emporté le 30 mars).
    Il a aussi certainement rallié de nouveaux électeurs kurdes de l’ouest. Plus difficile de savoir s’il s’agit surtout d’anciens électeurs AKP ou surtout des Kurdes alévis ( donc CHP).
    Mais les analystes AKP vont certainement étudier ça de près.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *