Les enjeux des élections législatives du 7 juin en Turquie

législatives1A trois semaines des prochaines élections législatives, qui auront lieu le 7 juin 2015, la campagne bat son plein et le débat politique s’aiguise. Les leaders, les états-majors et les militants sont d’autant plus rôdés à l’exercice qu’en 14 mois, ces législatives sont le 3e scrutin de dimension nationale (après les élections locales de mars 2014 et la présidentielle d’août 2014) à se tenir dans ce pays. Pourtant, eu égard au contexte et à la situation institutionnelle nouvelle, créés par la précédente élection présidentielle, les législatives du 7 juin revêtent un tour particulier.

Recep Tayyip Erdoğan très (trop ?) impliqué dans la campagne

Il était difficile d’imaginer que Recep Tayyip Erdoğan, parce qu’élu président de la République en août, ne serait pas de la partie. Non seulement il s’est engagé résolument dans la campagne, mais il éclipse par son omniprésence Ahmet Davutoğlu, le premier ministre, qui est pourtant leader du parti majoritaire.

Ce constat n’est pas une surprise. Depuis qu’il a accédé à la présidence, Recep Tayyip Erdoğan est devenu un hyper président, dominant un exécutif bicéphale, s’exprimant sur les réformes de fond à conduire, entrant tête baissée dans les débats politiques les pluslégislatives2 rudes en n’hésitant pas, le cas échéant, à affronter les dirigeants de l’opposition, et à ouvrir des polémiques très clivantes sur le passé, le présent ou le futur de la Turquie. Cette présence nationale s’est doublée d’un activisme international permanent, qui a vu le président donner les impulsions fondamentales en matière diplomatique, et se poser en premier représentant de la Turquie à l’étranger. Il n’est un secret pour personne que désormais ce pays a cessé d’être un régime parlementaire pour devenir une sorte de régime semi-présidentiel, suivant en cela un processus de présidentialisation, qui n’est pas sans rapport avec celui auquel on avait assisté, au début de la 5ème République, en France.

Dès lors, l’engagement du président dans la campagne n’a rien d’étonnant, mais ce qui surprend toutefois, c’est sa radicalité et son ampleur. En effet, même dans le régime semi-présidentiel français, les présidents sans rester neutres, laissent leur premier ministre mener la bataille des législatives, et ne s’impliquent pas directement, comme a législatives3pu le faire le chef de l’Etat turc, ces dernières semaines. Depuis le début de la campagne électorale, si Ahmet Davutoğlu a organisé 34 meetings, Recep Tayyip Erdoğan en a lui tenu 11, ces derniers étant distincts, le plus souvent, de ceux du premier ministre. On a pu observer par ailleurs que le chef du gouvernement laisse le leadership électoral médiatique au président, en prenant bien soin de ne pas s’exprimer au moment où celui-ci parle. Cette campagne à deux têtes, atypique pour le système politique turc, provoque la colère des dirigeants de l’opposition. Le 5 mai 2015, Selahattin Demirtaş, le co-leader des Kurdes du HDP, a dénoncé cet engagement présidentiel comme contraire à la Constitution et, regrettant en l’occurrence la passivité de la justice, il l’a attribuée au fait que les magistrats turcs «craignent désormais plus le président que Dieu» ! Le lendemain d’ailleurs, le YSK (Yüksek Seçim Kurulu, le Conseil supérieur des élections), instance chargée de la supervision des opérations électorale en Turquie, a rejeté le recours qu’avait présenté la formation kurde pour demander la cessation delégislatives4 l’implication du président dans la campagne. Quelques jours auparavant, une commission d’experts de l’OSCE s’était inquiétée de cette présence présidentielle manifestement contraire à la lettre et l’esprit de la Constitution, et deux membres du YSK ont fait connaître publiquement, par la suite, leur désaccord avec la décision de leur institution de ne pas accéder à la demande du HDP. Quoi qu’il en soit, le 15 mai, lors d’un meeting électoral à Kırıkkale, Recep Tayyip Erdoğan a confirmé qu’il n’avait pas l’intention d’arrêter de participer à la campagne, en s’écriant qu’on ne parviendrait pas à le «faire taire». Il a obtenu le lendemain le soutien de son premier ministre. Il faut dire que, si la Constitution énonce bien que le président doit observer une stricte neutralité, dans l’exercice de ses fonctions, ce qui l’empêche notamment d’être membre d’un parti politique, aucun texte ne prévoit de sanctions en cas de violation cette obligation….

Les thèmes de la campagne : du régime présidentiel à la baisse de la croissance

Derrière la polémique ouverte par l’engagement présidentiel dans la campagne électorale pointe un autre débat : celui du passage à un régime carrément présidentiel. Avant l’ouverture de la campagne, des désaccords se sont manifestés, au sein même de l’AKP, législatives5quant à cette mutation institutionnelle et politique. La vieille garde de l’AKP, représentée par des gens comme le vice-premier ministre Bülent Arınç (photo de gauche) ou l’ex-ministre de l’Intérieur Beşir Atalay, ont pris leur distance avec l’idée d’un régime présidentiel fort. L’ex-président Abdullah Gül, sans s’opposer ouvertement à un tel changement, a insisté sur la nécessité de veiller à maintenir (comme aux Etats-Unis) un réel équilibre des pouvoirs (le fameux checks and balances !). Des doutes ont un moment plané aussi sur l’état d’esprit d’Ahmet Davutoğlu, qui n’avait, semble-t-il,législatives6 que peu apprécié, en janvier dernier, la décision du président de lui reprendre la présidence du Conseil des ministres. Lors de la présentation du programme politique de l’AKP pour les législatives, fin mars 2015, le chef du gouvernement turc s’est pourtant rallié au projet de passage au régime présidentiel, obtenant au passage un satisfecit appuyé du président de la République. Ce ralliement a conduit Selahattin Demirtaş (photo à droite) à ironiser sur la situation curieuse qui est désormais celle d’Ahmet Davutoğlu, contraint de faire campagne pour organiser en quelque sorte son trépas, puisque dans un régime présidentiel, a fait remarquer le leader kurde, il n’y aura plus de premier ministre…

Pour sa part, Recep Tayyip Erdoğan s’est employé à présenter le recours au régime présidentiel comme une continuation logique du rapport qu’il aurait établi avec son électorat qui souhaiterait le voir gouverner en personne, plutôt que par le biais d’une législatives7majorité parlementaire. À cela s’ajouterait, selon le président, l’efficience et la «modernité» d’une telle mutation institutionnelle : le régime présidentiel serait bénéfique à l’économie, il serait en bref dans l’air du temps. Le 7 mai dernier, saluant la récente décision de l’Italie de bannir les gouvernements de coalition, Recep Tayyip Erdoğan déclarait ainsi : « Alors que le monde entier est à la recherche des moyens de renforcer la stabilité, les partis d’opposition annoncent qu’ils formeront un gouvernement de coalition. Le monde entier en est à adopter le système présidentiel (sic) pour sa stabilité, alors qu’ils parlent encore du système parlementaire.»

En réponse, les dirigeants de l’opposition dénoncent une soif insatiable de pouvoir. Le 3 mai dernier, Devlet Bahçeli (photo à droite), le président du parti nationaliste MHP, a apostrophé sanslégislatives8 ménagement Recep Tayyip Erdoğan, l’accusant d’avoir confisqué l’appareil d’Etat à son profit et d’avoir ruiné l’Etat de droit : «Il commis des crimes constitutionnels plus qu’il n’en faut. Il a abusé de ses fonctions et les a négligées plusieurs fois. Erdoğan a maintenant atteint le point de non-retour. Au bout du chemin qu’il a emprunté, il va devenir un tyran élu en établissant un Etat de la peur, ou bien si le droit est remis en vigueur, il va terminer devant la Cour suprême, pour répondre de l’accusation de trahison.» Kemal Kılıçdaroğlu, le leader kémaliste, a estimé, quant à lui, le 15 mai, que ce projet de création d’un système présidentiel n’avait «aucune chance d’aboutir», en soulignant la dérive autoritaire prise par le régime : «Erdoğan ne tient plus compte des valeurs du peuple… C’est la société turque qui l’a fait trois fois premier ministre et qui l’a élu président. Mais ce n’est pas assez pour lui. Il demande toujours législatives9plus. Il s’est mis à habiter dans un palais luxueux de 1000 chambres, dans un pays où 17 millions de personnes vivent dans la pauvreté. Le premier ministre britannique habite au 10 Downing Street, un domicile qui donne sur la rue. La Turquie est-elle donc un pays plus riche que le Royaume Uni ?»

Pour desserrer l’étau de ce débat sur le régime présidentiel, imposé par le pouvoir, les partis d’opposition tentent d’attirer les électeurs sur le terrain économique et social. Il faut dire que l’économie turque n’est plus aussi florissante que par le passé. Au premier semestre 2011, au moment même des législatives précédentes, la croissance turque avait atteint le taux record de 11%. Elle a été de 2,9%, en 2014, et quasiment nulle, au premier trimestre de cette année. À cela s’ajoute, depuis deux ans, une chute tendancielle de la livre face au dollar et à l’euro, une inflation (8,17% en 2014) et un chômage en hausse (11,2% en février 2015)… Lors d’un meeting à Afyon, Kemal Kılıçdaroğlu a fait des questions économiques la priorité du programme de campagne du CHP, dénonçant un accroissement des inégalités sociales et promettant une hausse des retraites.

L’AKP à la peine ?

Ce qui apparaît comme la fin du « miracle économique turc » peut jouer un rôle important dans le vote du 7 juin, les précédentes élections ayant montré à quel point des raisons économiques et sociales présidaient aux choix des électeurs. Des sondages récents (en particulier celui publié le 16 mi-avril par des chercheurs -Ali Çarkoğlu, Ersin législatives10Kalaycıoğlu et Eric Nisbet- des universités Koç, Sabancı et de l’Ohio), montrent que les questions économiques et notamment le chômage, figurent au premier rang des préoccupations actuelles des Turcs.

Toutefois, pour l’heure, dans la campagne, le politique semble avoir pris le pas sur l’économique. Il faut dire que des incertitudes pèsent sur le résultat final. Les sondages indiquent que l’AKP aura du mal à rééditer ses succès de 2007 (46,6%) et de 2011 (49,9%). Il ne faut pas oublier qu’au cours des deux dernières années, l’AKP a été profondément ébranlé par de multiples querelles intestines. Le conflit avec la confrérie Gülen (cf. nos éditions du 26 novembre 2013 et du 18 décembre 2013) s’est traduit par une épuration sans précédent dans la police et la justice (cf. notre édition du 3 mars 2014), qui a en fait affecté de multiples partisans ou sympathisants de l’AKP. Cette chasse aux sorcières laissera sans doute des traces, au sein des nouvelles élites, qui ont soutenu la formation de Recep Tayyip Erdoğan, au cours de la dernière décennie. La rigidification du système (limitation des libertés par la loi sur la sécurité, blocages de réseaux sociaux célèbres…), le tour grandiloquent et pompeux pris par la nouvelle présidence (palais luxueux, rhétorique néo-ottomane, grands projets…) ont achevé de décevoir les « libéraux », ces compagnons de route de l’AKP, qui sans partager vraiment la philosophie de ce dernier, voyaient en lui une force populaire, apte à débloquer un système de démocratie contrôlée, verrouillé de longue date par l’armée. législatives11Enfin, l’encadrement du parti a été profondément remanié. La règle, selon laquelle les parlementaires ne peuvent accomplir plus de 3 mandats d’affilée, va décimer la génération qui a accompagné Recep Tayyip Erdoğan, dans son accession et son installation au pouvoir. Peu après son élection à la présidence, ce dernier a exclu de surseoir à l’application de cette limitation à 3 mandats, plaidant pour un renouvellement des cadres qui rencontre probablement aussi son souhait personnel de pouvoir disposer d’une formation plus docile et dévouée à la présidentialisation ambiante. Mais le résultat de tout cela est que des figures historiques du parti sont promises à la retraite, quand elles n’y sont pas déjà, ce qui risque de renforcer encore l’image inquiétante, pour une partie des militants et de l’électorat, d’un parti organisé autour de la seule personne d’Erdoğan.

L’enjeu du score des Kurdes du HDP

Il est difficile d’affirmer avec certitude que l’opposition traditionnelle tire parti de cette situation. Le CHP, en hausse, n’est pas assuré de franchir la barre de 30%, qui lui donnerait une stature de parti de gouvernement. Les nationalistes du MHP devraient gagner 2 à 3%, ce qui leur permettrait d’atteindre 16-17%.

En réalité, l’enjeu de la campagne concerne surtout le score du HDP. Contrairement aux deux précédentes élections législatives, où il avait laissé se présenter des candidats indépendants qui, une fois élus, avaient formé un groupe politique au parlement, le parti kurde a cette fois-ci décidé de former ses propres listes. Dès lors, pour avoir unelégislatives12 représentation parlementaire, il doit obtenir plus de 10% des voix, au niveau national. Si c’est le cas, le HDP accroîtra sensiblement sa présence au parlement. Un bon score de sa part, conjugué à une hausse des sièges du CHP et du MHP, pourrait ainsi empêcher l’AKP d’obtenir, non seulement la majorité renforcée pour réviser la Constitution (2/3 = 367/550 députés), mais également la majorité absolue, qui lui permet de gouverner seul… Un tel scénario obligerait sans doute Recep Tayyip Erdoğan à abandonner ses projets de régime présidentiel, mais aussi à renoncer à la lecture présidentialiste de la Constitution, qui a été la sienne, depuis le début de son mandat. Car son parti serait alors contraint de former un gouvernement de coalition et de revenir à une logique plus parlementaire. En revanche, si le HDP ne parvient pas à franchir la barre des 10%, l’AKP conservera sa majorité de gouvernement, et pourrait obtenir la majorité des 2/3, ce qui lui permettrait de faire adopter une nouvelle constitution et d’établir un régime présidentiel.

La probabilité que le HDP réussisse son pari a toutefois gagné du terrain, au cours des dernières semaines. Il faut dire que l’AKP a fait une série de faux pas en ce qui concerne la question kurde. Alors même qu’une relance du processus de paix était intervenue, s’illustrant notamment par une déclaration conjointe du HDP et du gouvernement, le 28 février législatives13dernier, Recep Tayyip Erdoğan s’est dit en désaccord avec cette initiative, ce qui a provoqué une polémique au sein même du parti (cf. notre édition du 27 mars 2015). La présentation du programme de campagne de l’AKP a été marquée par une nouvelle bévue, à cet égard, puisque le texte, révélé initialement, faisait quasiment abstraction de la question kurde et du processus de règlement en cours, avant qu’Ahmet Davutoğlu n’annonce que les deux pages concernant le sujet avaient été oubliées par l’éditeur, et ne les réintroduise laborieusement dans le corps de l’ouvrage. Il n’est pas sûr que ces incidents permettent à l’AKP de gagner des voix dans les milieuxlégislatives14 nationalistes, qui préfèreront sans doute voter pour le MHP. En revanche, ils pourraient affecter l’électorat kurde du parti au pouvoir et profiter au HDP.

En tout état de cause, pour franchir la barre des 10%, le HDP entend mettre à profit la dynamique initiée à l’occasion de l’élection présidentielle de 2014. Lors de ce scrutin, son candidat, Selahattin Demirtaş, avait créé la surprise. Avec 9,7% des voix et une campagne articulée sur des thèmes novateurs (nouvelle citoyenneté, défense de l’environnement, renforcement du pouvoir local, soutien aux communautés oubliées de la République), le leader kurde était parvenu à dépasser largement les traditionnelles sphères d’influence de sa formation, et à gagner un nouvel électorat, mais il n’avait pas franchi le seuil fatidique. Reste à savoir si les candidats du HDP aux prochaines législatives seront en mesure de le faire…

Jean Marcou


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Anonyme dit :

    L’électorat turc n’a pas d’autre choix que de voter pour l’AKP même si celui-ci a certes eu des erreurs pendant son mandat de 12 ans. Personne n’est parfait… Ce qui compte pour l’électorat c’est les tas de projets qui ont été réalisés pendant les 12 dernières années et un certain niveau stabilité économique. On peut dire que l’électorat a été ébloui par ces ouvrages qu’il n’a jamais vus depuis la fondation de la République. Il sait aussi ce que le CHP a fait endurer à la Turquie, surtout aux conservateurs/trices dans le temps. Le MHP a auparavant annulé la peine de mort d’Öcalan donc l’électorat lui en veut. Dont les électeurs savent que le processus de règlement risque d’être gravement touché si le MHP arrivait au pouvoir et ce sont les kurdes qui en souffriront. Il ne faut même pas parler du HDP qui est en pleine collaboration avec le PKK qui le guide à sa manière comme une marionnette. L’AKP mène tant bien que mal le processus et continue d’inaugurer des projets (tels que l’aéroport inauguré hier à Hakkari et tant empêché par le PKK). L’économie connait des hauts et des bas mais cela n’empêche pas l’électorat de changer d’avis pour le moment. Seul un tout nouveau parti politique, mais encore conservateur, peut forcer l’AKP mais faut-il encore attendre son apparition…

  1. 28 mai 2015

    […] à créer un nouveau rapport de force inédit au sein du Parlement turc (voir notre édition du 17 mai 2015). La campagne électorale a démarré officiellement le 07 avril, après la diffusion de la liste […]

  2. 5 juin 2015

    […] site de l’Observatoire de la Vie Politique Turque précise ainsi: « Cette campagne à deux têtes, atypique pour le système politique […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *