La Turquie nantie de deux présidents et deux premiers ministres

2 présidents-2PMLe 21 août 2014, Ahmet Davutoğlu a été désigné leader de l’AKP et premier ministre. L’actuel chef de la diplomatie turque était le grand favori des experts et des commentateurs. Le choix de sa personne n’est donc pas une surprise. Il avait même été annoncée par le président sortant Adullah Gül, 2 jours auparavant (cf. notre édition du 20 août 2014). Pourtant la transition politique induite par la dernière élection présidentielle est loin d’être achevée. Pour l’heure, le nom d’Ahmet Davutoğlu a d’ailleurs seulement été «proposé» par le Comité central de l’AKP et devra être confirmé lors d’un congrès extraordinaire, le 27 août, c’est-à-dire à la veille de l’investiture de Recep Tayyip Erdoğan à la présidence de la République.

Depuis le 21 août, la Turquie vit donc dans une situation assez exceptionnelle où elle a en fait deux présidents de la République (un président sortant, Abdullah Gül, et un président élu, Recep Tayyip Erdoğan) et deux premiers ministres (un premier ministre encore en exercice, Recep Tayyip Erdoğan, et un aspirant premier ministre, Ahmet Davutoğlu). Cette situation insolite tient au caractère inédit de la période intérimaire qu’a ouverte la première élection présidentielle turque au suffrage universel. Recep Tayyip Erdoğan, premier ministre en exercice, bien qu’élu président, n’a pas démissionné de ses fonctions. Toutefois, tandis que son prédécesseur achève son mandat jusqu’au 28 août, le futur président a pris le soin de préparer sa succession, en s’assurant de l’avènement de son ministre des affaires étrangères à la tête du gouvernement. Le 21 août c’est d’ailleurs Erdoğan en personne qui a annoncé publiquement le choix de Davutoğlu, en ces termes : «Notre nominé est notre ministre des affaires étrangères, notre député de Konya, notre frère Ahmet Davutoğlu». Quoi qu’il en soit, le 27 août, la Turquie n’aura plus qu’un premier ministre et, le 28 août, après la cérémonie d’investiture à Çankaya, elle n’aura plus qu’un président. Ce processus est certes nouveau en son genre, mais il est loin d’être improvisé. Au contraire, un ordonnancement maîtrisé aura permis à Recep Tayyip Erdoğan de contrôler la situation de bout en bout.

Le 25 août, pour sa part, Abdullah Gül a fait ses adieux au peuple turc dans un discours où il a mis en valeur son souhait de rester un président impartial, son attachement aux libertés individuelles, en particulier la liberté de conscience, et sa volonté d’accroître la transparence des affaires publiques. Il a ainsi rappelé qu’il avait été le premier président turc à se rendre dans une cemevi (lieu de culte alévi). Il a souligné ses efforts pour résoudre les difficultés rencontrées par les minorités non-musulmanes pour pratiquer leur culte, il a enfin insisté sur le développement qu’avait connu, sous son impulsion, le Devlet Denetleme Kurulu (Conseil des audits de l’Etat). A entendre ce message d’adieu, on se disait cependant que ce n’était pas seulement celui d’Abdullah Gül, mais aussi celui d’un type de présidence qui vit probablement ses dernières heures, puisque le nouveau président n’a pas caché, pendant sa campagne, son intention d’être engagé et actif en politique.

Tandis qu’Abdullah Gül faisait ses adieux, le même jour, Recep Tayyip Erdoğan a présidé son dernier conseil des ministres. Là encore on pouvait penser que cette ultime réunion gouvernementale sonnait le glas d’un régime parlementaire turc où le gouvernement et son chef déterminaient et conduisaient la politique de la Nation. Désormais cette tâche sera assumée par le couple président-premier ministre sous le leadership incontestable du chef de l’Etat. Pour sa part, Kemal Kılıçdaroğlu, le leader du CHP, a regretté cette situation et estimé que l’heure du «premier ministre-marionnette» était venue, en ajoutant : «Regardez le couple Davutoğlu-Erdoğan nous entrons dans un processus auquel nous n’avons jamais assisté depuis le début de l’ère républicaine.» Il est probable que les événements du 27 août (intronisation de Davutoğlu) et du 28 août (intronisation d’Erdoğan) vont faire de la Turquie une république présidentialisée. Reste à savoir quelle pratique institutionnelle nouvelle va générer cette transformation et comment s’agencera, dans ce nouveau système, la relation entre le président et son premier ministre…

JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *