1er Mai sous tension à Istanbul


Fermeture d’un tronçon de la ligne de métro qui dessert la Place Taksim, limitation des traversées maritimes de part et d’autre du Bosphore, réorganisation de la circulation sur certaines grandes artères, autant de faits inhabituels qui auront perturbé la journée du 1er mai à Istanbul. Non seulement la fête du Travail n’est pas un jour férié en Turquie mais elle est marquée d’une pierre noire depuis le drame qui ensanglanta la Place Taksim, le 1er mai 1977. Ce jour-là, lors du traditionnel défilé, une fusillade provoqua un mouvement de panique qui devait causer la mort de 34 personnes. L’origine des tirs ne fut jamais élucidée mais l’on soupçonna fortement l’extrême droite, certains allant même jusqu’à mettre en cause le fameux «État profond ».
Depuis le coup d’État de 1980, le 1er mai n’est plus un jour chômé. Les manifestations sont interdites et un nombre considérable de policiers est mobilisé pour faire face à toute éventualité. Le premier mai 2007 n’a pas échappé à cette règle mais, trente ans après le drame de Taksim, il avait une importance particulière pour beaucoup.
À Besiktas, à Sisli, à Taksim et sur Istiklâl Caddesi, des groupes denses de manifestants ont été dispersés par les forces de l’ordre, usant de canons à eau et de gaz lacrymogènes. À Taksim, si finalement après de longues négociations, la préfecture de police a autorisé un groupe de syndicalistes du DISK à déposer une gerbe devant le monument de l’indépendance, elle a néanmoins ordonné la dispersion de manifestants venus commémorer le drame de 1977 avec des drapeaux noirs sur le lieu même de sa survenance. D’autres échauffourées se sont ensuite produites en plusieurs endroits.
Au total, ce 1er mai aura été marqué par près de 600 arrestations et un blessé grave. Ce déroulement tendu n’est pas de très bon augure au moment où la Turquie traverse un moment difficile en raison des problèmes rencontrés par l’élection présidentielle. Le gouvernement dont le leader Recep Tayyip Erdogan, a fait hier un grand discours pour défendre la démocratie face aux ingérences militaires dont elle est l’objet actuellement, avait là une bonne occasion de faire la preuve de ses velléités d’ouverture. Il n’a pas voulu, semble-t-il, prendre de risque en mobilisant un dispositif policier impressionnant et en en faisant usage sans ménagement.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Jacky dit :

    « Par ailleurs, on vient d’apprendre qu’un homme de 75 ans dénommé Ibrahim Sevindik est mort des effets du gaz au poivre utilisé en quantité industrielle sur les manifestants du 1er mai à Istanbul. Malgré la proximité de l’hôpital de Taksim (5 minutes de l’endroit de l’agression policière), à cause des barrages de la police, le vieil homme n’y est parvenu qu’en 30 minutes. Il est mort d’une crise cardiaque entraînée par une insuffisance respiratoire. Pour rappel, lors de la manifestation du 1er mai, la police stanbouliote a épuisé tous ses stocks de bombes lacrymogènes. »

  1. 23 mai 2013

    […] étaient dispersés sans ménagement par des forces de l’ordre dix fois plus nombreuses (cf. notre édition du 1er mai 2007). Toutefois, ce scénario sécuritaire paranoïaque de Taksim était devenu totalement anachronique […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *