Dégradation de la relation turco-israélienne ou détérioration de la cohésion du gouvernement Netanyahou ?


Un grave incident diplomatique vient à nouveau de secouer une relation turco-israélienne passablement endommagée par près d’un an de querelles incessantes. C’est l’exaspération du gouvernement israélien suite à la diffusion d’un téléfilm turc évoquant l’action du Mossad et perçu comme antisémite par Tel-Aviv, qui a été à l’origine de ce nouveau conflit. Certes, les séries télévisées turques, qui inondent actuellement le Moyen-Orient et qui sont très regardées, notamment dans le monde arabe, ont déjà fait grincer des dents plusieurs fois les officiels israéliens mais, dans le cas présent, les choses ont pris un tour assez stupéfiant.

Pour signifier sa protestation, en joignant le geste à la parole, le vice-ministre israélien des affaires étrangères, Danny Ayalon, a organisé une véritable mise en scène, le 11 janvier, devant les médias. Ayant convoqué l’ambassadeur turc, Oğuz Çelikkol, il l’a fait attendre un long moment avant de le recevoir en refusant de lui serrer la main. Surtout, il a adressé sa protestation au diplomate turc en hébreu, une langue que celui-ci ne maîtrise pas, dans une salle où ne figurait ostensiblement que le drapeau israélien et après l’avoir fait asseoir sur un siège plus bas que le sien (photo). « En 35 ans de carrière, je n’avais jamais vu cela », a déclaré l’ambassadeur Çelikkol, à l’issue de cette expérience humiliante, qui s’est déroulée en outre dans un contexte tendu, la venue du premier ministre libanais en Turquie ayant donné lieu à un échange de propos sans nuance entre Ankara et Tel-Aviv, au même moment.

Ayant convoqué, à son tour, le lendemain, l’ambassadeur israélien, la Turquie a exigé des excuses. Benyamin Netanyahou a expliqué que la protestation de Danny Ayalon était justifiée sur le fond mais il a convenu qu’elle aurait du être présentée «d’une façon diplomatique plus acceptable», tandis qu’Avigdor Lieberman tentait d’apaiser les esprits en assurant que son pays ne souhaitait pas de confrontation directe avec Ankara et que Danny Ayalon essayait de justifier son attitude. Ces timides regrets n’ont pas satisfait la Turquie, qui, le 13 janvier, par la voix de son président Abdullah Gül, a demandé à Israël de s’excuser avant minuit, en menaçant de rappeler son ambassadeur et de revoir le niveau de sa représentation diplomatique, si cette demande n’était pas satisfaite. Finalement les excuses sont intervenues en temps voulu. Dans une lettre adressée à Oğuz Celikkol, Danny Ayalon a notamment déclaré :

«Je n’avais pas l’intention de vous humilier personnellement et je m’excuse pour la façon dont la démarche a été conduite et perçue. Je vous prie de transmettre cela au peuple turc pour lequel nous avons un grand respect. J’espère qu’Israël et la Turquie rechercheront des voies diplomatiques et courtoises pour se faire passer leurs messages, comme deux pays alliés doivent le faire.»

Pendant deux jours, l’épisode a fait la une de la presse turque, qui a longuement disserté sur l’inégalité de la hauteur des sièges, Hürriyet allant même jusqu’à faire observer que Danny Ayalon avait utilisé la même mise en scène ridicule qu’ «Hynkel» dans «Le Dictateur» de Charly Chaplin. L’incident, en tout cas, a dégradé un peu plus les rapports entre Ankara et Tel-Aviv. Mais ses aspects les plus instructifs concernent peut-être plus en fait la détérioration de la cohésion même du gouvernement israélien. En effet, Danny Ayalon appartient au parti d’extrême-droite «Israël Beiteinou». Comme son ministre de tutelle, Avigdor Lieberman, il rejette l’idée, défendue, au sein du cabinet Netanyahou par les travaillistes (Benyamin Eliezer, Ehoud Barak), d’une reprise des pourparlers indirects avec Damas, sous égide turque (cf. notre édition du 8 janvier 2010). Certains observateurs ont vu dans l’initiative de Danny Ayalon, moins un coup porté à la Turquie, qu’une opération visant à saper les efforts faits par les travaillistes israéliens pour renouer avec celle-ci (cf. nos éditions du 25 novembre et du 19 décembre 2009) et notamment pour ruiner le voyage que le ministre de la défense, Ehoud Barak, doit effectuer à Ankara, le 17 janvier prochain. À cela s’ajoute les incertitudes politiques provoquées par la possible entrée au gouvernement de certains membres de Kadima, le parti fondé par Ariel Sharon et d’Ehoud Olmert, actuellement dans l’opposition. Des parlementaires de ce parti ont d’ailleurs publiquement exprimé des regrets à l’issue de l’incident et condamné le comportement du numéro deux de la diplomatie israélienne.

La politique étrangère israélienne a souvent eu à pâtir des conflits entre les multiples forces politiques qui sont représentées à la Knesset, du fait d’élections générales organisées selon le système de la proportionnelle intégrale et des coalitions gouvernementales incertaines qui découlent de cette situation. Mais, cette fois, l’organisation de cette mise en scène humiliante et puérile par un diplomate de carrière comme Danny Ayalon (qui a été ambassadeur aux Etats-Unis de 2002 à 2006) risque de dégrader un peu plus l’image du gouvernement israélien actuel sur la scène internationale.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *