L’affaire des missiles chinois

missiles chinois1Répondant à une question écrite que lui avait posée, en décembre dernier, le député CHP d’Izmir, Aykut Çıray, le ministre turc de la défense, İsmet Yilmaz, a fait savoir que le système de défense anti-missile, que la Turquie est en train d’acquérir, serait un système autonome et national, non intégré en tout cas dans le système de l’OTAN dont elle est pourtant membre. Cette déclaration constitue le nouveau rebondissement d’une affaire qui dure depuis plus d’un an et demi et qui paraît sans fin…

Le choix initial turc pour les missiles de défense chinois

En septembre 2013, la Turquie annonce qu’elle a décidé de se doter du système chinois de missiles de défense pour assurer sa sécurité. L’appel d’offres lancé par Ankara pour couvrir un marché de 3,8 milliards de dollars opposait en fait 4 soumissionnaires : l’Américain Raytheon & Lockheed Martin avec son fameux missile Patriot, le Russe Rosoboronexport avec son S-400, le Franco-Italien Eurosam avec son SAMP/T Aster 30 et enfin le Chinois CPMIEC (Chinese Precisionmissiles chinois2 Machinery Export-Import Corporation) avec son HQ9 exporté sous le nom de FD-2000. Ce choix provoque un malaise dans les chancelleries occidentales. Alors que les responsables turcs expliquent qu’il est tout à fait possible d’intégrer ce système chinois dans celui de l’OTAN, les experts de l’Alliance et les diplomates de ses pays membres s’emploient à convaincre Ankara du contraire, l’un d’eux allant même jusqu’à dire : «Choisir des missiles chinois, c’est comme si l’on voulait construire un troisième pont sur le Bosphore sans prévoir les autoroutes qui doivent être connectées à ce pont. Le pont restera alors isolé sans utilité.» Début octobre 2013, le secrétaire général de l’OTAN de l’époque, Anders Fogh Rasmussen, regrette le choix turc et souligne que les missiles chinois en question ne sont pas compatibles avec le système de l’Alliance. Début novembre 2013, les Etats-Unis dépêchent une délégation sur place pour convaincre le gouvernement turc que sa décision n’est pas viable.

Une nouvelle dérive vers l’est de la diplomatie turque ?

Les experts et les commentateurs s’interrogent cependant sur les raisons de ce choix, les uns estimant que c’est un artifice pour obtenir à meilleur prix les Patriots qui US-TURKEY-OBAMA-ERDOGANauraient en fait la faveur des militaires turcs, les autres pensant qu’il s’agit d’une nouvelle dérive à l’est de la politique étrangère turque. Au cours de l’année 2013, en effet, les relations entre la Turquie et les Etats-Unis se sont détériorées. Ankara reproche à Washington sa passivité face au conflit syrien et son hypocrisie face au coup d’État en Égypte. Les Américains ont finalement renoncé à intervenir en Syrie en dépit de l’usage d’armes chimiques par Bachar el-Assad. Ils ont noué petit-à-petit des relations avec le nouveau régime égyptien, qui a renversé Mohamed Morsi et réprimé dans le sang les manifestations de protestation de ses partisans. Avec l’Europe, les relations ne sont guère meilleures. L’Union européenne (UE) a laborieusement accepté d’ouvrir le chapitre 22 (politique régionale) de reprise de l’acquis communautaire, montrant qu’en dépit du remplacement de Nicolas Sarkozy par François Hollande, il serait difficile de surmonter l’opposition d’Angela Merkel à la candidature turque et de sortir celle-ci de l’ornière dans laquelle elle se trouve depuis plusieurs années. Pour autant, les rapports avec l’est ne sont pas vraiment convaincants, eux non plus… Certes au début de l’année 2013, Ankara a obtenu le statut de «membre en dialogue» au sein du Groupe de Shanghai, mais n’a pas réussi à décrocher celui de «membremissiles chinois4 observateur». Cette nouvelle preuve de méfiance de la Russie et de ses alliés a confirmé que la Turquie aurait du mal à trouver une alternative eurasiatique à sa candidature à l’UE (cf. notre édition du 16 octobre 2013).

Un appel d’offres qui traine en longueur

Au début de l’année 2014, la Turquie fait finalement savoir que son choix pour les missiles chinois n’est pas définitif et étend le délai de soumission pour favoriser, semble-t-il, de nouvelles offres. Toutefois, Murat Bayar, le président de l’agence turque de passation des marchés de la défense, qui avait déclaré que la Turquie ne pouvait pas ignorer les inquiétudes des Occidentaux à l’égard du choix initial pour les missiles chinois, est démis de ses fonctions, ce qui retarde la relance technique du dossier. En juin 2014, le délai de soumission est ainsi à nouveau prorogé et les autorités turques annoncent que le marché est toujours ouvert au consortium américain Raytheon & Lockheed Martin et au consortium franco-italien Eurosam. A la mi- juillet 2014, lorsqu’à la stupeur général un avion de la Malaysia Airlines est abattu par un missile au-dessus de l’Ukraine, plusieurs voix s’élèvent en Turquie pour faire observer que l’on ferait mieux de ne pas acquérir des missiles chinois incompatibles avec les radars de l’OTAN, car cette affaire a montré à quel missiles chinois5point un système non relié à des radars centraux pouvait être dangereux. Le 7 septembre 2014, au retour du sommet de l’OTAN à Cardiff, alors que le délai de soumission a été une nouvelle fois repoussé, Recep Tayyip Erdoğan révèle que les négociations pour l’achat d’un système de missiles de défense se poursuivent depuis que l’accord avec la compagnie chinoise CPMIEC a échoué pour des raisons «techniques». Selon le président turc, c’est désormais l’offre franco-italienne du consortium Eurosam qui tient la corde. Dès lors, dans les semaines qui suivent, la Chine prenant acte de cette annonce, déclare que «la Turquie décidera selon ses intérêts», le consortium Raytheon & Lockheed Martin qui produit le missile Patriot rappelle qu’il est toujours dans la course, et des sources européennes évoquent le retour à la case départ avec le lancement d’un nouvel appel d’offres.

Le choix final de nouveau hypothéqué

Pourtant alors que l’on paraissait lentement s’acheminer vers le choix de missiles occidentaux, des sources diplomatiques turques laissent entendre, à la mi-février 2015, que la Turquie ne prendra pas de décision sur l’attribution du fameux marché, avant d’avoir pu évaluer les réactions des Etats-Unis et de la France à l’égard des célébrations du centenaire du génocide arménien, prévues pour le 24 avril 2015. Cette rumeur, suivie quelques jours plus tard par la déclaration d’İsmet Yılmaz, évoquant le développement d’un système de missiles de défense non intégré aumissiles chinois6 système de l’OTAN, constituent une nouvelle rebuffade du gouvernement turc dans un dossier interminable. Dissuadée, il y a un an, de mener jusqu’à son terme son choix pour le système chinois, la Turquie se retrouve aujourd’hui dans une impasse, aucune nouvelle offre occidentale (à meilleur prix) n’ayant apparemment été faite. Lier désormais un choix, qui devra bien être fait, à l’épineuse question de la célébration du génocide arménien, ne peut qu’accroître la complexité d’une affaire déjà passablement embrouillée, au moment même où, eu égard à un contexte régional particulièrement instable et dangereux, on peut penser que la Turquie a besoin d’un système de missiles de défense efficace. Il est vrai que le lien en question n’a pas été officiellement et publiquement formulée, et que probablement d’autres rebondissements risquent de se produire avant qu’un choix définitif soit enfin fait. On n’a donc pas fini de parler de l’affaire des missiles chinois…

JM


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. laurent dit :

    Sat tout à fait d’accord avec vous!!les missiles chinois sont très performants!!les DF-21 font trembler les porte-avions US et sans compter les missiles anti-navires dernières générations qui sont les YJ-18……enfin,la Chine dispose une panoplie de missiles………et leur flotte navale devient de plus en plus impressionante!!….des sous-marins silencieux etc….pauvre USA looooooooooool

  2. sat dit :

    LA Turquie a fait un excellent choix car les chinois offre un transfert de technologie que les autres pays n’offre pas. Il faut savoir également que la technologie utilisé par ses missiles est quasiment la même de ceux des missiles balistiques. De plus la Turquie veut lancer ses propres satellites avec son propre lançeur qui a une technologie identique avec ceux des missiles balistiques.
    En conclusion ce choix très important pour avoir des systèmes de missiles indépendante.

  1. 25 juin 2015

    […] [8] Pour plus de détails, voir : L’affaire des missiles chinois, Jean Marcou, 20 février 2015 : http://ovipot.hypotheses.org/10930 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *