Les élites turques, entre stabilité et renouvellement ?

En parallèle du processus d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne, Recep Tayyip Erdoğan, alors chef du gouvernement, a mené ces dernières années une politique offensive de restitution à la Turquie d’une place de choix dans le jeu international. Ce projet politique s’est articulé autour de la formation de réseaux d’élites économico-politiques constituant, en Turquie et à l’étranger, un relai essentiel pour le développement du pays.

Les élites turques sous la gouvernance de l’AKP : un acteur clé de la nouvelle place du pays à l’international ?

Conscient de l’omniprésence des « anciennes élites kémalistes »1 au sein des institutions étatiques nationales et internationales dès 2002, Erdoğan a constitué, grâce au soutien du leader spirituel Fethullah Gülen et le support des élites dites « anatoliennes », un réseau d’élite idéologiquement proche du programme de son parti l’AKP [Adalet ve Kalkınma Partisi]2. L’idéologie de cette élite détachée du kémalisme des précédentes générations, a pour conséquence de dépasser, au moins théoriquement, le point d’achoppement islam-modernité-démocratie caractéristique de la vie politique turque au XXe siècle. On assiste depuis à l’émergence dans la sphère politique d’un nouveau profil basé sur une double inscription dans la tradition religieuse et dans la modernité libérale3, qui vient concurrencer le modèle de la classe dirigeante turque, laïque.

Ataşehir Mimar Sinan Camii et Uphill Towers - ©Barış Gençer Baykan

Ataşehir Mimar Sinan Camii et Uphill Towers – ©Barış Gençer Baykan

Compte tenu de ces évolutions politiques et sociales, les élites turques sont autant un objet de convoitise important (stratégie de formation des élites par la promotion de valeurs spécifiques) qu’un acteur clé dans la vie politique turque et le rayonnement de la Turquie à l’international. De ce fait, les profils des élites turques ont eu tendance à s’hétérogénéiser en parallèle des évolutions internes à la Turquie, et la question de leur formation a fait l’objet de nombreuses attentions.
En ce qui concerne les élites turques européennes, les instances de formations internationales spécialisées tel que le Collège d’Europe — institution phare de la formation des fonctionnaires européens — ont formé plusieurs dizaines d’étudiants turcs depuis 1954. Ces types d’établissement constituent un passage clé de la formation d’une l’élite européenne.
Pour autant, la stratégie de communication du gouvernement autour de concepts tels que Yeni Türkiye, et la réussite économique des dix dernières années rend difficile la compréhension de ce nouveau profil. Dans ce contexte, une exploration qualitative du discours des étudiants semble pertinente : il peut permettre de mieux saisir les effets d’une nouvelle politique de formation des élites turques ainsi que de mieux percevoir l’évolution des profils sociologiques de ces étudiants au cours des 40 dernières années. S’il existe une littérature portant sur les instances de formation en Turquie et aux États-Unis, l’analyse de l’intégration de ces mêmes étudiants dans une sphère européenne reste à faire4.
Le Collège d’Europe, créé après le Congrès de La Haye (1948), vise à former au travers de six programmes de masters, des étudiants capables de travailler à l’intégration européenne, mais également, de se sentir membres d’une « communauté européenne ». Les étudiants vivent, toutes nationalités confondues, en vase clos : logés dans des résidences en chambre individuelle, ils partagent tous les temps de la vie quotidienne, universitaire et extra-universitaire : fêtes hebdomadaires, journées thématiques, voyages, actions sociales… Le but ouvertement annoncé par le Collège est la constitution d’un réseau interne et externe aux institutions européennes, structuré par un maillage d’associations des anciens réparti à travers le monde. Ces dernières organisent des rendez-vous annuels Alumni, ainsi qu’une communication hebdomadaire des offres d’emploi.
Parmi les 180 étudiants turcs passés par le CoE entre 1954 et 2014, un habitus semble se dégager. Cette nouvelle configuration sociologique peut être mise en lien avec l’évolution de la fréquentation des lycées francophones et français en Turquie au cours du XXe siècle. Parce qu’étudier au Collège d’Europe implique de parler couramment tant l’anglais que le français, certaines institutions éducatives sont surreprésentées dans les parcours des étudiants. En premier lieu, les lycées francophones et français d’Istanbul (les quatre « saints » — Saint-Joseph, Saint-Michel, Sainte-Pulchérie et Saint-Benoît —, ainsi que Notre-Dame de Sion, le lycée Galatasaray et le lycée français Pierre Loti) et d’Ankara (principalement le lycée Français Charles de Gaulle) constituent une étape classique de l’accession au Collège d’Europe.
Cependant, l’étude des fréquentations de ces lycées indique une modification sociale des élèves au cours du XIXe et XXe siècle. Alors que les lycées précités étaient fréquentés par les grandes familles nobles au début de la République turque, ces dernières se sont petit à petit orientées vers les lycées internationaux5. Une partie de la bourgeoisie kémaliste s’est alors tournée vers des lycées dont le positionnement et la « culture internationale » qu’ils proposent agissent comme outils de différenciation sociale. Dès lors, l’apprentissage du français devient l’apanage de cette bourgeoisie, ce qui explique partiellement l’habitus commun des étudiants turcs du CoE. Ce critère linguistique a eu pour conséquence de conserver une surreprésentation de cette bourgeoisie francophone qui, bien que diverse en son sein6, se présente unanimement comme « moderne ». Plus encore, cela a occulté l’apparition d’une « nouvelle élite » dans les promotions du Collège. Celle-ci est généralement présentée dans les médias internationaux comme conservatrice, dotée d’un capital économique moins important et idéologiquement moins tournée vers l’UE7.

2009-2014 : l’apparition d’une autre élite ?

Depuis 2009, le programme de bourse « Avrupa Koleji Yüksek Lisans Burs Program » mis en place par le gouvernement turc a provoqué une augmentation du contingent des étudiants turcs au Collège. Plus encore, ce financement semble entraîner une modification des profils sociologiques des étudiants, tant d’un point de vue sociologique qu’identitaire.

L’année 2009-2010 marque un tournant dans les négociations pour l’intégration dans l’UE de la Turquie. Outre les positions officielles pro-européennes des dirigeants turcs et une tentative de réforme institutionnelle soutenue par la Commission européenne, un nouveau négociateur en chef à l’intégration de l’UE est nommé en janvier 2009. Egemen Bağış, formé aux États-Unis, voit sa fonction acquérir le rang de ministre d’État, détaché du ministère des Affaires étrangères.
Cette bourse, financée sur la base d’un partenariat public/privé, s’inscrit dans cette nouvelle dynamique. En prenant en charge l’intégralité du coût de la formation, soit 22 000 euros annuels par étudiant, elle a eu pour effet de multiplier le nombre d’étudiants turcs : autant d’étudiants turcs (91) ont fréquenté le CoE entre 1954 et 2009 que depuis la mise en place de ladite bourse (89, sur la période 2009-2014). Plus frappant encore : en 2009, 4 étudiants turcs étaient recensés. Or, en 2012, on dénombre 23 étudiants, tous bénéficiant soit d’une bourse européenne, soit d’une bourse du Collège, soit de la bourse d’État.

GraphiquePlus anglophones que francophones par rapport aux étudiants turcs des années 1980-1990, les promotions des années 2009-2013 ne passent plus uniquement par les lycées francophones. Les étudiants ont d’ailleurs des parcours scolaires plus variés et ne sont plus issus uniquement de la formation en science politique, en droit ou en relations internationales. Les entretiens8 effectués avec des Alumni des années 2009-2013 sont un bon indicateur de leur sensibilité politique. Cette nouvelle génération est bien plus critique envers le projet européen et se retrouvent plus que leurs aînés dans la nouvelle place de la Turquie en terme de puissance régionale, voire internationale. D’autre part, ils se définissent en premier lieu comme « turc » ; alors que les étudiants des années 1980 se présentaient plus volontiers comme « kémaliste », « Turc européen », voire « à 150 % européen », ceux des années 2009-2013 sont très critiques envers des positions identitaires pro-européennes exclusives, qu’ils jugent peu crédibles. Au contraire, ils revendiquent une synthèse entre le fruit de leur éducation européenne et un attachement identitaire et culturel à la nation turque, qui a dans certains cas provoqué le retour de l’étudiant en Turquie après le CoE. Cette évolution s’explique moins par un sentiment d’éloignement au projet européen, perceptible dans l’ensemble de la société turque, que par le système d’identification de ces étudiants.

L’augmentation du nombre d’étudiants turcs au CoE a un impact significatif sur la nature des réseaux de socialisation. Malgré l’accroissement du nombre d’étudiants total du Collège (440 en 2014 contre 145 en 1990) et donc un plus grand nombre de pays représentés, la présence au sein d’une même promotion d’une quinzaine d’étudiants turcs a limité l’internationalisation de leurs réseaux post-Collège. Les étudiants turcs ont été particulièrement nombreux en 2011-2012 et 2012-2013. Les entretiens conduits auprès d’eux font apparaître qu’ils restent en contact tout particulièrement avec leurs amis turcs rencontrés au Collège, mais perdent rapidement de vue leurs camarades étrangers. De même, ils déclarent le plus souvent avoir passé la majeure partie de leur temps avec des étudiants de nationalité turque. En outre, la situation des étudiants turcs passés au Collège avant 2010 est à l’exact opposé de ce constat : ils ont passé la majeure partie de leur temps avec des étudiants non turcs et ont donc aujourd’hui un réseau entièrement international.
Ces quelques éléments ont le mérite de soulever un certain nombre d’interrogations concernant la formation des élites en Turquie et le rapport qu’elles entretiennent avec l’international en général et le monde européen en particulier. Le contexte turc actuel, la situation de l’intégration de la Turquie à l’UE ainsi que les stratégies individuelles de formation des étudiants demandent à ce qu’une reclassification des élites turques soit réalisée. Si les profils de ces élites estudiantines doivent être précisés, il apparaît que ces dernières sont moins uniformes que ce que l’opposition laïc-religieux le laisse supposer. Les jeunes étudiants turcs semblent dépasser les clivages sociaux du XXe siècle en créant une synthèse basée sur l’apport d’une culture éducationnelle européenne sans pour autant abandonner leurs attaches identitaires turques.
Les politiques publiques en matière d’éducation ne sont pas étrangères à cette situation. Donner la possibilité d’aller étudier en Europe et aux États-Unis afin d’y recevoir un enseignement international de qualité permet aux étudiants qui reviennent en Turquie d’occuper des positions professionnelles très qualifiées. Pour la Turquie, cela s’inscrit dans une politique de formation plus large qui vise à acquérir nationalement des compétences internationales que le système turc ne peut produire seul9. À l’étranger, cela se révèle être un levier de relai et d’action important tant au Moyen-Orient qu’en Europe, renforçant la nouvelle dimension acquise par la Turquie.

  1. Sezgin, Yuksel, Erdoğan-Gulen-Gul rivalry : All the Sultan’s men, Aljazeera, 01.01.2014, www.aljazeera.com/indepth/opinion/2013/12/erdogan-gulen-gul-rivalry-all-sultan-men-2013123164822830127.html, consulté le 09.12.14 []
  2. Balci, Bayram, What are the Consequences of the Split Betweend Erdoğan and Gülen on Turkey’s foreign Policy?, 17.01.2014, http://www.foreignpolicyjournal.com/2014/01/17/what-are-the-consequences-of-the-split-between-erdogan-and-gulen-on-turkeys-foreign-policy/, consulté le  09.12.2014 []
  3. Hashemi, Nader, « promouvoir la démocratie libérale en Turquie », in Société civile, démocratie et islam : perspectives du mouvement Gülen. p. 152 []
  4. Hormis l’analyse de Virginie Schnabel (1998) sur les étudiants du Collège d’Europe, détaillant les prédispositions culturelles des étudiants, aucune analyse n’a été menée. Plus encore, aucune étude des étudiants du Collège partant de l’échelon national n’a été menée. Je réalise actuellement une étude dans ce sens, qui sera achevée en juin 2015. []
  5. Olivier Bouquet, « Maintien et reconversion des noblesses ottomanes aux débuts de la République turque », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 19 août 2008, vol. 99, no 3, p. 129‑142. []
  6. À ce sujet, voir Alexianne Lamy, Les lycées stambouliotes francophones (Galatasaray, Saint Joseph, Notre Dame de Sion) : stratégies de distinction sociale face aux enjeux de l’offre éducative en Turquie, La Sorbonne, Paris I, 2013. Et David Behar, « Les voies internationales de la reproduction sociale », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 22 – n°3 | 2006 https://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=REMI_223_0039 []
  7. À ce sujet, voir Yankaya, Dilek, La nouvelle bourgeoisie islamique. Le modèle turc, PUF collection Proche Orient, 216 p. Recension : http://dipnot.hypotheses.org/364 []
  8. 10 entretiens d’environ une heure trente, réalisés dans le cadre d’un mémoire de Master en Sciences Politiques à l’Institut d’études européennes (ULB, Bruxelles) entre octobre 2014 et décembre 2014 à Istanbul. []
  9. Il faut noter par exemple que la Turquie a mis en place un système de bourse, Türkiye Bursları, permettant à des étudiants non turcs de licence, master et doctorat, de bénéficier de financements pour venir étudier en Turquie. S’adressant particulièrement aux communautés turques d’Europe, l’objectif est ici aussi de faire venir en Turquie des jeunes qualifiés ayant étudiés en Europe. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. pierre gtred dit :

    Article particulièrement intéressant qui apporte un regard neuf sur les élites turques
    L’auteur a t il publie d’autres articles ?
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *