Et maintenant qui va succéder à… Recep Tayyip Erdoğan ?

qui après RTE1Au lendemain d’une première élection présidentielle au suffrage universel qui a vu Recep Tayyip Erdoğan élu dès le premier tour au terme d’un scrutin sans surprise (cf. notre édition du 10 août 2014), tout le monde s’interroge désormais sur la restructuration de l’exercice du pouvoir en Turquie. Car il faut bien admettre qu’une transition est en train de s’opérer dans un certain flou institutionnel et politique. Alors que Recep Tayyip Erdoğan est toujours premier ministre et leader de l’AKP, Abdullah Gül, pour sa part, termine son mandat de président qui formellement ne prendra fin que le 28 août 2014. L’opposition et certains juristes critiquent cette situation interlope, en estimant que le premier ministre élu président devrait démissionner. En réalité, ce dernier prépare sa succession. Une réunion extraordinaire des organes dirigeants du parti devrait avoir lieu le 27 août pour désigner le nouveau leader  de l’AKP qui devrait également succéder à Recep Tayyip Erdoğan, à la tête du gouvernement. Au terme de la Constitution, en effet, le président de la République en exercice ne peut pas être membre d’un parti politique et encore moins en diriger un.

Le 11 août, commentant l’élection de son successeur et s’exprimant sur son propre avenir, Abdullah Gül a déclaré qu’à l’issue de son mandat, il reviendrait sans doute au sein du parti dont il a été l’un de principaux fondateurs, pour y faire activement de la politique. Cette déclaration a été diversement accueillie. Elle a certes été saluée par la vieille garde et l’aile modérée de l’AKP, notamment par des gens comme Ali Babacan, Bülent Arınç et Besir Atalay. Ce dernier a réagi rapidement et favorablement en estimant que le retour «d’Abdullah Bey» enrichirait l’AKP et le renforcerait, en concluant que quoi qu’il en soit «si Erdoğan est le numéro un du parti, Gül en est le numéro deux.» Il reste que revenir en politique au plus haut niveau (en particulier prendre la tête de l’AKP et accéder au poste de premier ministre) risque de ne pas être facile pour Abdullah Gül, pour des raisons tant techniques que politiques. Actuellement il n’est pas membre du parti et ne pourra pas l’être avant l’issue de son mandat. Il n’est pas non plus député, ce qui pour l’instant l’empêche de redevenir premier ministre. En programmant l’élection de son nouveau leader le 27 août, soit un jour avant qui après RTE2l’échéance du mandat présidentiel, le Comité central de l’AKP a écarté en fait le retour au premier plan de Gül, au moins dans l’immédiat. Le porte-parole du parti, Hüseyin Çelik, a expliqué que «cette date n’a rien à voir avec le retour de Gül, mais qu’elle se justifie par le départ d’Erdoğan», qui deviendra officiellement président le lendemain, en ajoutant : «Notre premier ministre considère le parti comme son enfant et veut être sûr de sa pérennité.» Lors d’une réception d’adieu d’Abdullah Gül à Çankaya, le 12 août, Recep Tayyip Erdoğan, a lui aussi salué le retour et l’éventuelle poursuite de sa carrière politique par le président sortant, en les qualifiant de «naturels». Mais, estimant qu’il fallait qu’un nouveau président de l’AKP soit élu avant que lui-même ne prenne ses fonctions présidentielles, il a souligné qu’il ne pouvait y avoir de vide en politique et que par ailleurs il était souhaitable que le leader qui sera élu, soit en même temps premier ministre. La conclusion qui en découle est assez claire : Abdullah Gül ne sera pas premier ministre.

Le souhaite-t-il d’ailleurs vraiment dans l’immédiat ? Ce n’est pas sûr. Avant la tenue de l’élection présidentielle, au printemps dernier, le président sortant s’était en effet déjà exprimé sur la question lorsque certains s’interrogeaient sur les chances de survenance d’un scénario à la russe en Turquie. Il qui après RTE3avait ainsi déclaré qu’une «formule Poutine-Medvedev ne serait pas vraiment souhaitable» et alors même que Recep Tayyip Erdoğan en campagne expliquait qu’il serait un président actif, il n’avait pas paru souhaiter devenir le premier ministre diminué qui se profile. Or, dans un contexte institutionnel totalement inédit, le «président Erdoğan», quant à lui, a besoin d’une personne sûre, qui aura l’aptitude d’entrer dans le costume nouveau d’un chef de gouvernement de régime semi-présidentiel. Force est de constater qu’Abdullah Gül, parfois en désaccord avec Recep Tayyip Erdoğan pendant son mandat présidentiel, et qui a été, d’abord, un premier ministre de régime parlementaire, entre novembre 2002 et mars 2003, et ensuite, le président de la République, entre 2007 et 2014, n’a décidément pas le profil souhaité.

Alors que le premier ministre partant s’apprête donc à susciter la nomination de quelqu’un d’autre, Abdullah Gül a pris néanmoins le soin de lui dire qu’en tant que nouveau président, il ne devait pas pour autant considérer que son prédécesseur prenait sa retraite, laissant donc la porte ouverte à un retour postérieur au gouvernement, voire à d’autres éventualités. En tout état de cause, la mise de Gül sur le banc de touche devrait permettre à Erdoğan de faire aussi un grand ménage dans le parti, en consacrant l’avènement d’une nouvelle génération de cadres politiques prêt à le servir en qualité de président. Une bonne partie des députés et de ministres de l’AKP de la majorité qui après RTE4parlementaire actuelle, ne seront pas rééligibles lors des législatives de 2015,  au terme de la fameuse règle interne de l’AKP qui veut qu’on ne peut pas faire plus de 3 mandats parlementaires consécutifs. Cette règle, que Recep Tayyip Erdoğan a finalement réussi à tourner, en se faisant élire à la présidence de la République, sera appliquée sans exception et sans merci à ses plus vieux compagnons. Il l’a lui-même confirmé lors d’une réunion des cadres du parti le 14 août. Exit donc les Bülent Arınç, Beşir Atalay et autres Ali Babacan… Au fond, mieux vaut investir dans des jeunes qui entameront leur carrière dans le nouveau système présidentialisé que de laisser vieillir de vieux chevaux de retour qui qui après RTE5pourraient avoir du mal à assimiler les nouvelles pratiques institutionnelles et politiques qui se profilent à un horizon rapproché.

Tout ça ne nous donne pas bien sûr le nom du nouveau premier ministre et il probable qu’il n’est en revanche pas à rechercher au sein des jeunes pousses du parti, mais parmi des personnalités expérimentées qui ont constitué l’armature des gouvernements de l’AKP. Conseiller de longue date du prochain président mais entré dans ses gouvernements seulement en 2009 et n’étant en outre pas concerné par la règle de 3 mandats consécutifs, Ahmet Davutoğlu, apparaît de plus en plus comme la personne idoine. De façon prémonitoire, dès le 16 août prochain, il répondra devant le parlement à la motion individuelle qu’a déposée contre lui le CHP ; une mise en jeu de sa responsabilité qui pourrait déjà avoir un avant-goût d’investiture…

JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *