Les tensions restent vives en Turquie après la dissolution du DTP


Les violences qui se sont déroulées à Bulanık dans la province de Muş (sud-est de la Turquie) et qui ont vu un commerçant tuer deux manifestants kurdes et en blesser plusieurs autres, après avoir ouvert le feu sur eux, ont confirmé les craintes qu’avaient fait naître les manifestations survenues dimanche soir, dans certains quartiers d’Istanbul, notamment dans celui de Dolapdere, près du siège de l’ex-DTP. Le risque est bien sûr que la multiplication de ce genre d’événements débouche sur un embrasement généralisé, attisé par des affrontements intercommunautaires. Jusqu’à présent ces violences sont restées circonscrites, mais certains observateurs craignent qu’en portant un rude coup à l’espoir d’un règlement politique de la question kurde, la dissolution du DTP n’ouvre en fait la voie à des confrontations directes de plus en plus fréquentes entre manifestants kurdes et activistes nationalistes.

Le 17 décembre, le leader du parti nationaliste MHP, Devlet Bahçeli, n’a pas hésité à prédire au gouvernement «la guerre civile», s’il n’abandonnait pas sa politique d’ouverture démocratique kurde. Commentant la demande de démission collective que les députés du l’ex-DTP doivent prochainement présenter au parlement, Devlet Bahçeli a déclaré que son groupe voterait sûrement en faveur du départ de l’hémicycle des parlementaires kurdes. Mais, il s’en ait pris vivement aussi au parti au pouvoir dont le leader Recep Tayyip Erdoğan a regretté récemment la dissolution du DTP et demandé aux députés de ce dernier de conserver leurs mandats. «Si l’AKP ne veut pas les voir démissionner, je lui conseille alors de les prendre dans ses rangs», a ironisé Devlet Bahçeli. Le leader nationaliste a accusé le gouvernement de n’avoir pas pris les mesures exigées par ce qu’il a qualifié de «premier acte d’une insurrection majeure », en estimant que plutôt que de continuer à «perdre son temps» à organiser des réunions pour soutenir l’ouverture kurde, le ministre de l’Intérieur ferait mieux de s’occuper des questions de sécurité.

Le même jour, le chef d’état major, İlker Başbuğ, a violemment réagi aux commentaires qui avaient évoqué une possible implication de l’armée dans l’attentat de Tokat qui, la semaines passée, a coûté la vie à 7 soldats turcs, et qui a été revendiqué par une branche du PKK.

«Une des choses qui nous attriste et nous blesse particulièrement, c’est qu’on puisse laisser croire que nous pouvons instrumentaliser le sang des soldats qu’on nous a confiés. Les autorités judiciaires doivent agir avec davantage de prudence et de sensibilité face aux lettres de dénonciations et aux déclarations de témoins secrets. (…) Sinon, cela donnera lieu à des affrontements entre institutions« , a prévenu le général Başbuğ.

Certains ont vu dans ces propos, tenus dans la ville, réputée très nationaliste, de Trabzon, une mise en garde à peine voilée de l’armée au gouvernement.

Ce n’est pourtant pas l’impression qu’a eue le ministre de l’Intérieur Beşir Atalay (photo), qui, dans une conférence de presse, le 17 décembre, a estimé que le chef d’état major avait surtout exprimé son sentiment personnel et que le gouvernement travaillait actuellement en étroite coopération avec l’armée et la police pour faire face à la situation. Le ministre de l’Intérieur a également regretté que les médias aient, selon lui, donné beaucoup trop d’importance aux violences survenues lors des manifestations qui ont suivi la dissolution de DTP. Enfin, il a exposé les résultats d’une réunion gouvernementale de coordination, qui s’est tenu la veille, en annonçant que le gouvernement avait plus que jamais l’intention de poursuivre l’ouverture kurde.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *