Selon Recep Tayyip Erdoğan, l’Amérique n’a pas été découverte par Christophe Colomb mais par des musulmans

Colomb1

Lors de la cérémonie de clôture du premier sommet des responsables musulmans d’Amérique latine à Istanbul, le 15 novembre dernier, Recep Tayyip Erdoğan a fait sensation en affirmant que ce n’était pas Christophe Colomb qui avait découvert l’Amérique, mais des navigateurs musulmans. Tout en s’en prenant au colonialisme occidental, le président turc a déclaré que les musulmans étaient arrivés sur le nouveau continent en 1178, et que Colomb en avait lui-même convenu en évoquant dans son journal l’existence des restes d’une mosquée sur le sommet d’une colline à Cuba. Fort de ce constat, Recep Tayyip Erdoğan s’est même déclaré prêt à financer la reconstruction de cette mosquée, si les Cubains donnaient leur accord.

Le débat autour de la découverte de l’Amérique par des musulmans n’est pas réellement nouveau et remonte à un article controversé, publié en 1996, par Youssef Mroueh, un historien de l’As-Sunnah Foundation of America, un think tank soufi. Si la citation du journal du célèbre navigateur d’origine génoise est exacte, l’interprétation qui en est faite en revanche repose sur une confusion, car en l’occurrence Colomb compare dans un élan métaphorique le sommet de cette colline à une mosquée, sans pour autant affirmer qu’il a bien vu une mosquée. Dans le sillage de l’article de Youssef Mroueh, d’autres productions plus ou moins sérieuses ont utilisé des citations d’historiens-géographes arabes ou des travaux d’universitaires américains, voire des ressemblances de noms de tribus indiennes et de noms lieux, pour détecter une présence musulmane antérieure à celle des Espagnols. L’objectif de cet émoi est de prouver que l’islam aurait été présent en Amérique, avant que le christianisme n’y arrive dans les caravelles des conquistadores.

Si aujourd’hui, le chef de l’Etat turc reprend ces démonstrations incertaines à son compte, c’est peut-être moins par souci de spiritualité universelle que pour faire valoir des préoccupations plus pragmatiques. En avril dernier, une Colomb2délégation du Diyanet (la direction turque des affaires religieuses qui contrôle et organise la pratique de la religion majoritaire sunnite hanéfite en Turquie) s’est rendue à Cuba pour y proposer la construction d’une mosquée. Celle-ci serait bâtie sur le modèle de la mosquée baroque d’Ortaköy (photo de droite). Ce projet de copier-coller stambouliote fait partie d’une entreprise régionale qui serait beaucoup plus large, le Diyanet (7e budget de l’Etat turc qui a une présence et une action internationales particulièrement importantes), ayant d’autres projets de mosquées dans la région, notamment à Haïti. Toutefois, en octobre dernier, Lazo Torres, le chef de la communauté musulmane cubaine, a reconnu que les autorités saisies n’avaient pas répondu à la proposition turque et qu’il y avait tout lieu de croire que celle-ci avait été refusée. Il faut dire que ce projet d’édifice religieux, dans Colomb3un pays qui reste officiellement communiste et athée, a de quoi surprendre. Il n’est pas sans rappeler la construction enthousiaste dans les années 1990, après la fin du bloc communiste, d’une mosquée turque sur la colline qui domine Bakou (photo de gauche) pour un peuple certes considéré comme frère, mais qui est en très grande majorité chiite, et qui a saisi le premier prétexte par la suite (en l’occurrence le froid diplomatique provoqué en 2009 par la signature de protocoles turco-arméniens) pour fermer cet édifice sunnite purement et simplement.

Sans doute les voies de la politique internationale du Diyanet sont-elles impénétrables. À moins qu’elles ne soient guidées, au Nouveau Monde comme ailleurs, par le souci des autorités turques de faire échec à l’influence du mouvement Gülen. Dans son même discours, le 15 novembre, Recep Tayyip Erdoğan n’a en effet pas manqué de mettre en garde ses coreligionnaires latino-américains contre «ces musulmans qui utilisent le Coran pour leurs propres intérêts et ouvrent des écoles à l’étranger».


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 1/2KL dit :

    Pathétique évidemment…
    Sans parler de l’attribution de la découverte par des peuples « qui importent », car en déconstruisant, on se rend vite compte que les peuples locaux qui peuplent les Amériques depuis des dizaines de milliers d’années ne comptent tout simplement pas dans ce petit jeu…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *