Ahmet Davutoğlu probable premier ministre de Recep Tayyip Erdoğan

AD premier1La Turquie est plongée dans une situation intérimaire quelque peu curieuse depuis l’élection, le 10 août 2014, de Recep Tayyip Erdoğan à la présidence de la République. Tandis que ce dernier est en effet toujours premier ministre, Abdullah Gül achève son mandat jusqu’au 28 août 2014. Le Conseil supérieur des élections (YSK) a proclamé les résultats, le 15 août, mais ils n’ont pas été publiés au Journal officiel. L’opposition, qui dénonce le caractère interlope de cette période de transition, appelle le premier ministre en exercice à la démission, en rappelant l’article 101 de la Constitution qui prévoit qu’un président élu doit démissionner du parti dont il est membre et, le cas échéant, du mandat parlementaire qu’il exerce. Elle soupçonne les services du premier ministre, qui gèrent le Journal officiel, d’avoir différé la publication des résultats de l’élection présidentielle. Pourtant, l’attente ne devrait plus être longue, puisque le nom du nouveau premier ministre sera connu, le 21 août, avant qu’il ne soit intronisé à la tête de l’AKP, le 27 août. Le lendemain, libéré de sa charge gouvernementale, Recep Tayyip Erdoğan pourra enfin succéder à Abdullah Gül.

Ahmet Davutoğlu, adoubé par le président sortant

En dépit de ces ratées procédurales, le scénario de cette transition se précise donc de jour en jour. Car, il est maintenant presque certain qu’Ahmet Davutoğlu sera nommé premier ministre. Le AD premier2président Gül l’a ouvertement laissé entendre, le 19 août, lors d’une nouvelle cérémonie d’adieu à Çankaya, au cours de laquelle il a déclaré :

«À ce qu’il semble notre ministre des affaires étrangères, Ahmet Bey, va prendre le manche. Vous savez que c’est moi qui l’ait fait entrer en politique et dans la vie publique.»

En se présentant comme son mentor, le président sortant a rappelé qu’il l’avait nommé ambassadeur et annoncé qu’il n’hésiterait pas à le faire bénéficier de son expérience et de ses conseils. Mais il est probable que le nouveau premier ministre dépendra avant tout du… nouveau président de la République qui, pour sa part, tout en annonçant son intention de rajeunir l’encadrement du parti à l’occasion des prochaines élections législatives, a rappelé son désir d’être un président actif enclin à faire une nouvelle lecture de la Constitution.

Ahmet Davutoğlu, premier ministre d’un autre type ?

L’actuel Constitution turque ne donne certes pas au chef d’Etat désormais issu du suffrage universel des pouvoirs propres comparables à ceux du président de 5e République française. Il reste qu’élaborée après le coup d’Etat de 1980, la loi fondamentale turque actuellement en vigueur avait renforcé la fonction présidentielle, avec l’idée d’encadrer le régime parlementaire turc et ses gouvernements souvent instables par le passé. L’article 104, l’un des plus longs de cette constitution, qui est consacré aux pouvoirs du président, donne à ce dernier de très nombreuses compétences, y AD premier3compris celle de convoquer une réunion du conseil des ministres et de la présider. Il est vrai qu’une logique parlementaire s’étant imposé après la fin de l’état d’exception et le retour à la démocratie, beaucoup de ces pouvoirs ont été délaissés par les présidents qui ont été depuis en exercice. Qu’à cela ne tienne, Recep Tayyip Erdoğan a bien l’intention de changer la donne pour présidentialiser le système. Il a ainsi expliquer le 14 août :

«J’utiliserai toutes les compétences que me donne la Constitution. Jusqu’à présent toutes ces compétences n’ont pas été utilisées totalement. Mais cela ne veut pas dire qu’elles ne doivent pas l’être… On dit que ce n’est pas comme cela que marche la coutume. Quelle coutume ? (…) Pour la première fois, le président a été élu par le peuple. C’est pourquoi, une nouvelle coutume apparaît. La nouvelle Turquie aura de nouvelles habitudes… Ce sera à nous de donner forme à cette nouvelle coutume…»

À bon entendeur salut ! Alors même que Recep Tayyip Erdoğan est en train de reconfigurer le rôle du président, Ahmet Davutoğlu s’apprête lui à inaugurer une fonction inédite en Turquie : celle de premier ministre d’une république semi-présidentielle. Celui-ci gouvernera non de sa propre autorité en qualité de chef de la majorité parlementaire, mais avant tout pour mettre en œuvre les directives d’un chef de l’Etat élu au suffrage universel. Il faudra donc beaucoup de diplomatie à ce nouveau chef de gouvernement, mais l’on sait que maître Davutoğlu n’en manque pas.

L’opposition elle aussi en voie de restructuration ?

En tout état de cause, ce vent nouveau risque également de toucher l’opposition. Comme on pouvait s’y attendre, Kemal Kılıçdaroğlu, est contesté par l’aile nationaliste de son parti, qui lui reproche le choix d’Ekmeleddin İhsanoğlu lors de la dernière présidentielle. C’est pourquoi, le leader kémaliste a décidé d’organiser un congrès extraordinaire, les 5 et 6 septembre prochains. Cette initiative devrait AD premier4lui permettre, espère-t-il, d’en finir avec la vieille garde du parti et favoriser l’ascension de cadres ayant un profil de sociaux-démocrates, plus en phase avec l’image que le courant majoritaire veut donner du CHP. La situation est néanmoins confuse au sein d’une formation, secouée par un récent et nouvel échec électoral. Muharrem İnce (sur la photo de droite, à droite), le leader des dissidents, qui aurait le soutien de Deniz Baykal et d’Önder Sav, a démissionné de son poste de vice-président du groupe parlementaire pour briguer la présidence du parti, lors du congrès extraordinaire de septembre. Mais il se pourrait qu’il ne soit pas le seul dissident à avoir des ambitions, puisque la députée d’Ankara, Emine Ülker Tarhan (sur la photo de droite, à gauche), très en vue lors de la récente fronde contre Kemal Kılıçdaroğlu, réfléchit à sa candidature, à l’invitation (selon elle) des jeunes et des femmes du CHP.

JM


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Bonjour Monsieur le Prof. MARCOU Jean,

    Merci bien pour vos réflexions bien explicatives, dans lesquelles en grande partie je me trouve d’ailleurs, concernant la situation politique en Turquie d’aujourd’hui, notamment après les élections présidentielles qui y ont eu lieu il y très peu de temps.

    Ceci dit, je voudrais me permettre de vous poser la question suivante pour pouvoir bien comprendre et/ou clarifier une notion figurant dans votre article :

    Lorsque vous parlez des dissidents du parti de l’opposition -principal- CHP (auxquels je pense que s’ajouterait Monsieur le Prof. BATUM Suheyl aussi) vous utilisez le terme « aile nationaliste ».

    Le fait de la définir comme « aile patriotique » pour éviter un malentendu ne serait-il pas plus approprié ?

    En effet, si je ne me trompais pas la mentalité des dits dissidents se trouverait plutôt dans les approches d’Ernest RENAN, que par rapport à celles d’Arthur de GOBINEAU.

    Autrement dit, également du côté des dissidents régis -pour le bon fonctionnement de la République turque-, l’idée de la « volonté de vivre ensemble » remporterait sur la considération des « différences ethniques » etc.

    Je vous prie d’agréer, Monsieur le Prof. MARCOU Jean, l’expression de mes salutations distinguées.

    Omer ALDIKACTI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *