La Turquie confrontée à une offensive diplomatique gréco-égyptienne en Méditerranée orientale

MEDO1Un sommet tripartite a réuni le 8 novembre 2014, au Caire, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, son homologue chypriote (grec), Nicos Anastasiades, et le premier ministre grec, Antonis Samaras. Ce sommet a débouché sur une déclaration commune, appelant à la réconciliation nationale en Libye et au règlement du conflit israélo-palestinien, tout en apportant un soutien marqué au processus politique actuellement en cours en Égypte. Toutefois, c’est surtout la dimension chypriote de la rencontre qui a suscité l’intérêt.

La relance du différend turco-chypriote

Le sommet tripartite du Caire intervient au moment même où le différend turco-chypriote s’est subitement ravivé. Le 20 octobre dernier, le gouvernement chypriote (grec) a suspendu sa participation aux négociations qui avaient été relancées MEDO2sous l’égide de l’ONU, depuis février dernier, pour réunifier une île, dont la partition remonte à l’intervention turque de 1974. C’est l’annonce de l’envoi par la Turquie du Piri Reis (un navire scientifique dont la présence avait déjà provoqué des tensions en 2011) dans la zone économique exclusive de Chypre, pour une mission devant durer jusqu’à la fin de l’année 2014, qui a suscité la colère des Chypriotes grecs. Par l’intermédiaire d’un consortium italo-coréen, ces derniers ont en effet commencé des prospections pétrolières et gazières. Or, prétendant défendre les droits des Chypriotes turcs, Ankara considère qu’aucune exploitation off shore des ressources énergétiques de Chypre ne peut être envisagée, tant qu’un règlement définitif du différend qui oppose ses deux communautés n’aura pu être obtenu.

La nouvelle donne énergétique en Méditerranée orientale

La question énergétique chypriote s’inscrit plus généralement dans le contexte de la découverte, depuis 2009, en MEDO3Méditerranée orientale, pour l’essentiel dans les eaux territoriales chypriotes et israéliennes, de gisements principalement gaziers considérables. L’événement a notamment totalement transformé la situation énergétique d’Israël. Pays importateur, l’Etat hébreu devrait bientôt devenir une puissance exportatrice de gaz. Quant à Chypre, elle voit en l’occurrence dans cette manne énergétique, une planche de salut inespérée qui devrait l’aider à sortir de la crise économique qu’elle traverse. Les retombées de cette découverte risquent cependant de ne pas être seulement régionales. Le gaz de Méditerranée oriental peut devenir une ressource alternative enviable pour une Europe, plus que jamais inquiète de sa dépendance énergétique à l’égard de la Russie, depuis la crise ukrainienne et après l’échec du projet de gazoduc Nabucco (asséché par le projet russe South Stream, désormais en voie de réalisation).

La Turquie, pays qui sera difficilement contournable géographiquement, dès lors qu’il s’agira d’acheminer le gaz découvert vers ses nouvelles destinations européennes, s’est mise aussi sur les rangs, faisant valoir le statut de hub énergétique qu’elle s’est employée à devenir, au cours de la décennie écoulée. Toutefois Ankara, qui n’entend pas abdiquer les intérêts des Chypriotes turcs, estime que l’avenir des gisements chypriotes n’est pas uniquement du ressort du gouvernement grec du sud de l’île qui, pour sa part, se considérant comme représentant du seul Etat officiellement reconnu, entend bien jouir sans tarder de réserves gazières qu’il considère comme son bien propre.

La détérioration des relations de la Turquie avec Israël et l’Egypte

Quoi qu’il en soit, dans le contexte actuel, pour faire valoir ses prétentions, la Turquie se retrouve bien isolée en Méditerranée orientale. Naguère seule alliée d’Israël dans la zone, MEDO4Ankara entretient avec Tel-Aviv des relations qui n’ont cessé de se détériorer depuis l’opération israélienne à Gaza «Plomb durci» en 2009, qui a été suivie de l’incident de Davos (le fameux «one minute !», cf. notre édition du 2 février 2009) et surtout de l’arraisonnement meurtrier du navire humanitaire turc «Mavi Marmara» (cf. notre édition du 31 mai 2010). Bien que des excuses aient finalement été présentées par Israël à l’issue de ce grave incident (cf. notre édition du 24 mars 2013), les négociations en cours depuis un an et demi n’ont pas abouti, et les deux pays n’ont toujours pas normalisé leurs relations diplomatiques, pour l’heure maintenues au niveau de 2e secrétaire. La récente intervention israélienne à Gaza («Bordures protectrices») n’a pas aidé au rapprochement et éloigné encore la perspective d’un échange d’ambassadeurs, Recep Tayyip Erdoğan au plus fort de la crise ayant estimé qu’Israël «était pire que Hitler».

La relation de la Turquie avec Egypte n’est guère meilleure. Elle s’était pourtant spectaculairement améliorée dans les années précédant la révolution, sous l’effet de la politique d’ouverture au monde arabe d’Ahmet Davutoğlu, avant de culminer pendant la période Morsi. MEDO5Pourtant après le renversement de celui-ci, la Turquie n’a cessé de crier au putsch. Recep Tayyip Erdoğan, en particulier, s’est montré très virulent dans sa critique du nouveau régime égyptien et a dénoncé la normalisation politique finalement acceptée par les Etats-Unis et leurs alliés. Tant et si bien qu’il y a un an, l’Egypte exaspérée par les propos du leader de l’AKP et sa propension à brandir en toute occasion les 4 doigts de Rabia el Adaouia (le signe de ralliement des partisans de Mohamed Morsi) a expulsé l’ambassadeur  de Turquie (cf. notre édition du 9 décembre 2013), réduisant là encore les relations diplomatiques à un niveau formel (en l’occurrence celui de chargé d’affaires). Dès lors, la coopération dense, qui s’était établie entre les deux pays, dans tous les domaines, s’est rapidement liquéfiée. Non seulement l’Egypte a expulsé le TIKA (principal organisme turc d’aide au développement) mais elle a refusé, en octobre dernier, de renouveler l’accord de libre échange qu’elle avait signé avec Ankara en 2007. Il faut dire que, lors de son discours à l’Assemblée générale des Nations Unies, en septembre dernier, Recep Tayyip Erdoğan avait de nouveau mis en cause la légitimité d’Abdel Fattah Al-Sissi en personne.

Nicos Anastasiades à la manœuvre en Israël et en Egypte

La déclaration de Nicos Anastasiades au Caire, le 8 novembre, dénonçant «les provocations» de la Turquie et l’appelant à être plus «constructive» ne sont donc pas anodines et illustrent sa volonté de s’appuyer sur Israël et sur l’Egypte pour contrer la politique turque à Chypre. Avant son séjour cairote, le président chypriote grec s’était d’ailleurs rendu en Israël pour obtenir le soutien de l’Etat hébreu dont le ministre des affaires étrangères, Avigdor Lieberman, n’avait pas hésité à condamner les prospections turques au large de Chypre, en estimant qu’elles ne pouvaient que déstabiliser un peu plus une région qui l’est déjà beaucoup. Les dimensions israélienne et égyptienne de cet épisode chypriote confirme à nouveau, s’il en était besoin, l’érosion de la «stratégie turque du zéro problème avec nos voisins» et la solitude de la Turquie dans une région où elle a perdu ses points d’appui.

JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *