AKP : les raisons d’un succès électoral

AKP_bureau

La scène politique turque s’avère être caractérisée depuis 2002 par une domination constante du Parti de la Justice et du Développement dans les urnes. Les résultats des différentes élections législatives auxquelles a concouru cette formation témoignent de son hégémonie : 34,3 % en 2002 (soit 363 sièges), 46,6 % en 2007 (341 sièges) et 49,8 % en 2011 (327 sièges – voir notre édition du 14 juin 2011). Certes, l’on assista à la perte de sa majorité absolue lors des dernières élections législatives, mais l’AKP reste le premier parti de Turquie avec 40,8 % de suffrages exprimés en sa faveur (258 sièges voir notre édition du 22 juin 2015). En outre, alors qu’il faisait face à un contexte politique extrêmement tendu, le mouvement de Recep Tayyip  Erdoğan enregistra de véritables performances pendant les élections locales de mars 2014 : 45,7 % des voix se portèrent sur la formation islamo-conservatrice durant ce scrutin (voir notre édition du 31 mars 2014). Cette domination de l’AKP fut également visible lors des élections locales de 2009 (38,8 % – voir notre édition du 30 mars 2009) et de 2004 (41,7 %). Les résultats électoraux précédemment cités (en plus de contredire, par rapport aux scrutins locaux de 2004, 2009 et 2014, la littérature sur les « élections intermédiaires/de second ordre »1 ), révèlent l’absence d’une « usure du pouvoir » pour le mouvement de R. T. Erdoğan. La question suivante mérite donc d’être posée : comment expliquer le maintien au pouvoir du Parti de la Justice et du Développement, ainsi que son soutien constant dans les urnes ?

Bilan économique et orientation idéologique de l’AKP

Selon Pierre Martin, le débat politique serait structuré autour de deux types d’enjeux : les « enjeux consensuels » (dans ce cas, les acteurs partisans sont jugés d’après leurs « performances ») et les « enjeux conflictuels » (ici, les partis sont appréhendés à partir de leurs « positions »)2. Or, l’AKP semble répondre aux attentes des Turcs par rapport aux deux types d’enjeux.

Concernant l’« enjeu consensuel » de la bonne gestion de l’économie, nous pouvons constater que l’AKP a bénéficié (pendant de nombreuses années) de la perception par les électeurs d’une amélioration de leurs conditions de vie. Selon les données collectées par le Pew Research Center, seulement 14 % des Turcs estimaient (en 2002) que la situation économique de leur pays était « bonne » (tandis que 85 % la jugeaient « mauvaise ») ; contre 50 % d’opinions positives et 46 % d’opinions négatives en 20143. De même, le taux de satisfaction des Turcs par rapport à leurs conditions de vie est passé de 44 à 57 % entre 2008 et 20144. Les scores obtenus par l’AKP entre 2002 et 2014 confirment donc la pertinence des analyses sur l’economic voting. L’une des idées-phares de cette théorie est que, lorsque les électeurs assistent à une augmentation de leurs revenus, ils sont alors particulièrement enclins à reconduire au pouvoir le parti sortant5. Or, le revenu national brut par habitant a nettement augmenté entre 2002 (3480 dollars) et 2014 (10 850 dollars)6. En outre, ces travaux soutiennent que, lorsque le cadre institutionnel précise qui est en charge de la politique menée, le phénomène de l’economic voting sera d’autant plus fort7 (que ce soit pour sanctionner ou récompenser le parti au pouvoir8 ). Ainsi, le Parti de la Justice et du Développement bénéficie électoralement des fruits de la croissance, car il exerce seul le pouvoir depuis 2002 (contrairement aux gouvernements de coalition des années 1990). Il serait toutefois hâtif de considérer que l’AKP ne se maintient au pouvoir que pour des raisons économiques.

Le mouvement de R. T. Erdoğan doit aussi son assise électorale à ses prises de position conservatrices sur les thématiques sociétales9, rencontrant ainsi un écho favorable auprès d’une société turque encore majoritairement traditionnaliste sur ces problématiques. Plus généralement, le profil religieux affiché par l’AKP contribue aussi à la fidélisation d’un électorat majoritairement attaché aux valeurs musulmanes. Le Pew Research Center souligne d’ailleurs l’existence d’une corrélation entre pratique religieuse et jugement positif à l’égard du bilan de l’AKP. Lorsque l’on demande aux Turcs, « Globalement, êtes-vous satisfait ou insatisfait du chemin que prend [votre] pays aujourd’hui ? », ce taux de satisfaction s’élève à 54 % chez les personnes priant cinq fois par jour ou plus, à 49 % chez celles priant moins de cinq fois par jour et à 26 % seulement chez les personnes priant rarement. À l’inverse, le taux d’insatisfaction est de 72 % chez les interrogés priant rarement, tandis qu’il est de 50 % chez les personnes priant moins de cinq fois par jour et qu’il s’effondre à 30 % chez les personnes priant cinq fois par jour ou plus10.

Cette domination de l’AKP se manifeste d’ailleurs à travers une transformation latente de l’idéologie de son opposition. Ainsi, le CHP a  nettement infléchi son discours depuis 2002. Le Parti Républicain du Peuple affiche désormais un laïcisme moins intransigeant (notamment sur la question du voile islamique) et ne rechigne plus à accueillir dans ses rangs des personnes au profil religieux, comme Mehmet Bekaroğlu (qui a commencé sa carrière politique en militant au Refah, au Fazilet, puis au Saadet) ou İhsan Özkes (cet ex-mufti fut le candidat du CHP à la mairie d’Üsküdar en 2014, et faisait campagne en distribuant des brochures intitulées « Atatürk, le CHP et la Religion »11 ). D’ailleurs, Mustafa Sarıgül (candidat du CHP, en mars 2014, pour la municipalité métropolitaine d’Istanbul), lors d’une interview accordée à Zaman France, affirma travailler « à gagner les cœurs des électeurs de l’AKP »12. Rappelons également que le Parti Républicain du Peuple s’allia avec le Parti d’Action Nationaliste pour présenter une candidature commune de l’opposition contre Recep Tayyip Erdoğan, en prévision de l’élecion présidentielle du 10 août 201413. Cette stratégie témoigne d’une volonté, de la part des deux principaux partis d’opposition, de convaincre un électorat de centre-droit potentiellement déçu par l’AKP. D’ailleurs, lors de l’élection présidentielle, le CHP et le MHP avaient choisi un candidat commun au profil plutôt religieux : Ekmeleddin İhsanoğlu, l’ancien secrétaire général de l’Organisation de la Coopération Islamique (voir notre édition du 5 juillet 2014)14.

La base électorale de l’AKP

Tout comme jadis le Parti Démocrate d’Adnan Menderes ou le Parti de la Mère-Patrie de Turgut Özal, le Parti de la Justice et du Développement incarne aujourd’hui une synthèse des droites turques15. En effet, les cadres de l’AKP ne proviennent pas seulement des partis islamistes (comme le Parti de la Prospérité et le Parti de la Vertu), mais également du Parti de la Juste Voie et de l’ANAP. De surcroît, le Parti de la Justice et du Développement réalise de bons scores aussi bien dans les anciens fiefs du Refah/Fazilet (comme Adıyaman, Bingöl, Konya, Yozgat et Sivas) que dans ceux de l’ANAP16 (tels qu’Ordu, Rize, Trabzon, Giresun et Bolu) et du DYP (Isparta, Balıkesir, Bilecik et Samsun). Cette synthèse s’avère être toutefois incomplète, car la majorité de l’électorat nationaliste reste (jusqu’à maintenant) indépendant à l’égard de la formation de R. T. Erdoğan. Toutefois, le durcissement du discours de l’AKP à l’égard de la question kurde (par exemple, durant le siège de Kobanê) a peut-être pour but de séduire l’électorat du MHP.

Le Parti de la Justice et du Développement se caractérise également par une double nature, à la fois populiste et élitiste. Ainsi, durant la campagne pour l’élection présidentielle, R. T. Erdoğan déclara :

« Il peut y avoir deux sortes de président dans ce pays. Celui qui s’aligne avec l’État et celui qui s’aligne avec le peuple. Je serai un président, non pas impartial mais un président du peuple, et me placerai de son côté.17 »

Cependant, la rhétorique anti-élitiste déployée par cette formation très critique à l’égard des « Turcs blancs »18 et de l’ancien establishment kémaliste n’est pas sans rappeler le discours mobilisé par les néo-conservateurs américains depuis les années 198019, vouant fréquemment aux gémonies les milieux intellectuels proches des démocrates (et leur mépris présumé de l’« Amérique profonde »). On pourrait donc parler ici d’une occidentalisation paradoxale de la scène politique turque depuis l’arrivée de l’AKP au pouvoir : alors que (sous Atatürk) cette occidentalisation puisait dans le référentiel jacobin et révolutionnaire français, ce phénomène s’inspire actuellement du discours porté par la droite américaine post-reaganienne (conservatisme religieux, moralisme et libéralisme économique). Ce discours « anti-élites » explique peut-être la popularité de l’AKP dans les provinces ayant un faible IDH (comme Erzurum, Bingöl et Yozgat). Cependant, l’AKP réalise également de bons scores dans certaines provinces ayant un IDH élevé (telles qu’Ankara, Bursa, Bolu ou encore Kocaeli)20. En effet, ce mouvement s’avère être également un parti élitiste, qui s’appuie sur ce que Dilek Yankaya a nommé la « nouvelle bourgeoisie islamique » (voir la recension d’Élise Massicard sur Dipnot)21. Les liens patents entre l’AKP et le Müsiad illustrent l’appui du parti de R. T. Erdoğan sur cette nouvelle classe moyenne supérieure : la politologue constate ainsi une importante porosité entre les membres de ces deux organisations22. Ce double-visage (populiste et élitiste) de l’AKP contribue d’ailleurs à expliquer son ambivalence sur le plan économique, l’oscillation de sa rhétorique entre un libéralisme acceptant la globalisation et un paternalisme d’inspiration islamique23.

Certains aspects démographiques contribuent également à expliquer le maintien au pouvoir de l’AKP. En effet, la Turquie est caractérisée (en son sein) par deux structures familiales différentes : la famille communautaire (majoritaire au Nord du pays, ainsi qu’en Anatolie centrale et orientale) et la famille nucléaire (dominante en Thrace, ainsi que dans les régions côtières de l’Ouest)24. Selon Emmanuel Todd, le premier modèle favoriserait le contrôle social (et donc, le conservatisme politique), alors que le second serait favorable à la remise en cause des liens collectifs et à la contestation des structures sociales traditionnelles. Or, l’AKP enregistre ses meilleures performances électorales dans les zones intérieures de l’Anatolie centrale (là où la structure familiale communautaire est dominante), tandis que les côtes occidentales et la Thrace (qui constituent, d’après le démographe, le fondement anthropologique du kémalisme25 ) accordent leurs voix au CHP. Loin de remettre en cause cette hypothèse, la prédominance électorale de l’AKP à Istanbul confirme cette influence des structures familiales : le mouvement islamo-conservateur réalise ses meilleurs scores dans les quartiers où résident de nombreuses personnes originaires de la Mer Noire ou d’Anatolie centrale. Rappelons d’ailleurs qu’en 1994, ce fut cet électorat d’origine anatolienne qui porta Recep Tayyip Erdoğan à la tête de la mairie d’Istanbul.

Une organisation « de terrain » efficace

Ergun Özbudun affirme que le Parti de la Justice et du Développement remplit plusieurs critères permettant de la qualifier de « parti de masse »26. Effectivement, l’AKP disposait, en octobre 2013, d’une forte base militante : l’AKP totalisait alors 8 083 665 adhérents (contre 973 363 pour le Parti Républicain du Peuple et 364 475 pour le Parti d’Action Nationaliste)27 . L’autre caractéristique des partis de masse est l’insistance sur la formation idéologique de leurs militants. Or, en 2005, un séminaire national de formation fut organisé à Ankara. La même année, cette initiative fut lancée sur le plan local : le Parti de la Justice et du Développement organisa des sessions de formation de deux jours dans dix-sept localités différentes28. De plus, à chaque scrutin, les candidats islamo-conservateurs disposent tous d’un même Guide pour les Élections, qui décrit l’attitude et le comportement à adopter face aux électeurs29. Ce mouvement fonctionne aussi grâce à l’entretien permanent de liens avec ses militants et ses sympathisants. L’AKP dispose, au niveau local, de comités exécutifs et de congrès provinciaux, sous-provinciaux et municipaux30. Au-delà des réglementations imposées par la loi de 1983, il existe des représentations informelles de l’AKP au niveau des quartiers, des villages et des districts31. Les structures informelles du parti à ces échelons contribuent à entretenir ses relations avec l’électorat et à assurer sa prise en compte des problématiques « de terrain ». Cette volonté d’entretenir un lien étroit avec l’électorat peut être illustrée à travers un autre exemple : la plateforme de communication Akim. Ce site Internet permet aux électeurs de poser directement des questions au siège de l’AKP, d’adresser des requêtes ou de faire valoir des revendications32.

Le Parti de la Justice et du Développement doit également son assise électorale à certaines pratiques clientélistes (voir notre édition du 10 juin 2011). Comme le rappelle la politologue Élise Massicard, les Fondations de solidarité sociale ont multiplié par trois leurs avantages en nature à la veille des élections locales de 200933. Prenons l’exemple de Başakşehir : les militants de l’AKP y distribuent (en période pré-électorale) des aides sociales provenant de structures caritatives ou d’entreprises privées34. Dans cette même ville, un système d’aide sociale a été mis en place par la municipalité : or, il est possible d’y candidater en se rendant dans les locaux du parti (il est d’ailleurs fréquemment proposé, à ce moment-là, d’y adhérer)35. La branche locale de l’organisation islamo-conservatrice  propose ensuite aux impétrants d’envoyer ses militants dans leur logement afin d’évaluer l’éligibilité du foyer à ce dispositif social36. La confusion entre les activités sociales de la mairie et l’action locale du parti est donc entretenue à dessein par le mouvement de R. T. Erdoğan37. D’ailleurs, certaines études ont démontré que l’aide octroyée par les municipalités est souvent perçue par les électeurs comme une aide provenant de l’AKP lui-même38. Selon É. Massicard, le Parti de la Justice et du Développement est considéré par la population comme un gate-keeper des services publics jugés les plus utiles39. En outre, quand certaines structures ont besoin d’une autorisation officielle à Başakşehir, ces dernières ne s’adressent non pas aux sous-préfectures, mais au siège local de l’AKP : ce mouvement peut donc être considéré comme un problem-solving network40. Plus généralement, le cas de l’AKP confirme les conclusions des travaux de Daniel Gaxie sur les diverses « rétributions » du militantisme partisan41.

Conclusion

En dépit de la perte de sa majorité absolue lors des élections législatives du 7 juin dernier, le Parti de la Justice et du Développement reste l’acteur dominant de la scène politique turque et continue de bénéficier des différents facteurs précédemment évoqués. Cependant, plusieurs phénomènes pourraient remettre en cause, dans l’avenir, cette hégémonie de la formation islamo-conservatrice dans les urnes.

Malgré la forte hiérarchisation caractérisant les structures internes de l’AKP, une division au sein de ses rangs n’est pas à exclure. Effectivement, la diminution des suffrages exprimés en faveur de l’ANAP (entre 1983 et 1987) s’explique par un éparpillement des voix de droite suite au retour (sur la scène politique) d’un parti islamiste (le Parti de la Prospérité), d’un parti nationaliste (le Parti du Travail Nationaliste) et d’un parti conservateur modéré (le Parti de la Juste Voie) distincts de la formation de Turgut Özal. Ainsi, la panique affichée par R. T. Erdoğan durant la fronde güleniste s’explique peut-être par la crainte de voir apparaître une organisation de droite rivale, qui aurait pu concurrencer l’AKP. La récente passe d’armes entre Bülent Arınç et Melih Gökçek42 démontre également que la possibilité d’une division du mouvement n’est pas un scénario à écarter trop rapidement.

Par ailleurs, la formation d’Erdoğan pourrait pâtir d’une baisse de la croissance économique. Comme nous l’avons précédemment souligné, la perte de la majorité absolue de l’AKP coïncide avec de faibles taux de croissance par rapport aux années précédentes (2,2 % et 1,7 % aux deuxième et troisième trimestres 2014, contre 4,8 % au premier trimestre de cette même année43 ). Or, d’après Pierre Martin, le déclin électoral des partis de gouvernement en Europe s’explique par le ralentissement de la croissance sur le Vieux Continent44. Il n’est donc pas exclu que l’AKP subisse un phénomène semblable en cas de diminution de l’expansion économique.

Enfin, il n’est pas exclu d’envisager une sécularisation sur le long terme (ce qui menacerait la capitalisation électorale de l’AKP sur les « enjeux conflictuels » précédemment évoqués). Selon Volkan Ertit, l’actuel raidissement des milieux conservateurs sur les questions morales et sociétales serait une réaction d’angoisse face à une sécularisation latente de la société turque45. L’actuelle revalorisation des valeurs musulmanes (portée par l’AKP) serait donc le prélude à un chant du cygne de l’islamisme turc. Par ailleurs, l’amélioration des conditions de vie pourrait aussi (paradoxalement) contribuer à la sécularisation de la société turque : selon la théorie de la « sécurité existentielle »46, les individus ayant une vie quotidienne âpre auraient besoin de la religion comme support psychologique. À l’inverse, les personnes vivant dans une certaine aisance seraient moins perméables à la foi religieuse, car la fonction réconfortante du culte perdrait de sa légitimité. Si la baisse de la croissance économique peut nuire à l’AKP à court et moyen terme, la poursuite du développement de la Turquie peut aussi être défavorable aux idées islamo-conservatrices sur le long terme.

L’inquiétude de l’AKP à l’égard de ces différents phénomènes contribue d’ailleurs à expliquer sa pratique du pouvoir : si l’on se réfère à la définition proposée par Steven Levitsky et Lucan A. Way47, le système turc peut effectivement être considéré comme un « autoritarisme compétitif » par plusieurs aspects (une utilisation abusive des ressources étatiques par le parti au pouvoir, un contrôle relatif des médias et une certaine rudesse à l’égard de l’opposition). Cette attitude a eu pour conséquence d’accentuer la « polarisation »48 de la scène politique turque. En outre, le raidissement du régime de R. T. Erdoğan n’est pas sans implications sur le plan diplomatique, et commence à susciter l’inquiétude des chancelleries occidentales. Par exemple, le rapport publié (en avril dernier) par le think tank américain Bipartisan Policy Center incitait Washington à prendre ses distances à l’égard d’Ankara et à chercher un autre allié au Moyen-Orient49.

  1. MAGNI-BERTON Raul, « Pourquoi les partis gouvernementaux perdent-ils les élections intermédiaires ? Enquête Eurobaromètre 2004 et élections européennes », Revue française de science politique, 58 (4), 2008, pp.643-656. URL : http://dx.doi.org/10.3917/rfsp.584.0643. PARODI Jean-Luc, « Dans la logique des élections intermédiaires », Revue politique et parlementaire, N° 903 : « Municipales 83 : les leçons », avril 1983, pp. 42-70. KARLHEINZ Reif, SCHMITT Hermann, « Nine second-order national elections : a conceptual framework for the analysis of European election results », European Journal of Political Research, Vol. 8, 1980, pp. 3-44. URL: http://dx.doi.org/10.1111/j.1475-6765.1980.tb00737.x. NORRIS Pippa, « Second-order elections revisited », European Journal of Political Research,  Vol. 31, 1997, pp. 109-124. URL: http://dx.doi.org/10.1111/1475-6765.00308 []
  2. MARTIN Pierre, Comprendre les évolutions électorales. La théorie des réalignements revisitée, Paris, Presses de Sciences Po, 2000, p. 41. []
  3. PEW RESEARCH CENTER, Turks divided on Erdogan and Country’s Direction, 30 juillet 2014, p. 5. URL: http://www.pewglobal.org/files/2014/07/Pew-Research-Center-Turkey-Report-FINAL-July-30-2014.pdf []
  4. SONNENSCHEIN Jan, SRINIVASAN Rajesh, « Six in 10 Turks Approve of Erdogan Before Election », Gallup, 8 août 2014. []
  5. NADEAU Richard, LEWIS-BECK Michael S., « National Ecomomic Voting in US Presidential Elections », The Journal of Politics, Vol. 63, N°1, février 2001, p. 164. URL: http://dx.doi.org/10.1111/0022-3816.00063 []
  6. « RNB par habitant, méthode Atlas ($ US courants) », La Banque Mondiale. URL : http://donnees.banquemondiale.org/indicateur/NY.GNP.PCAP.CD []
  7. ANDERSON Christopher J., « Economic voting and political context : a comparative perspective », Electoral Studies, 19 (2), 2000, p. 168. URL: http://citeseerx.ist.psu.edu/viewdoc/download;jsessionid=729522D5182A655DE7295582B1800BF9?doi=10.1.1.490.8497&rep=rep1&type=pdf []
  8. Ibid, p. 155. []
  9. Citons, par exemple, la question du rôle des femmes dans la société ou, plus récemment, celle de l’attitude à adopter face aux revendications portées par le mouvement de Gezi. []
  10. PEW RESEARCH CENTER, Turks Divided on Erdogan and the Country’s Direction, art. cit., p. 4. URL: http://www.pewglobal.org/files/2014/07/Pew-Research-Center-Turkey-Report-FINAL-July-30-2014.pdf []
  11. Je tiens à remercier ici Loubna Lamrhari pour m’avoir transmis cette information. Voir aussi T24, « CHP’li Özkes ‘dindar Atatürk’ü yazdı, Balıkesir’de okuduğu hutbeyi anlattı », T24, 23 juin 2012. http://t24.com.tr/haber/chpli-ozkes-dindar-ataturku-yazdi-balikesirde-okudugu-hutbeyi-anlatti,206946 []
  12. AKARÇESME Sevgi, « Sarıgül : je tiendrai compte « des femmes voilées comme non voilées » », Zaman France, 27 mars 2013. URL : http://www.zamanfrance.fr/article/sarigul-je-pense-recueillir-pres-42-voix-8691.html []
  13. KÜÇÜKŞAHİN Şükrü, « MHP suggests joint opposition candidate », Hürriyet Daily News, 7 mai 2014. URL : http://www.hurriyetdailynews.com/mhp-suggests-joint-opposition-candidate.aspx?pageID=238&nid=66093 []
  14. AKGÖNÜL Samim, « Présidentielle en Turquie: Ekmeleddin Ihsanoglu, un musulman chez les kémalistes », L’Express, 1er juillet 2014. URL : http://www.lexpress.fr/actualite/ekmeleddin-ihsano-lu-un-musulman-chez-les-kemalistes_1555735.html []
  15. Sur le long terme, nous pouvons considérer que la droite turque est divisée en quatre tendances : les conservateurs modérés, les libéraux, les nationalistes et les islamistes. []
  16. Afin de cerner l’attitude spécifique de l’ex-électorat libéral, nous ne nous sommes appuyés sur les scores provinciaux de l’ANAP qu’entre 1991 et 1999 (puisque, lors des élections législatives de 1983 et 1987, le mouvement d’Özal incarnait aussi une synthèse des droites). []
  17. Cité dans Zaman France « Erdogan : « Je ne serai pas un président impartial » », Zaman France, 8 juillet 2014. URL : http://www.zamanfrance.fr/article/erdogan-je-ne-serai-pas-president-impartial-10784.html []
  18. Durant la période kémaliste, les membres de l’élite urbaine, occidentalisée et laïque étaient qualifiés de « Turcs blancs ». À l’inverse, la population rurale et religieuse était désignée sous le terme de « Turcs noirs ». []
  19. FRANK Thomas, Pourquoi les pauvres votent à droite, Marseille, Agone, 2013 (1e éd. : 2004), 421 p. []
  20. Nous nous appuyons ici sur les données utilisées dans VERVAECK Armand, DANIELL James, « Nouveaux regards sur l’Octobre 2011 Van (Turquie) Tremblement de terre – analyse détaillée par le Groupe CEDIM Tremblement de terre Forensic Analysis », Tremblement de terre Report.com, 3 novembre 2011. URL : http://fr.earthquake-report.com/2011/10/25/new-insights-into-the-october-2011-van-turkey-earthquake-detailed-analysis-by-the-cedim-forensic-earthquake-analysis-group/ []
  21. YANKAYA Dilek, La nouvelle bourgeoisie islamique : le modèle turc, Paris, Presses Universitaires de France (coll. « Proche-Orient »), 2013, 216 p. []
  22. Abdullah Gül, Recep Tayyip Erdoğan et Ali Babacan sont tous membres du Müsiad. Mehmet  Erdoğan (ex-président de la branche du Müsiad de Gaziantep, membre du conseil supérieur de cette organisation depuis 2010) est devenu par la suite député d’Adıyaman. De même, celui qui fut le deuxième président du Müsiad (Ali Bayramoğlu) fut ensuite élu député de Rize. Lors des élections municipales du 29 mars 2009, des anciens membres de cette organisation patronale parvinrent à se faire élire sous les couleurs du Parti de la Justice et du Développement comme maires de métropoles (à Malatya et à Kayseri) et comme maires d’arrondissements (à Gaziantep, Istanbul, Konya, Tunceli, Sakarya et Kayseri). Voir Ibid, pp. 126 et 137. []
  23. ÜNSALDI Levent, « Entre le néolibéralisme et la morale, la conception musulmane du développement en Turquie », Revue internationale de politique et de développement, 2013/4, pp. 173-187. URL : https://poldev.revues.org/1324. Voir aussi WHITE Jenny, Muslim Nationalism and the New Turks, Princeton, Princeton University Press (coll. « Princeton studies in Muslim politics »), 2013,  p. 174. []
  24. TODD Emmanuel, Le destin des immigrés, Paris, Seuil (coll. « Points/Essais »), 1997 (1e éd. : 1994), p. 202. []
  25. Ibid, p. 203. []
  26. ÖZBUDUN Ergun, « From Political Islam to Conservative Democracy : The Case of the Justice and Development Party in Turkey », South European Society and Politics, Vol. 11, Issue : 3-4, 2006, pp. 552-553. URL: http://dx.doi.org/10.1080/13608740600856561 []
  27. « Hangi partinin kaç üyesi var ? », Sabah, 10 novembre 2013. URL : http://www.sabah.com.tr/gundem/2013/11/10/hangi-partinin-kac-uyesi-var []
  28. ÖZBUDUN Ergun, « From Political Islam to Conservative Democracy », art. cit, p. 553. []
  29. Ibid, p. 554. []
  30. Ibid, p. 551. []
  31. Ibid, p. 552. []
  32. Ibid, p. 553. []
  33. MASSICARD Élise, « Une décennie de pouvoir AKP en Turquie : vers une reconfiguration des modes de gouvernement ? », Les études du CERI, n°205, juillet 2014, p. 30. []
  34. Ibid, p. 31. []
  35. Ibid, p. 31. []
  36. Ibid, p. 31. []
  37. Ibid, p. 31. []
  38. Ibid, p. 31. []
  39. Ibid, p. 31. []
  40. Ibid, p. 31. []
  41. GAXIE Daniel, « Économie des partis et rétributions du militantisme », Revue française de science politique, Vol. 27, N°1, 1977, pp. 123-154. URL : http://dx.doi.org/10.3406/rfsp.1977.393715 []
  42. « Melih Gökçek: Bülent Arınç seni istemiyoruz », Radikal, 23 mars 2015. URL : http://www.radikal.com.tr/politika/melih_gokcek_bulent_arinc_seni_istemiyoruz-1319602 Voir aussi « Bülent Arınç’tan Melih Gökçek’te şok sözler », Milliyet, 24 mars 2015. URL : http://www.milliyet.com.tr/bulent-arinc-tan-melih-gokcek-te-so/siyaset/detay/2032905/default.htm []
  43. T-BANK, « 2014’un üçüncü çeyreğinde ekonomide büyüme % 1.7 ; Ocak – Eylül döneminde büyüme % 2.8 », Ekonomik Araştırmalar Bölümü, 10 décembre 2014, p. 2. []
  44. MARTIN Pierre, « Le déclin des partis de gouvernement en Europe », Commentaire, N° 143, automne 2013, pp. 542-554. []
  45. ERTİT Volkan, Endişeli Muhafazakar Çağı. Dinden Uzaklaşan Tükiye, Istanbul, Orient Yayınları, 2015, 220 p. []
  46. NORRIS Pippa, INGLEHART Ronald, Sacré versus sécularisation. Religion et politique dans le monde, Bruxelles, Editions de l’Université de Bruxelles, 2014 (1e éd. : 2004), pp. 16, 305 et 342. []
  47. LEVITSKY Steven, WAY Lucan A., « Elections Without Democracy. The Rise of Competitive Authoritarianism », Journal of Democracy, Vol. 13, N° 2, avril 2002, p. 53. URL: http://muse.jhu.edu/login?auth=0&type=summary&url=/journals/journal_of_democracy/v013/13.2levitsky.pdf []
  48. MAGNI-BERTON Raul, « Actions gouvernementales, popularité et polarisation politique : une étude comparée », Revue française de science politique, Vol. 53, 2003/6, pp. 947-948. URL : http://dx.doi.org/10.3917/rfsp.536.0941 []
  49. BIPARTISAN POLICY CENTER, Turkey : An Inceasingly Undependable Ally, avril 2015, 35 p. URL: http://bipartisanpolicy.org/wp-content/uploads/2015/04/BPC-Turkey-Alliance.pdf []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *