Vladimir Poutine en Turquie

Poutine en Turquie1Deux jours après le Pape, Vladimir Poutine aura été le second visiteur officiel à être reçu à Ak Saray, le nouveau palais présidentiel de Recep Tayyip Erdoğan. On ne sait pas si le président russe a été impressionné par ce bâtiment. Il faut dire que son constructeur turc a dit récemment qu’il n’était pas sûr qu’il soit aussi grand que le Kremlin. Quoi qu’il en soit, les deux leaders ont probablement peu polémiqué sur le sujet, car c’est désormais rituel, lorsqu’ils se rencontrent, ils parlent beaucoup de business et peu de choses qui fâchent. Ce bon précepte a été largement respecté, lors de la visite éclair de Vladimir Poutine, en Turquie, le 1er décembre. Les deux pays ont signé une foule de nouveaux accords et affirmé haut et fort leur intention d’accroître de façon spectaculaire leurs relations économiques, avant que Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdoğan ne puissent éviter d’exhiber en public des divergences profondes sur la situation politique qui prévaut au Proche-Orient.

Des partenaires économiques confiants

Une longue réunion du Conseil turco-russe de coopération de haut niveau (une instance permanente de travail entre les deux pays mise en place en 2010), a permis de conclure de très nombreuses conventions dans des domaines variés (banque, énergie, justice, commerce..). Alors même que l’OTAN l’appelait à appliquer à la Russie les sanctions adotées par l’Union européenne (UE), le président turc a Poutine en Turquie2affirmé que la densité de cette coopération illustrait le souhait d’Ankara et de Moscou de porter en 2020 leurs relations commerciales à plus 100 milliards de dollars d’échange par an. Il a aussi rappelé que la Russie construirait la première centrale nucléaire turque à Akkuyu, en souhaitant que ce projet, qui a été retardé par des questions techniques, puisse maintenant atteindre sa vitesse de croisière. Pour sa part, le président russe a souligné que la Turquie était le second partenaire commercial de la Russie, notamment du fait de ses fortes importations de gaz russe. Vladimir Poutine a d’ailleurs promis que son pays allait consentir un rabais de 6% à la Turquie sur le gaz, à partir du 1er janvier de l’année prochaine, et des rumeurs officielles ont évoqué l’idée que ce rabais pourrait être encore plus conséquent.

L’abandon du South Stream

Mais l’annonce la plus importante du leader russe a concerné le sort du South Stream (le gazoduc qui devait rallier par le sud les marchés européens via la mer Noire, les eaux territoriales turques et la Bulgarie). Il sera abandonné alors même qu’on venait d’en commencer la construction en Bulgarie (photo ci-dessous). La nouvelle est d’importance, car elle clôt près d’une décennie de grand jeu gazier en Europe orientale (cf. nos édition des 11 août 2009 et 28 mars 2010) . Toutefois, elle n’est pas si étonnante. Pour diversifier leurs approvisionnement, les Européens avaient en effet tenté de contourner la Russie, en lançant le projet Nabucco (un gazoduc soutenu par l’UE et reliant la Caspienne à l’Europe, via la Turquie et les Balkans), ce qui avait amené les Russes à riposter avec le South Stream, un projet concurrent qui aura surtout consisté à assécher les sources d’approvisionnement potentielles de Nabucco pour en augmenter les coûts et rendre le projet irréalisable. Les espoirs des Européens se sont pourtant reportés sur le TAP (Trans Adriatic Pipeline), un projet différent soutenu par les compagnies américaines et européennes Poutine en Turquie3exploitant le gaz azerbaïdjanais de la Caspienne. C’est finalement ce tracé, qui passe par la Turquie, la Grèce et l’Adriatique, qui a été préféré à Nabucco, l’année dernière, permettant aux marchés européens de pouvoir compter, pour la première fois, sur une source d’approvisionnement gazière alternative à la source russe.

L’abandon du South Stream s’explique. Dès lors que le TAP va alimenter l’Europe par le Sud, maintenir un tel gazoduc, qui n’existait que pour empêcher les projets alternatifs européens, n’avait que peu d’intérêt pour la Russie, qui dispose de toute manière déjà d’autres couloirs gaziers vers les marchés européens pour écouler sa production. La victime de cette guerre des tracés risque d’être néanmoins la Bulgarie, empêchée dernièrement par l’UE d’accueillir le South Stream (comme l’a rappelé en Turquie Vladimir Poutine), privée de Nabucco et finalement contournée par le TAP, que la Turquie accueillera, en revanche, pour une partie de son trajet.

Frictions russo-turques sur la Syrie et dégâts collatéraux égyptiens

La dimension politique de la rencontre des deux chefs d’Etat a été plus conflictuelle, car ces derniers n’ont pu taire leurs divergences quant à la crise syrienne. À Vladimir Poutine qui expliquait que Bachar el-Assad avait prouvé qu’il avait le soutien de son peuple en remportant les élections, Recep Tayyip Erdoğan n’a pas manqué de répondre qu’il ne fallait pas s’illusionner sur le scrutinPoutine en Turquie5 présidentiel de juin 2014 en Syrie, en égratignant au passage le nouveau régime égyptien. Rappelant le large score obtenu par Abdel Fattah al-Sissi, le président turc a ironisé sur le fait qu’on avait vu dans d’autres pays comme l’Egypte, « comment les putschistes gagnaient les élections. » Ce commentaire sur la situation politique des bords du Nil a détérioré un peu plus les relations turco-égyptiennes, puisque Le Caire s’est empressé de publier un communiqué vengeur, dénonçant les propos de Recep Tayyip Erdoğan, comme «relevant d’une idéologie étroite». Après l’expulsion de l’ambassadeur de Turquie en Egypte et le non renouvellement de l’accord de libre-échange entre Le Caire et Ankara, c’est surtout la relation turco-égyptienne qui est désormais étroite, au point que celle entre Moscou et Ankara paraîtrait en comparaison presqu’apaisée ; ce qui n’est pas peu dire !

JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *