Lire « Le Moyen-Orient » en turc. Retour sur un boom éditorial

Le discours partisan accompagnant la politique étrangère « arabe » menée par les gouvernements du parti de la Justice et du Développement (Adalet ve Kalkınma Partisi, AKP) depuis 2003 a souvent visé à la fois à présenter cette politique comme totalement novatrice pour la Turquie et à accorder à ce parti une légitimité exclusive (face aux partis d’opposition) quant à mener une telle politique.

Nous penchant un peu plus en avant sur la production éditoriale en langue turque portant sur cette zone géographique, on a de prime abord l’impression qu’avant la décennie 2000, et guère plus loin que l’après-Guerre du Golfe de 1991, rares étaient les ouvrages écrits ou traduits en Turc ayant pour sujet les pays arabes. Néanmoins, tant le voisinage de la Turquie avec la Syrie, l’Irak et l’Iran, que l’intérêt ancien de certaines couches de la population turque pour ce qui se passe dans le monde musulman (en dépit des diktats idéologiques « kémalistes » en vertu desquels les pays arabes sont en proie à l’arriération), devaient nous inciter à aller au-delà de cette myopie bibliographique. Il s’imposait ainsi de lister de manière un tant soit peu extensive –à défaut d’exhaustive- les publications récentes et plus anciennes à partir des catalogues de bibliothèques sélectionnées à cet effet. Cette opération désormais achevée, il nous est désormais possible de formuler quelques observations et comparaisons sur cette production éditoriale spécialisée. Le corpus recensé ne relève pas entièrement du patrimoine scientifique (loin s’en faut) ni des seules sciences politiques et de l’histoire. Nous avons choisi de ne pas lister les ouvrages d’histoire portant sur l’Antiquité et le Moyen-Âge, et de démarrer avec les livres portant sur l’ère ottomane. Il s’agit là de choix exagérément arbitraires peut-être mais qui nous ont été dictés par la volonté de démontrer, en marge de l’explosion éditoriale des douze dernières années, la richesse de la production antérieure sur l’ensemble de la période républicaine turque.

Il apparaît d’emblée qu’une « politique d’acquisition » de bibliothèque se double aussi d’opérations d’exclusion d’ouvrages des fonds, limitant d’une autre manière notre remontée vers le « passé éditorial » de la thématique «pays arabes ». Nous avons cependant choisi d’en prendre notre parti, assurés que ce travail, bien que non exhaustif, permettrait un état des lieux de nature à battre en brèche l’illusion d’un domaine éditorial né avec la politique étrangère de l’AKP.

Travaillant principalement sur la production de savoir académique, le recensement de ces ouvrages a été effectué via les catalogues de cinq bibliothèques universitaires plutôt qu’à partir des Milli Kütüphane (bibliothèques nationales) en tentant un équilibrage au regard de certains critères. Les universités retenues sont celles de Boğaziçi, Galatasaray, Middle East Technical University (METU) Ankara et Sakarya. Il y ainsi trois universités publiques et deux privées, deux anglophones pour trois turcophones, deux ankariotes pour deux stambouliotes et une « provinciale ». Retenir des universités anglophones peut a priori sembler paradoxal si l’on veut étudier la production éditoriale en langue turque. Reste que les deux universités choisies sont réputées parmi les meilleures de Turquie. En revanche, toutes ces universités n’ont pas ouvert de formations dédiées au Moyen-Orient. En effet, Galatasaray qui s’illustre à l’inverse par son prisme européen, nous a ensuite surpris par la relative richesse de son fonds en ouvrages portant sur le sujet qui nous intéresse. À l’inverse, les universités de Sakarya et METU proposent pour leur part des formations dédiées qui nous permettait d’espérer d’emblée un riche apport bibliographique de leur côté. Élaborer une bibliographie en se basant sur plusieurs catalogues nous a de plus amené à esquisser les contours d’un corps de ressources considéré comme « minimales et nécessaires » du fait qu’elles figurent dans tous les catalogues.

Le choix de la langue turque comme critère de cette recherche bibliographique paraissait évident au premier abord car il s’agissait de mesurer le volume de la production endogène turque et les traductions d’ouvrages sur une zone géographique. Il nous semblait aussi falloir lister les traductions d’ouvrages vers le turc car elles relèvent de diverses opérations de sélection (des livres et traducteurs par l’éditeur, des mots pour les traducteurs) et de marquage (« préfaçage » par un auteur turc, choix des illustrations…) qui en font une véritable production éditoriale et non pas seulement une importation. Toutefois se posait le problème des bibliothèques d’universités dont l’enseignement se fait en anglais ou en français. Notre focale première n’étant pas celle des politiques d’acquisition des bibliothèques mais l’exploration d’une production endogène, turque, sur une thématique particulière, s’en tenir aux ressources en langue turque semblait s’imposer. De la production des think-tanks et centre de recherche, nous n’avons répertorié que les livres vendu dans le commerce et les dossiers thématiques s’apparentant, par leur volume et leur présentation, à des ouvrages d’éditeurs. Idem en ce qui concerne les rapports économiques.

Ont été ainsi répertoriés 555 ouvrages écrits de mains turques et 259 livres traduits vers le turc. Le premier chiffre, bien que supérieur à nos attentes, pourrait ne représenter que la moitié de ce qui s’est écrit en turc sur cette zone géographique au cours du siècle passé. Au demeurant, entre ces cinq catalogues, le plus ancien livre écrit en langue turque, l’Histoire du Yémen par Atıf Pacha, date de 1910. L’ouvrage traduit le plus ancien, la traduction du rapport Allenby, est lui de 1919. Il s’agit donc de deux ouvrages publiés dans la dernière décennie d’Empire ottoman. À part une poignée de livres datant de l’ère pré-républicaine, nous n’avons trouvé dans ces catalogues que des livres postérieurs à la fondation de la République turque. La production antérieure, qui relève principalement des « archives ottomanes », ne se trouve pas dans ces bibliothèques universitaires (à l’université d’Istanbul peut-être). Un classement chronologique des livres écrits en turcs révèle huit ouvrages publiés entre 1910 et 1949, neuf livres entre 1950 et 1969, vingt-deux entre 1970 et 1979, trente entre 1980 et 1989, quatre-vingt-quatorze au cours des années 1990, vingt-neuf pour la seule période 2000-2002, deux cent soixante-et-un entre 2003 et 2010 et quatre-vingt-treize depuis lors. La césure de la périodisation en 2010 se justifie par le début des révolutions arabes, de sorte à mesurer leur impact en matière de publications. On observe donc, outre une progression relativement régulière décennie après décennie depuis les années 1950, un premier pic dans les années 1990, au lendemain de la 2e guerre du Golfe et alors que la question transnationale kurde se manifeste violemment en Turquie. La courte période 2000-2002, donne lieu à un ralentissement de la production en dépit de la pacification et du développement des relations Turquie-Syrie. C’est toutefois entre 2003 et 2010 que l’on assiste à un véritable surgissement, phénomène éditorial sans précédent sur le thème du Moyen-Orient et des pays arabes auquel n’est pas étrangère la politique extérieure surmédiatisée menée par Ahmet Davutoğlu (voir notre édition du 4 avril 2013).

Au plan thématique, il est également possible de formuler quelques remarques. Tout d’abord, les ouvrages de main turque portant dans leur intitulé le terme « Moyen-Orient » l’emportent sur les titres plus géographiquement spécifiques, et ce dès les années 1980. Un sous-titre vient parfois préciser cette indication large, indiquant que par « Ortadoğu » (Moyen-Orient), les auteurs se réfèrent au « Moyen-Orient de la Turquie », qui commence dans l’est du pays, avec les zones à majorité kurde et arabe, et s’étendant à la Syrie, à l’Irak et à l’Iran sans toutefois aller au-delà. Qui plus est, les entrées problématiques sur cette zone n’ont pas vraiment changé des années 1970 aux années 2000 : sécurité, ressources naturelles, ethnies, confessions. Ces problématiques se trouvent d’ailleurs souvent liées et la pléthore des ouvrages adoptant ces approches atteste du caractère anxiogène ancien de ces questions. Par contraste, les ouvrages portant sur la Palestine portent des titres explicites et suivant un angle d’attaque tantôt historique, tantôt religieux, tantôt politique au sens anti-impérialiste ou anti-israélien. La question palestinienne, bien que marginale, est l’une des thématiques les plus anciennes de cette production éditoriale turque sur le Moyen-Orient. Les livres faisant référence à la question kurde paraissent rares avant la décennie 2000, probablement classés à l’index. Les ouvrages sur les pays d’Afrique du Nord sont, à l’inverse, rares à l’exception de ceux sur l’Égypte, ancien territoire ottoman ainsi que leader politique et culturel du monde arabe durant une bonne partie du vingtième siècle. Les révolutions arabes qui débutent en Tunisie en 2010 et se poursuivent en Égypte et en Libye contribuent alors à faire exister certains pays d’Afrique du Nord dans la production éditoriale turque spécialisée sur le Moyen-Orient arabe. Les pays du Golfe y restent, pour leur part, marginaux même si quelques universitaires puis les think-tanks turcs, nouveaux acteurs para-académiques et éditoriaux, ont commencé de combler aux lendemains de la 2ème guerre du Golfe.

Les deux dernières périodes évoquées plus haut (2003-2009 et 2009-2015), celles de l’explosion éditoriale, comportent des particularités propres au regard des thèmes et problématiques prépondérantes. « Le projet de Grand Moyen-Orient », du nom de la vision projet de G. W. Bush après le 11 septembre, fait ainsi l’objet d’un surinvestissement dans un premier temps, d’autant plus qu’il coïncide avec l’hyperactivité diplomatique et commerciale du gouvernement AKP. Avec les Printemps arabes, c’est le thème du « modèle turc » ou encore de la démocratie au Moyen-Orient (dont la Turquie serait un cas exemplaire) qui s’impose même si, tel qu’observé parmi les experts turcs du Moyen-Orient émergés cette dernière décennie, l’optimisme et l’idéalisme ont aussi cédé la place aux thèses pessimistes qui conjurent anxieusement le risque de conflagration régionale et de propagation des clivages syriens à la Turquie. On pense ici notamment aux ouvrages du turco-syrien Hüsnü Mahalli (2012, 2014), de Vahdettin Bingöl (2014) ou d’Ümit Özdağ (2012), présent dans presque toutes les bibliothèques sondées.

De manière générale, la production d’origine universitaire semble prendre le dessus, dans les années 2000, sur la production de source partisane et idéologique, nettement plus présente dans les années 1970 et 1980, vectrice du kémalisme, généralement peu favorable aux Arabes, de l’anti-communisme, mais aussi du ba‘athisme, des idéaux de gauche anti-impérialiste, ou encore du panislamisme. Les auteurs des années 2000 et 2010 sont pour la plupart des universitaires turcs formés aux États-Unis ou en Europe au cours des deux dernières décennies (1990 et 2000). L’enquête sociographique menée en marge de cette bibliographie révèle que les auteurs de la production récente sont souvent des spécialistes de politique étrangère et de relations internationales, de géopolitique et de géostratégie, ayant acquis une connaissance des sociétés arabes de seconde main plutôt qu’au fil de séjours prolongés « sur le terrain » (la presse arabe anglophone est ainsi souvent une source privilégiée par nombre d’ouvrages). Il existe aussi une proportion non négligeable d’ouvrages écrits par des journalistes spécialisés (C. Çandar, M. Çubukçu, Hüsnü Mahalli, Bora Bayraktar etc.), ce qui fait dire à plusieurs universitaires critiques de l’engouement académique récent pour la zone, que les « véritables » spécialistes turcs du Moyen-Orient arabe sont des journalistes. Les livres antérieurs à 2003 renvoient, outre la production de quelques historiens et internationalistes (Ö. Kürkçüoğlu, M. K. Öke et F. Armaoğlu entre autres) et de journalistes, aux auteurs représentant une cause partisane ou ethnique (Turkmènes notamment).

Concernant les traductions, principalement depuis l’anglais, le phénomène est également nettement observable (1910-1969 : 7 ouvrages listés ; 1970-1979 : 13 ; 1980-1989 : 16 ; 1990-1999 : 26 ; 2000-2002 : 30 ; 2003-2014 : 97). Rares jusqu’à la fin des années 1960 en dépit de ressources coloniales et postcoloniales abondantes en français, anglais, allemand, italien etc., les ouvrages européens, américains font de plus en plus l’objet de traductions de la part de divers acteurs politiques, économiques et culturels turcs à compter des années 1970. C’est à nouveau dans les années 1990 et bien plus dans la décennie 2000 que se produit l’accélération avec, de surcroît des changements qualitatifs en particulier concernant la provenance des ouvrages (arabe, persan).

Il semble difficile néanmoins d’établir une typologie des ouvrages passés en langue turque. Peut-être doit-on pour le moment constater que les œuvres des auteurs américains et européens de l’époque post-coloniale dits « orientalistes » (B. Lewis, G. Kepel, A. Hourani) ont été assez largement traduites de même que celles des critiques de l’orientalisme (E. Said, F. Halliday). En s’accroissant en volume et en se diversifiant, l’entreprise de traduction intègre aussi de plus en plus d’universitaires et intellectuels arabes (égyptiens notamment). Par ailleurs, les « Printemps arabes » font naître l’intérêt en Turquie pour les témoignages d’acteurs ou tout ou moins d’auteurs des pays où surviennent ces changements radicaux, ce qui stimule d’autant la traduction d’auteurs arabes.

Par ailleurs, on ne manque pas de remarquer la grande dispersion des éditeurs de cette production sur le Moyen-Orient arabe en langue turque, et cela en comparaison de la relative concentration des éditeurs de livres traduits. Cependant nous nous étions interrogés au préalable sur la spécialisation de certains éditeurs dans ce thème ainsi que sur la spécialisation par langue en ce qui concernait la traduction d’ouvrages. Existe-t-il des passeurs institutionnalisés de l’arabe vers le turc ? Des passeurs de textes orientalistes d’Occident vers la Turquie ? Outre les maisons d’éditions non spécialisées (ex. Doğan, İş Bankası, Truva etc.), on relève en effet la présence d’éditeurs qui sont par ailleurs acteurs politiques, économiques et/ou culturel dans d’autres champs d’activité. C’est ainsi qu’apparaissent les organisations culturelles (turkmènes, kurdes, Tcherkesses, islamiques), les forces armées turques, les chambres de commerce et d’industrie et les centres de recherche universitaires. Parmi les éditeurs non spécialisés, certains paraissent avoir contribué à développer le thème plus que d’autres. Se distinguent ainsi İQ Yayınları, Timaş et Küre (du Bilim ve Sanat Vakfı, institution fondée par Ahmet Davutoğlu). Pour ce qui est des traductions, la maison İletişim dénote par sa contribution relativement dominante.

Les think-tanks (ASAM, Avrasya Stratejik Araştırma Vakfı ; SETAV, Sosyal Ekonomik Toplumsal Araştırma Vakfı ; ORSAM, Ortadoğu Araştırma Merkezi ; USAK, Uluslararası Stratejik Araştırma Kurulu) apparaissent également comme éditeurs de première importance sur notre thématique au cours des dix dernières années. Ces « instituts de recherche stratégique » (voir notre édition du 8 juillet 2013), comme ils sont généralement appelés, se sont manifestés à compter des années 1990 par des publications « d’annuaires pays », identifiant les acteurs nationaux, ainsi que par des ouvrages thématiques transversaux abordant généralement les questions énergétiques et de sécurité dans un contexte de montée du terrorisme (d’origine « ethnique » avec le PKK, islamique avec le Hezbollah, le Hamas, les Jama’at, la nébuleuse Al-Qaida etc.). Dans la deuxième partie de la décennie 2000, les nouveaux instituts de recherche favorables au gouvernement s’illustrent par des types de publications plus diversifiés, leur permettant de couvrir un spectre plus large de questions. Certains se spécialisent ainsi dans les annales (Annales de Politique étrangère de SETAV ; Annales du Moyen-Orient du Centre de recherche sur le Moyen-Orient de l’Université de Sakarya).


Jean-Baptiste Le Moulec

Doctorant en Sciences Politiques

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *