Le pari multiculturel du mouvement kurde. La Province de Mardin à l’heure des élections législatives du 7 juin.

mardin01

Affiche des concerts organisés par la municipalité métropolitaine de Mardin – Photo : Julien Boucly

À quelques semaines des élections législatives en Turquie, le nouveau parti du mouvement kurde, le HDP (Halkların Demokratik Partisi, le Parti de la démocratie des peuples), focalise l’attention sur sa capacité à créer un nouveau rapport de force inédit au sein du Parlement turc (voir notre édition du 17 mai 2015). La campagne électorale a démarré officiellement le 07 avril, après la diffusion de la liste des candidats par le YSK (Yüksek Seçim Kurulu, le Conseil supérieur des élections) .

Deux niveaux d’analyses s’articulent afin de comprendre les enjeux de cette élection pour le HDP.

À petite échelle, au niveau national, le HDP doit obtenir au moins 10 % des voix pour pouvoir envoyer des élus au Parlement, comme le prévoit la Constitution. Un score que les partis politiques liés au mouvement kurde n’ont jamais atteint. Ils présentaient donc des candidats indépendants, qui se regroupaient ensuite à l’Assemblée. En 2015, la direction du HDP considère la conjoncture comme favorable pour passer le barrage des 10 % : il s’appuie pour cela sur deux facteurs sur lesquels il s’est largement investi ces dernières années. Tout d’abord, les très fortes avancées du processus de paix sur la « Question kurde » entre l’armée et le PKK (en kurde le Partiya Karkerên Kurdistan, le Parti des travailleurs du Kurdistan), dont il est l’un des artisans et a prouvé sa bonne volonté. Ensuite, sur la dynamique que le mouvement kurde a impulsé visant à sortir de son image de « parti kurdiste».

Le HDP s’est investi, dans les municipalités qu’il contrôle – c’est là le second niveau d’analyse, à grande échelle – à promouvoir la diversité de son personnel politique. Cette approche a commencé avec la mise en avant, du rôle des femmes sur la scène politique, une thématique où le mouvement kurde est en pointe en Turquie. Le BDP (Barış ve Demokrasi Partisi, Parti pour la paix et la démocratie, fondé en 2008 et remplacé en 2014 par le HDP) s’est imposé la règle de faire candidater des binômes mixtes dans toutes les villes où il se présentait lors des élections municipales du 30 mars 2014 (voir notre édition du 24 mars 2014 pour un résumé des enjeux de ce scrutin). À l’occasion des élections législatives du 7 juin prochain, le HDP est le parti qui présente le plus de candidates féminines : 268 femmes sur 550 candidats (à titre de comparaison, l’AKP [Adalet ve Kalkınma Partisi, le Parti de la justice et du développement] présente 99 candidates, et le CHP [Cumhuriyet Halk Partisi, le Parti républicain du peuple] en présente 103). Mais plus spécifiquement et plus récemment, il s’est engagé dans une voix de promotion de la multiculturalité sur ses territoires, tant au niveau politique qu’au niveau culturel. Il s’agit pour lui de mettre en avant une diversité ethnico-religieuse, parfois quasiment disparue ou réinventée à travers la valorisation du patrimoine culturel (voir notre édition du 11 mai 2015), ou parfois résiduelle mais bien présente, comme dans la province, frontalière de la Syrie, de Mardin.

Mardin : un laboratoire de la multiculturalité pour le HDP

À Mardin, capitale de la province du même nom, la ville s’est couverte de fanions des formations politiques, des camionnettes circulent de 9h à 18h en diffusant leurs slogans, et les bureaux de campagne sont garnis de chaises pour accueillir les sympathisants autour d’un verre de thé.

La campagne législative dans Mardin-ville – « l’arrondissement d’Artuklu » depuis que la province a obtenu le statut de Grande Municipalité Métropolitaine en 2012 – se déroule essentiellement dans la nouvelle ville, en contre-bas du site historique de la « ville haute ». Cependant, démographiquement, la province de Mardin ne se limite pas à Artuklu (151 000 habitants). Les arrondissements de Kızıltepe et de Nusaybin, dans la plaine de Mésopotamie comptent respectivement 232 000 et 116 000 habitants, quant à l’arrondissement de Midyat, sur le plateau du Tur Abdin, celui-ci compte 105 000 habitants.

La province de Mardin compte un important enchevêtrement de langues et de religions : langues kurdes, arabes, syriaque ; chrétiens syriaques et arméniens, ou encore yézidis. Bien que devenues progressivement minoritaires par rapport à la langue turque et à l’islam sunnite, cette diversité a favorisé un discours local valorisant la multiculturalité de Mardin, même si elle a pu être à divers moments sujette à de forts conflits.

Mais de la reconnaissance de la diversité culturelle désormais largement admise par tous les partis, à l’investissement en politique, il y a un pas, que le mouvement kurde a franchi à partir de 2011. Le BDP présente un candidat indépendant chrétien syriaque, Erol Dora, élu député lors des élections législatives de 2011. Trois ans plus tard, à l’occasion des élections pour la mairie métropolitaine de Mardin remportée par le BDP/HDP, le duo de maires se compose de Ahmet Türk, personnalité importante du mouvement kurde (71 ans) et de Februniye Akyol, jeune femme chrétienne syriaque de 25 ans.

En même temps que ces investissements de personnalités issues de la communauté syriaque, le mouvement kurde reconnaît la responsabilité des populations kurdes dans le génocide arménien. Il entreprend par la suite dans les localités qu’il contrôle dans le sud-est un travail de valorisation du patrimoine minoritaire et d’activités culturelles sur ce thème de la diversité culturelle.

Ces dynamiques participent à l’ambition de dépasser l’image de parti rassemblant uniquement les Kurdes, alors même que la communauté syriaque ne constitue pas un électorat numériquement stratégique en soi. Estimés à quelques centaines d’individus, dans les arrondissements de Midyat et d’Artuklu, dans les centres villes ou dans quelques villages disséminés autour de Midyat et Yeşilli, les Syriaques trouvent ainsi dans le mouvement kurde un partenaire lui donnant la possibilité d’un investissement local inédit, alors que le mouvement kurde bénéficie de la retombée positive en termes d’images de la diversification de son personnel politique. Ceci tant dans les réseaux locaux, qu’au niveau international : la co-maire de Mardin Februniye Akyol s’engage pour changer l’image des Kurdes dans la diaspora syriaque, qui les voit encore comme la cause de leur exil et de la spoliation de leurs terres ; mais également vis à vis de l’actualité de la crise en Syrie et l’inquiétude sur la situation des chrétiens d’Orient.

Cet investissement s’accompagne d’actions concrètes dans le paysage de Mardin, et pas seulement dans la rénovation des lieux de cultes minoritaires. Ainsi, la mairie de Nusaybin a entrepris une campagne d’affichage pour souhaiter la fête de Pâques aux Syriaques au mois d’avril 2015 (pour une communauté Syriaque de Nusaybin réduite à quelques individus). Également, le mouvement kurde, au travers le Demokratik Bölgeler Partisi ou le İnsan Hakları Derneği s’implique dans les questions particulièrement conflictuelles sur les propriétés foncières dont les Syriaques estiment avoir été dépossédés. À l’approche des élections, la Municipalité Métropolitaine de Mardin avait aussi organisé une série de concerts à travers la province durant le mois de mai en mettant l’accent sur cette diversité culturelle. En mettant bien en avant les fanions du HDP, des chorales et des groupes de musiques – dont une chorale venue d’Istanbul – chantaient des chansons en turc, grec, arménien, kurde ou encore en iranien, suivi d’un discours de clôture par l’un des candidats aux législatives.

Les candidats HDP pour la province de Mardin reflètent encore une fois cette approche multiculturelle, avec le candidat Arabe Mithat Sancar, ainsi que de la candidature de Mehmet Ali Aslan issu de la communauté arabe Mahallemi de Midyat, soutenus par le ralliement de l’Association Démocratique des Arabes au HDP. L’avocat syriaque Erol Dora et Gülser Yıldırım, femme kurde (elle avait été condamnée à 4 ans de prison en 2009 dans l’affaire de l’Union des Communautés du Kurdistan – KCK), déjà députés pour le HDP visent un nouveau mandat à l’Assemblée. La liste comprend une autre femme Kurde, Enise Güneyli, ainsi que Nurullah Görhan, originaire de Kızıltepe et issu d’une famille tcherkesse, établie dans la région à la fin du XIXème siècle.

Affiches électorales AKP, Mardin - Photo : Julien Boucly

Affiches électorales AKP, Mardin – Photo : Julien Boucly

De son coté, l’AKP mène campagne en s’appuyant sur le bilan de R. T. Erdoğan à la tête du pays, tout en jouant sur le caractère d’adhésion au projet national : lors du meeting du Président de la république R. T. Erdoğan dans le parc de Mardin le 04 mai, c’était moins l’AKP que la Turquie qui était mise à l’honneur. Une Turquie ouverte à sa diversité – R. T. Erdoğan a ainsi prononcé quelques mots en arabe et en kurde -, mais il était intéressant de voir comment cette journée a vu fleurir des drapeaux turcs ou des symboles nationalistes (T-shirt, pin’s), dans un territoire où l’espace politique est largement dominé par le mouvement kurde et où l’expression de son attachement à l’État-nation turc, représenté par l’AKP, est chose rare. Dans le choix et la présentation de ses six candidats pour les législatives (Gönül Bekin Şahkulubey, pharmacienne et députée sortante, et 5 hommes : Orhan Miroğlu (par ailleurs journaliste au quotidien Star Haber), Mehmet Vejdi Kahraman, Abdullah Erin, Cengiz Demirkaya et Mehmet Emin Deniz), l’AKP ne joue pas cette carte de la diversité ethnico-religieuse spécifique du territoire de Mardin. C’est plutôt une approche qui minore la kurdicité potentielle de ses candidats et qui valorise la référence religieuse sunnite : la député sortante et à nouveau candidate Gönül Bekin Sahkulubey faisait partie des quatre députées de l’AKP à faire leur entrée en portant le voile au Parlement en octobre 2013.

C’est donc en jouant la carte de la diversité, que le HDP créé un véritable cadre d’action concret dans les régions du sud-est sur la capacité à interagir par delà la « Question kurde » uniquement. Une stratégie qui s’appuie sur un ancrage territorial et dans la durée, avec un investissement réel des personnalités qui y sont impliqués. Ce sont autant de « savoirs-faire » de la diversité que le HDP valorise sur la scène nationale comme un facteur pacifique, et qui peut trouver un écho face à la position plus clivante posée par l’AKP.


Nicolas Ressler-Fessy

Doctorant à l'Institut Français de Géopolitique (Paris 8), Nicolas Ressler-Fessy est impliqué dans les travaux de l'Axe Migrations et Mobilités (AMiMo) de l'IFEA.

More Posts

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 28 mai 2015

    […] À quelques semaines des élections législatives en Turquie, le nouveau parti du mouvement kurde, le HDP (Halkların Demokratik Partisi, le Parti de la démocratie des peuples), focalise l’attention sur sa capacité à créer un nouveau rapport de force inédit au sein du Parlement turc (voir notre édition du 17 mai 2015). La campagne électorale a démarré officiellement le 07 avril, après la diffusion de la liste des candidats par le YSK (Yüksek Seçim Kurulu, le Conseil supérieur des élections) .lire la suite […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *