Une commission du Congrès américain adopte une résolution reconnaissant le génocide arménien


La commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants du Congrès des Etats-Unis a finalement adopté le projet de résolution H252, qualifiant de génocide les massacres d’Arméniens, commis en 1915, dans l’Empire ottoman. Cette décision a été prise en dépit des réticences manifestées par l’administration américaine, en particulier par la Secrétaire d’Etat, Hillary Clinton (photo), qui avait fait valoir, le 2 mars 2010, qu’une telle résolution pourrait remettre en cause la normalisation en cours des relations turco-arméniennes.

Ce dossier est certes délicat pour l’administration américaine actuelle. En tant que candidat, Barack Obama avait annoncé qu’il demanderait au Congrès de reconnaître le génocide arménien. Toutefois, arrivé au pouvoir, il a suivi une ligne voisine de celle de ses prédécesseurs, en évitant de mentionner le «G-word», pour ne pas risquer de mécontenter son allié turc dont l’aide sur plusieurs fronts (Iran, Iraq, Afghanistan) est considérée comme indispensable. Dès le mois d’avril 2009, lors de son voyage en Turquie, on avait observé que le président américain avait volontairement renoncé à prononcer le mot «génocide». En octobre dernier, la signature des protocoles, visant à établir des relations diplomatiques entre l’Arménie et la Turquie, et à ouvrir la frontière entre les deux pays, a constitué un nouvel argument incitant l’administration américaine à ménager la Turquie qui, pour sa part, tout en admettant une partie des massacres intervenus en 1915, s’est toujours farouchement refusée à les qualifier de génocide, en ne consentant à y voir qu’une conséquence malheureuse de la guerre.

Ce n’est pas la première fois que le Congrès américain est saisi de la question de la reconnaissance du génocide arménien. À l’automne 2007, la commission de la défense de la Chambre des représentants avait proposé une résolution similaire à celle qui a été adoptée, le 4 mars, par la commission des affaires étrangères (cf. notre édition du 16 octobre 2007). A l’époque, craignant que la Turquie interdise aux Etats-Unis l’usage de la base d’Incirlik, indispensable pour le ravitaillement des troupes américaines en Iraq, si la proposition de la commission était acceptée, George W. Bush avait lancé une campagne de lobbying intensif auprès des représentants pour qu’ils renoncent à ce projet. Vu les positions qu’il a adoptées pendant la campagne électorale, Barack Obama peut difficilement agir comme l’avait fait son prédécesseur. En outre, les actuels vice-Président (Joe Biden) et Secrétaire d’Etat (Hillary Clinton) sont connus pour avoir apporté leur appui, dans le passé, à des initiatives visant à reconnaître le génocide arménien. Le tir de barrage qui, en 2007, avait vu George W. Bush en personne aller jusqu’à relancer chez eux, par téléphone, les représentants pour leur demander de ne pas voter la résolution, était donc difficilement concevable aujourd’hui. Barack Obama, lui-même, ne s’est d’ailleurs pas clairement prononcé sur la résolution de la commission des affaires étrangères. C’est surtout la Secrétaire d’Etat qui est montée au créneau lorsqu’elle a été auditionnée par les représentants en début de semaine. Mais, en dépit de cette charge ultime dont la presse turque avait abondamment fait état, la modération de l’administration américaine n’a échappé à personne ; en tout cas pas à l’ambassadeur de Turquie à Washington et au ministre turc des affaires étrangères, Ahmet Davutoğlu, qui l’ont interprétée comme une forme de pression faite pour accélérer la ratification des fameux protocoles. On observera, de surcroît, que cette stratégie permet aux Américains de courtiser l’Arménie, traditionnelle alliée de Moscou, et donc de s’employer à reconstruire, dans le Caucase, des positions chancelantes depuis l’intervention russe en Géorgie, il y a deux ans. Cette tiédeur américaine à plaider la cause turque au Congrès peut aussi permettre d’inciter Ankara à montrer plus de modération dans son approche des dossiers régionaux. On sait que Washington s’inquiète de la détérioration des relations turco-israéliennes, et des bonnes dispositions que la Turquie manifeste trop souvent, tant à l’égard de l’Iran, que de la Russie.

Cette attitude américaine ambiguë n’a pas découragé pour autant le gouvernement turc de faire lui-même du lobbying auprès des membres de la commission des affaires étrangères qui a voté la résolution. Deux groupes de députés de la Grande Assemblée Nationale de Turquie ont été envoyés à Washington pour travailler le terrain, et tous les alliés potentiels ont été mobilisés. Ainsi, plusieurs lobbies d’armement ont été approchés et conviés à ne pas compromettre les relations avec un pays qui constitue l’un de leurs débouchés les plus importants au Moyen-Orient. En revanche, contrairement à 2007, le soutien des lobbies juifs qui, comme l’Etat d’Israël, ont toujours été opposés à la reconnaissance du génocide arménien, et qui constituaient jusqu’à présent l’un des meilleurs alliés de la cause turque au Congrès, aurait cette fois fait défaut. Ce serait la conséquence de l’attitude qu’Ankara a adoptée à l’égard de Tel-Aviv, au cours des derniers mois. En dépit de cette possible défection, l’adoption de la résolution devant la commission des affaires étrangères a été beaucoup plus difficile (23 voix pour contre 22 contre) que celle de la résolution de même nature qui avait été votée en 2007 par la commission de la défense de la même assemblée (27 voix pour contre 21 contre). C’est ce que faisait observer, le lendemain, une partie de la presse turque. Pour certains observateurs, cependant, ce résultat pourrait permettre à l’administration américaine de ne pas décevoir son électorat arménien tout en ne condamnant pas définitivement son allié turc. Car la résolution aura du mal à être adoptée en séance plénière par la Chambre des représentants, et si elle ne l’est pas avant le mois de novembre prochain, la procédure engagée deviendra caduque.

Après avoir rappelé son ambassadeur pour consultations, la Turquie, par la voix de son président, de son premier ministre et de son ministre des affaires étrangères a condamné le vote de la commission des affaires étrangères. Reste à savoir quelle sera la stratégie suivie désormais par le gouvernement turc. Celle-ci risque de subir fortement les influences de la conjoncture politique difficile découlant de l’arrestation récente de plusieurs dizaines de militaires de haut rang dans le cadre des affaires de complot en cours. Alors même que l’on évoque des élections anticipées, certains pensent que cette situation complexe pourrait inciter le gouvernement à jouer une carte nationaliste en gelant la ratification des protocoles avec l’Arménie, et en tentant de prendre des mesures de représailles à l’égard des Américains. Pourtant, le 5 mars 2010, un jour après l’adoption de la résolution, Ahmet Davutoğlu a déclaré que son pays restait déterminé «à poursuivre la normalisation des relations avec l’Arménie.» Il est vrai qu’une ratification des protocoles éloignerait l’épée de Damoclès que constitue pour la Turquie, ce nouveau projet de résolution, tout en mettant la balle dans le camp d’Erevan. On sait qu’en octobre dernier, la signature des protocoles avait été vivement critiquée par la diaspora arménienne, qui avait accusé ce processus de normalisation d’avoir bradé la reconnaissance du génocide. En effet, Erevan a accepté, en l’occurrence, de renoncer au préalable à toute normalisation diplomatique, que constituait antérieurement la reconnaissance du génocide par la Turquie, en acceptant que les différends historiques entre les deux pays soient tranchés par une commission d’experts ; une proposition turque longtemps refusée par l’Arménie.

Il est peu probable que la Turquie abandonne le processus engagé avec Erevan depuis le mois d’octobre dernier, parce qu’il fait partie des initiatives spectaculaires illustrant le «new deal» que le gouvernement s’emploie à promouvoir. Un abandon de la ratification des protocoles serait perçu comme un échec de l’AKP que l’opposition ne manquerait pas d’exploiter en période pré-électorale. En revanche, une ratification trop facile des protocoles donnerait l’impression que le gouvernement cède aux pressions américaines, ce qui contribuerait aussi à le fragiliser. Il est donc probable que Recep Tayyip Erdoğan va faire traîner encore cette ratification pour montrer la marge de manœuvre dont il dispose à l’égard de l’administration américaine, tout en pariant sur l’aptitude de celle-ci à écarter l’adoption de la résolution sur le génocide par la Chambre des représentants.
Johannes Bauer et Jean Marcou


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *