Turquie : la République se présidentialise

république présidentielle1Le 6 septembre, le gouvernement d’Ahmet Davutoğlu a obtenu la confiance du parlement par 306 voix contre 133. Ainsi s’achèvent les phases essentielles de la transition politique provoquée en Turquie par l’élection de Recep Tayyip Erdoğan à la présidence de la République, le 10 août dernier. Mais plus qu’à un changement de personnes, nous venons d’assister à un véritable changement de régime.

L’intérim de deux présidents et de deux premiers ministres

Élu président dès le premier tour avec près de 52% des suffrages, Recep Tayyip Erdoğan, dont le résultat a été consacré par le YSK (Conseil supérieur des élections) dès le 15 août, n’a pas abandonné pour autant ses fonctions gouvernementales. L’aspirant président a attendu pour le faire, la veille de la passation de pouvoirs avec son prédécesseur, Abdullah Gül. Entretemps, il s’est employé à mettre en place son successeur à la tête du gouvernement, annonçant lui-même, dès le 21 août, le choix république présidentielle2d’Ahmet Davutoğlu après la réunion des instances dirigeantes du parti et le faisant ratifier par un congrès extraordinaire, le 27 août. Ce n’est que le 28 août, jour de son intronisation à la présidence, que le Journal officiel a annoncé son élection.

En dépit de son caractère inédit, cette transition s’est déroulée presque sans anicroches. La seule contestation majeure est venue des partis d’opposition, dénonçant une atteinte à la Constitution et plaidant que Recep Tayyip Erdoğan aurait du cesser d’être premier ministre dès le 15 août (annonce des résultats par le YSK). Ce constat a conduit le leader du CHP, Kemal Kılıçdaroğlu, à refuser de participer aux cérémonies d’investiture du nouveau président et a vu les parlementaires du CHP protester avant la prestation de serment de ce dernier au parlement. L’incident n’a pourtant pas empêché les cérémonies de suivre leur cours et de s’achever par une passation de pouvoirs en grandes pompes à Çankaya.

La tête et les jambes !

De toute évidence cette transition a débouché, comme l’avait laissé entendre les déclarations de campagne du candidat Erdoğan, sur une nouvelle configuration de l’exécutif qui voit le président choisir son premier ministre, même si ce choix a du être formellement consacré par les instances du parti. Au soir des cérémonies d’investiture en effet, le nouveau président a nommé Ahmet Davutoğlu à la tête du gouvernement, et celui-ci a présenté son gouvernement dès le lendemain. Ce gouvernement est très largement la copie du précédent. Seuls 4 nouveaux noms apparaissent. Les vice-premiers ministres, Beşir Atalay et Emrullah İşler, sont remplacés par Yalçın Akdoğan (l’un des plus proches conseillers de Recep Tayyip Erdoğan) et Numan Kurtulmuş (l’ex-leader du Saadet Partisi, rallié à l’AKP, cf. notre édition du 1er octobre 2010). Mevlüt Çavusoğlu (l’ancien président de république présidentielle3l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, devenu ministre des affaires européennes dans le gouvernement Erdoğan) prend la succession d’Ahmet Davutoğlu à la tête de la diplomatie turque. Il est remplacé aux affaires européennes par Volkan Bozkır. Aux douanes, Hayati Yazıcı laisse sa place à Nurettin Canikli.

Ainsi, la nomination du gouvernement Davutoğlu a pris toutes les apparences d’un remaniement du gouvernement Erdoğan. De toute évidence, nous ne sommes plus dans un régime parlementaire, mais dans une sorte de régime semi-présidentiel où le président de la République définit les grandes orientations de la politique du pays et où le premier ministre les met en œuvre. En choisissant rapidement Ahmet Davutoğlu, son ancien ministre des affaires étrangères, pour lui succéder à la tête du parti majoritaire et du gouvernement, Recep Tayyip Erdoğan a étouffé dans l’œuf les velléités d’Abdullah Gül de se maintenir au plus haut niveau. Alors que l’ancien président avait tergiversé et fait savoir qu’il ne souhaitait pas être un premier ministre aux ordres, l’ancien chef de la diplomatie turque n’a pas fait mystère de son allégeance au nouveau président de la République. À elle seule la reconduite du gouvernement Erdoğan et l’acceptation de cette situation par le nouveau premier ministre montrent à quel point ce dernier est désormais soumis à la tutelle présidentielle. Kemal Kılıçdaroğlu en a conclu qu’était venue l’époque des «premiers ministres marionnettes». Dans les années 1970, Michel Jobert, un de nos anciens ministres des affaires étrangères, évoquant le couple président-premier ministre en régime semi-présidentiel, avait eu cette expression évocatrice : «C’est la tête et les jambes !». Ahmet Davutoğlu n’a pas été nommé premier ministre pour avoir des idées plein la tête et s’en servir pour disposer d’une marge manœuvre à l’égard de Recep Tayyip Erdoğan, mais surtout pour faire la preuve qu’il a des mollets d’acier lui permettant de courir vite et longtemps pour «son président».

Osmanlı Cumhuriyeti

Sans révision de la Constitution, le régime a donc changé du fait de la logique nouvelle qui domine les relations président-premier ministre, au sein de l’exécutif. Par rapport à ce qui existait en régime parlementaire, cette logique s’est inversée. Celui qui dominait (le chef du gouvernement) est devenu l’exécutant de celui qui antérieurement n’exerçait qu’une magistrature morale hors de la dynamique politique essentielle. Cette nouvelle logique n’est pas simplement lisible à travers les événements de la transition politique que nous venons de relater, mais aussi dans la symbolique qui domine république présidentielle4désormais l’exercice du pouvoir. Nous avions relevé dans une précédente édition qu’au soir du 10 août, le premier geste du leader et fondateur de l’AKP, après avoir eu confirmation de son élection, avait été de se rendre à la mosquée d’Eyüp, comme le faisaient naguère les sultans ottomans dès l’annonce de leur intronisation. D’autres événements symboliques sont intervenus depuis. Ainsi, à peine un jour après son investiture, le nouveau président a pris possession d’un nouvel avion officiel, un Airbus A330-200 Prestige, commandé comme par hasard par lui-même il y a 3 ans et conçu sur le modèle des avions présidentiels des grands Etats. Recep Tayyip Erdoğan a étrenné son nouvel avion, repeint aux couleurs de la Turquie, dès son premier déplacement officiel qui l’a conduit (via une escale en Azerbaïdjan) au sommet de l’OTAN à Cardiff, où il a retrouvé les grands de ce monde.

Plus impressionnant encore, le nouveau président a annoncé qu’il allait délaisser la traditionnelle résidence des chefs d’Etat turcs à Çankaya depuis Atatürk (le fameux Köşk) pour s’installer dans un nouveau palais construit récemment (non sans polémiques d’ailleurs) dans la forêt de la ferme d’Atatürk à Ankara. Cet édifice que Recep Tayyip Erdoğan avait fait bâtir comme par hasard pour le premier ministre, ces dernières années, deviendra la nouvelle résidence présidentielle, tandis que république présidentielle5Ahmet Davutoğlu héritera de… Çankaya. Cette décision a été très mal accueillie par le leader du parti kémaliste Kemal Kılıçdaroğlu qui a déclaré : «Les sociétés sont attirées vers le chaos quand on les coupe de leurs traditions.»

Le sultan et son grand vizir installés, il ne restait plus qu’à rétablir le califat… À cet égard, on pouvait compter sur Ahmet Davutoğlu qui a fait savoir qu’il estimait que le Diyanet (direction des affaires religieuses qui a pris la succession du califat après sa suppression en 1924 mais qui ne joue qu’un rôle essentiellement bureaucratique consistant à organiser la religion majoritaire sunnite hanéfite) devait retrouver un rôle spirituel et ne pas demeurer qu’une simple structure administrative. La mesure ne surprendra pas dans une république présidentialisée qui s’ottomanise chaque jour un peu plus….

JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *