Crise syrienne : Ankara et Washington sur des positions différentes

Syrie-Turquie-US1Le 2 octobre 2014, le parlement turc a adopté une résolution permettant au gouvernement d’intervenir en Syrie et en Irak, et reformulant en les élargissant de précédents textes qui autorisaient l’armée turque à mener des incursions transfrontalières dans ces pays. Cette initiative a été analysée un peu vite comme un engagement de la Turquie dans la coalition internationale et comme son entrée en guerre contre l’Etat islamique (EI). Or, depuis l’adoption de ce texte, l’organisation djihadiste poursuit sa progression, menace de prendre le contrôle de la ville kurde de Kobâne et continue de provoquer un exode massif de réfugiés, tandis que l’armée turque reste l’arme à la bretelle de l’autre côté de la frontière (cf. notre édition du 6 octobre 2014). Cette apparente inaction ne cesse d’intriguer depuis quelques jours les observateurs occidentaux. Et ce d’autant plus que les autorités turques, tout en affirmant ne pas souhaiter que Kobâne tombe entre les mains de l’EI, envoient des multiples messages qui brouillent les cartes et que l’on peut résumer ainsi : il faut en finir aussi avec le régime de Bachar el Assad et se défier tant du PKK que de l’EI, à renvoyer dos-à-dos comme deux organisations terroristes. Ces prises de position sont-elles une manière de refuser de s’impliquer ou annoncent-elles au contraire une forme d’intervention dans les prochains jours ?

Une résolution d’une grande imprécision

Une chose est sûre c’est que la résolution votée par le parlement confère une grande latitude d’action au gouvernement turc, lui laissant en fait les mains libres pour négocier son implication en Syrie avec les Etats-Unis. S’appuyant sur l’article 92 de la Constitution et fusionnant deux autorisations Syrie-Turquie-US2antérieures traitant séparément de l’Irak et de la Syrie, le nouveau texte donne la possibilité à l’armée turque d’agir dans ces deux pays, sans spécifier les menaces qui peuvent justifier de telles interventions. Il permet en outre l’accueil de troupes étrangères sur le territoire turc. L’armée a fait part de son inconfort à l’égard des imprécisions de ce texte. Elle s’interroge sur les termes de son éventuel engagement en Syrie, sur l’effectivité de sa participation à la coalition internationale, sur le rôle qui sera celui des services de renseignement (MIT) dans ces opérations et sur les garanties légales dont bénéficieront les soldats qui sont engagés. Votée pour un an, la résolution a été soutenue par le parti au pouvoir (AKP) et par les nationalistes du MHP, mais rejetée par les kémalistes du CHP et les Kurdes du HDP. Les premiers ont regretté que ce texte ne soit pas motivé exclusivement par l’idée de conduire une action transfrontalière limitée contre l’EI, mais qu’il constitue surtout «un cri de guerre» contre Bachar el-Assad, susceptible d’entrainer la Turquie dans un véritable conflit avec la Syrie. Les seconds ont expliqué que le gouvernement turc continuait à épargner les djihadistes, voire carrément à les soutenir.

La politique syrienne de la Turquie

Quelle stratégie de la Turquie en Syrie cachent en fait les ambiguïtés de la résolution votée le 2 octobre ? Les frappes conduites en Irak puis en Syrie par les Américains, avant la constitution dans l’urgence d’une coalition pour consacrer ces premières interventions, ont été avant tout motivées par l’idée d’enrayer la progression territoriale de l’EI. Or, cette compréhension de la crise syrienne n’est Syrian refugees are seen in a refugee camp in the Turkish border town of Boynuegin in Hatay provincepas celle d’Ankara. Aux prises avec ce conflit depuis plus de 3 ans, la Turquie en supporte les conséquences immédiates (afflux de près de 2 millions de réfugiés sur son territoire, perméabilisation dangereuse de sa frontière, risques de déstabilisation intérieure) et redoute les effets à plus long terme qu’il pourrait avoir (recomposition des équilibres politiques, ethniques et confessionnels de la région, voisinage incertain des acteurs principaux de cette crise djihadistes, kurdes, notamment). C’est la raison pour laquelle, elle souhaite la résolution globale d’une guerre civile dont elle considère Bachar el-Assad comme le premier responsable. Ainsi, depuis 2011, elle demande à la communauté internationale de s’impliquer d’avantage pour trouver une solution durable qui permettrait une stabilisation de la Syrie et un retour des réfugiés chez eux. L’an passé, après l’usage d’armes chimiques par le régime de Damas, elle avait soutenu l’idée d’une intervention internationale à l’encontre de ce dernier. Aujourd’hui, c’est dans le cadre de la recherche de ce règlement global qu’elle entend négocier sa participation à la coalition internationale. Mais, il est bien évident que dans le contexte d’urgence qui prévaut actuellement à Kobâne, une telle posture peut apparaître aussi comme une manière de ne pas s’engager.

Ankara et Washington en désaccord sur l’objectif de l’intervention

Lors de la discussion de la résolution parlementaire du 2 octobre et par la suite, le gouvernement turc a dévoilé les objectifs qui pourraient être ceux de son intervention : créer une zone de sécurité derrière sa frontière avec la Syrie afin d’accueillir les populations civiles fuyant les combats et les exactions, accompagner cette création de l’instauration d’une zone d’exclusion aérienne et parallèlement tenter de raviver l’opposition syrienne modérée, notamment l’Armée Syrienne Libre Syrie-Turquie-US4(ASL). Il n’est ainsi par étonnant que, le 4 octobre 2014, les services de renseignement turcs (MIT) aient demandé à Saleh Muslim (photo à droite), le leader des Kurdes syriens du PYD, dont les troupes défendent actuellement Kobâne, de se démarquer et du régime de Damas et du PKK, tout en faisant allégeance à l’ASL. À plus long terme l’idée de la Turquie est après avoir obtenu la chute du régime d’El-Assad, de restaurer un Etat syrien unifié, en y empêchant la création d’une région kurde autonome. Or, cette vision globale et le type d’intervention qu’elle implique est-elle compatible avec les objectifs immédiats de la coalition, notamment ceux de Washington, qui visent avant tout à mettre l’EI hors d’état de nuire ?

C’est cette question qui désormais à l’ordre du jour. Le 6 octobre 2014, lors d’un échange avec une journaliste de CNN, Ahmet Davutoğlu s’est montré plus explicite encore dans sa vision de la crise et de l’intervention possible de son pays, en affirmant que celui-ci pourrait engager des troupes au sol Syrie-Turquie-US5contre l’EI, si la coalition internationale décidait aussi de combattre le régime de Bachar el-Assad. Un commentaire auquel la porte-parole du département d’Etat, Jen Psaki (photo à gauche) a rapidement répondu, en rappelant que la position américaine n’avait pas changé, que l’objectif restait l’EI et que si les Etats-Unis continuaient à soutenir l’opposition syrienne, il n’y avait actuellement rien de neuf en la matière. Ces échanges turco-américains devraient connaître de nouveaux développements dans les jours qui viennent avec la venue en Turquie de l’ex-général John Allen (représentant du président Obama en ce qui concerne le dossier de l’EI) et l’ambassadeur Brett McGurk (sous-secrétaire adjoint du Département d’Etat). Ce tandem diplomatique américain a entrepris depuis le début du mois d’octobre une tournée au Proche-Orient, qui vise à «déterminer les rôles» de chacun au sein de la coalition ; une ambition qui, en ce qui concerne la Turquie, ne sera pas simple à satisfaire.

JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *