Vers une résolution durable du problème kurde en Turquie ?

paix durable1Le 28 février 2015, au palais de Dolmabahçe à Istanbul, lors d’une conférence de presse conjointe, présentée comme historique, le gouvernement et le parti kurde HDP ont annoncé l’ouverture d’une nouvelle phase du processus de paix devant aboutir à la résolution définitive de la question kurde en Turquie. Cette annonce a suivi la tenue d’une rencontre entre le vice-premier ministre Yalçın Akdoğan et une délégation du HDP, composée des députés Sırrı Süreyya Önder, Pervin Buldan et İdris Baluken (photo à gauche). Le ministre de l’Intérieur, Efkan Ala et le président du groupe parlementaire AKP, Mahir Ünal, étaient aussi de la partie.

Si la nouvelle constitue un événement d’importance, c’est parce qu’au terme de cette rencontre le gouvernement a accepté d’ouvrir des négociations directes avec le PKK pour essayer de résoudre une situation de guerre civile larvée, dans le sud-est du pays, qui dure depuis 1984, ayant fait plus de 40 000 victimes et provoqué le déplacement de près de 2 millions de personnes. Les protagonistes de la rencontre du 28 février ont notamment évoqué l’organisation prochaine d’un congrès extraordinaire, dont l’objectif est d’aboutir à un cessez-le-feu durable entre l’armée turque et les rebelles du PKK. La base des négociations à venir repose sur 10 pointspaix durable2 proposés par le leader du PKK emprisonné, Abdullah Öcalan. Ces dix points sont les suivants : définir une politique démocratique ; définir les dimensions nationale et locale d’une solution démocratique ; fixer les garanties d’une citoyenneté libre ; fixer les relations entre l’Etat et la société ; prévoir les dimensions socio-économiques du processus de paix ; fixer le cadre des négociations afin de garantir, pendant leur déroulement, l’ordre public et les libertés ; mettre en œuvre des politiques en faveur des femmes, de la culture et de l’écologie ; développer une démocratie pluraliste pour préciser le concept d’identité ; définir une république démocratique comme une patrie commune dotée de garanties constitutionnelles ; élaborer une nouvelle constitution pour servir de cadre à tous ces changements démocratiques.

Dix ans d’annonces et d’initiatives

Ces développements interviennent après une décennie d’annonces et d’initiatives diverses du parti au pouvoir, touchant à la question kurde. En 2005, en effet, pour la première fois, lors d’un discours à Dıyarbakır, Recep Tayyip Erdoğan évoque le «problème turque» en tant que tel. En 2007, le parti kurde qui s’appelle alors DTP (Demokratik Toplum Partisi – Parti pour une société démocratique) parvient à faire élire une vingtaine de députés au parlement et devient le quatrième parti de Turquie. Il faut néanmoins attendre l’été 2009 pour assister à une avancée plus concrète. paix durable3Alors que la guérilla kurde du PKK entre dans sa 25e année, le gouvernement turc lance «l’ouverture démocratique», un processus destiné à apporter une solution politique au problème kurde (cf. notre édition du 6 octobre 2009). Recep Tayyip Erdoğan reçoit officiellement Ahmet Türk, le leader du DTP (photo à gauche). Pour la première fois, le parlement turc débat explicitement de la « question kurde ». Mais cette initiative est vite compromise par une série d’événements malheureux : le DTP est dissous par la Cour constitutionnelle ; le retour d’un groupe de rebelles pour rendre symboliquement les armes est mal perçu par l’opinion publique turque (cf. notre édition du 8 novembre 2009) ; l’arrestation de nombreux responsables et élus kurdes dans le cadre d’une enquête en cours choque la communauté kurde… Tout est à refaire et reprend dans l’ombre. Dans les mois qui suivent en effet, le gouvernement et le PKK se rencontrent secrètement à Oslo, en Norvège. C’est un moment important, car ces contacts vont permettre aux deux protagonistes principaux de mieux se connaître et d’évaluer leurs positions respectives. Pourtant des fuites publiées dans la presse, les rumeurs auxquelles elles donnent lieu et la reprise spectaculaire de la guérilla dans le sud-est ont raison de ces nouveaux efforts.

Ce n’est qu’à la fin de l’année 2012 que les tentatives reprennent. L’aptitude d’Abdullah Öcalan à favoriser le règlement d’une grève de la faim de prisonniers kurdes de plusieurs semaines, convainc le gouvernement turc que le leader du PKKpaix durable4 emprisonné est incontournable pour une négociation. De premières rencontres ont donc lieu entre le chef des services secrets d’alors, Hakan Fidan, et Abdullah Öcalan, sur l’île d’İmralı, au large d’Istanbul, où le leader kurde est emprisonné. Le «processus d’İmralı» débouche sur un appel au cessez-le-feu lancé en turc et en kurde par Abdullah Öcalan pour la fête de Newroz au printemps 2013 (cf. notre édition du 22 mars 2013), préalable à un retrait des troupes du PKK du territoire turc, qui commence le 8 mai suivant.

L’affaire semble donc bien engagée, mais fin mai, elle est rattrapée par les événements Gezi, qui ébranlent la Turquie (cf. notre édition du 1er juin 2013). Ce qui est devenu entretemps «le processus de règlement», puis le «processus de paix» passe au second plan des priorités pour le gouvernement. Et ce d’autant plus que l’effervescence politique provoquée par le mouvement de Gezi a du mal à retomber et qu’elle est suivie à la fin de l’année par «le grand scandale de corruption du 17 décembre». On s’interroge dès lors sur l’avenir du processus engagé un an auparavant, car l’année 2014 est dominée par deux rendez-vous électoraux majeurs : les élections locales du 30 mars et les présidentielles du 10 août qui se tiennent pour paix durable5la première fois au suffrage universel direct. Pourtant, à peine élu, Recep Tayyip Erdoğan remet la résolution de la question kurde au premier rang de ses préoccupations. Las ! Cette fois, c’est l’agenda politique international qui compromet la relance. L’Etat islamique, à l’offensive depuis le mois de juin en Irak et en Syrie, met le siège devant la ville kurde de Kobanê. L’attitude ambiguë du gouvernement turc, renvoyant dos-à-dos djihadistes et combattants kurdes du PYD-PKK, déçoit les Kurdes en Turquie (cf. notre édition du 6 octobre 2014). Mais, la levée du siège de la ville et l’entrée de l’agenda politique intérieur turc dans une phase plus calme permettent au processus de paix de revenir petit-à-petit, au tout premier rang des préoccupations gouvernementales.

Au sein même de l’équipe au pouvoir, c’est un ancien conseiller de Recep Tayyip Erdoğan, Yalçın Akdoğan (photo ci-dessous), qui s’occupe désormais du dossier kurde. Le HDP, pour sa part, qui a tout spécialement chargé certains de ses députés de la question,paix durable6 accentue son rôle de médiateur entre le gouvernement, Abdullah Öcalan et le commandement du PKK réfugié dans les montagnes de Kandil en Irak. Cette remontée en puissance progressive aboutit à l’annonce de la conférence de presse du 28 février. Ce parcours était certes inespéré, mais quelles sont les chances d’aboutir de cette nouvelle initiative ? Les annonces spectaculaires dont le problème kurde a déjà fait l’objet depuis 2009 ont appris aux commentateurs à être prudents. En outre, plusieurs problèmes connexes peuvent affecter le bon déroulement de la feuille de route esquissée le 28 février.

Le paquet législatif sur la sécurité et la révision de la Constitution, possibles handicaps ?

Il faut se souvenir tout d’abord que, depuis le début du mois de février, la vie politique turque est dominée par la question du vote du paquet législatif sur la sécurité. Cet ensemble de textes, qui a provoqué des incidents répétés au parlement, paix durable7entend renforcer les moyens du gouvernement pour maintenir l’ordre. Les principales mesures prévues sont les suivantes : possibilité pour la police de procéder à des fouilles au corps et des fouilles de voiture ; extension de la garde à vue, sans la présence d’un juge, à 48 h ; possibilité d’arrestations préventives de manifestants ; possible usage d’armes à feu par la police, notamment si les manifestants utilisent des cocktails Molotov ; interdiction des masques dans les manifestations ; réduction des pouvoirs de police des maires et des procureurs, au profit des préfets ; possibilité de réaliser des écoutes téléphoniques, sans l’autorisation d’un juge, pendant 48 heures. Ces dernières semaines, au sein de l’opposition, les députés du HDP ont compté parmi les voix les plus virulentes pour combattre ces textes. Peu de temps après la conférence de presse conjointe du 28 février, le co-président du parti kurde, Selahattin Demirtaş, a estimé, que le gouvernement devait mettre un terme à ce projet pour prouver sa sincérité dans sa volonté de relancer le processus de paix. Pervin Buldan, l’une des députés kurdes de la délégation qui a rencontré Yalçın Akdoğan, le 28 février, a néanmoins fait savoir que certains des articles du paquet sur la sécurité allaient être amendés par le gouvernement, et que, d’ailleurs, le HDP allait faire rapidement des propositions en ce sens. Cette annonce sera-t-elle suffisante pour faire taire les inquiétudes et éviter que le paquet sur la sécurité ait raison des efforts de relance en cours du «processus de paix» ?

Un autre sujet d’inquiétude est aussi apparu après l’annonce du 28 février. Le catalogue des propositions d’Abdullah Öcalan, qui doivent servir de base à la négociation, évoque un changement de la Constitution. Ce constat risque de relancer les rumeurs (qui avaient déjà affleuré à plusieurs reprises antérieurement) d’une possible convergence d’intérêts objectifs entre l’AKP et les Kurdes du HDP. Il y a quelques semaines, l’annonce par le HDP qu’il présenterait des candidats, sous une étiquette partisane et non en tant que candidats indépendants, avait surpris et fait craindre qu’eu égard au seuil de 10% qu’il faut atteindre au niveau national pour êtrepaix durable8 présent au parlement, le parti kurde ne perde ses députés et permette ainsi à l’AKP d’obtenir la majorité renforcée dont il rêve, depuis plus de 10 ans, pour réformer seul la Constitution.

A bien des égards, l’annonce de l’ouverture prochaine de négociations avec le PKK par le gouvernement apparaît comme un aboutissement. Seul ce type de dialogue direct peut conduire à un règlement durable de la question kurde. Mais pour que ce projet puisse aboutir il faudra, en premier lieu, surmonter un obstacle conjoncturel de taille, en obtenant l’abandon, au moins partiel du paquet législatif sur la sécurité, un objectif sur lequel le gouvernement s’est pourtant engagé et dont Recep Tayyip Erdoğan, en personne, a dit récemment, lors d’un discours à Elazıg, que quoi qu’il arrive, il finirait bien par être atteint. Toutefois, en second lieu, il faudra clarifier la feuille de route d’un processus, qui doit conduire à élaborer une nouvelle Constitution, car il engage des enjeux qui pour la Turquie sont beaucoup plus larges que seul le règlement de la question kurde, dans un contexte où le phénomène de présidentialisation qui a suivi la première élections au suffrage universel, transforme jour après jour, un peu plus, le système politique turc.

JM


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 2 mai 2016

    […] de Dolmabahçe le 28 février 2015 afin de guider le processus de paix (voir notre édition du 2 mars 2015), étaient d’une imprécision telle qu’ils ne pouvaient servir de base à des négociations […]

  2. 6 octobre 2016

    […] [7] Pour une explication détaillée du processus de paix depuis 2009, lire l’article de Jean Marcou publié le 2 mars 2015 sur le site de l’Ovipot : http://ovipot.hypotheses.org/10958 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *