Quand le débat politique turc transcende les frontières : l’affaire Çağaptay


Un récent article de l’expert américain d’origine turque, Soner Çağaptay (photo), dans le Foreign Policy Journal, “What’s Behind Turkey’s Coup Arrests ?” provoque depuis quelques jours l’émoi de la presse pro-gouvernementale en Turquie et en particulier celui des journaux du groupe Zaman, réputés proches de la confrérie de Fetullah Gülen. Responsable d’un programme turc au sein du “Washington Institute for Near East Policy” (WINEP), un think tank américain considéré comme pro-israélien, Soner Çağaptay, dénonce, en effet, sans ménagement, dans cet article, la vague spectaculaire d’arrestations qui a frappé des militaires de haut rang, au cours de la semaine du 22 février 2010, et y voit le dernier avatar de l’action résolue entreprise par les réseaux Fetullah Gülen pour étrangler la République laïque.

Loin d’être une analyse de fond du processus de démilitarisation lancé par l’affaire Ergenekon, l’article en question, qui est relativement court (5000 caractères environ), se veut surtout une opinion de synthèse sur les récents événements qui remettent en cause la place que tenait traditionnellement l’armée dans le système politique turc. C’est d’ailleurs sur ce thème que l’auteur entame son propos, en rappelant que “pendant des décennies, l’armée turque était intouchable” et en affirmant “qu’aujourd’hui ce n’est plus le cas.” Suit un rappel de l’affaire Balyoz, qualifiée de “scénario ridicule”, avec à l’appui l’avis d’un ancien ambassadeur des Etats-Unis, selon lequel : “Si l’armée avait préparé un putsch, elle n’aurait pas écrit à son propos un rapport de 5000 pages.” Soner Çağaptay s’attarde aussi sur le rôle d’une certaine presse : le célèbre quotidien Taraf, “dont la ligne éditoriale est singulièrement de dénigrer de l’armée” ou le journal islamiste Vakit qui aurait illégalement publié, la veille des arrestations du 22 février, le contenu de conversations téléphoniques enregistrées du chef d’état-major. Pour l’analyste du WYNEP, “la force qui est derrière ce changement dramatique est le mouvement de Fetullah Gülen”, décrit comme “une faction ultra conservatrice qui soutient le gouvernement de l’AKP”. Loin de se démocratiser, la Turquie serait donc en train de remplacer “une organisation intouchable par une autre plus dangereuse encore”. L’auteur accuse les Fetullahçı d’avoir noyauté la police, les services secrets et d’être de plus en plus influents dans la justice. Selon lui, Ergenekon serait le résultat de ce travail de sape. Considérant que la célèbre affaire n’aurait “rien produit au cours des trois dernières années”, il estime en revanche que le trait commun de la plupart des personnes qui en ont été victimes, est d’être hostiles au gouvernement. Soner Çağaptay accuse, en outre, les deux maîtres d’oeuvre d’Ergenekon, le procureur Zekerya Öz et le chef des services de renseignements de la police, Ramazan Akyürek, d’être en fait des sympathisants du mouvement de Fetullah Gülen. L’article s’achève par un rappel du sort fait à Türkan Saylan parce que l’organisation éducative qu’elle dirigeait faisait de l’ombre à l’action des réseaux Fetullahçı, et par une dénonciation des abus commis dans l’utilisation des d’écoutes téléphoniques au cours des enquêtes successives.

Plusieurs éditorialistes des journaux du groupe Zaman, en particulier du quotidien anglophone “Today’s Zaman”, ont vivement réagi à cet article, qui selon eux n’est qu’une suite d’affirmations mensongères et sans fondement. Dans Today’s Zaman du 28 février 2010, Ihsan Yılmaz notamment prend d’emblée la défense du mouvement de Fethullah Gülen, en estimant que ce dernier ne peut être qualifié d’islamiste, car “il s’est toujours tenu loin de la politique” et en s’étonnant de trouver sous la plume d’un universitaire des affirmations qui ressemblent à celles “d’un journalistes hooligan d’extrême droite islamophobe écrivant dans un tabloid” (fin de citation !). À l’opinion d’un ancien ambassadeur sur Balyoz, le même chroniqueur oppose les résultats officiels de l’enquête, les arrestations auxquelles elle a conduit ainsi qu’une suite d’éléments judiciaires qui attesteraient définitivement de la réalité d’existence du réseau Ergenekon. Il s’étonne aussi des suspicions manifestées à l’encontre du procureur Zekerya Öz et du chef de la police, Ramazan Akyürek, en se demandant quelle serait la réaction de Soner Çağaptay si on le qualifiait d’agent du Mossad. Un autre chroniqueur, Idris Bal, dans l’édition du 9 mars 2010 de Todays Zaman, reproche à Çağaptay d’oublier que les documents décrivant le plan Balyoz ont été authentifiés et l’accuse d’être en fait un défenseur de l’establishment politico-militaire. Reprenant la première phrase de son article qui rappelle la toute puissance antérieure de l’armée, Idris Bal estime que l’on se serait en droit d’attendre qu’un historien comme Soner Çağaptay se réjouisse ensuite de la remise en cause de cet état de fait alors qu’en réalité l’auteur, loin de “plaider par la suite pour l’Etat de droit”, s’attacherait à “défendre le droit de l’Etat”. Le même chroniqueur estime que Soner Çağaptay utilise “des artifices de pays du tiers monde” lorsqu’il tente de réduire les indices officiels, attestés par la justice, à des accusations simlement formulées par des journaux “suspects” (Taraf ou Vakit). Il s’emploie, enfin et surtout, à défendre la validité des preuves apportées par les écoutes téléphoniques ou par les témoignages de civils et de militaires anonymes, dans les récentes affaires de complots militaires.

On peut s’étonner des réactions provoquées par le court article de Soner Çağaptay, dont l’argumentation au demeurant n’a rien de très originale. Leur virulence renvoie en fait au combat que se livrent les différents pôles de la vie politique turque (establishment ou gouvernement) en dehors même de la scène nationale et sur d’autres continents. La scène américaine, en particulier, est devenue un enjeu de premier ordre pour les différents acteurs politiques turcs. Chasse gardée de l’armée pendant longtemps, elle a été investie avec obstination, depuis une dizaine d’années, par des milieux proches de l’AKP. Selon ces derniers, en effet, pour saper les positions majeures de l’establishment politico-militaire dans le système, la meilleure stratégie serait de courtiser sans ménagement ceux qui ont été longtemps ses meilleurs alliés. Dès lors, on comprend que la bonne image du gouvernement turc aux Etats-Unis puisse être d’une extrême importance pour l’AKP et ses partisans, surtout lorsqu’elle est remise en cause dans le Foreign Policy Journal, au moment même où la Turquie traverse des événements délicats et particulièrement difficiles à comprendre. Tant les Etats-Unis que l’Union Européenne ont réagi, en effet, avec prudence aux arrestations de la semaine du 22 février, en rappelant certes leur attachement à l’Etat de droit et à la démilitarisation de la démocratie turque, mais en insistant aussi sur le respect des droits de la défense et de la transparence des procédures. Or, le problème est bien que, de l’extérieur, l’affaire Ergenekon et ses multiples prolongements sont de plus en plus difficiles à comprendre : démentèle-t-on un système dans son ensemble ou juge-t-on des individus pour des faits précis ? Comment expliquer que des coups d’Etat, même reposant sur des documents authentifiés, soient régulièrement mis à jour par le même journal ? Pourquoi les écoutes téléphoniques ont-elles été un moyen de preuve privilégié dans la plupart des affaires ?
Alors même que la complexité des affaires s’accroît au point de faire s’interroger les chancelleries occidentales, il n’est pas étonnant que les milieux proches de l’establishment contre-attaquent, en essayant d’élargir la faille du processus engagé par Ergenekon ; et cela d’autant plus que l’enjeu n’est pas ici qu’un enjeu de politique intérieure. Soner Çağaptay s’est aussi fait connaître en écrivant un article dans le Washington Post, en février 2009, au lendemain du coup de colère de Recep Tayyip Erdogan à Davos, dans lequel il affirmait que la Turquie se tournait désormais vers l’Est et que, sous l’égide du gouvernement de l’AKP, elle était en train de remettre en cause ses liens privilégiés avec l’Occident. Affaire à suivre donc…
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *