Le bilan 2014 de la politique intérieure turque

Bilan 2014-3L’année 2014 constitue indiscutablement un tournant politique depuis que l’AKP est arrivé au pouvoir en 2002. Après 3 victoires aux élections législatives, 3 victoires aux élections locales, 2 victoires à des consultations référendaires, Recep Tayyip Erdoğan, le leader incontesté du parti, a été élu à la présidence de la République en août 2014. Ce nouveau succès n’est pas seulement sa neuvième victoire consécutive, mais c’est aussi le début d’une nouvelle ère dans les transformations politiques qui s’opèrent depuis plus d’une décennie en Turquie, celle qui voit le régime parlementaire se présidentialiser et le pouvoir se concentrer dans les mains du chef d’une formation politique sans rivale. Ce changement ne se traduit pas seulement par une volonté de marginalisation de l’opposition et de la contestation qui s’était manifestées l’année précédente au travers des événements de Gezi, elle est aussi le moment d’une restructuration des forces qui ont géré et influencé l’AKP depuis le début, par l’élimination des dissidences internes et l’avènement probable d’une autre génération d’acteurs politiques.

Règlements de compte avec « la structure parallèle »

L’année 2014 s’est ouverte sur les suites de l’affaire du 17 décembre 2013 (cf. notre édition du 18 décembre 2013), qui avait vu plusieurs dizaines de proches du gouvernement (dont 3 fils de ministres) arrêtés, comme de vulgaires Ergenekonlı ou Balyozlu, tandis que l’on exhibait généreusement à la une des grands quotidiens les liasses de dollars, les lingots d’or et les machines à compter les billets, retrouvés lors des perquisitions menées aux domiciles des suspects. Un temps l’on a pu croire que les Bilan 2014-4procureurs du mouvement Gülen allaient faire subir aux dignitaires de l’AKP le traitement qu’ils avaient administré aux élites laïques de l’Etat profond depuis 2008. C’était sous-estimer la capacité de réaction de Recep Tayyip Erdoğan et de sa garde rapprochée, qui en quelques jours vont parvenir à neutraliser les attaques gülenistes avant de lancer une redoutable contre-offensive, écornant lourdement au passage des principes élémentaires de l’Etat de droit (séparation des pouvoirs, indépendance de la procédure judiciaire…).

Le début de l’année 2014 est ainsi marqué par une reprise en main de la police, ce qui permet de neutraliser les velléités judiciaires d’aller plus loin dans d’éventuelles arrestations (cf. notre édition du 12 janvier 2014). Tandis qu’elles se voient notifier l’interdiction d’obéir aux décisions judiciaires sans un accord gouvernemental préalable, les forces de police connaissent une série de vagues d’arrestations spectaculaires telles que la Turquie n’en avait jamais connues, même au moment des coups d’Etat. On estime à plus de 80 000 le nombre des réaffectations, voire des mises à pied, effectuées dans ce corps au cours de l’année écoulée. Ces mesures s’accompagnent de réformes qui frappent la justice (nouveau remaniement de la composition du HSYK notamment, cf. notre édition du 17 février 2014) et du déplacement de procureurs les plus gênants. Toutefois, la lutte engagée contre ce que les responsables officiels appellent désormais «la structure parallèle» créée un climat de suspicion général à l’égard des médias où de nombreux remaniements suspects sont effectués. Ces dérives ne vont pas tarder à affecter la liberté de communication et d’usage d’Internet.

Ecoutes téléphoniques et fin des grands procès

Il faut dire qu’à partir de fin février, conséquence probable de ces querelles policières et judiciaires Bilan 2014-5intestines, la Turquie est submergée par la révélation d’écoutes téléphoniques étonnantes (cf. notre édition du 3 mars 2014). On y entend entre autres des dirigeants politiques de premier plan parler d’argent cash à cacher ou demander à tel procureur de lancer des poursuites contre telle personnalité gênante… Les médias gouvernementaux polémiquent avec la presse d’opposition pour contester le contenu de ces écoutes. Les responsables officiels eux-mêmes se contredisent sur l’authenticité des bandes enregistrées en question. Le gouvernement finalement va s’employer à dénoncer le recours systématique à des écoutes téléphoniques qu’auraient  abusivement conduites les procureurs gülenistes pour étayer leurs accusations de corruption à son égard. Chemin faisant, cela lui permet de mettre un terme aux grandes affaires de complot, qui avaient mis l’armée et les élites laïques à Bilan 2014-6genoux, depuis 2008. Il faut dire que, dès les premiers jours de 2014, l’état-major a déposé plainte dans les affaires Ergenekon et Balyoz, évoquant des preuves «fabriquées» (cf. notre édition du 3 janvier 2014). Ces développements conduiront bientôt à une révision des grands procès, en particulier de l’affaire Balyoz (cf. notre édition du 20 juin 2014). Des dizaines de militaires captifs se retrouvent d’un coup élargis, en mars notamment, l’ancien chef d’état major (2008-2010), İlker Başbuğ (photo de droite), condamné à la prison à perpétuité sous l’accusation d’avoir voulu renverser le gouvernement, est libéré. Le gouvernement enterre ainsi pour un temps la hache de guerre avec l’armée, signifiant que toutes ces arrestations et emprisonnements de militaires n’étaient que la conséquence malheureuse des pouvoirs arbitraires et excessifs que s’étaient octroyés les procureurs gülenistes.

Le blocage de Twitter et de YouTube

Dans ce contexte de rigidification générale, Internet et les réseaux sociaux sont aussi bientôt la cible de mesures d’intimidation. Il faut dire que depuis les événements de Gezi de 2013, qui ont entrainé de nombreux licenciements dans la presse écrite et parlée, les nouveaux vecteurs d’Internet sont devenus un moyen d’information très importants et tendent à relayer les médias traditionnels. Ils Bilan 2014-7sont donc, eux aussi, en première ligne, depuis l’affaire de corruption du 17 décembre. A cela s’ajoutent les sujets internationaux sensibles qu’ils abordent communément, comme par exemple l’implication de la Turquie dans la crise syrienne.

Au mois de mars, peu après une mise en garde de Recep Tayyip Erdoğan dans un discours prononcé à Bursa, Twitter est interdit (cf. nos éditions du 22 mars 2014 et du 23 mars 2014). Une semaine plus tard, c’est au tour de YouTube. Si Twitter est autorisé de nouveau assez rapidement début avril, il faudra attendre le début du mois de juin pour que l’interdiction de YouTube soit levée. Dans les deux cas, la Cour constitutionnelle, restée critique à l’égard du pouvoir, a joué un rôle déterminant pour le rétablissement de l’accès aux plate-formes interdites, qui a également été obtenu à la suite de négociations techniques engagées entre leurs directions et le gouvernement. Quoi qu’il en soit, l’efficacité de ces interdictions s’est rapidement révélée inopérante, les internautes continuant à accéder de toute façon à ces réseaux, ce qui augmentera finalement leur audience. Plus qu’une interdiction définitive, il semble donc que ces coupures de Twitter et YouTube, alors même que des menaces étaient aussi formulées à l’encontre de Facebook, aient été plutôt conçues comme des coups de semonce, destinés à canaliser un déluge d’informations contradictoires, susceptibles d’entamer l’image du pouvoir en place, dans une période pré-électorale.

Premières échéances électorales et persistances des tensions politiques et sociales

Suite aux développements tendus qui ont prévalu depuis le début de l’année et alors même que les Bilan 2014-8premières échéances électorales approchent, la situation du gouvernement paraît incertaine (cf. notre édition du 29 mars 2014). Quinze jours avant les élections locales en outre, la mort d’un adolescent (Berkin Elvan), qui était dans le coma depuis les blessures graves qu’il avait subies lors des événements de Gezi, provoque d’importantes manifestations à Istanbul. Plus que jamais, les élections locales du 30 mars, que le gouvernement n’est pas parvenu à faire repousser, apparaissent comme un sondage grandeur nature de l’opinion, qui sera déterminant avant la présidentielle du mois d’août.

Pourtant il n’y aura pas vraiment de surprise. Au terme d’une campagne électorale à laquelle Recep Tayyip Erdoğan a donné un tour plébiscitaire accentué (moi ou le chaos !), l’AKP non seulement Bilan 2014-10remporte ces élections locales, mais amplifie son score du scrutin précédent qui remontait à 2009 (plus de 44% contre 38,8% précédemment). Surtout, le parti au pouvoir conserve symboliquement les villes d’Istanbul (Kadir Topbaş, réélu avec 47,8%) et d’Ankara (Melih Gökçek, réélu avec 44,68%), en dépit des bons scores qu’y réalisent les candidats du CHP, Mustafa Sarıgül (40,16% contre 36,9% à Kemal Kılıçdaroğlu en 2009) et Mansur Yavaş (43,83% contre 31,8% à Murat Karayalçın en 2009). Il parvient même à reprendre au CHP la métropole d’Antalya, où Menderes Mehmet Tevfik Türel (36,1%) devance d’une courte tête le maire sortant kémaliste sortant Mustafa Akaydın (35,1%). Cette nouvelle victoire électorale semble ouvrir au candidat Erdoğan, une voie royale vers la présidence (cf. notre édition du 31 mars 2014). Mais le leader comblé aborde avec prudence cette seconde échéance électorale et ne déclarera ses intentions présidentielles qu’au dernier moment.

Il faut dire que, si les suites l’affaire de corruption du 17 décembre paraissent maîtrisées par le gouvernement, le contexte ambiant reste explosif. Le 13 mai, la Turquie vit sa plus grande Bilan 2014-9catastrophe minière (301 victimes) à Soma, dans la province de Manisa (cf. notre édition du 16 mai 2014). Cet accident, qui révèle une fois de plus la précarité des conditions de travail de certaines catégories de salariés dans un pays qui connaît pourtant une croissance fulgurante depuis plusieurs années, provoque de nombreuses manifestations. La gestion malheureuse des événements par le gouvernement (l’image notamment d’un mineur protestataire savaté à terre par un conseiller du premier ministre) amène les observateurs à s’interroger sur l’impact que peut avoir la catastrophe de Soma sur la popularité du candidat Erdoğan. Et ce d’autant plus que dans le sillage de l’effervescence provoquée par la mort de Berkin Elvan, des manifestations embrasent le quartier Okmeydanı à Istanbul où notamment un homme est tué par une balle perdue tirée par les forces de sécurité, alors qu’il assistait à des funérailles dans une Cemevi (sur la situation à Okmeydanı, cf. articles Jean-François Pérouse sur ce site, 4 avril 2014 et 7 avril 2014)

L’élection présidentielle d’août 2014

La voie n’est donc pas totalement tracée pour le leader de l’AKP. L’élection présidentielle, qui s’annonce et qui va se dérouler au suffrage universel, est en effet la première du genre en Turquie. Bilan 2014-11Cette échéance n’est toutefois pas plus simple à négocier pour l’opposition, qui doit s’unir pour avoir une chance de provoquer un second tour. Alors que les Kurdes décident de faire cavalier seul, en présentant le fringant co-leader du HDP, Selahattin Demirtaş, le CHP et le MHP s’accordent à la surprise générale sur la personne d’Ekmeleddin İhsanoğlu, un ancien compagnon de route de l’AKP entré en dissidence, qui vient d’achever son deuxième mandat de secrétaire général de l’Organisation de la coopération islamique. Cette initiative est présentée comme un stratagème politique audacieux, l’illustre inconnu dont les convictions religieuses sont avérées étant chargé d’aller prendre des voix au parti majoritaire dans ses bastions… En réalité, İhsanoğlu, peu expérimenté en matière politique, n’est pas de taille à affronter Erdoğan dans une telle élection. Sa présence permet surtout aux leaders nationaliste et kémaliste d’éviter l’humiliation d’un échec probable s’ils s’étaient présentés (cf. notre édition du 30 juillet 2014).

Car la défaite de l’opposition est à nouveau sans appel, même si la victoire de Recep Tayyip Erdoğan est un peu moins large que les sondages ne le laissaient prévoir et souffre la défection presque totale Bilan 2014-15des Turcs de l’étranger qui votaient pour la première fois. Recep Tayyip Erdoğan est ainsi élu 12e président de la République de Turquie, dès le premier tour, avec 52 % des voix. Son principal challenger Ekmeleddin İhsanoğlu, candidat unique de l’opposition, notamment des kémalistes du CHP et des nationalistes du MHP, n’obtient que 38,4% des voix, tandis que le candidat kurde, Selahatin Demirtaş, surprend en obtenant près de 10% des voix et en doublant presque le score des formations kurdes lors des scrutins généraux antérieurs. Demirtaş, qui a mené une vraie campagne présidentielles en cherchant à rassembler sur son nom, outre l’électorat kurde du HDP, les voix des catégories oubliées (minorités chrétiennes, alévis, LGBT…), est ainsi l’autre vainqueur du scrutin. Quant à İhsanoğlu en s’assignant la mission impossible de défendre une conception traditionnellement parlementaire de la présidence, il réalise un score inférieur au total de ceux obtenus par les deux principaux partis d’opposition, CHP et MHP (cf. notre édition du 10 août 2014).

La présidentialisation du système

Pour Recep Tayyip Erdoğan, cette élection est un nouveau départ. Il n’a cessé de le dire pendant toute sa campagne. Il ne sera pas un président « ordinaire » et ne ressemblera donc pas à ceux qui se sont succédés jusqu’à présent. De façon comparable à ce qui s’est produit en France au début de la 5e République, le suffrage universel lui donne, pense-t-il, une légitimité pour changer le statut d’une présidence, qui ne sonne pas pour lui, l’heure de la retraite, mais bien celle d’un second moment de sa carrière.

Dès la transition politique qui suit l’élection, cette présidentialisation du système est sensible, car le futur président, qui reste premier ministre presque jusqu’à la veille de son investiture, contrôle les Bilan 2014-13moindres détails de tout ce processus politique, ce qui lui permet de marginaliser son prédécesseur Abdullah Gül et d’assurer l’avènement d’Ahmet Davutoğlu à la tête du parti et du gouvernement (cf. nos éditions du 27 août 2014 et du 7 septembre 2014). À cette horlogerie procédurale minutieusement pensée s’ajoute une symbolique qui ne trompe pas. Le nouveau chef d’Etat, à l’instar des sultans ottomans nouvellement désignés, s’est rendu à la mosquée d’Eyüp dès l’annonce de sa victoire, au soir du 10 août. Il dispose rapidement, dans les jours qui suivent, d’attributs à la mesure de ses ambitions nouvelles, entre autres d’un avion comparable à ceux des dirigeants des pays les plus en vue et surtout d’un palais imposant, Ak Saray, patiemment construit depuis des mois, ce qui lui permet d’emblée de délaisser le fameux şk, la résidence de Mustafa Kemal à Çankaya, qu’il offre à son premier ministre (cf. notre édition du 7 septembre 2014).

Ces premiers développements ont débouché sur une nouvelle configuration de l’exécutif, qui a vu le président choisir son premier ministre et ce dernier constituer un gouvernement qui est, à quelques exceptions prés, la reproduction de l’équipe précédente de Recep Tayyip Erdoğan. De toute évidence, nous ne sommes plus dans un régime parlementaire moniste traditionnel où le premier ministre gouverne, mais déjà dans une sorte de régime semi-présidentiel où le président définit les grandes orientations de la politique du pays et où le chef de gouvernement n’est là que pour les mettre en œuvre.

La nouvelle posture de Recep Tayyip Erdoğan

Les débats de cette fin d’année 2014 montrent toutefois que la situation politique et constitutionnelle Bilan 2014-16de l’un et de l’autre ne sont pas encore scellés. Certes, depuis son avènement à la présidence, Recep Tayyip Erdoğan s’est employé à affirmer son autorité tant sur le plan international que sur le plan national.  Sur le plan international, dès le mois de septembre il représentait la Turquie, à Cardiff, pour le sommet de l’OTAN, et à New York, pour l’Assemblée générale de l’ONU. Accueillant solennellement le Pape François (cf. notre édition du 1er décembre 2014) , Vladimir Poutine (cf. notre édition du 3 décembre 2014) ou l’Emir du Qatar dans sa nouvelle résidence, il s’est par ailleurs rendu, en moins de 4 mois, dans plus d’une douzaine de pays (Azerbaïdjan, RTCN, Etats-Unis, Royaume-Uni, Afghanistan, Lettonie, Estonie, Géorgie, France, Qatar, Turkménistan, Algérie, Guinée équatoriale).

Mais, en dehors de cette présence internationale, le nouveau président a surtout occupé le devant de la scène médiatique nationale, en provoquant des controverses par de permanentes remarques touchant à des questions de société ou de civilisation (cf. notre édition du 17 novembre 2014). Ces dernières ont pour l’essentiel concerné les femmes (mise en cause de l’égalité des hommes et des femmes parce que leurs « qualités fondamentales » seraient différentes, condamnation de la contraception, de la césarienne et de l’avortement), l’islam (affirmation que les musulmans ont découvert l’Amérique avant Christophe Colomb, regret que les étudiants turcs d’aujourd’hui connaissent Einstein mais pas les grands savants musulmans comme Avicenne), la société internationale (dénonciation des nouveaux «Lawrence d’Arabie» qui sèment le désordre au Moyen-Bilan 2014-14Orient, mise en cause de l’objectivité qui préside à l’attribution des prix Nobel), le passé ottoman de la Turquie (regret que les Turcs n’admirent pas assez les exploits de leurs ancêtres qui pour prendre Constantinople n’ont pas hésité à faire passer leur flotte dans la Corne d’Or sur des rondins de bois pas les terres, introduction de l’ottoman dans les disciplines enseignées au lycée, critique de la réforme kémaliste de l’alphabet qui empêcherait aujourd’hui les Turcs d’avoir un vocabulaire et des concepts propres pour philosopher et mener des recherches scientifiques).

Ce discours et son caractère ostentatoire ne sont pas vraiment nouveaux, mais le recours quasi-systématique de Recep Tayyip Erdoğan à ce genre de posture dans les cent premiers jours de sa présidence montre à quel point il entend poser là le cadre idéologique du  régime qu’il est en train de concevoir. De façon plus prosaïque, l’énonciation de ce substrat idéologique s’est accompagnée d’une dénonciation quasi-permanente des méfaits de la « structure parallèle » et de la promesse de son anéantissement final, notamment après la rafle conduite le 14 décembre dernier contre le quotidien Zaman et la chaine de télévision Samanyolu (cf. notre édition du 16 décembre 2014). Les suspects du scandale de corruption du 17 décembre 2013 ont d’ailleurs bénéficié de non-lieux, les sommes d’argent et les lingots d’or saisis lors des perquisitions ayant même été rendus à leurs propriétaires, le cas échéant, avec des intérêts !

La dernière mise au point devrait être constitutionnelle. Après s’être doté au début du mois de décembre d’une équipe de travail étoffée constituant un véritable «gouvernement fantôme» lui permettant de suivre l’action des principaux ministères, Recep Tayyip Erdoğan souhaite parachever Bilan 2014-12sa présidentialisation du système en s’adjugeant la présidence du conseil des ministres. Si la Constitution de 1982 donne bien au président un tel pouvoir, ce dernier apparaît en fait plutôt comme une faculté que les militaires s’étaient octroyée pour permettre au président (qui était au début l’un des leurs) de reprendre la main si le système parlementaire «dérapait» de nouveau. Par la suite, avec le retour de la démocratie, cette compétence présidentielle est tombée en désuétude. Or, pendant sa campagne, Recep Tayyip Erdoğan a déclaré qu’il userait de tous les pouvoirs que lui donne la Constitution et, après une polémique qui a opposé en ce mois de décembre, l’ancien ministre des transports Binali Yıldırım, le vice-premier ministre Bülent Arınç et l’actuel premier ministre Ahmet Davutoğlu, le président en personne vient de confirmer qu’il présiderait son premier conseil des ministres le 19 janvier prochain… L’année 2015 s’ouvrira donc sur une présidentialisation encore accrue du système politique turc.

Jean MARCOU

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *