Nouveau déplacement de Recep Tayyip Erdoğan en Russie


Riche en déclarations optimistes parlant de «coopération» d’«exemplarité» ou de «traditions de bon voisinage», la dernière visite (12 au 14 janvier 2010) de Recep Tayyip Erdoğan en Russie s’est concrétisée par la signature d’un certain nombre d’accords et par la relance de négociations dans des domaines actuellement cruciaux pour les économies des deux pays. La question énergétique a été tout particulièrement à l’honneur, au cours de discussions qui se sont intéressé, tant aux intérêts mutuels, qu’aux perspectives globales.

Au niveau bilatéral, les pourparlers visant à surmonter le blocage de la construction de la première centrale nucléaire turque par un consortium russe, suite à une décision d’annulation de l’appel d’offre d’attribution de cette construction par le Conseil d’Etat turc, ont abouti. Un nouvel appel d’offre sera proposé dans les premiers mois de 2010. De même, chacune des parties a redit sa volonté d’accentuer les politiques énergétiques communes, quels qu’en soient les domaines. Le premier ministre turc a ainsi voulu faire pièce aux rumeurs évoquant une rivalité énergétique entre les deux pays, en déclarant «nous avons beaucoup de possibilités, non seulement dans le domaine gazier, mais aussi dans celui du pétrole et des produits pétroliers.» Toutefois, pour ce qui est du domaine énergétique, les conséquences les plus importantes de la visite du chef du gouvernement turc en Russie, sont sans conteste celles touchant aux fameux projets de gazoducs «Nabucco» et «South Stream». Rappelons que le projet de gazoduc européen «Nabucco», qui doit relier la Caspienne à l’Autriche, via la Turquie, entend constituer une alternative à l’approvisionnement gazier russe dominant de l’Europe et prévenir les pressions que Moscou peut exercer de fait sur les pays européens. Le «South Stream» est son concurrent direct, puisqu’il doit constituer une nouvelle voie d’acheminement du gaz russe vers l’Italie. Il évite l’Ukraine, qui a eu régulièrement des différends gaziers avec la Russie, ces dernières années, mais passera par les eaux territoriales turques. Malgré leur caractère concurrent, la Turquie est engagée dans les deux projets, depuis l’été 2009. Le premier ministre turc a mis à profit cette ambivalence, en proposant, d’une part, d’associer la Russie au projet «Nabucco», et en s’engageant, d’autre part, au cours de sa visite à Moscou, à accélérer la mise en œuvre du «South Stream». Vladimir Poutine a ainsi déclaré, à l’issue d’un entretien, que la Turquie donnerait son «autorisation à la construction» du «South Stream» d’ici le 10 novembre 2010.

La coopération turco-russe semble donc au beau fixe sur le plan énergétique. Mais des accords dans d’autres domaines semblent confirmer que, de manière générale, les deux «grands» de la région ont compris qu’ils ont un intérêt mutuel de coopération tout azimut. Le gouvernement turc applique à l’égard de la Russie la doctrine de sa nouvelle politique étrangère. Plus concrètement, dans le sillage de décisions du même genre prises par la Turquie avec des pays voisins du monde arabe (Syrie, Jordanie, Lybie, Liban…), Ankara et Moscou ont évoqué une possible suppression mutuelle de l’obligation de visas. De la même manière, la décision de créer en 2010, un «Conseil de coopération intergouvernementale turco-russe» semble s’inscrire dans la même logique de dissémination, Ahmet Davutoğlu ayant annoncé la formation, au cours de cette année, de 26 missions turques de coopération à l’étranger.

Pour prometteur qu’il soit, le rapprochement turco-russe n’en comporte pas moins quelques sérieux points d’achoppement, qui ont tempéré l’enthousiasme ambiant de la visite de Recep Tayyip Erdoğan. Ces désaccords concernent la politique régionale des deux pays, et le Caucase en particulier. En effet, la Turquie était aussi venue à Moscou pour obtenir le soutien de la Russie à un règlement du conflit du Haut-Karabagh, qu’elle a pratiquement posé comme condition à sa ratification des protocoles, signés en octobre dernier avec Erevan. Recep Tayyip Erdoğan a ainsi déclaré que la normalisation des relations avec l’Arménie restait liée, selon lui, à une solution acceptable de ce conflit par l’Azerbaïdjan. Mais la Russie a redit que, comme l’Arménie d’ailleurs, elle refuse de lier les deux processus. Moscou craint notamment que son implication trop poussée dans le Caucase la place en situation de concurrence avec les Etats-Unis. De surcroît, les protocoles entre Ankara et Erevan paraissent de plus en plus mal engagés. Toujours non ratifiés, ceux-ci font les frais d’un net regain de tensions entre les deux pays. Alors que la visite de Recep Tayyip Erdoğan en Russie n’a rien éclairci et que le ministère turc des affaires étrangères a déclaré aujourd’hui même que la décision concernant la constitutionnalité des protocoles, rendue récemment par la Cour constitutionnelle arménienne, n’était pas acceptable, on peut parier que la ratification de ces derniers ne fera pas partie de l’ordre du jour du parlement turc, dans les semaines à venir. Dès lors, dans un contexte aussi compromis, on comprend que Moscou refuse de prendre une quelconque initiative pour résoudre l’insoluble désaccord arméno-turc.

En dépit des réserves concernant la politique régionale des deux pays, la visite d’Erdoğan à Moscou dessine les contours d’une coopération poussée entre les deux pays. Après les succès encourageants qu’elle a pu obtenir auprès de ses voisins, la prometteuse politique étrangère turque semble donc s’assurer un allié de taille. Mais, eu égard aux désaccords politiques qui persistent, il faudra qu’au mois de juin prochain, la visite du président russe Medvedev à Ankara, confirme les espoirs que placent les deux parties dans leur nouvelle collaboration. Spectateur passif comme souvent, l’Union européenne ne semble pas, de son côté, réagir à cette convergence russo-turque et aux conséquences qu’elle peut avoir, notamment dans le domaine énergétique. Il n’est point de pire sourd…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *