Turquie : en quoi les élections du 7 juin 2015 sont-elles différentes ?

Campagne 2015-111En Turquie, depuis le début du troisième millénaire, les élections se suivent et se ressemblent. En 13 ans, l’AKP a engrangé pas moins de 9 victoires d’affilée (3 élections législatives, 3 élections locales, 2 référendums et 1 élection présidentielle). Alors que ni les événements de Gezi, ni le scandale de corruption du 17 décembre 2013, ni la grande catastrophe minière de Soma ne sont parvenus à ébranler les scores du parti majoritaire, qui a remporté sans coup férir, l’an passé, tant les élections locales, que la première présidentielle au suffrage universel, pourquoi Recep Tayyip Erdoğan ne gagnerait-il pas, une fois de plus, le 7 juin prochain ? Il est bien sûr difficile de prévoir le résultat d’une élection, et nous ne engagerons pas dans cette voie, surtout dans un contexte où les instituts de sondages sont exposés à des pressions importantes et fournissent des prévisions souvent partisanes. Mais quel que soit leur résultat, il est sûr que ces élections législatives sont d’une nature différente des deux précédentes, et plus généralement de l’ensemble des scrutins qui se sont déroulés depuis 2007, année qui avaient consacré la défaite durable de l’establishment politico-militaire et conforté l’AKP au pouvoir.

Fin d’une époque ou nouvelle ère pour l’AKP ?

Beaucoup d’observateurs ont été frappés au cours des dernières années par la capacité du parti majoritaire à résister à l’usure du pouvoir. Et de fait, il est vrai que la suite des victoires, que nous égrenions précédemment, donne cette impression. Pourtant, cela ne veut pas dire que ce parti n’a pas changé. Depuis les dernières législatives de 2011, avant même que cela n’éclate au grand jour, la mouvance au pouvoir a été minée par lesCampagne 2015-2 dissensions naissantes l’opposant au mouvement Gülen. Après le scandale du 17 décembre 2013, des centaines de magistrats et des milliers de policiers, qui avaient initialement été les meilleurs soutiens de l’AKP, ont été démis ou déplacés. La reprise en main musclée générée par la lutte contre la «structure parallèle», en réorganisant le pouvoir judiciaire, en accroissant les mesures sécuritaires ou s’attaquant à Internet et aux réseaux sociaux, a ruiné l’image d’une formation qui semblait avoir réussi à débloquer le système de démocratie contrôlée issu des coups d’Etat. Elle a de fait provoqué le départ de nombreux « libéraux » ou de « compagnons de route », qui se sont sentis floués par cette nouvelle forme rigide d’exercice du pouvoir. A cela s’ajoute l’application stricte de la règle interne du parti, interdisant d’exercer plus de 3 mandats parlementaires d’affilé. De nombreux cadres d’expérience de l’AKP se retrouveront ainsi au mieux confinés dans des fonctions techniques ou honorifiques moins visibles, s’ils sont encore utiles, au pire, admis à prendre une retraite dont ils n’ont manifestement pas toujours envie. Cette situation a permis à Recep Tayyip Erdoğan, au moment où il l’a pourtant formellement quitté, de tenir les rênes du parti plus fermement que jamais, en faisant monter aux commandes, une nouvelle génération de dirigeants, plus malléables et, en tout cas, acquis à la présidentialisation du régime. Mais il n’est pas sûr que ces derniers aient les mêmes aptitudes politiques que leurs aînés, pas seulement du fait de leur moindre expérience, mais aussi parce qu’issus de l’appareil et souvent très liés à la personne même de leur leader et de ses réseaux, ils auront moins la capacité de rassembler un électorat populaire diversifié, ce qui a fait la force de l’AKP, au cours de ces dix dernières années de campagne électorale presqu’ininterrompue.

La question kurde au cœur des débats

Le point nodal de cette élection a été la décision du HDP de présenter des listes et d’en finir avec le système des candidatures indépendantes, qui lui avait pourtant assuré une représentation parlementaire en 2007 et 2011. Car si le HDP gagne son pari et passe la  barre des 10% lui permettant d’avoir une représentation parlementaire, non seulement, il empêchera Recep Tayyip Erdoğan d’obtenir une majorité renforcée pour changer de constitution, mais il pourrait même priver celui-ci de la majorité absolue, qui lui a Campagne 2015-33permis de gouverner seul depuis 2002. Pour réussir, le parti de Selahattin Demirtaş et de Figen Yüksekdağ (photo à gauche) doit d’abord gagner des voix dans l’électorat kurde de l’AKP. Et le fait est qu’au sein même de cet électorat, en partie dominé par des réflexes de clan, certaines évolutions ont été observées, au cours des dernières semaines, peut-être par lassitude, sûrement par déception. Recep Tayyip Erdoğan avait gagné le soutien d’un électorat kurde important, parce qu’en 2005, à Diyarbakır, il avait été le premier dirigeant turc à reconnaître qu’il y avait une question kurde dans ce pays et qu’il en faisait son affaire. Ainsi l’AKP était devenu ce parti au pouvoir qui pouvait faire bouger les choses, notamment parce qu’il avait la capacité de faire face à l’Etat et de remettre en cause la politique kurde sans issue des gouvernements laïques et nationalistes précédents. Or, depuis la tragédie d’Uludere en décembre 2011, les dirigeants de l’AKP se sont définitivement rangés du côté de l’Etat, en défendant pour la première fois ouvertement l’état-major, et empêchant que la justice ne fasse la lumière sur cette affaire. En outre, au cours des deux dernières législatures, le parti au pouvoir a échoué dans ses tentatives, visant à promouvoir un règlement à l’amiable du problème kurde. «L’ouverture démocratique» en 2009 a tourné court après la dissolution du DTP. Le processus de paix en cours, qui avait été relancé au début de l’année 2015, a été gelé par Recep Tayyip Erdoğan lui-même, soucieux, en période de vote, de ne pas aviver les angoisses nationalistes d’une partie de ses électeurs. Cette posture dictée par des préoccupations tactiques risquent d’achever de décevoir ceux qui, au sein de l’électorat kurde de l’AKP, ont été exaspérés par l’attitude équivoque du gouvernement pendant le siège de Kobanê et les révélations incessantes de la relation opaque existant entre le gouvernement et les mouvances djihadistes syriennes. Ce jeu de l’ombre n’assure pas pour autant à l’AKP le gain des voix des islamistes kurdes, car ces derniers peuvent être tentés de voter pour les candidats indépendants, présentés par le HüdaPar, la branche politique du Hizbullah.

Un parti kurde devenu un parti de Turquie

Cependant, si le HDP est l’objet de toutes les attentions, ce n’est pas seulement parce qu’il a des chances de rassembler de plus nombreux Kurdes, mais surtout parce qu’il a entrepris de devenir un parti de Turquie. Cette ambition n’est pas liée à la conjoncture électorale, mais bien à une évolution de fond. Depuis 2007 (apparition d’un groupe kurde au parlement) et 2009 (lancement de la première tentative de règlement), la question kurde s’est démilitarisée. Certes, on a relevé, par la suite, la reprise d’actionsCampagne 2015-3 ponctuelles de guérilla, parfois spectaculaires, mais de plus en plus la conviction s’est installée que désormais le défi kurde était devenu pour l’essentiel un enjeu politique. En entrant au parlement en 2007, les Kurdes sont devenus le quatrième parti politique de Turquie, en participant l’année dernière à la première élection au suffrage universel pour élire le chef de l’Etat turc, leur candidat, Selahattin Demirtaş est devenu une étoile montante de la politique turque. Tout s’est passé ainsi, comme si les Kurdes de Turquie, en oubliant leurs velléités d’indépendance et en se détournant de la lutte armée, avait décidé de devenir une formation politique à part entière de ce pays. Il reste que le franchissement du seuil de 10% est loin d’être acquis pour le HDP. Il faut rappeler en effet que jamais par le passé les formations kurdes n’ont réalisé un tel score. Si Selahattin Demirtaş l’a frôlé, l’année dernière, c’était à l’occasion d’une élection présidentielle, nécessairement plus rassembleuse dans la mesure où il n’y avait que 3 candidats pour toute la Turquie. Mais la même année, lors des élections locales de mars, le BDP (prédécesseur du HDP) n’avait été crédité que de 4,20% pour l’ensemble du territoire. Pour atteindre son objectif, le HDP compte sur l’effet d’entrainement de sa stratégie d’ouverture des derniers mois. Avec l’avènement d’un parti démocratique « des peuples » (en 2013-2014), et une campagne du candidat Demirtaş (en 2014) consacrée aux questions et aux populations oubliées par la République (défense de l’environnement, femmes, minorités, homosexuels…), les Kurdes se sont progressivement fait une place dans la société civile de Turquie, montrant par là-Campagne 2015-4même que leurs revendications n’étaient pas exclusivement identitaires, mais qu’elles recoupaient en fait les préoccupations de beaucoup de citoyens de Turquie. A cet égard, il est significatif d’observer que la campagneCampagne 2015-5 du HDP qui a vu, ces dernières semaines, les Kurdes se mettre à tourner le dos aux convois électoraux de l’AKP et à la personne même de Recep Tayyip Erdoğan, est en train de générer, sur les réseaux sociaux, une campagne des femmes turques postant des photos d’elles-mêmes, le dos tourné. Autre événement révélateur : le 30 mai se sont tenus à Istanbul concomitamment deux des grands meetings électoraux de l’AKP et du HDP. Les commentateurs n’ont pas manqué de relever l’événement en disant que c’eût été impensable, il y a encore peu. Mais les mêmes commentateurs n’ont pas manqué d’observer surtout que désormais, dans un meeting du HDP, on agitait aussi des drapeaux turcs et plus simplement les couleurs kurdes…. Il n’est pourtant pas sûr que cette dynamique sociétale se retrouvera dans les urnes au soir du 7 juin…

L’opposition traditionnelle prise en deux feux

Quoi qu’il en soit cette turquisation du HDP n’a pas seulement des conséquences pour le parti au pouvoir et le président en exercice, mais aussi pour l’opposition traditionnelle, en particulier pour le CHP. Car en entreprenant de rassembler les oubliés de la République sous son étendard, le parti de Selahattin Demirtaş et Figen Yüksekdağ chasse Campagne 2015-6également sur les terres du parti kémaliste, dont la partie déçue de l’électorat est prête à donner ses suffrages à une nouvelle formation qui symboliserait le changement. Résultat : le CHP se retrouve pris entre le marteau et l’enclume ! Car ses dirigeants souhaitent sans doute une poussée du HDP, dans la mesure où elle peut empêcher l’AKP d’avoir une majorité absolue et donc rebattre totalement les cartes politiques, mais ils se méfient aussi d’un tel scénario qui pourrait ne pas être sans conséquences pour leur propre formation politique. « Nous ne sommes pas le Croissant rouge ! », a dit récemment Kemal Kılıçdaroğlu pour mettre en garde ceux de ses électeurs qui seraient tentés, pour faire une «bonne action», de voter pour la formation kurde. Reste à savoir quelles sont les capacités réelles de progression du parti kémaliste. Depuis 2002, ce dernier a réussi à cristalliser sur son nom l’opposition laïque de gauche et du centre. Mais, en dépit d’un changement important de ses cadres provoqué en 2010, par l’éviction de Deniz Baykal et l’avènement de Kemal Kılıçdaroğlu, il n’est pas parvenu à passer la barre des 30% qui lui donnerait une stature de parti de gouvernement. Il estCampagne 2015-7 vrai que, cette fois, sa campagne électorale a été différente, parce qu’elle s’est articulée d’abord autour de questions économiques et sociales. Les résultats économiques en baisse de la Turquie, la multiplication des conflits sociaux (notamment actuellement dans le secteur automobile), le taux très élevé des accidents du travail qui accompagne les grands travaux entrepris par le régime, et la situation nouvelle des agriculteurs confrontés à la concurrence internationale qui accélère l’exode rural, lui ont ouvert des champs de contestation qui peuvent lui permettre de gagner des voix nouvelles. Appuyé lui aussi sur un fond de commerce ancien, le MHP de Devlet Bahçeli, est également à la recherche de nouveaux électeurs qu’il espère trouver en suscitant un réflexe d’indignation contre un président qui n’a pas respecté la neutralité de sa charge ou contre un gouvernement qui dilapide l’argent du contribuable dans des projets somptuaires et «préfère aider les réfugiés de Myanmar plutôt que soutenir les agriculteurs turcs».

Pour l’opposition CHP-MHP, en outre, l’échec de la politique syrienne de l’AKP est aussi un argument de poids. Depuis les dernières élections de juin 2011, la Turquie a accueilli plus de 2 millions de réfugiés, venant d’Irak et surtout de Syrie. Ces réfugiés ne sont plus confinés dans les camps des zones frontalières, mais ils se sont disséminés dans toute la Turquie, y compris à l’Ouest, dans les grandes métropoles. Des problèmes de cohabitation se manifestent régulièrement. S’ajoute à cela l’inquiétude suscitée par les implications du gouvernement turc dans la crise syrienne, notamment l’affaire des camions du MIT, qui a vu le quotidien kémaliste Cumhuriyet publier des photos et des vidéos qui tendraient à prouver que les services turcs de renseignements ont fourni à la rébellion de l’armement, caché dans un convoi humanitaire (en janvier 2014). Tout le problème est en fait de savoir si les nuages qui se sont amoncelés sur les principaux dossiers, qu’ils soient économiques (baisse de la croissance, augmentation du chômage…), politico-institutionnels (présidentialisation du régime et centralisation du pouvoir) et diplomatiques (échec de la politique du zéro problème avec nos voisins, notamment en Syrie), se sont alourdis au point de faire basculer une partie de l’électorat de l’AKP vers l’opposition. Des sondages ont montré que les Turcs plaçaient l’évolution de la conjoncture économique au premier rang de leurs inquiétudes, qu’ils n’étaient pas majoritairement favorables à l’instauration d’un régime présidentiel et qu’ils étaient hostiles à une implication de leur pays dans le conflit syrien. Mais pour que l’opposition bénéficie pleinement de ces signes de défiance, il faudrait qu’elle puisse se poser en alternative crédible. Or elle est divisée et composée de 3 formations très différentes.

Une polarisation extrême de la campagne

Pour conclure, on ne peut manquer d’être frappé par la polarisation extrême qui a marqué cette campagne. Elle tient d’abord à l’importance de l’enjeu du franchissement de la barre des 10% par le HDP. Perçu au départ comme concernant surtout le parti kurde, il s’est avéré que l’enjeu en question pouvait affecter aussi la formation au Campagne 2015-8pouvoir et sa majorité de gouvernement. Dès lors, l’AKP s’est mis à tourner ses attaques principalement vers le HDP et sa stratégie d’ouverture. Le 31 mai, en déplacement dans le sud-est, Bilal Erdoğan, le fils du président, qui venait de participer à un concours de tir à l’arc en costume traditionnel ottoman, a réservé ses traits les plus durs au HDP, en déclarant :

«C’est le parti mauve (couleur international du féminisme), vert et rose. Ils ont des gens de toutes les couleurs, notamment un imam, un homosexuel et une yézidie… je trouve la combinaison étrange. Elle s’inspire d’un côté de l’Occident, de l’autre de l’Orient.»

Pour sa part, le leader du MHP, pour dénoncer la participation du président de la République, à la campagne électorale, n’a pas mâché ses mots, lui non plus, en déclarant, le 3 mai :

«Erdoğan a maintenant atteint le point de non-retour, à la fin de ce parcours, il deviendra un tyran élu, régnant sur un Etat de la peur, ou si le droit finit par prévaloir, il terminera devant la Cour suprême pour répondre d’une trahison.»

Du côté, de l’AKP également, les accusations de complot ou de trahison ont fusé pour vouer l’opposition aux gémonies. Ainsi, lors d’un meeting à Manisa, le 24 mai, le premier ministre, Ahmet Davutoğlu, a décrit l’opposition comme un « gang des 6 » (qui rassemblerait pêle-mêle les 3 partis de l’opposition parlementaire (CHP, MHP et HDP), le PKK, la « structure parallèle » et même le DHKP-C (cette organisation d’extrême-gauche clandestine, qui commet régulièrement des attentats en Turquie) ! Pour sa part, le président de la République, outre plusieurs polémiques lourdes avec la presse turque (notamment Hürriyet et Cumhuriyet), n’a pas hésité à croiser le fer avec le New York Times, lui reprochant notamment un article remontant au règne du sultan Abdülhamit et à la Révolution jeune turque !

La campagne est en train de s’achever par l’engagement de poursuites judiciaires à répétition contre des personnalités d’opposition : action pénale contre Can Dündar, le rédacteur en chef du quotidien Cumhuriyet, suite à la publication des photos et vidéosCampagne 2015-9 de la fouille des fameux camions du MIT ; plainte en diffamation déposée contre Kemal Kılıçdaroğlu par Recep Tayyip Erdoğan, parce que le leader du CHP a affirmé, dans l’un de ses discours, qu’il n’avait envie ni d’un palais, ni d’un siège de toilettes en or ; poursuites enfin introduites par un procureur d’Ankara contre ce qu’il estime être la branche civile des auteurs du coup d’Etat post-moderne de 1997, c’est-à-dire les journalistes et les hommes d’affaires ayant contribué à la chute du gouvernement Erbakan. Il faut espérer que ces tensions extrêmes n’affecteront pas la sérénité du vote de dimanche prochain. Alors que le gouvernement a promis qu’il n’y aurait pas de panne d’électricité au moment du dépouillement du scrutin comme lors des élections locales de 2014 (un incident qui avait été officiellement expliqué par l’intrusion fortuite d’un chat dans un transformateur), l’association des vétérinaires turcs a mis un peu d’humour dans cette fin de campagne, en demandant à nos félins de compagnie de bien vouloir impérativement rester chez eux, le 7 juin prochain !

Jean Marcou

Voir aussi l’interview de Jean Marcou par Marion Truffinet dans « Le Petit Journal d’Istanbul »


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. JRIO dit :

    Bonjour Mr Marcou, votre analyse comme à son habitude est posée et réfléchie, synthétise parfaitement les évènements et échanges des dernières semaines. Pour beaucoup de turcs que je côtoie, dimanche prochain est l’un des évènements majeurs de l’Histoire turque. Certains d’entre eux appréhendent le lundi 8 Juin et les conséquences dramatiques que pourraient connaitre les rues turques si des soupçons de fraude apparaissent lors de la sortie des résultats. A court terme je vous remercie pour cet article ainsi que pour les précédents. Salutations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *