Sauver Hasankeyf…


Une conférence intitulée «Hasankeyf sans le barrage d’Ilısu», organisée par Doğa Derneği (Association pour la Nature) et réunissant des organisations non gouvernementales, des experts internationaux, et surtout des habitants de la région s’est tenue, au cours du week-end dernier, à Hasankeyf, dans la province de Batman.

Inconnue pendant longtemps, cette petite cité, dont la population est principalement kurde et arabe, est établie, le long du Tigre, dans le sud-est de la Turquie. La valeur de ce site tient certes à ses monuments (principalement une forteresse et une mosquée construites par les Ayyoubides, aux 13e et 14e siècles) mais elle provient surtout du charme qui se dégage de la topographie des lieux où le fameux minaret de l’Ulu Camii semble garder un vieux pont dominé par une citadelle occupée jusqu’au 19e siècle par des chefs kurdes locaux. En outre, les experts pensent que la zone pourrait recéler encore de très nombreuses richesses historiques et archéologiques. Pourtant, cet endroit magique doit être prochainement englouti par le barrage d’Ilısu. Cet ouvrage hydroélectrique fait partie du GAP (Güneydoğu Anadolu Projesi – Projet d’Anatolie du sud-est), qui est actuellement le plus important des projets d’aménagement du territoire de la Turquie, puisqu’il concerne huit provinces, et qu’il doit à terme irriguer 1,7 millions d’hectares de terre arides à partir de 22 barrages alimentés par les eaux du Tigre et de l’Euphrate.

De nombreux ouvrages ont été mis en eau depuis le lancement du GAP, au début des années 80, contribuant ainsi au développement économique de la région. Mais l’entreprise suscite de plus en plus de critiques et de protestations, pour des raisons tant écologiques et environnementales que politiques et culturelles. En 2000, la mise en service du barrage de Birecik, situé dans la province de Şanlıurfa, sur l’Euprate, a englouti le site de Zeugma dont les mosaïques exceptionnelles ont pu toutefois être en grande partie sauvées, et sont aujourd’hui exposées au musée de Gaziantep. Les organisations kurdes s’inquiètent des risques que fait peser ce genre de projet sur leur patrimoine historique, et donc sur l’identité de la région. Il est vrai que le GAP a procédé d’arrière-pensées économico-politiques de l’administration turque qui pensait pouvoir résoudre la question kurde avant tout par un développement économique du sud-est. La perspective de l’irrigation et des avantages immédiats qu’elle peut procurer ne sont pourtant pas parvenus à faire oublier l’impératif qu’il y a à préserver un héritage particulièrement riche et original.

Bien que les autorités turques se proposent de reconstituer en partie Hasankeyf, en déplaçant ou en reconstituant partiellement une partie de ses monuments, il est probable le nouveau site ne pourra pas retrouver ce qui fait le charme et l’intérêt de l’actuel. La mise en eau du barrage aboutirait en outre au déplacement de près de 60000 personnes et à un bouleversement démographique de la zone. Les objections multiples, qui se sont manifestées au cours des dernières années contre la construction du barrage d’Ilisu et qui ont été reprises par des organisations humanitaires comme Amnesty International, ont fait croire un moment à la possibilité de l’abandon du projet. En 2002, après un rapport de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, les Britanniques, d’abord pressentis pour la construction du barrage, s’étaient retirés du projet. En juillet 2009, après une étude d’impact faisant ressortir tant les dommages environnementaux que les conséquences sociales et humanitaires néfastes qu’aurait la poursuite du projet, les gouvernements allemand, suisse et autrichien, qui devaient garantir financièrement la conduite des opérations, ont finalement décidé de jeter l’éponge.

Cet ultime rebondissement a redonné espoir aux organisations de défense du site et aux élus locaux, qui demandent désormais le classement de ce dernier au patrimoine de l’UNESCO, mais le gouvernement a rapidement fait savoir qu’il ne remettrait pas en cause le projet. Effectivement, le 12 février dernier, le premier ministre Recep Tayyip Erdoğan a annoncé que, suite au désengagement des bailleurs de fond étrangers, son gouvernement avait trouvé des financeurs turcs, en l’occurrence la Garanti Bankası et l’Akbank. Mais, jour après jour, Hasankeyf devient un symbole de la préservation de l’environnement et du patrimoine du pays, comme d’ailleurs un site touristique de plus en plus visité. Une récente publicité de Turkcell, l’un des plus importants opérateurs téléphoniques de Turquie, a même exhibé récemment le minaret de l’Ulu Camii et les ruines du pont d’Hasankeyf, pour démontrer l’ampleur de la couverture du territoire turc par son réseau. Mais tout cela ne suffit pas à assurer le développement économique d’une région pauvre ; une préoccupation qui reste le problème majeur et dont dépend indirectement l’avenir du site. C’est la raison pour laquelle les participants de la conférence «Hasankeyf sans le barrage d’Ilısu» ont essayé également de réfléchir à des solutions économiques et hydroélectriques alternatives. L’avocat Murat Cano, qui se bat depuis près de 15 ans contre ce projet, a résumé l’esprit qui anime désormais les défenseurs d’Hasankeyf, en déclarant : « Nous ne sommes pas contre les investissements dans le domaine énergétique, mais à une condition : ne détruisez pas notre géographie ! »
JM


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 10 janvier 2012

    […] Hasankeyf est un trésor archéologique, bientôt noyé sous les eaux du Tigre. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *