Le HDP passe la barre des 10% et prive l’AKP d’une majorité de gouvernement

Resultat 7-1Les résultats des élections législatives du 7 juin 2015 ont donc confirmé que ce scrutin était différent de ceux que nous avions vécus, depuis le début des années 2000 (cf. notre édition du 4 juin 2015). Avec (à l’heure où nous écrivons) un score légèrement supérieur à 40%, et 258 sièges, l’AKP au pouvoir depuis 2002 ne disposera donc pas, dans le prochain parlement, de la majorité absolue (276 sièges), lui permettant de gouverner seul. Face à ce recul, l’opposition traditionnelle (CHP/MHP) enregistre une poussée globale inégalement répartie. Avec à peine plus de 25%, les kémalistes du CHP obtiennent un score légèrement inférieur à celui de 2011 et perdent quelques sièges, tandis que les nationalistes du MHP engrangent un gain sensible de plus de 3%, ce qui devrait leur donner une trentaine de députés supplémentaires, au sein de l’hémicycle. Mais le véritable événement de ces législatives est le score des Kurdes du HDP qui, avec près de 13%, ont largement franchi la barre fatidique des 10% et réussi leur pari. En triplant presque leur représentation parlementaire, ils ruinent ainsi les espoirs de l’AKP d’obtenir une quatrième majorité de gouvernement consécutive, voire de remporter la majorité renforcée lui permettant de réécrire la Constitution et d’instaurer un système présidentiel. Pour l’heure d’ailleurs, comme l’a dit Selahattin Demirtaş, le co-leader du HDP, le débat sur la présidentialisation du régime est clos. Recep Tayyip Erdoğan ne s’est pas encore exprimé sur les résultats, mais il est certainement le grand perdant de cette élection dans laquelle il s’était engagé corps et âme.

Quelques premiers commentaires sur les résultats

Les premiers résultats en pourcentage global indiquent donc : une nette poussée des Kurdes du HDP (79 sièges obtenus sur la base d’un score de plus de 13,1%, en 2015, contre 36 sièges obtenus par le biais de candidatures indépendantes, en 2011) et des nationalistes du MHP (81Resultat 7-222 sièges et 16,3% en 2015, contre 53 sièges et 13% en 2011) ; une stabilité du CHP qui perd néanmoins presqu’un point (25% contre 25,9%) et 3 sièges par rapport à 2011 (132 contre 135) ; et un recul net de l’AKP de 9% (40,8% contre 49,8%), ce qui ne lui donne qu’une majorité simple au parlement (258/500 en 2015 contre 327/550 en 2011).

Sur le plan géographique, l’AKP a abandonné 4 départements (Zonguldak, Çanakkale, Eskişehir et Mersin) au CHP, et en a laissé 1 (Osmaniye) au MHP, mais il a surtout perdu ses positions kurdes dans le sud-est et le nord-est, où 5 départements qui avaient voté majoritairement pour lui, en 2011, ont placé le HDP en tête (Ardahan, Kars, Ağrı, Bitlis et Siirt). En prenant à l’AKP Siirt, le département dont Recep Tayyip Erdoğan était député avant son élection à la présidentielle, et au CHP Tunceli/Dersim, le département dont est originaire Kemal Kılıçdaroğlu, le HDP a consacré symboliquement à l’égard des deux formations politiques turques les plus importantes, un succès qui s’explique aussi par ses gains inédits de sièges dans des circonscriptions où il n’est pas majoritaire (Ankara, Istanbul, Bursa, Izmir ou Antalya à l’ouest ; Erzurum, Şanlıurfa ou Adiyaman à l’est).

Les raisons de l’échec de l’AKP

Plusieurs raisons peuvent être avancées, d’ors et déjà, pour expliquer l’échec de l’AKP, au soir de ce 7 juin. Le premier constat est celui du recul de son influence, au sein de l’électorat kurde, tant à l’est que dans les métropoles de l’ouest où les populations kurdes (suivies par d’autres électeurs) ont voté en masse pour le HDP, qui disposait, cette fois, pour cette élection, de listes dans la plupart des départements de Turquie. Mais, il est probable que trois autres facteurs ont joué. En premier lieu, les résultats économiques moins favorables de la Turquie, au cours des dernières années, sont à prendre en compte. Au premier semestre 2011, au moment des précédentes législatives, ce pays avait été la première croissance mondiale, avec plus de 11%. En 2014, ce même taux de croissance s’est élevé à moins de 3%. Les scrutins précédents ont montré que l’économique était l’élément le plus important pour expliquer le vote des Turcs, et pendant la campagne, les sondages ont confirmé que l’évolution économique était leur principale inquiétude. En second lieu, un autre facteur a changé le décor qui était celui de la précédente législative : la crise syrienne et ses conséquences. En juin 2011, cette crise commençait à peine. Depuis, la Turquie a du accueillir sur son sol plus de 2 millions de réfugiés, et son ingérence hasardeuse dans le conflit a été révélée notamment par la fameuse affaire des camions du MIT qui auraient convoyé, à destination des rebelles syriens, des armes cachées dans un chargement humanitaire. Or, tous les sondages ont montré qu’au cours des dernières années, les Turcs, dans leur immense majorité, n’étaient pas favorables à ce que leur pays s’implique dans cette crise dangereuse. En troisième lieu, l’électorat turc a accueilli, avec inquiétude, les velléités du pouvoir en place d’établir un régime présidentiel. Toutes les enquêtes ont montré, de façon constante, qu’il n’y avait pas de majorité pour soutenir une présidentialisation du régime, associé dans l’esprit de beaucoup d’électeurs à un recul des libertés et à une centralisation de l’exercice du pouvoir.

Un échec personnel pour Recep Tayyip Erdoğan

Toutes les élections gagné par l’AKP depuis 2002 (même les référendums et les élections locales) ont été des victoires personnelles pour Recep Tayyip Erdoğan, tant celui-ci a marqué Resultat 7-3de son empreinte les principaux enjeux des votes successifs. Cela permet d’affirmer aujourd’hui que le revers qu’a enregistré le parti au pouvoir est avant tout celui de Recep Tayyip Erdoğan. Et cela non seulement parce qu’il s’est engagé dans la campagne, mais aussi parce qu’il a choisi de le faire, alors même que le statut de ses nouvelles fonctions présidentielles, aurait du l’en dissuader. Cette implication du président dans la campagne a sans doute été une erreur tactique majeure. Citoyens d’un pays qui est de tradition parlementaire, les Turcs ne sont pas habitués à ce que le chef de l’Etat s’implique directement dans le débat politique le plus trivial. Là encore, de nombreuses enquêtes ont montré qu’ils avaient apprécié au contraire la réserve, voire la neutralité du précédent président, Abdullah Gül, issu lui aussi des rangs de l’AKP. Quand il aurait du rassembler, Recep Tayyip Erdoğan s’est engagé dans les débats les plus « clivants », gelant la reprise du processus de règlement de la question kurde au grand dam de son gouvernement, croisant le fer avec la presse turque mais aussi avec la presse étrangère, ou dénonçant ses adversaires politiques comme autant de comploteurs ou de putschistes. A cela s’est ajoutée une posture de grandeur, qui a transformé cet engagement en un véritable emballement. Il est probable que le néo-ottomanisme omniprésent dans les discours et les postures des nouveaux président et premier ministre depuis un an, a lassé pour ne pas dire exaspéré une partie des Turcs. Il n’est pas sûr qu’une majorité d’entre eux ait apprécié de voir leur président accueillir des hôtes étrangers, au milieu de guerriers grimés, ou de voir son propre fils revêtir bonnet à poils et kaftan ottomans pour participer à un concours de tir à l’arc, pendant la campagne. Le pire est sans doute que cette nostalgie ottomane a connu aussi des prolongements beaucoup plus prosaïques : construction d’un nouveau palais présidentiel, acquisition d’un avion, soutien à l’achat d’un véhicule de luxe au président du Diyanet, Mehmet Görmez… Tout s’est passé comme si le pouvoir en place s’employait à conforter ceux qui appelaient les électeurs à mettre un coup d’arrêt à ce qui ressemblait de plus en plus à une fuite en avant.

Le succès du HDP et les scénarios à venir

Le succès du HDP s’explique aussi par cette capacité tactique du parti kurde à coller à l’évolution des préoccupations de l’électorat. Perçu d’abord comme un apprenti sorcier, jouant le tout pour leResultat 7-4 tout, et prenant le risque de perdre sa représentation parlementaire et de donner une majorité renforcée à l’AKP, le parti de Selahattin Demirtaş et de Figen Yüksekdağ a su faire de son franchissement de la barre des 10% l’enjeu principal de l’élection, en prouvant que le scénario était crédible et qu’il pouvait priver l’AKP de sa majorité de gouvernement. En réussissant son pari, le parti kurde, devenu parti de Turquie (cf. notre édition du 4 juin 2015), a renvoyé la balle dans le camp du président. Mais, s’étant dépensé sans compter dans la campagne, ce Resultat 7-5dernier aura beaucoup de mal à jouer le rôle d’arbitre d’une crise politique que lui confit les institutions. Fin mai dernier, les partis d’opposition ont de surcroît exclus de constituer un gouvernement de coalition avec l’AKP. Après le vote de désaveu du 7 juin, lequel d’entre eux ira prendre le risque d’offrir à l’ex-parti majoritaire, les sièges qu’il lui manque pour continuer à gouverner ? Dans la mesure où l’on a du mal à imaginer (en dépit des expériences antérieures d’alliances entre nationalistes et kémalistes et d’un assouplissement des relations entre MHP et HDP pendant la campagne) que les trois partis d’opposition puissent prendre l’initiative de former une coalition gouvernementale, l’AKP pense probablement déjà à la constitution d’un gouvernement minoritaire destiné à préparer de nouvelles élections dont l’enjeu ne sera plus dès lors d’arrêter la fuite en avant présidentialiste de Recep Tayyip Erdoğan, mais de donner un gouvernement à la Turquie. En attendant, Ahmet Davutoğlu a tenté de rappeler que son parti restait le premier parti de Turquie en prononçant, comme Recep Tayyip Erdoğan avait pris l’habitude de le faire pour célébrer ses victoires, un discours à partir du balcon du siège de l’AKP, à Ankara ; une initiative assez peu opportune en de telles circonstances !


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Anonyme dit :

    Merci pour cet article qui résume parfaitement la situation… Cependant, il faut aussi noter le rôle joué par le MHP et notamment le CHP qui a permit au HDP de franchir la barre des 10%. Car en effet, les responsables du HDP ont remercié à ceux qui leur ont «prêté leur voix», à l’issue de cette élection. Par ailleurs, vu que la Turquie garde de très mauvais souvenirs émanant de la coalition du 1999, le grand perdant de cette élection du 7 juin est sans doute toute la nation turque et non Erdoğan en personne.

  2. Pascale dit :

    Analyse très intéressante, comme d’habitude (par contre, attention aux fautes d’orthographe ;-) )

  3. Clem dit :

    Article très intéressant. Il y a cependant une erreur : En passant de 49,8% à 40,8%, l’AKP ne recule pas de 9% mais de 9 points et perd quasiment 20% des votes acquis en 2011…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *