Des étincelles du syndicalisme au sein des agences du développement

Les salariés d'İKST manifestent - Photo Lucie Drechselovà

Les salariés d’İSTKA manifestent – Photo Lucie Drechselovà

Au mois de mars 2015, les employés de l’Agence du développement d’Istanbul (İSTKA) sont entrés en grève pour un jour et demi – un événement inédit car les grèves sont toujours rares parmi les employés de bureau et d’autant plus inédit qu’il s’agissait de la première grève dans l’histoire des agences fondés en 2009. Si le personnel de la branche stambouliote a surtout réclamé la réduction des disparités salariales, pour de nombreuses employées, le mauvais traitement auquel elles ont dû faire face au sein de l’agence a constitué un moteur supplémentaire pour se lancer dans la grève. Cinq d’entre elles ont accepté de partager leur témoignage.

En 2009, sous l’impulsion de l’Union européenne, la Turquie a fondé ses premières agences du développement (kalkınma ajansları). Elles ont été chargées de la tâche délicate de soutenir l’essor territorial au niveau des régions – unités spatiales dessinées quelque peu artificiellement sur la carte du pays.

Depuis, l’essentiel du travail des agences consiste à élaborer un plan de développement régional et à répartir des financements aux projets visant à réaliser les objectifs du plan. Dans l’avenir, l’argent des fonds européens complètera cette manne, dont les municipalités (surtout métropolitaines), les entreprises et les ONG sont les principaux bénéficiaires.

grev8

Les salariés d’İSTKA font connaître leurs revendications – Photo Lucie Drechselovà

Pour attirer des cadres qualifiés dans ces nouvelles institutions, les conditions de travail avaient été conçues en vue de concurrencer le secteur privé, surtout au niveau du salaire. En effet, 4500 livres turques (environ 1530 euros) mensuels correspondent à une rémunération bien supérieure aux standards du secteur public, du moins à l’époque. Or, la situation actuelle diffère sensiblement de l’ambition initiale car aucune hausse des salaires n’a eu lieu pour les premiers employés. De plus, les nouveaux travailleurs ont été embauchés sous un autre régime qui donne droit, pour le même travail, à un salaire inférieur à celui de leurs collègues (environ 3500 livres turques soit 1190 euros). Si l’objectif des premiers est d’obtenir une augmentation de leurs salaires longtemps attendue, les seconds souhaitent que soit mis fin à cette disparité jugée injuste. Dans ce contexte, l’absence de diverses indemnités (transport, alimentation, logement, soutien à la scolarisation des enfants), pourtant habituelles au sein de l’administration publique, est devenue d’autant plus sensible.

La syndicalisation en réponse au manque de communication

L’une des employées a résumé la situation au sein de l’agence :

« Nous travaillons dix heures par jour, nos bureaux sont près de l’aéroport Atatürk, très loin pour la majorité d’entre nous. Il est compliqué d’amener les enfants à l’école. Pour aller chez le médecin, nous devons utiliser nos journées de congé. Nous n’avons pas de navette qui irait de chez nous au travail ni de compensation pour le coût des transports et nous ne recevons pas de tickets restaurant. »

L’absence de communication avec la direction s’ajoute à l’exaspération des employés. À la différence de certaines autres agences du développement, les chefs des départements à Istanbul n’ont pas d’accès direct au conseil d’administration. Tout message des employés dépend de la transmission faite par le secrétaire général. Le mouvement de syndicalisation a notamment été impulsé par l’impression que les employés ne sont pas écoutés à ce haut niveau.

Réunis une fois par mois et occupant des postes multiples, les membres du conseil d’administration accordent un temps très limité aux sujets internes à l’agence. La composition de cet organe suprême explique non seulement les difficultés d’accès qu’éprouvent les employés, mais aussi le choix des projets éligibles au financement par l’agence, avec une difficulté particulière de faire accepter des projets ayant un volet « social ». Le conseil d’administration, qui valide tous les appels à candidatures, est composé des hauts représentants de l’État (le préfet) et de l’autorité locale (le maire de la municipalité métropolitaine d’Istanbul), accompagnés des hommes d’affaires de la région (comme le directeur de la Chambre de commerce d’Istanbul). Leurs parcours professionnels font que l’agence met surtout l’accent sur des programmes centrés sur l’entrepreneuriat, l’investissement ou encore l’innovation industrielle.

Les employées de l’agence s’accordent que la notion du « développement social » est loin d’être acquise. Un premier programme visant à accroître le taux d’emploi des femmes n’a été lancé qu’en 2015. Sa responsable affirme qu’il a fallu dûment justifier l’utilité économique de ce programme pour le faire accepter. Compte tenu de ces difficultés, elle a également insisté pour que les évaluateurs des projets, externes à l’agence, reçoivent une courte formation sur l’égalité des genres.

« Les femmes ne font qu’accoucher »       

Parallèlement à l’exaspération que vivait l’ensemble du personnel par rapport aux conditions salariales, les employées femmes trouvaient cet environnement de plus en plus hostile à leur égard. Une d’entre elles, ayant déjà quitté son poste, se souvient :

« Au sein de la première équipe de douze personnes, il y avait quatre femmes. La politique d’embauche n’a pas été discriminante, la plupart des employés arrivés à ces postes provenaient d’autres institutions publiques, attirés notamment par le haut salaire et une promesse de l’évolution dynamique de l’agence. »

L’année suivante, cinq départements ont été créés au sein de l’agence, dont un était dirigé par une femme. Depuis qu’elle a quitté son poste en 2014, aucune femme ne lui a succédé à ce niveau.

Les membres de la nouvelle équipe avaient pour la plupart moins de trente ans au moment de l’embauche, et depuis, certains se sont mariés. Quand le congé maternité de deux employées se sont succédé, le secrétaire général s’est montré mécontent, comme en témoigne une des anciennes employées de l’agence :

« Lors des réunions à huis-clos avec les directeurs des départements, le secrétaire général s’exprimait de manière condescendante à l’adresse d’une collègue enceinte. Étant la seule femme dans la salle et moi-même enceinte, je trouvais ses propos très agressifs. Il se plaignait que les femmes accouchent tout le temps, ne prennent pas leur travail au sérieux, ne sont pas venues pour travailler mais pour accoucher etc. »

Avec la première expérience de grossesse, la question des droits accordés par le code de travail aux femmes enceintes s’est posée. En effet, la loi leur confère le droit de partir plus tôt du travail au quotidien, d’aller chez le médecin durant les heures de travail et cela va généralement de pair avec une plus grande tolérance par rapport aux arrivées tardives. Malgré la réticence initiale de la direction, l’employée a insisté pour pouvoir bénéficier de ses droits. Si elle a réussi et a ainsi ouvert la voie aux autres, elle a fini par quitter son poste.

Selon les employées de l’agence, la conclusion que le secrétaire général aurait tirée de cette expérience a été de « ne plus employer des femmes ». Néanmoins, la procédure d’embauche ne permet pas la réalisation d’une décision discriminatoire car la présélection est faite par ordinateur. Avec la hausse en nombre des candidates, les nouvelles arrivées sont surtout des femmes. Néanmoins, aucune n’a été promue au rang de directrice du département.

Les cinq employées, actuelles ou anciennes, témoignent également de nombreux cas de harcèlement. Leur manière de s’habiller « trop ouvertement » a été critiquée par certains collègues, tout comme le fait de s’asseoir en croisant les jambes, certains membres du conseil d’administration ayant demandé leurs numéros de téléphone. De même, le retour après le congé maternité aurait été mal vu, la femme devant s’occuper de la famille. D’ailleurs, le code de travail garantit une indemnité pour l’employée quittant son poste pour s’être mariée.

De ce point de vue, il n’est pas sans intérêt de noter que l’un des porte-paroles des grévistes est une femme. Elle se trouve en communication permanente avec la plupart de ses collègues et affirme d’avoir expérimenté un changement d’attitude avec plus d’attention accordée à sa parole.

« Jusqu’au dernier moment, nous n’avons pas cru que nous allions entrer en grève »

Avant d’en arriver à la première grève au sein de l’agence du développement, la décision de se syndicaliser a été prise, impulsée par les évolutions relatives aux salaires. Début 2014, une circulaire a été publiée concernant la rémunération des premiers employés. Elle stipulait une possible augmentation, la première depuis la création de l’agence. Après plusieurs mois d’inaction, le conseil d’administration a reporté la décision relative aux salaires au mois de décembre. Ayant appris la nouvelle, les employés se sont spontanément rassemblés pour discuter des démarches à venir.

À l’instar des homologues de l’agence d’Ankara, ils ont décidé de se syndicaliser et ont opté pour le même syndicat, le Koop-İş. Ils ont ainsi préféré son expérience au sein des différents ministères malgré sa réputation d’être parfois complaisant avec les patrons. Le taux de syndicalisation à l’agence d’Istanbul a atteint environ 95%, seulement trois ou quatre personnes restant en dehors du syndicat (sans pour autant inclure des salariés en sous-traitance avec un statut plus précaire et dont la syndicalisation n’a été autorisée que récemment). Et, réussite importante pour les syndiqués, les directeurs des départements se sont tous joints au mouvement.

Les employés demandaient surtout que soit mis un terme aux inégalités salariales, que soient introduites des compensations pour le transport et l’alimentation, que soit reconnu le droit à étudier l’université parallèlement au travail, la prolongation du congé maternité et l’ouverture de crèches. Les négociations sont lancées mais le syndicat et le représentant des patrons n’arrivent pas à s’accorder. Si l’entrée en grève ne paraissait pas comme une option au départ, neuf mois après, la grève a été vue comme une possible sortie de l’impasse.

Alors que les négociations se sont bloquées à Ankara, les employés ont décidé d’entrer en grève le 16 mars, jour de la date limite du dépôt des dossiers de candidatures à l’appel 2015. Si la grève a été conclue en une journée et demie, c’est que l’information est très vite parvenue au préfet d’Istanbul, membre des plus influents du conseil d’administration, qui a personnellement promis une rapide résolution des problèmes. Ainsi, un compromis a été trouvé.

Une hausse des salaires a été promise (et confirmée en avril par la direction), une contribution au prix du repas a également été accordée. Les congés ont été allongés de quatre jours. Dorénavant, les employés devraient pouvoir plus facilement concilier le travail à temps plein avec des études.

Néanmoins, certains de ces gains n’ont pas de statut permanent et peuvent être révoqués à la discrétion du conseil d’administration. De plus, les sujets concernant plus spécifiquement la situation des femmes ont été relégués au second plan et au moment des compromis, ce sont les demandes de crèches et de soutien à la scolarisation des enfants qui ont été sacrifiées.

Actuellement, quatre des vingt-six agences disposent ou disposeront dans un proche avenir d’accords collectifs. L’expérience des employés d’Istanbul peut donc leur servir d’inspiration et cela peut être le début d’un mouvement de syndicalisation au sein des agences.

Néanmoins, les conditions de travail des employés mises de côté, les agences sont critiquées pour bien d’autres raisons. Parmi celles-ci se trouve leur centralisation sous la tutelle du ministère du Développement et le fait que les municipalités métropolitaines décrochent la plupart des fonds au détriment des mairies d’arrondissement. D’autres critiques questionnent le partenariat public-privé prôné par les agences qui risque de s’apparenter à un transfert des fonds du public vers le secteur privé. D’autres encore supposent que des changements récents aux postes des dirigeants au sein du ministère du Développement signifient l’affaiblissement des agences qui sont des institutions toujours relativement nouvelles.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *