La question kurde divise l’AKP

querelle kurde AKP1Comme toutes les formations politiques, l’AKP a connu des dissensions internes ponctuelles. Mais cette fois-ci, le conflit qui agite le parti au pouvoir paraît être une affaire d’autant plus sérieuse qu’elle se trouve à la croisée de plusieurs enjeux de taille : le devenir de l’interminable projet de règlement de la question kurde, les relations entre le président de la République et le gouvernement, la préparation des prochaines élections législatives.

Le bon début trompeur de la relance du «processus de paix»

Tout semblait pourtant bien parti depuis le 28 février dernier, date à laquelle, le gouvernement et le parti querelle kurde AKP2kurde parlementaire HDP avaient émis une déclaration conjointe, annonçant un règlement de la question kurde (cf. notre édition du 2 mars 2015) sur la base d’une dizaine de points d’accord, ratifiés par Abdullah Öcalan. Le 21 mars, à l’occasion de la fête de Newroz/Nevruz, le leader du PKK emprisonné devait donc faire écho à ces velléités de reprise du «processus de paix» par une déclaration annoncée comme historique, mais qui en fait s’annonçait comme la réédition de celle qu’il avait faite, pour la même occasion, en 2013 (cf. notre édition du 22 mars 2013). Tout le monde attendait donc confiant le 21 mars…

Pourtant, dans la semaine qui a précédé la célébration du printemps kurde, une série de propos de Recep Tayyip Erdoğan ont progressivement fait comprendre que le président était loin de partager l’optimisme ambiant du gouvernement et du HDP, quant au prochain règlement de la question kurde en Turquie. Le 15 mars, en effet, le chef de l’Etat, dans un premier discours sur le sujet, s’est interrogé sur l’existence d’une question kurde en Turquie, paraissant même remettre en cause les déclarations qui, depuis 2005, l’avait vu ponctuellement reconnaître au contraire l’existence de ce problème. Ont suivi une série d’autres propos allant dans le même sens avant que le 20 mars, il avoue avoir suivi les derniers développements du «processus de paix» dans la presse (sic) et ne pas «voir d’un bon œil» certains de ses aspects, notamment l’idée de constituer une commission d’experts chargée d’évaluer la conduite des négociations projetées.

Bülent Arınç monte au créneau

Or, le 21 mars, après la lecture en kurde et en turc, à Diyarbakır d’un message d’Abdullah Öcalan appelant comme prévu à la paix et demandant notamment au PKK de se réunir en congrès pourquerelle kurde AKP3 envisager d’autres moyens d’actions que la lutte armée, le vice-premier ministre et porte-parole du gouvernement, Bülent Arınç a critiqué les prises de position du président de la République, en estimant qu’il s’agissait là de déclarations qui devaient être regardées comme purement personnelles et que, de toute manière, le pouvoir d’agir et de décider revenait en la matière au gouvernement. Le lendemain (22 mars), Arınç a réitéré ses déclarations alors même que le président Erdoğan se faisait plus explicite dans ses critiques, en désapprouvant clairement la déclaration conjointe du 28 février et en regrettant qu’à cette occasion un vice-premier ministre turc (en l’occurrence Yalçın Akdoğan) se soit fait prendre en photo aux côtés des membres de la délégation du HDP.

Le même jour la querelle à distance opposant Erdoğan et Arınç, depuis deux jours, s’est encore envenimée. En effet, le maire d’Ankara, Melih Gökçek, un fidèle de Recep Tayyip Erdoğan entre les fidèles, s’en est pris vertement à Bülent Arınç, en demandant la démission de celui-ci et en l’accusant querelle kurde AKP4d’agir pour le compte du mouvement Gülen, la fameuse «structure parallèle» : « Je dois avouer que je ne pensais pas qu’ils (le mouvement Gülen) allaient nous frapper de l’intérieur. Ils l’ont fait par le biais de Bülent Arınç. Tout le monde a ainsi considéré que les déclarations d’Arınç reflétaient le point de vue du gouvernement. Mais les déclarations d’Arınç n’ont rien à voir avec le gouvernement.» Et le maire d’Ankara de twitter : «Arınç, on ne veut plus de toi !» Face à cette attaque en règle, l’intéressé n’a pas mâché ses mots. Accusant le maire de la capitale d’être «un mal élevé» et un «corrompu», à la solde lui aussi de «la structure parallèle», le vice-premier ministre a reproché à Melih Gökçek d’avoir lui-même négocié un siège de parlementaire pour son fils en vue des prochaines élections. Bonjour l’ambiance !

Ahmet Davutoğlu joue les conciliateurs

Le 23 mars, l’éditorialiste du quotidien pro-gouvernemental Yeni Şafak, Abdülkadir Selvi, a jugé la situation suffisamment grave pour mettre en garde l’AKP contre ces divisions internes sans précédent. Selon Selvi, cette formation est arrivée au pouvoir parce qu’elle représentait pour des millions de gens la stabilité et l’unité. Que se passera-t-il, s’interroge l’éditorialiste, si cet acquis est remis en cause, et cela à moins de 3 mois des prochaines élections législatives ? Pour sa part, le même jour, le co-leader du parti kurde HDP, Selahattin Demirtaş, qui a lui aussi émis certaines réserves en ce qui concerne le «processus de paix» en cours, a sommé le premier ministre de choisir son camp. Car, sans s’impliquer ouvertement dans la querelle en cours, Ahmet Davutoğlu n’en avait pas moins célébré Nevruz le 21 mars, lors d’un meeting de l’AKP, en appelant Turcs et Kurdes «à enterrer les armes s’ils voulaient cesser d’enterrer… des jeunes gens». Cette attitude semblait indiquer que le premier ministre s’était rangé dans le camp desquerelle kurde AKP5 colombes, mais l’on sait qu’en diplomate avisé, maître Davutoğlu a plus d’un tour dans son sac. Le 24 mars, lors d’un échange avec des journalistes, évitant de s’impliquer dans les querelles des derniers jours, c’est bien ce rôle de conciliateur que le premier ministre a choisi de jouer, en rappelant à l’ordre les deux dignitaires de l’AKP. Critiquant l’attitude de Gökçek et d’Arınç, il a notamment déclaré : «Nous allons prendre les mesures disciplinaires nécessaires contre quiconque s’engage dans des polémiques qui pourraient ternir la crédibilité de notre parti aux yeux des gens, en particulier à un moment aussi crucial avant les élections. Cette remarque concerne tout le monde. Je le dis très clairement. » Le 25 mars, alors que l’on évoquait l’engagement d’actions devant les tribunaux, Bülent Arınç a essayé de faire amende honorable, en jugeant qu’Ahmet Davutoğlu avait fait ce qu’il devait faire et en estimant que Melih Gökçek aurait tout à perdre à s’engager dans des procédures judiciaires.

A qui profite la querelle kurde au sein de l’AKP ?

Une chose est sûre la relance du processus de paix est mal partie pour l’instant. Des tirs de mortiers ont d’ailleurs opposé le PKK et l’armée turque dans la province d’Hakkari, le 25 mars. En dépit des déclarations historiques des uns et des autres, il sera difficile à la résolution du problème kurde de prendre corps sans l’aval d’un chef de l’Etat qui domine de plus en plus la vie politique turque. Car ne querelle kurde AKP6nous y trompons pas, la querelle kurde qui divise à l’heure actuelle l’AKP s’inscrit en fait dans la transformation du régime politique turc, initiée par la première élection présidentielle au suffrage universel direct, qui a eu lieu l’an passé et vu l’élection de Recep Tayyip Erdoğan. En affichant une ligne dure sur la question kurde, avant les prochaines élections législatives, le président de la République entend contribuer à une large victoire de son parti et ne pas prendre le risque que des réactions nationalistes n’entament la victoire programmée de son parti en le privant de la majorité renforcée qui doit lui permettre de réviser seul la constitution pour instaurer le régime présidentiel dont il rêve. Dans un tel contexte, il n’est pas question pour Recep Tayyip Erdoğan de laisser penser qu’il négocie avec le PKK et son leader, comme l’en accuse l’opposition. Il a d’ailleurs affirmé, le 23 mars, que le gouvernement ne pouvait aller plus en avant dans les négociations, tant que le PKK n’aurait pas déposé les armes ; une manière de siffler la fin de la récréation et surtout de se démarquer d’une convergence turco-kurde qu’Abdullah Öcalan a évoquée dans son discours du 21 mars en parlant de «l’esprit d’Esme». Cette remarque faisait en effet allusion à la récente évacuation de l’enclave territoriale turque en Syrie de la tombe de Süleyman Shah. Selon les Kurdes, cette opération, qui a abouti au replacement de la tombe en question à Esme (sur la frontièrequerelle kurde AKP7 turco-syrienne), n’a pu avoir lieu que grâce au soutien qu’ont apporté à l’armée turque face à l’Etat islamique, les troupes du PYD et du PKK, une version qu’ont formellement démentie les forces armées turques, confortant en l’occurrence les propos de Recep Tayyip Erdoğan, pour qui l’assistance des Kurdes à l’armée n’est qu’une légende visant à légitimer l’action en cours du leader du PKK. On a pu d’ailleurs à nouveau observer cette convergence de vue entre le président et les militaires le 25 mars, lorsque le chef d’état-major, Necdet Özel, a regretté que les événements survenus récemment en Syrie et notamment la menace constitué par l’Etat islamique aient contribué à donner une image positive du PYD et du PKK, parce qu’ils ont combattu l’organisation djihadiste.

En tout état de cause, adopter une ligne dure sur la question kurde présente un autre avantage pour le président de la République. Face à la ligne molle du gouvernement, elle peut lui permettre de mettre hors jeu et de pousser vers la sortie toute la vieille garde de l’AKP. Ces gens, dont une bonne partie ont atteint la limite des 3 mandats parlementaires établie par l’AKP, et qui clament aujourd’hui que c’est au gouvernement de gérer la question kurde, semblent persister à ne pas comprendre les règles du régime présidentialiste que veut établir Recep Tayyip Erdoğan. Ce dernier s’apprête à leur donner une dernière leçon en les remplaçant par une nouvelle génération de dirigeants plus perméables aux «vertus» de la présidentialisation… Pour l’heure, le 25 mars, Ahmet Davutoğlu a révélé qu’il avait eu l’occasion de rencontrer Gökçek et Arınç pour s’expliquer avec eux sur le remue-ménage des derniers jours. Mais, si l’incident semble clos, la question kurde est, elle, loin d’être réglée, et pourrait bien provoquer de nouvelles dissensions internes au sein du parti au pouvoir, d’ici à la tenue des prochaines législatives.

JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *