Les Peshmergas et peut-être l’ASL à Kobanê: la Turquie bouge-t-elle enfin ?

Peshmergas à Kobane1Alors qu’il revenait d’une visite officielle en Estonie, le 25 octobre 2014, Recep Tayyip Erdoğan n’a pas hésité à affirmer qu’en ce qui concerne la crise syrienne, la Turquie était en désaccord avec les Etats-Unis, la Russie et l’Iran. Les Etats-Unis, en effet, n’ont pas répondu favorablement à la proposition turque de création d’une zone d’exclusion aérienne en Syrie et ont, dans l’urgence, parachuté à Kobanê des armes aux combattants kurdes syriens du PYD, ce qui inquiète Ankara. La Russie, pour sa part, continue de soutenir le régime de Damas qui, selon le gouvernement turc, reste le principal responsable de la tragédie qui ravage la Syrie depuis 2011. Enfin, l’Iran, autre allié indéfectible de Bachar al-Assad, joue selon le président turc, «un jeu trouble» en Syrie, cherchant surtout à défendre sa position de puissance régionale. Le cri du cœur de Recep Tayyip Erdoğan montre bien à quel point son pays se retrouve isolé, à l’heure actuelle, dans le contexte d’une crise syrienne qui a beaucoup évolué et dont le voisinage est de plus en plus dommageable à la Turquie.

Les retournements imprévus de la crise syrienne

Si les premiers développements des printemps arabes en Tunisie et en Égypte avaient été assez favorables à Ankara, provoquant notamment un engouement pour le «modèle turc», la crise syrienne qui se noue au mois de mars 2011, montre que ce premier constat est trompeur et que la politique étrangère turque qui, dans les années précédentes, s’était nourrie de la stratégie du «zéro problème Peshmergas à Kobane2avec nos voisins» est prise à contrepied par les événements. Après avoir du se séparer dans la douleur de son ancien allié syrien et alors qu’il pense que le régime de Bachar el-Assad est condamné, le gouvernement turc voit son voisin s’enfoncer dans la guerre civile en 2012. Mais ce conflit n’est pas un choc frontal mettant en présence une opposition unie et un régime baasiste aux abois. C’est un théâtre stratégique complexe où l’Armée syrienne libre (ASL) se retrouve marginalisée par des forces radicales djihadistes, tandis que les Kurdes obtiennent de fait leur autonomie, que le régime de Damas résiste et qu’un nombre toujours plus important de réfugiés arrivent en Turquie. Confronté en 2011-12 aux provocations de Damas sur sa frontière syrienne (tirs contre des camps de réfugiés, obus tombant sur des localités turques frontalières, avion de reconnaissance abattu), le gouvernement turc se retrouve à partir de 2013 face à une situation autrement plus difficile à gérer (afflux de réfugiés toujours plus important, zones kurdes syriennes confortant leur autonomie, zones djihadistes en proie à des conflits intestins où une nouvelle force venue d’Irak s’impose : l’Etat Kobané6islamique en Irak et au Levant – EIIL). À partir de la fin de l’année 2013, alors qu’il avait  fermé les yeux sur les agissement des ces formations radicales, voire qu’il leur avait apporté un soutien tacite, le gouvernement turc se trouve directement confronté à leur pouvoir de nuisance. Au printemps 2014, l’EIIL se livre à une série de manœuvres d’intimidation à l’encontre de la tombe de Süleyman Shah (photo à gauche), une enclave territoriale turque en territoire syrien, puis en juin 2014, à l’issue d’une offensive éclair en Irak, l’organisation djihadiste, qui s’est rendue maître de Mossoul, prend en otage les membres du Consulat général de Turquie de cette ville et leurs familles. Trois mois plus tard, en septembre, alors que ces mêmes djihadistes s’apprêtent enfin à libérer leurs otages turcs (probablement contre l’élargissement d’un certain nombre de prisonniers islamistes), un nouveau nœud de complexité est en train de naître sur les frontières de la Turquie. Après avoir vu leur offensive stoppée en Irak, aux abords des Monts Sinjar, l’EIIL devenu Etat islamique (EI) revient en Syrie pour y réduire l’enclave kurde de Kobanê…

La configuration complexe de la bataille de Kobanê

Nouveau drame pour les Kurdes dont les populations civiles (près de 200 000 personnes) fuient les combats, le siège de Kobanê se révèle être bien vite un casse-tête redoutable pour la Turquie, prise au piège de ses propres contradictions. Difficile pour le gouvernement turc d’apporter son soutien Peshmergas à Kobane4aux combattants kurdes du PYD (photo à droite), la branche syrienne du PKK, dont les relations avec Damas sont de surcroît équivoques. En abandonnant en 2012 les zones kurdes de Syrie au PYD, le régime baasiste a d’emblée joué une carte kurde pour essayer d’affaiblir l’opposition syrienne et de punir la Turquie de son soutien à la rébellion. Pressé de prendre position sur Kobanê, Recep Tayyip Erdoğan explique laborieusement que l’EI et le PYD sont des organisations répertoriées comme terroristes et somme le leader kurde syrien, Saleh Muslim, s’il veut obtenir un soutien turc, de rompre avec le régime de Bachar el-Assad et avec le PKK. Mais il se retrouve en fait dans le mauvais rôle de celui qui regarde la ville tomber sans bouger. La posture attentiste d’Ankara provoque, en outre, une nouvelle crise avec les États-Unis déjà passablement agacés par les réticences antérieures de son allié turc à entrer dans la coalition internationale qu’ils ont difficilement mise sur pied pour réagir à la poussée de l’EI en Irak et en Syrie.

Quoi qu’il en soit les Turcs peuvent d’autant moins rester sourds aux appels à l’aide de la ville assiégée que le sort de celle-ci provoque une émotion considérable dans le pays, notamment dans ses Batman’da izinsiz gösteriler Bir banka ile bir market talan edildi, PTT Merkez Şubesi ateşe verildizones kurdes. Le 7 octobre 2014, des émeutes se soldent par près d’une quarantaine de morts dans le sud-est, à l’issue d’affrontements entre des manifestants kurdes et les forces de l’ordre, mais aussi de règlements de compte entre Kurdes (avec la réapparition des militants du Hizbullah de sinistre mémoire). Cette situation est d’autant plus grave qu’elle est susceptible de faire définitivement échouer la tentative de résolution de la question kurde, initiée à la fin 2012 par le gouvernement turc. Ce processus, troisième du genre depuis 2009, s’est enlisé au moment des événements de Gezi en juin 2013, et a été mis en veilleuse à partir du début de l’année 2014 du fait d’un agenda électoral chargé (élections locales en mars, élection présidentielle en août). Or, en septembre 2014, avec l’irruption de Kobanê sur les scènes internationale et nationale, ce processus de paix est à nouveau relégué au second plan, et cette fois par un événement perturbateur qui concerne au premier chef la question kurde.

De l’étau militaire à l’étau diplomatique

Si aujourd’hui, les Kurdes syriens doivent desserrer l’étau militaire djihadiste qui menace une de leurs zones autonomes, les Turcs pour leur part s’emploient à desserrer l’étau diplomatique qui les place en position d’accusés. Car si l’enclave tombe, ils apparaîtront à tort ou à raison comme les Peshmergas à Kobane6premiers responsables : un grand quotidien français du soir n’a-t-il pas titré, à l’occasion de l’un de ses éditoriaux sur le sujet : « C’est la faute de la Turquie » ? Le souci de ne pas devenir un bouc-émissaire facile explique sans doute l’activisme diplomatique que déploie désormais Ankara pour essayer de contrôler la crise.

Début octobre, cet activisme a commencé par l’usage d’un langage à plusieurs entrées. Tandis que Recep Tayyip Erdoğan rappelait à ses alliés occidentaux que le PYD est sur la liste des organisations terroristes, Ahmet Davutoğlu et son nouveau ministre des affaires étrangères, Mevlüt Çavusoğlu, juraient leurs grands dieux que la Turquie n’avait jamais souhaité la chute de Kobanê. Entretemps, l’intensification des frappes américaines sur les positions de l’EI et la lutte acharnée des défenseurs de Kobanê ont empêché la prise de la ville et lui ont donné un répit que la Turquie met à profit pour Peshmergas à Kobane7prendre de nouvelles initiatives. Le 20 octobre, le ministre turc des affaires étrangères a annoncé que son gouvernement laisserait les peshmergas passer par la Turquie pour aller prêter main forte à Kobanê. Ainsi, le 28 octobre, 150 combattants kurdes irakiens (photos à gauche) munis d’armes lourdes se sont mis en route. Entretemps, le 24 octobre, Recep Tayyip Erdoğan en personne a annoncé d’Estonie qu’Ankara était en pourparlers avec le PYD pour l’envoi en renfort de 1300 combattants de l’ASL. Les dernières dépêches font état cependant de négociations laborieuses entre le YPG (la branche militaire du PYD) et l’ASL pour l’envoi d’une centaine de combattants seulement.

En tout état de cause, le 28 octobre, lors d’une interview sur la BBC, Ahmet Davutoğlu a confirmé l’approche turque plus pragmatique de la crise de Kobanê et des façons d’en sortir, qui s’est dessinée depuis plusieurs jours. Il a d’abord rappelé que tous les experts s’accordaient à dire que les frappes Peshmergas Kobane9aériennes ne suffiraient pas et qu’un soutien militaire sur le terrain était nécessaire pour desserrer l’étau djihadiste. Mais, la coalition internationale ayant d’emblée annoncé qu’elle ne mobiliserait pas de troupes au sol, «comment peut-on espérer que la Turquie envoie des forces armées terrestres ?», a fait observer le premier ministre turc. Il est vrai que, si les troupes turques devaient intervenir, on se demande sur quelles bases elles pourraient être habilitées à le faire. Ni l’OTAN, ni les États-Unis, ni a fortiori l’ONU n’ont d’ailleurs demandé à Ankara d’agir militairement. En outre, le PYD a laissé entendre qu’une intervention turque ne serait pas la bienvenue, voire même qu’elle pourrait être perçue comme une «invasion». Dès lors, ce qui est demandé à la Turquie est avant tout de favoriser l’accès de renforts à l’enclave assiégée. C’est bien ce qu’a compris Ahmet Davutoğlu qui (toujours dans son intervention sur la BBC) a conclu :

«La seule façon d’aider Kobanê, puisque les autres pays ne veulent pas dépêcher de troupes au sol, c’est d’envoyer des forces de paix et de modération. Qui sont-elles ? Les peshmergas et les combattants de l’ASL.»

Eu égard pourtant aux affrontements qui l’ont déjà opposée au PYD, il n’est pas sûr que faire entrer l’ASL dans le jeu soit très réaliste et que ses combattants seraient mieux accueillis que ne le seraient d’improbables soldats turcs. Mais cela permet à Ankara, tout en approuvant l’envoi des peshmergas, de maintenir son opposition à la constitution d’un Kurdistan syrien autonome, voire d’exprimer son attachement à l’intégrité territoriale de la Syrie et à l’idée d’un gouvernement syrien unifié dominé par les sunnites modérés.

JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *