La Turquie et le Yémen, une longue histoire conflictuelle (2)

Le président Gül au Yémen - janvier 2011

Le président Gül au Yémen – janvier 2011

La semaine passée, la Turquie a surpris en annonçant bruyamment sa participation à la coalition « Tempête de fermeté » menée par l’Arabie saoudite contre les rebelles zaïdites (chiites) houthis qui, après s’être emparé de Sanaa, menacent Aden. Comme nous l’avons montré dans le premier volet de cette étude (cf. notre édition du 31 mars 2015), l’histoire du Yémen montre que ce pays n’a jamais été solidement intégré dans l’Empire ottoman, bien que ce dernier ait tenté d’y établir sa présence dès le XVIe siècle. Familiers du Yémen, les Ottomans ont déjà eu maille à partir eux aussi avec les zaïdites, au point de devoir recommencer leur conquête à deux reprises avant la fin de l’Empire. On est donc tenté de voir dans cet engagement yéménite de Recep Erdoğan une nouvelle illustration du « néo-ottomanisme » ambiant des dirigeants de l’AKP. Or, ce sont probablement desTurquie-Yémen2-1 préoccupations plus contemporaines et très en rapport, à la fois avec les derniers développements de la vie politique turque et ceux de la recomposition en cours du Moyen-Orient, qui expliquent les phrases martiales tenues par Regep Tayyip Erdoğan pour annoncer le soutien de son pays à l’opération saoudienne contre les houthis. En proférant, de surcroît, une vigoureuse dénonciation de la « tentation hégémonique régionale » de l’Iran chiite, le chef de l’Etat turc n’a-t-il pas d’emblée compromis la visite qu’il doit faire prochainement à Téhéran ? Comment peut-il concilier ce soutien à la politique saoudienne avec une antipathie prononcée à l’égard du régime d’Abdel Fattah al-Sissi, le président égyptien, qui demeure un allié majeur de Riyad au Proche-Orient ? Quel accueil aura ce ralliement turc inattendu au sein d’un monde arabe où la Turquie ne bénéficie plus de l’aura qu’elle a pu avoir il y a quelques années. Ce choix de Recep Tayyip Erdoğan laisse perplexe sur les évolutions en cours de la diplomatie d’Ankara au Moyen-Orient, principalement en direction de Riyad, du Caire et de Téhéran, mais aussi sur les transformations annoncées du régime politique turc. Ce sont ces enjeux que veulent aborder Jean-Paul BURDY et Jean MARCOU, dans le deuxième volet de cette étude.

Une volonté turque d’intégrer un « bloc sunnite » en formation ?

En réalité, les déclarations turques de ces derniers jours sur l’engagement dans la coalition anti-houthie menée par l’Arabie saoudite du roi Salman posent plus de questions qu’elles n’apportent de réponses. On ne peut donc formuler que des hypothèses interprétatives, en premier lieu, celle de la volonté turque de participer à un « bloc sunnite » enfin (?) unifié.

Depuis 2011, les conflits régionaux ont été schématisés (surtout par les monarchies sunnites, mais aussi à Turquie-Yémen2-2Jérusalem) en un affrontement entre un « arc chiite » piloté par l’Iran et un « bloc sunnite » agressé et essayant de lui résister. Vu de Riyad et de chez ses alliés, « l’arc chiite » comprendrait l’Iran, l’Irak, la Syrie et le Hezbollah libanais, auquel on a très récemment ajouté les houthis yéménites, quand bien même ces derniers, qui se réclament de cinq imams, n’ont guère à voir avec le chiisme duodécimain majoritaire en Iran et en Irak. Depuis 2011-2012, le « bloc sunnite », quant à lui, se caractérise cependant plus par ses fissures que par son unité : il comprendrait l’Arabie saoudite, le Qatar, l’Egypte, la Jordanie et… la Turquie. Or, ces dernières années, ces Etats, au-delà de quelques points communs (abattre le régime de Bachar Al-Assad et affaiblir l’Iran) n’ont cessé d’afficher leurs désaccords. Alors que l’Arabie saoudite marquait son hostilité à l’égard des Frères musulmans, et donc du président Morsi en Egypte, le Qatar et la Turquie leur ont apporté un soutien sans réserve. Mais depuis qu’en juillet 2013, Mohamed Morsi a été renversé par le maréchal Al-Sissi, ce dernier est financièrement et massivement soutenu par l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, tandis que la Turquie a réduit ses relations diplomatiques avec l’Egypte à leur plus simple expression non sans avoir vu son ambassadeur expulsé du Caire. Dans le sillage deTurquie-Yémen22 ce changement politique égyptien, jusque dans les enceintes internationales, Recep Tayyip Erdoğan a multiplié les déclarations dénonçant le « coup d’Etat militaire contre un président démocratiquement élu », et qualifiant son homologue égyptien de « putschiste », ce qui a motivé d’autres mesures de rétorsion du Caire, notamment, l’an passé, le non renouvellement de l’accord de libre-échange qui liait les deux pays depuis 2007. Dans la première quinzaine d’avril, les deux pays devraient en outre examiner « l’accord roll-on/roll-off » qui permet aux camions turcs de contourner le conflit syrien, via la Méditerranée orientale, en débarquant en Egypte, pour poursuivre via la mer Rouge et atteindre la péninsule Arabique. Si cet accord n’était pas renouvelé, cela porterait un coup aux exportations turques en Egypte et surtout dans les pays du Golfe, au moment où l’économie de la Turquie montre des signes de fatigue (faible croissance au premier trimestre 2015).

Entre temps, les mouvements djihadistes sunnites radicaux en Syrie et en Irak, créatures conjointes du régime syrien de Damas, du sectarisme chiite de Bagdad et de décennies de wahhabisme militant propagé par Riyad, se sont retournés contre les pays sunnites de la région comme la Jordanie et l’Arabie saoudite, et inquiètent malgré tout la Turquie qui, après l’épisode de la prise en otage des membres de son consulat à Mossoul, pendant l’été 2014, a du évacuer, en février dernier, sous la pression de l’Etat islamique, l’enclave territoriale (le mausolée de Süleyman Shah) qu’elle possédait en Syrie.

Le nouvel isolement diplomatique de la Turquie

Confrontée à la résilience inattendu du régime de Bachar Al-Assad en Syrie, entretenant un rapport opaque avec les djihadistes d’Al-Nosra et de l’Etat islamique justifié par son hostilité à l’égard dudit régime et par sa méfiance Turquie-Yémen2-3à l’égard de la montée en puissance des Kurdes de Syrie liés au PKK, maintenant des relations inégales avec Bagdad, brouillée avec Israël et avec le gouvernement officiel libyen de Benghazi et Tobrouk, la Turquie se retrouve dans une situation d’isolement diplomatique de plus en plus marquée au Moyen-Orient. La diplomatie de « bon voisinage-zéro problème avec nos voisins », déployée avec succès en 2009-2011 par l’ancien ministre des affaires étrangères, actuellement premier ministre, Ahmet Davutoğlu, s’est donc littéralement fracassée sur les Printemps arabes, et tout particulièrement sur la crise syrienne. Dès lors, on peut estimer qu’en se ralliant à la coalition anti-houthie menée par Riyad, qui semble vouloir fédérer la plupart des Etats arabes (l’Irak a manifesté ses réticences, et Oman est resté prudemment silencieux), Ankara cherche à retrouver un souffle diplomatique au Moyen-Orient arabe. En se raccrochant en fait à un « bloc sunnite » revigoré par le nouveau monarque saoudien, et par un retour de l’Egypte du président Sissi sur la scène régionale. Mais cette tentative de rapprochement pose au moins deux problèmes majeurs, et de nombreuses difficultés connexes.

La difficile réconciliation avec l’Egypte du maréchal Sissi

Une réconciliation avec l’Egypte est-elle possible ? Le Caire est désormais dans une dépendance économique etTurquie-Yémen2-24 financière très forte par rapport à l’Arabie saoudite et aux Emirats (12 milliards de dollars de prêts et d’assistance en 2014 -autant dire que ce pays vit aux crochets du Golfe). Car Riyad, et certains de ses alliés du Conseil de coopération du Golfe, ont du apporter leur garantie financière à une économie égyptienne totalement exsangue, mais qui s’est lancée dans de nouvelles dépenses de grande ampleur : élargissement du canal de Suez, achat de 24 Rafale à la France, projet de nouvelle capitale pour l’Egypte. D’où la participation égyptienne (principalement navale, avec une couverture aérienne éventuelle) à la coalition anti-houthie, alors même que les tribus yéménites ne menacent en rien les intérêts égyptiens ou la libre circulation en mer Rouge, quand bien même elles se seraient emparées d’Aden.

Le problème est qu’Ankara tient toujours des discours virulents de dénonciation du régime du maréchal Sissi, auquel on renvoie en permanence « le massacre de Rabia », quand l’armée égyptienne a écrasé dans un bain de sang les partisans du président frère-musulman Morsi, sur la place Rabia, au Caire, en août 2013. Recep Tayyip Turquie-Yémen2-5Erdoğan, qui est entré en campagne électorale ces dernières semaines, dans la perspective des prochaines élections législatives de juin, a brandi encore récemment à souhait et ostensiblement, devant ses partisans, les 4 doigts de Rabia [1]. On voit donc mal quel(s) intérêt(s) trouverait, à court terme, l’Egypte à se réconcilier avec Ankara, tant que la Turquie et surtout son président n’auront pas changé radicalement de discours sur le nouveau régime du président Sissi. Et tant qu’Ankara continuera à ne rien faire de véritablement concret contre les djihadistes en Syrie, dont certains djihadistes égyptiens se réclament dans le Sinaï. Rentrant de sa dernière visite officielle en Arabie Saoudite, au début du mois de mars 2015, Recep Tayyip Erdoğan avait déclaré que Riyad voulait que la Turquie restaure ses relations avec l’Egypte et que c’était là le seul différend véritable entre les deux pays. Or, ce désaccord est peut-être « le seul », mais il est crucial et risque d’empêcher durablement la participation pleine et entière de la Turquie au nouveau grand jeu moyen-oriental. Et ce d’autant plus que les relations avec l’autre grand acteur qu’est l’Iran, sont à nouveau tendues.

Le risque d’une brouille majeure avec l’Iran de Rohani

Pour ce qui est des relations avec l’Iran, on observe que le 26 mars, le chef de l’Etat turc a déclaré, lors d’une interview pour France 24, abondamment commentée par la presse turque : « L’Iran essaie de dominer la région.Turquie-Yémen2-6 Peut-on le laisser faire ? C’est devenu une gêne pour nous, pour l’Arabie saoudite et les pays du Golfe. On ne peut vraiment pas le tolérer. » Téhéran n’a pas manqué de réagir (avec modération pour le moment) à la double diatribe anti-iranienne et anti-chiite du président Erdoğan. Certes, depuis qu’ils ont enterré durablement la hache de guerre au milieu du XVIIe siècle, ces deux pays ont une longue habitude d’alterner des périodes de guerre froide et de paix froide, sans jamais en venir aux mains. Toutefois, des voix se sont élevées au sein du parlement iranien pour réclamer l’ajournement de la prochaine visite officielle que le président turc doit faire à Téhéran.

Il faut dire que dans un écho paradoxal aux déclarations concomitantes du premier ministre israélien Benyamin Netanyahou, Recep Tayyip Erdoğan a en outre dénoncé « les prétentions hégémoniques régionales de l’Iran », et s’est demandé à haute voix si l’Iran entendait « imposer le chiisme » à toute la région. L’attaque est peut-être Turquie-Yémen2-7doublement maladroite. Elle tend brusquement les relations bilatérales, alors que ces derniers mois Ankara et Téhéran avaient pris acte et de leurs intérêts partagés (dans le domaine économique, et plus spécialement dans le champ des livraisons de gaz de l’Iran à la Turquie), et de leur divergence majeure (sur le dossier syrien, en dépit de certaines convergences sur la nécessité de contenir les prétentions de l’Etat islamique). A l’heure où une partie des Occidentaux, et en particulier les Américains (avec lesquels les Turcs ne sont pas en très bons termes actuellement), cherchent à parvenir à un accord sur le nucléaire avec Téhéran, la Turquie met en quelque sorte « les pieds dans le plat », en ralliant ainsi, de façon impromptue, les obsessions anti-iraniennes et anti-chiites des émirs du Golfe et de Riyad, et du premier ministre israélien.

Erdoğan dénonce le « sectarisme » de l’Iran mais maintient sa visite à Téhéran

En évoquant l’argument chiite et notamment le « programme sectaire » de l’Iran qui sous-tendrait la stratégie régionale de ce dernier (en Irak, en Syrie, au Bahreïn, et désormais au Yémen), le président turc confessionnalise encore un peu plus des conflits initialement politiques et sociaux, mais qui ont fini par devenir de quasi guerres de religion (cf. l’analyse de Jean-Paul Burdy, 16 mars 2015 dans « Questions d’Orient »). Or, jusqu’à preuve du contraire, la litanie saoudienne et de ses alliés selon laquelle les houthis seraient « manipulés par l’Iran », dans le cadre d’une « vaste offensive iranienne assistée par des miliciens chiites irakiens et du Hezbollah libanais »,Turquie-Yémen2-8 manque quelque peu de consistance. Il ne suffit pas de mettre en avant l’ouverture de liaisons aériennes directes entre l’Iran et l’aéroport de Sanaa, contrôlé par les houthis pour rendre crédible la thèse du « pont aérien Iran-Yémen ». Les rébellions zaïdites sont multiséculaires (voir le Volet 1 de notre analyse, dans notre édition du 31 mars 2015, publiée par l’OVIPOT), et l’Iran et le Hezbollah libanais, déjà très fortement engagés en Syrie et en Irak, ont d’autres préoccupations que d’ouvrir un énième front dans un Yémen lointain, fût-il partiellement tombé sous la coupe de tribus houthies, de surcroît sous-groupe de chiites à cinq imams…

Le 30 mars 2015, et après plusieurs rumeurs convergentes les jours précédents, alors qu’il s’envolait pour un séjour en Slovénie, Recep Tayyip Erdoğan a lui-même confirmé sa visite officielle en Iran (où il devrait arriver le 5 avril 2015) et notamment déclaré : « Deux voix nous sont venus d’Iran. La première provient du vice-président d’une commission parlementaire, mais ce n’est pas là que sont en l’occurrence mes interlocuteurs. Ce ne sont pas eux qui décident de notre visite. C’est nous qui déciderons si nous y allons ou pas. Mais nous suivrons les développements au Yémen… Nous avons souligné que ceux qui intervenaient au Yémen, devaient quitter le pays. » Dès le 29 mars 2015, le porte-parole de la présidence turque, Ibrahim Kalin, avait estimé que ce déplacement à Téhéran était plus que jamais « nécessaire dans le contexte actuel. » De son côté, au même moment, le vice-ministre iranien des affaires étrangères Hasan Qashqawi, avait lui aussi annoncé que la visite présidentielle turque était maintenue, mais Téhéran n’avait pas manqué antérieurement de faire valoir que les ambiguïtés de la Turquie gênaient la lutte contre la menace majeure que représentent l’Etat islamique, Al-Nosra et tous les autres groupes djihadistes (sunnites)…

Des « formateurs militaires » au Qatar

Parmi les difficultés connexes, on relèvera l’annonce que, fidèle en cela à sa tradition diplomatique de non-interventionnisme direct, la Turquie n’enverrait pas directement dans la coalition anti-houthie des forces militaires aériennes ou terrestres, mais se proposait d’envoyer des « formateurs militaires » … au Qatar. Que Turquie-Yémen2-9leur mission soit de participer à la formation d’une force armée pan-arabe (sunnite) « contre le terrorisme », telle qu’annoncée au sommet de la Ligue arabe à Charm El-Cheikh ce week-end, peut se concevoir. Mais compte-tenu des relations, pour le moins tendues, entre Doha et Riyad (malgré une réconciliation générale supposée des Etats membres du CCG), on peut s’interroger sur la pertinence de l’envoi au Qatar de formateurs militaires turcs, dans le cadre d’une coalition fermement tenue en mains par l’Arabie saoudite. On a finalement appris, en fin de semaine dernière, que l’armée turque enverrait son contingent d’officiers au Qatar au terme d’un accord de coopération militaire renforcé signé apparemment le mois dernier, mais promulgué (ce n’est pas un hasard) seulement le vendredi 26 mars…

Le président Erdoğan et le gouvernement AKP : quelle répartition institutionnelle des pouvoirs et des rôles dans ce contexte ?

On peut enfin s’interroger sur les tensions suscitées au sein du régime AKP lui-même par les déclarations du président Erdoğan. Car, sur ce dossier comme sur le dossier kurde (cf. l’article de Jean Marcou du 27 mars, sur l’OVIPOT), on retrouve les ambiguïtés institutionnelles et politiques observées depuis l’élection de Recep Tayyip Erdoğan à la présidence. À plusieurs reprises, dans un système constitutionnel, qui n’est pas présidentiel, mais encore formellement parlementaire, le gouvernement (dont le premier ministre et ancien ministre des Affaires étrangères Ahmet Davutoğlu) s’est retrouvé mis en porte-à-faux, à plusieurs reprises (supprimer un des deux),Turquie-Yémen2-10 par des déclarations tonitruantes du président, entrant en contradiction avec la ligne officielle du gouvernement.

Au plan diplomatique, le très civil et très diplomate Ahmet Davutoğlu n’a sans doute que modérément goûté les sorties anti-iraniennes et anti-chiites du président, alors même que le premier ministre travaille à rétablir une meilleure position de la Turquie dans le champ chaotique des conflits du Moyen-Orient. En même temps, on a pu relever que, dans les récents conflits qui ont opposé le président à certains de ses ministres (le vice-premier ministre Bülent Arınç notamment), le premier ministre n’a pas osé affronter le chef de l’Etat directement ; et qu’il s’est par ailleurs, au cours du dernier week-end, rallié au projet de régime présidentiel de Recep Tayyip Erdoğan, en annonçant que la question du changement de régime ferait partie du manifeste-programme de l’AKP pour les élections législatives du 7 juin 2015. Le président turc a pris acte, le 30 mars, avec satisfaction de ce ralliement de son premier ministre, tandis que les partis d’opposition, notamment le leader du CHP Kemal Kılıçdaroğlu, le dénonçaient comme contraire à la Constitution.

La Ligue arabe s’inquiète des ingérences…turques

Nombre d’éditorialistes de la presse turque ont rappelé qu’avec cette intervention annoncée contre les houthis du Yémen, qui ne concernent en rien la Turquie, le gouvernement turc apparaissait plus encore comme un soutien aux djihadistes, non seulement en Syrie, mais aussi au Yémen, puisqu’un affaiblissement des houthis chiites ne pourrait que profiter aux djihadistes sunnites agissant au Yémen, qu’ils soient affiliés à Al-Qaeda dans la Péninsule arabique (AQPA) ou à l’Etat islamique.

Au bout du compte, il n’est pas sûr que le président turc arrivera à ses fins. En effet, le sommet des 21 chefs d’Etats arabes (la Syrie étant supendue) qui s’est achevé le 29 mars à Charm El-Cheikh, a non seulement décidé de la formation d’une force arabe conjointe pour intervenir au Yémen, mais il a également dénoncé les Turquie-Yémen2-11ingérences dont ce pays est actuellement l’objet. Notamment celles de l’Iran et d’Israël, ce qui ne surprendra pas, mais aussi celles de la Turquie, ce à quoi on s’attendait moins. Si cette tendance se confirmait, elle signifierait que les régimes arabes modérés entendent neutraliser les rébellions qui menacent l’ordre qu’ils souhaitent rétablir au Moyen-Orient, que celles-ci soient chiites comme au Yémen, ou qu’elles soient sunnites comme en Syrie, en Libye ou ailleurs. Si les offres de services turques se trouvaient durablement rejetées, Ankara se retrouverait plus isolée que jamais : en froid avec Téhéran alors même qu’un rapprochement s’était dessiné au moment de l’offensive de l’Etat islamique en Syrie l’année passée ; en froid avec le monde arabe, alors même que depuis qu’il s’est rendu aux obsèques du roi Abdallah (après avoir interrompu une tournée dans les pays d’Afrique), le président turc croyait avoir amorcé une réconciliation avec le royaume saoudien ; et toujours en froid bien sûr avec Israël, le dossier de l’indemnisation des victimes de l’arraisonnement meurtrier du Mavi Marmara (par un commando israélien, en mai 2010), n’ayant jamais été réglé, malgré les excuses officielles présentées par Tel Aviv, à la Turquie, en mars 2013.

En guise de conclusion provisoire

Au final, du point de vue arabe, intégrer la Turquie à la croisade anti-chiite au Yémen suppose que soit résolu l’antagonisme durable qui s’est installé entre Ankara et Le Caire, depuis la fin du régime Morsi. Or, un tel objectif sera d’autant plus difficile à atteindre que Recep Tayyip Erdoğan reste toujours aussi hostile au régime d’Abdel Fattah al-Sissi (pour des raisons qui ne sont pas tant internationales qu’intérieures), tandis que l’Egypte semble avoir décidé de saisir l’opportunité yéménite pour revenir au premier plan de la scène diplomatique du Moyen-Orient, après une éclipse de plusieurs années. Face à une telle équation, l’Arabie Saoudite, pourrait décider de se passer des services de la Turquie de l’AKP, perçue de plus en plus par le monde arabe comme un facteur de déstabilisation dans la région, pour lui préférer avant tout une solidarité arabe qui a commencé à prendre corps en l’occurrence, alors qu’on sait qu’elle ne s’est que rarement manifestée depuis la création de la Ligue arabe.

Jean-Paul BURDY et Jean MARCOU

 NOTES

[1] Obtenu en élevant les 4 doigts de la main droite avec le pouce reposant sur la paume (rabaa signifie quatre ou quatrième en arabe), le signe « rabia » ou « r4bia » renvoie en réalité à la place Rabaa Al-Adawiya du Caire (du nom d’une mystique musulmane, 714-801). Le 14 août 2013, plusieurs centaines de personnes qui y campaient depuis plus d’un mois pour protester contre le coup d’Etat militaire et la destitution du président Morsi, ont été massacrées lors de l’intervention de l’armée pour les déloger. Les « quatre de Rabia » sont alors devenus un signe de solidarité avec les victimes de la répression, mais surtout un signe de ralliement des Frères musulmans en Egypte et au-delà (Tunisie, Turquie). L’utilisation des « quatre de Rabia », y compris sur les réseaux sociaux, tombe sous le coup de l’article 86 du code pénal égyptien, et peut entraîner une condamnation allant jusqu’à cinq ans de prison, pour apologie d’une organisation terroriste interdite (les Frères musulmans).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *