L’affaire «Öymen», de l’indignation à la lame de fond


La vague d’indignations, provoquée par les propos d’Onur Öymen sur les révoltes de Cheikh Saïd et de Dersim, est en train de se muer en lame de fond. Sans le vouloir, le député du CHP risque de faire sortir de leur boîte de Pandore, des tabous majeurs de l’histoire officielle turque.

Rappelons tout d’abord, les faits. S’exprimant au parlement, le 9 novembre dernier, à la veille du lancement des discussions sur l’ouverture démocratique kurde, Onur Öymen s’en est pris sans ménagement à l’un des arguments couramment utilisés par les responsables de l’AKP pour soutenir leur projet. Au cours des derniers mois, en effet, ceux-ci n’ont cessé de plaider que le succès de leur initiative kurde permettrait d’en finir avec la douleur des familles turques dont les fils meurent dans les opérations militaires contre le PKK. Ainsi, selon le parti majoritaire, en rejetant cette politique, les partis d’opposition seraient en réalité insensibles aux pleurs des mères turques.

« Est-ce que les mères ne pleuraient pas pendant la guerre d’indépendance, pendant la révolte de Cheikh Saïd, et celle de Dersim ou à Chypre ? Est-ce que quelqu’un a demandé alors d’arrêter les combats pour que les mères cessent de pleurer ? »,

s’est demandé le responsable kémaliste, dans un contexte où son parti reprochait aussi au gouvernement d’avoir décidé d’ouvrir les débats sur son projet kurde, le 10 novembre 2009, c’est-à-dire le jour du 71e anniversaire de la mort d’Atatürk.

Cette envolée nationaliste a provoqué immédiatement une tempête de protestations dans l’hémicycle, qui n’a pas tardé à gagner la société civile et la diaspora turque à l’étranger (associations alévies, kurdes, organisations humanitaires… ). On comprend pourquoi. En mettant sur le même plan la guerre d’indépendance, les révoltes de Cheikh Saïd et de Dersim, et Chypre, Onur Öymen a assimilé une guerre de libération nationale (1920-23) ou l’intervention militaire de Chypre (1974), à des opérations massives de répression menées contre des rébellions intérieures kurdes ou kurdo-alévies dans l’entre-deux-guerres (Cheikh Saïd en 1925 et Dersim en 1937-38). Une telle assimilation résume à elle seule toutes les ambiguïtés de la République turque contemporaine où Turcs et Kurdes qu’ils soient sunnites ou alévis sont théoriquement considérés comme égaux, alors même que les préjugés nationalistes et les discriminations cultivés pendant la période du parti unique perdurent. Or, de tels propos, qui en d’autre temps auraient laissé sans voix une société et une classe politique frileuses, voire plus ou moins acquises à une telle vision de l’histoire et de la société, sont devenus aujourd’hui inacceptables. Il y a, en effet, depuis les élections de 2007, vingt députés kurdes qui constituent le 4e groupe politique au parlement, et par ailleurs, au cours des dernières années, l’histoire officielle n’a cessé d’être mise en cause par des débats, des incidents politiques et par la production cinématographique, littéraire ou artistique.

Plus encore que des Kurdes dans leur ensemble, la réaction est venue des Kurdes alévis de Tunceli (le nom turc contemporain de Dersim) où des affichettes d’Onur Öymen, affublé de la petite moustache et de la mèche rebelle d’Hitler, sont apparues dans les jours qui ont suivi l’incident au parlement (photo). Cette mobilisation a provoqué une onde de choc dans l’ensemble de la communauté alévie. Longtemps considérée comme l’un des piliers du régime kémaliste, cette communauté, qui avait paradoxalement voté en majorité pour l’AKP en 2007, semblait revenir ces derniers temps vers le CHP, déçue par les promesses non tenues du gouvernement (cf. notre édition du 20 novembre 2009). Le dérapage d’Onur Öymen l’a brutalement confrontée à ce que Cengiz Güleç, le Président de l’Institut alévi, appelle «son syndrome de Stockholm» et qui se demande si par attachement à une laïcité qui est sensée la préserver d’une domination sunnite, elle ne s’est pas longtemps laissée séduire par ses propres oppresseurs ?

Car l’affaire «Öymen» a pris, ces derniers jours, une dimension qui dépasse de très loin les seules turpitudes du CHP. En réagissant violemment aux affichettes qui le présentent sur fond de croix gammée et en demandant à ses détracteurs si «Atatürk était lui aussi un fasciste», le parlementaire kémaliste a d’ailleurs lui-même aggravé son cas, et contribué à donner une tout autre ampleur au débat. Car, ce n’est désormais plus seulement au racisme et au nationalisme professés par certains membres du CHP que l’on s’intéresse, mais aux périodes les plus sombres de la période du parti unique. La répression de Dersim a fait près de 80 000 victimes en 1937-38, et la fille adoptive d’Atatürk, Sabiha Gökçen, première femme pilote de chasse du monde, y aurait en outre activement pris part. Ces événements étaient certes connus par les historiens et les personnes averties, ils sont en train d’être révélés au grand public. Cela risque de conduire à une mise en cause plus étendue des mythes fondateurs de la République.

Pour l’heure, les propos d’Öymen sont désastreux pour l’image et la cohésion du CHP. Après avoir été traversé par des conflits internes, certains de ses membres ayant demandé à mots couverts au député de faire un geste (s’excuser, voire démissionner), il semble que le parti serre les rangs, en tentant de faire passer la protestation qui enfle, pour une opération politicienne de lynchage. L’état de confusion actuelle du parti kémaliste est bien reflétée par l’attitude contradictoire de Kemal Kılıçdaroğlu (l’ex-candidat à la mairie d’Istanbul), qui après avoir fait mine de se démarquer des déclarations d’Öymen, vient d’évoquer une entreprise de dénigrement ourdie pour affaiblir le CHP.

L’AKP n’est pourtant pas pour grand’chose dans la campagne de protestations qui a suivi les propos d’Onur Öymen. Mais il faut bien voir que ce qui contribue à amplifier les effets bénéfiques que le parti majoritaire peut retirer du dérapage du député du CHP, c’est que l’incident s’est produit quelques jours à peine après la visite que le président Gül a effectuée à Tunceli, le 5 novembre dernier. Dès lors, les déclarations d’Öymen ont ouvert un boulevard de l’AKP qui, après s’être fait le chantre de la diversité turque, au cours des dernières semaines, apparaît comme un parti qui s’intéresse à toute la Turquie. Depuis une dizaine de jours, cet argument est d’ailleurs devenu l’un des thèmes favoris des discours de Recep Tayyip Erdoğan qui, par exemple, le 14 novembre 2009, en déplacement à Malatya (« pour la neuvième fois depuis 2002 », a-t-il souligné), a raillé ce parti kémaliste, qui s’érige en champion de l’unité de la Turquie, alors même que ses responsables ne daignent pas se déplacer au-delà de Sivas.

Au-delà de ce constat, et pour conclure, on peut penser que les propos d’Onur Öymen, sont en train d’avoir une autre conséquence majeure. En effet, alors même que, la semaine dernière, l’ouverture démocratique de l’AKP en direction des Kurdes est apparue comme timorée, pour ne pas dire décevante, la lame de fond provoquée par le dérapage du député kémaliste, contribue actuellement à valoriser l’initiative gouvernementale. En cherchant à saper cet événement, Onur Öymen lui a donc donné sans doute la dimension qui lui manquait initialement, et qui fera dire, peut-être, dans quelques années, qu’après la semaine du 9 novembre 2009, plus rien n’a été comme avant, en Turquie.
JM


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 24 août 2016

    […] pas à inclure la répression de Dersim dans ces luttes de libération nationale ! (cf. notre édition du 22 novembre 2009) Cette déclaration avait fait scandale non seulement au sein de la communauté dersimi (habitants […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *