Le meurtre d’Özgecan Aslan plonge la Turquie dans un deuil protestataire

Özgecan1Un homme en jupe noire appelant sur une place d’Istanbul à en finir avec le harcèlement sexuel, des femmes portant un cercueil dans un cimetière musulman, tout un pays observant spontanément le deuil, le 16 février. Ces dernières années, la société civile turque nous a habitué à la prise d’initiatives fortes et symboliques. Le meurtre particulièrement horrible d’Özgecan Aslan, une étudiante en psychologie de l’Université Çağ de Mersin, a sorti la Turquie de la fausse torpeur dans laquelle elle paraissait s’être enfoncée depuis l’élection à la présidence de la République de Recep Tayyip Erdoğan. Alors que les partis politiques commencent à se ranger en ordre de bataille pour gagner ou perdre une élection législative de plus, en juin prochain, ce mouvement inattendu montre que, décidément dans ce pays, le débat politique n’est pas toujours rythmé par l’ordre électoral immuable qu’on entend lui imposer.

Le « lundi noir » des femmes turques

Özgecan Aslan a été agressée, le 11 février, alors qu’elle rentrait chez elle en minibus. Lorsque le véhicule s’est vidé de ses voyageurs, son chauffeur s’est détourné de son itinéraire pour essayer de la violer dans un endroit désert. Comme Özgehan se défendait, il l’a tuée, avant de tenter de faire disparaître son corps en le brûlant, avec l’aide de son père et d’un de ses amis. Dès le lendemain, ayant relevé des tâches de sang et retrouvé le chapeau de la jeune femme dans le minibus, la gendarmerie a identifié l’auteur du meurtre et l’a arrêté avec ses complices. Le corps d’Özgecan a été retrouvé plus tard dans le lit d’une rivière.

La violence de faits, qui révèlent en outre une de sorte de solidarité familiale malsaine dans le crime, a soulevé une vague d’indignation dans tout le pays. Le 14 février, plusieurs milliers de personnes ont assisté aux funérailles de l’étudiante de Mersin, au cours Özgecan2desquelles, en dépit des rappels à l’ordre de l’iman qui officiait, les femmes présentes ont refusé de se tenir à l’écart, s’affichant en première ligne de la cérémonie et portant même le cercueil de la victime, avant et après la prière des morts, ce qui est une tâche traditionnellement dévolue aux hommes dans le rituel funéraire musulman. Les jours qui ont suivi ont vu s’amplifier ce phénomène de protestation. Le lundi 16 février est ainsi devenu un véritable « lundi noir », un deuil volontaire étant observé dans de nombreuses villes du pays. Le 18 février a été marqué par des manifestations très importantes. A Mersin, près de 15 000 personnes se sont rassemblées sur le campus de l’Université Çağ où Özgecan faisait ses études. Les municipalités d’Adana et de Mersin ont du affréter des bus pour permettre aux citoyens qui le voulaient de se joindre à la manifestation. Le même jour des cortèges de protestation se sont formés à Antalya, Batman, Bilecik, Cankırı Eskişehir, Giresun, Izmir, Karabük… À Diyarbakır, où des manifestations ont eu lieu également, les chauffeurs de minibus ont accroché un ruban noir à leur véhicule, tant pour marquer leur émotion, que pour se désolidariser de leur collègue-meurtrier.

Entretemps, d’autres types d’initiatives ont été observées. Dans le sillage de l’actrice Özgecan3Beren Saat (photo à gauche) qui a raconté, sur Twitter, ses propres mésaventures, des femmes se sont mis à livrer sur les réseaux sociaux, sous le hashtag #sendeanlat (toi aussi raconte), le témoignage des actes de harcèlement dont elles ont été les victimes. Özgecan4Une initiative qui n’a pas été appréciée par Sevda Türküsev (photo à droite), une éditorialiste du quotidien pro-gouvernemental Yeni Şafak, qui a provoqué une tempête de protestations, en tweetant :

«Malheureusement j’avais raison : les femmes qui racontent comment elles ont été harcelées sexuellement doivent ‘la fermer’ et aller voir un médecin. La vie n’est pas une série télévisée.»

On l’aura compris, si l’émotion provoquée par ce meurtre a bien sûr ravivé les préoccupations suscitées par les violences que subissent quotidiennement les femmes, elle a aussi accru la polarisation entre les milieux conservateurs soutenant le gouvernement et les secteurs de la société en lutte contre un conformisme ambiant qui, trop souvent au cours des derniers mois, s’est obstiné à diffuser des femmes une vision rétrograde, en leur assignant un rôle de mères et d’épouses soumises.

La classe politique turque entre surenchères et polémiques

Ce débat de société a donc inévitablement pris une dimension politique affirmée. Dès le lendemain des événements, lors un congrès régional de l’AKP à Antalya, le premier Özgecan5ministre, Ahmet Davutoğlu, s’est engagé avec son épouse à réagir vigoureusement aux violences faites aux femmes. Pour leur part, la ministre de la famille, Ayşenur İslam (photo à gauche), et le ministre de l’économie, Nihat Zebekçi, ont évoqué le rétablissement de la peine de mort, définitivement abolie en Turquie par plusieurs textes, entre 2001 et 2004, au moment de l’ouverture des négociations d’adhésion avec l’Union européenne. L’ex-ministre et maire de Gaziantep, Fatma Şahin, s’est prononcée, elle, pour la castration des délinquants sexuels. Le ministre des affaires européennes, Volkan Bözkır, quant à lui, a déclaré que s’il se trouvait un jour confronté à un tel drame, «il prendrait un fusil pour se faire justice», tout en précisant quand même qu’il s’agissait là de son avis personnel et que l’Etat ne pouvait souscrire à une telle position.

Ces surenchères verbales ont été diversement appréciées. Le père de la victime, Mehmet Aslan, tout en évoquant le caractère dissuasif de la peine de mort, a estimé que «ce n’était pas la solution et que les gens devaient apprendre à se contrôler.» Mais la polémique s’est accrue lorsque, le 16 février, Recep Tayyip Erdoğan a commencé à s’exprimer sur le sujet. Özgecan6Affirmant qu’il veillerait personnellement à ce que les auteurs de ce crime soient sévèrement punis, il s’est offusqué que des femmes, et notamment la députée du CHP, Aylin Nazlıaka, aient choisi de danser et chanter pour protester :

«Étaient-elles sensées dénoncer la mort d’Özgecan en dansant ? Qu’est-ce que cela veut dire ? (…) Quelle place a donc ce genre d’attitude dans notre culture ? C’est comme si on se réjouissait de la mort de quelqu’un ! »

La polémique s’est poursuivie lorsque, répondant au leader du CHP, Kemal Kılıçdaroğlu, qui avait lié ce meurtre à la dégradation de la situation économique et sociale en Turquie, le chef de l’Etat a déclaré :

«Un acte atroce a été commis à Mersin, heurtant la conscience de tout le monde. Mais le leader de l’opposition l’a relié à la montée du chômage, comme s’il fallait à tout prix faire de la politique en la matière. L’auteur de ce crime est un scélérat. Cela n’a rien à voir avec sa religion, ses origines ethniques ou son statut social.»

Une recrudescence des violences subies par les femmes

Pourtant l’émotion, qui a dominé les manifestations et initiatives diverses qui ont été lancées suite au meurtre d’Özgecan Aslan, semble partir de préoccupations qui sont tout autres et qui s’inquiètent de l’accroissement des violences faites aux femmes en Turquie. Ce fait divers particulièrement odieux confirme en effet l’impuissance des autorités publiques à contenir et réduire ce phénomène, dans un pays où pourtant les efforts faits pour promouvoir l’égalité des sexes ne datent pas d’hier, remontant à la fondation de la République et à la période kémaliste. En dépit de cette tradition qui fait de la Turquie un pays à part au sein du monde musulman, les violences subies par les femmes ont connu une nette recrudescence, au cours des dernières années. Des chiffres qui le montrent ainsi que de nombreux commentaires afférents venaient d’ailleurs d’être publiés, lorsque la Özgecan7nouvelle du meurtre de Mersin a été connue. Cela explique qu’il soit apparu comme le crime de trop ! En outre, cette violence ne découle pas seulement de cas de harcèlement ou d’agression, similaires à celui dont a été victime l’étudiante en psychologie, elle concerne très souvent également le cadre conjugal. Régulièrement d’ailleurs, la presse turque relate des cas extrêmes de violences conjugales, ses éditions électroniques publiant des vidéos d’hommes agressant physiquement leurs femmes en pleine rue ! Lancé en 2012, un système d’alarme électronique permettant aux femmes, confrontées à ce type de violence, de prévenir la police à distance, qui avait de surcroît été présenté comme une sorte de remède-miracle, a donné des résultats décevants. En décembre 2014, une enquête de l’Université Sabancı d’Istanbul montrait que, même les femmes turques ayant un diplôme universitaire, n’étaient pas l’abri, la majeure partie d’entre elles ayant été soumises, au moins une fois dans leur vie, à la violence de leur mari ou à celle de leur compagnon. Les émissions de téléréalité, les films, la littérature illustrent largement l’ampleur de ce fléau, auquel s’ajoute, particulièrement dans l’est et le sud-est du pays, de nombreux cas de mariages forcés ou d’assassinats perpétrés par des proches contre des jeunes femmes dont le comportement est jugé contraire aux traditions familiales.

Le dénigrement verbal des femmes sur la sellette

Toutefois, la mort tragique d’Özgecan Alsan a relancé aussi les polémiques suscitées par les propos misogynes ou machistes tenus par des responsables religieux ou des dirigeants de l’AKP. Ils se sont en effet banalisés au cours des dernières années. Quelques exemples parmi les plus commentés… En juillet 2013, lors d’une émission de télévision, le penseur et écrivain, Ömer Tuğrul İnançer, n’a pas hésité à dire qu’il était «immoral» que des femmes enceintes avec «leurs gros ventres» osent sortir dans la rue. En juillet 2014, leÖzgecan8 vice-premier ministre, Bülent Arınç (photo à droite), a provoqué une bronca sur les réseaux sociaux, lorsqu’il a affirmé que les femmes bien élevées devaient s’abstenir de rire fort en public. Plus récemment, le 24 novembre 2014, Recep Tayyip Erdoğan en personne a déclaré qu’on ne pouvait pas mettre l’homme et la femme sur le même plan, en précisant que c’était «contre leur nature parce que leur nature est différente» et en n’expliquant que les féministes, pas assez religieusement instruites, ne pouvaient comprendre ce qu’il voulait dire… Pour couronner le tout, visitant une maternité à l’occasion du jour de l’an 2015, le ministre de la santé, Mehmet Müezzinoğlu, a déclaré que les femmes ne devaient pas faire passer quelque carrière que ce soit avant leur maternité.

Six mois auparavant , en août 2014, excédée sans doute par ce genre de propos, la députée du CHP, Aylin Nazlıaka (photo ci-dessous) avait fait sensation en apostrophant au parlement les députés de l’AKP et en les menaçant de leur jeter sa chaussure :

« Les politiques que vous prétendez Özgecan9imposer au corps de la femme, et même tout ce que vous dites sur ce que les femmes portent, ce que les femmes mangent, quelle couleur de rouge à lèvres elles utilisent, si les femmes enceintes peuvent se promener dans les rues ou pas, si le rire des femmes est conforme à la chasteté ou pas et si les femmes et les hommes peuvent danser le horon (une danse folklorique de la mer Noire) ensembles ou pas, tout cela est devenu matière à discussion permanente. Même l’enseignement mixte est désormais un sujet de débat et vous êtes responsables de cette situation. Vous savez que trois de nos femmes sont tuées chaque jour et vous savez qu’il y a une augmentation de 40% de la violence contre les femmes. Ceux qui dictent aux femmes comment agir sont ceux qui encouragent les meurtriers… »

Bien que le propos puisse paraître en l’occurrence prémonitoire, attribuer les violences que subissent les femmes en Turquie aux seuls dirigeants de l’AKP est sans doute aller un peu vite en besogne. Il reste que toutes ces petites phrases et comportements qui laissent à penser que les femmes ne mériteraient pas de disposer d’une citoyenneté à part entière, contribuent indiscutablement à créer un climat malsain et propice à la perpétuation d’une situation de violence qui est de plus en plus inquiétante.

JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *