La frontière turco-syrienne à la cruelle épreuve des faits : l’exemple du sud du département d’Urfa en septembre 2014

Carte de Birecik de 1915, avant toute frontière (fonds de l’IFEA) (on reconnaît Birecik au nord sur le fleuve Euphrate et la voie ferrée).

Carte de la région datant de 1953

Le 22  septembre 2014, Ahmet Davutoğlu, le nouveau Premier ministre turc – ancien ministre des affaires étrangères –, dans une interview-fleuve sur la rocambolesque libération des 46 otages turcs de l’ISIL (voir notre édition du 21 septembre 2014), déclarait à propos de la frontière turco-syrienne : « C’est une frontière très bizarre en fait. Elle sépare des gens qui sont tellement étroitement apparentés. » On sait en effet que dans les négociations avec ISIL les Renseignements turcs (M.İ.T.) sont passés par le truchement de tribus arabes – et de leurs autorités religieuses – présentes des deux côtés de la frontière. Celle-ci est le produit hasardeux d’un contexte historique précis (la Première Guerre mondiale) et d’une série de vicissitudes liées à l’évolution des rapports de force sur le terrain comme à l’échelle internationale : accords Sykes-Picot (1916), traité de Sèvres (août 1920), accord franc-turc secret du 11 mars 19211, accord franco-turc du 20 octobre 1921 (article 8), traité de Lausanne (juillet 1923), accord franco-turc « d’amitié et de bon voisinage » du 18 février 1926…. Cette relativisation, voire cette remise en cause, d’une frontière internationale par Davutoğlu, semble, dans l’esprit de ce dernier, permettre de rendre plus compréhensible la situation actuelle, les opérations de sauvetage, comme les mouvements inouïs qui affectent la dite frontière depuis quelque temps. Les Kurdes de Turquie comme ceux de Syrie développent aussi un discours de relativisation insistant sur la présence de Kurdes, souvent apparentés, de part et d’autre de la frontière, malgré les lourdes politiques d’ingénierie démographique, d’arabisation et de turquification conduites par les deux États centraux concernés dans les années 1960-1990. Par-là on voit combien les arguments convoqués par les différents acteurs pour relativiser la raison d’être de la frontière peuvent changer, d’autres groupes convoquant l’« unité musulmane » pour ne pas reconnaître la frontière (arguant du fait que des deux côtés de celle-ci vivent des musulmans sunnites).

Carte de Birecik de 1915, avant toute frontière (fonds de l’IFEA) (on reconnaît Birecik au nord sur le fleuve Euphrate et la voie ferrée)

Carte de Birecik de 1915, avant toute frontière (fonds de l’IFEA) (on reconnaît Birecik au nord sur le fleuve Euphrate et la voie ferrée)

Pour illustrer le brouillage en cours2, notre attention va se porter ici sur un segment particulier de cette frontière terrestre turco-syrienne (qui totalise 877 km), entre l’Euphrate à l’ouest et Ceylanpınar à l’est. Le segment sélectionné correspond au flanc sud du vaste département de Şanlıurfa, et plus précisément aux arrondissements particulièrement « exposés » depuis le début de la guerre en Syrie, de Birecik, Suruç, Akçakale, Harran et Ceylanpınar. Chacun de ces arrondissements possède un nom en kurde – préféré par certains types d’acteurs – et est doublé d’une ville-jumelle « arabe » au-delà de la frontière, elle-même désignée de plusieurs façons. Tant est si bien que pour des agglomérations très proches, juste séparées par la frontière, on peut avoir – deux fois trois – six noms différents ! Les situations de crise3 comme celle que nous vivons sont éminemment propices à cette fragmentation des dénominations qui accompagnent le déchirement des tissus sociaux et la segmentation des projets politiques. Et tenter de comprendre les différents imaginaires de la frontière passe par une prise en compte des toponymies éclatées selon les points de vue et positions.

Démultiplication toponymique autour de la frontière sud du département d’Urfa4

Arrondissements-Agglomérations-doublons frontaliers (/)

Nom en turc

Nom en kurde

Nom en arabe

Karkamış/ Jarablus
(département de G.Antep)
Karkamış Girgamêş
Jarablus
Birecik Birecik Bêrecûg
Suruç Suruç Pirsûs
Mürşitpınar/Ayn-el-Arab Mürşitpınar Atamanîk
Kobâne Ayn-el-Arab
Harran Harran Herran ou Heran
Akçakale/ Tel Abyad Akçakale Kaniya Xezalan
Girê Spî Tel Abyad
Ceylanpınar/Ras-Al-Ayn Ceylanpınar
Serê Kaniyê5 Ras-Al-Ayn

Nous ne reviendrons pas ici sur la genèse de cette frontière post-Première Guerre mondiale déjà bien étudiée, pas plus que sur les pratiques clandestines de franchissement  et de commerce, déjà célèbres dans les années 1920 (Jean-David Mizrahi 2003 ; Seda Altuğ 2009). Le film « Frontière » (Sınır) de Gani Rüzgar Şavata (sorti en 1999) relate cette réalité pour les années 1990, du côté de Ceylanpınar (Ras-al-Ayn/Serê Kaniyê). Le phénomène du «kaçakçılık »  est donc bien ancré et prend des formes innombrables que les horreurs de la guerre démultiplient encore. La presse turque du 22 septembre 2014 évoquait encore des « trafiquants » (kaçakçı) arrêtés par l’armée turque sur cette frontière. En restant concentré sur le segment « Urfa » de la frontière turco-syrienne, en quoi consiste cette mise à l’épreuve-limite de la frontière, qui aboutit à son abolition intermittente dans les pratiques de mobilité ou dans les représentations ?

Les mouvements à la frontière turco-syrienne à Urfa depuis le 19/09/2014

Les mouvements à la frontière turco-syrienne à Urfa depuis le 19/09/2014

  • L’épreuve des mouvements de réfugiés6. Depuis le 19 septembre 2014 on estime que plus de 150 000 Kurdes de Kobâne, fuyant les attaques de l’ISIL ont trouvé pour l’essentiel refuge dans l’arrondissement immédiatement limitrophe de Kobâne, Suruç/Pirsûs. Les moins démunis d’entre eux ont poussé jusqu’à Urfa, à cinquante kilomètres de la frontière ; certains ayant même poursuivi jusqu’à Istanbul7. Depuis le 22 septembre, on note le retour de jeunes hommes qui, une fois leur famille « installée » reviennent combattre8. Alors que ces mouvements sont endémiques (et comme homéopathiques) depuis le 29 avril 2011, ce qui est frappant dans le cas présent c’est leur caractère massif. Les autorités turques ont fait face pour l’essentiel, en ouvrant une brèche contrôlée par l’armée et en réquisitionnant des bâtiments publics dans l’arrondissement de Suruç/Pirsûs.
  • L’épreuve des mouvements contradictoires de combattants. Les infiltrations en Syrie de volontaires turcs ou internationaux cherchant à rejoindre les rangs de l’ISIL sont attestées. Il se peut cependant que depuis le début des frappes aériennes de la coalition, l’enthousiasme des volontaires soit un peu retombé. Parallèlement, mais dans le même sens, on sait que 400 combattants de l’HPG (la branche armée du Parti des Travailleurs du Kurdistan ou PKK : Hêzên Parastina Gel en kurde, soit les « Forces de défense populaire ») ont franchi la frontière avec armes lourdes et bagages pour se battre aux côtés des Kurdes syriens de l’YPG (du kurde Yekîneyên Parastina Gel, soit « Les Forces de protection du peuple »), branche armée du PYD (Parti de l’union démocratique). Cette infiltration de l’HPG semble même s’être effectuée avec l’accord tacite des militaires et policiers turcs en charge de la surveillance de la frontière. En outre, de toute la Turquie affluent vers Kobanê des Kurdes – citoyens turcs -, dont une partie est décidée à aller se battre. La mobilisation pour Kobanê érigé en symbole de la résistance kurde contre les « bandes de brigands » (le terme utilisé dans la presse turque est çete) de l’ISIL est stupéfiante et a été orchestrée en partie par le dirigeant du PKK encore en prison sur l’île d’İmralı. Si les forces de sécurité turques s’efforcent d’intercepter ce flux et d’empêcher les passages – utilisant les méthodes les plus dissuasives à cette fin -, des passages ont quand même eu lieu.
  • Les mouvements de sympathisants kurdes qui souhaitent manifester plus pacifiquement leur solidarité avec les frères kurdes en guerre de l’autre côté de la frontière qu’ils contestent symboliquement participent aussi de l’effervescence et de la confusion sur le terrain. En effet, parallèlement à l’appel aux combattants volontaires, des appels à la solidarisation avec Kobanê en souffrance – érigé en « nouveau Stalingrad » par certains observateurs – ainsi qu’avec les réfugiés syriens ont été lancés9, qui se traduisent par un afflux pacifique de toutes les régions de Turquie. « Le Kurdistan entier accourt vers Kobanê » titrait ainsi le 20 septembre 2014 en manchette principale le quotidien kurde de Turquie Özgür Gündem. Et le même journal, le lendemain, lançait toujours en première: « Affluez, affluez vers Kobanê » (Akın akın Kobanê’ye), puis le 25 septembre 2014 : « Nous allons offrir nos corps en sacrifice ».

    Manchette du quotidien kurde Özgür Gündem

    Manchette du quotidien kurde Özgür Gündem

  • L’épreuve des mouvements de trafiquants (pétrole/essence, armes, thé, vivres, animaux notamment au moment de la Fête du sacrifice…) n’est pas nouvelle (Mizrahi 2003). Le trafic de pétrole de la Syrie vers la Turquie a repris violemment ces derniers mois, profitant de l’état de désorganisation généralisée. Alors que depuis quelques années le trafic transfrontalier d’essence se faisait surtout depuis  l’Iran et l’Irak (comme le drame de Roboski du 28 décembre 2011 l’a rappelé), plusieurs arrestations et incidents récents montrent que les flux à partir de la Syrie se sont considérablement accrus. Plusieurs analystes considèrent même que beaucoup des groupes armés qui opèrent en Syrie – à l’instar de l’ISIL – se financent principalement grâce à ce marché noir de l’or noir.  À ceci s’ajoute tout un trafic de produits et d’objets divers confisqués, volés par les divers groupes armés opérant en Syrie…. dans le but de les revendre sur le marché noir turc. Les armes pénètrent aussi de Turquie en Syrie, comme une partie de la presse turque l’a encore révélé au début de septembre 2014 (voir Taraf, 9 septembre 2014, p. 9).
  • Il existe aussi un trafic humain ininterrompu. À considérer la composition et le nombre des groupes de clandestins arrêtés aux frontières européennes de la Turquie (Grèce et Bulgarie), il semble que les trafiquants d’humains aient profité de la situation pour intensifier leurs activités.
  • L’épreuve des flux de blessés. Enfin, des combattants de toutes les parties engagées ou de simples victimes vont se faire soigner dans les hôpitaux de Turquie, et notamment ceux du département d’Urfa, qui reçoivent et soignent quelques Kurdes comme des membres de l’ISIL. Si l’anonymat des blessés leur est officiellement garanti, la question du traitement de tous les blessés, sans discrimination, fait l’objet d’un débat à la fois au niveau local et national, certains opposants au gouvernement turc actuel l’accusant de faire preuve de plus de générosité vis-à-vis de certains des protagonistes du conflit. Conjointement, des flux de cadavres traversent la frontière dans les deux sens : cadavres de citoyens turcs (se battant en Syrie dans les rangs du YPG ou d’ISIL), cadavres de citoyens syriens morts en exil…
Une du quotidien Hürriyet, 26/09/2014 - "En ce moment à la frontière"lien vers l'article

Une du quotidien Hürriyet, 26/09/2014 – « En ce moment à la frontière » lien vers l’article
Légende en gras entre les deux photos du bas : « L’objectif d’ISIL est de s’emparer de Kobane, l’arrondissement qui fait face à Suruç (Urfa) actuellement aux mains des Kurdes de Syrie. Les forces du YPG [« Les forces de protection »] armées de DShK ripostent aux attaques à l’arme lourde d’ISIL sur la colline de Zorava » [point stratégique pour la prise de Kobanê]

Les usages contradictoires de la frontière turco-syrienne que l’on peut observer depuis le début de la guerre en Syrie défient toute approche « rationnelle-monolithique » de celle-ci. La remise en cause des frontières, de facto ou même seulement discursive, son brouillage/effacement – par l’ensemble des acteurs engagés sur le terrain et même par les États– ne manque pas de donner à réfléchir. Cet enchevêtrement explosif de flux transfrontaliers ou polarisés sur la frontière a pour effet de transformer totalement le sens donné à celle-ci et révèle la faillite et la fragmentation des entités garantes de ces lignes de partage de la souveraineté territoriale.

Bibliographie

Conférences (vidéo) de l’IFEA sur la Syrie de 2013 : Mélisande Genat, Laurent Vinatier, Adam Baczko, Arthur Quesnay-Gilles Dorronsoro et Cyril Roussel.

  1. Au terme de cet accord, « (…) la France laisse à la Turquie quelques localités (Kilis, Aïntâb, Ourfa), qui lui étaient dévolues par l’accord tripartite consécutif au traité de Sèvres. Elle accepte également de faire coïncider la ligne frontière avec la ligne du chemin de fer de Bagdad… » (Ghaderi-Mameli 2005). []
  2. Le quotidien Vatan titrait en première page le 23 septembre 2014 : « Les deux visages de la frontière » (l’expression en turc connote aussi l’hypocrisie), mettant en regard deux photographies ; l’une représentant des Kurdes syriens passant en Turquie, l’autre des militants kurdes de Turquie cherchant à forcer la frontière pour porter secours à leurs frères de Syrie…. []
  3. Les temps pourtant très proches où les partisans de la fraternité turco-syrienne envisageaient une forme pacifique d’abolition de la frontière sont désormais révolus ; et on se rappelle qu’au début 2011 encore les autorités turques et syriennes plaidaient la main dans la main pour un allègement des dispositifs de contrôle sur la frontière commune, pour un déminage massif et pour un retour aux fluidités « historiques » de direction nord-sud. []
  4. En Turquie cette démultiplication toponymique a été amorcée avec l’émergence de pouvoirs locaux tenus par les partis kurdes à partir du milieu des années 1990. []
  5. Les appellations arabes et kurdes signifiant la même chose. []
  6. Ce phénomène n’a pas débuté en septembre 2014. À chaque fois que des affrontements ont lieu à proximité, des franchissements de refuge ont lieu ; ainsi, quand en septembre 2012 le poste-frontière d’Akçakale a été pris par l’Armée Syrienne Libre (ASL) aux dépens de l’armée syrienne, une centaine de personnes s’est réfugiée en Turquie; cf. Milliyet, 20 septembre 2012, p. 23. De même en novembre 2012, alors que l’aviation syrienne bombardait les positions de l’ASL à Ras El-Ayn, de nombreuses personnes ont fui en Turquie ; cf. Milliyet, 17 novembre 2012, p. 21. []
  7. Voir : « Ici ce n’est pas la frontière, c’est Esenler [arrondissement d’Istanbul où se trouve la gare routière] », Vatan, 23 septembre 2014, p. 13. []
  8. “Savaşmak için geri döndüler” (Ils sont revenus pour combattre), Taraf, 23 Eylül 2014, p. 8. []
  9. Comme celui des « Activistes pour la Vie » (Yaşam Aktivistleri) du 22 septembre 2014. []

Jean-François Pérouse

Géographe Directeur de l'Institut Français d'Études Anatoliennes

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 25 juin 2015

    […] l’heure précise où l’Etat Islamique (EI) semble recommencer à s’acharner contre Kobanê (voir carte ci-dessous), on ne peut que très chaleureusement recommander le petit livre (187 p.) […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *