Le « massacre de Suruç/Pirsûs » (20 juillet 2015) : cinq points

Cérémonie funéraire de Hatice Ezgi Sadet, le 22 juillet 2015 à Ümraniye (Ihlamurkuyu Cemevi)

Cérémonie funéraire de Hatice Ezgi Sadet, le 22 juillet 2015 à Ümraniye (Ihlamurkuyu Cemevi)

On a enterré hier mercredi 22 juillet des jeunes victimes du « massacre de Suruç/Pirsûs » dans diverses périphéries d’Istanbul, de Maltepe à Gazi, en passant par Ümraniye. Avant-hier 21 juillet, sur le site Internet « Siyasi Haber » le bloggeur Ahmet Saymadı – dont les papiers lors des événements de Gezi ont été très suivis – a posté une note intitulée « Désormais Kobanê c’est Istanbul1 ». Dans cette note il écrit : « La bombe qui a explosé à Suruç, a en même temps explosé à Gülsuyu, à Soğanlı, à Kadıköy et à Kurtuluş ».

Dans la continuité de nos notes précédentes sur Okmeydanı (voir nos éditions des 4 et 7 avril 2014), sur la frontière turco-syrienne (voir notre édition du 26 septembre 2014) et sur l’entrée d’Istanbul dans la guerre syrienne (voir notre édition du 14 octobre 2014), alors que la colère et la stupeur règnent largement dans une partie de l’opinion, que des victimes restent non identifiées et que l’enquête se poursuit, quelques points seulement.

  1. L’organisation socialiste de jeunesse qui a organisé ce mouvement de solidarité avec Kobane, SGDF – la Fédération des Associations de Jeunesse Socialiste, formée en 2005 – est liée non pas au mouvement kurde directement, mais au Parti Socialiste des Opprimés (ESP), lui-même issu en 2010 de la Plateforme Socialiste des Opprimés (ESP2. Parti marxiste-léniniste, l’ESP a cependant eu pour fondatrice la co-responsable (eşbaşkan) actuelle du parti kurde HDP, Figen Yüksekdağ. A ce titre, SGDF est une des expressions manifestes de l’articulation récemment reconfigurée entre extrême gauche turque et mouvement kurde : les origines mêlées des victimes du massacre et l’importance de celles de socialisation alévie en sont des indices. Le public de SGDF est avant tout étudiant et dans une moindre mesure lycéen ; d’où le jeune âge (jusqu’à 16 ans !) et l’origine urbaine des victimes.
  2. À l’échelle de la Turquie, cet attentat ne vise donc pas directement et exclusivement le mouvement kurde. Il vise la nouvelle alliance qui s’est exprimée aux élections de juin 2015 (alliance issue partiellement des soulèvements de Gezi de juin 2013), qui associe gauchistes turcs, alévis et mouvement kurde. Il vise aussi le mouvement féministe de Turquie, nombre de victimes étant des femmes. Les ferments d’un renouveau du champ politique turc, au-delà des paradigmes ethniques ou religieux, étaient en ligne de mire.
  3. Ce massacre, qui se nourrit d’une conjoncture internationale de désordre et de violences extrêmes, a une dimension très turque. Il semble qu’à l’instar de l’attentat meurtrier de Diyarbakır du 5 juin 2015 – à la veille des élections législatives – les responsables soient des citoyens turcs, issus d’une même filière ou d’un même environnement idéologico-activiste (Adıyaman). À cet égard, on comprend mal les tolérances dont ont été l’objet les auteurs des deux attentats – dont on suppose qu’ils se connaissaient – de la part des forces de sécurité turques comme des institutions du renseignement. Comme le souligne le chroniqueur Aydın Engin dans le Cumhuriyet du 23 juillet 2015, « l’EI est en nous, et parmi nous, ce n’est plus une menace extérieure3 ». Si les franchissements de la frontière turco-syrienne sont désormais mieux contrôlés4, les circulations internes à la Turquie et les activités d’anciens combattants djihadistes turcs retournés ces derniers mois en Turquie semblent l’être beaucoup moins systématiquement5.
  4. À une échelle plus régionale, ce massacre intervient le lendemain des célébrations du début de l’insurrection autonomiste de Kobanê, le 19 juillet 2012. En effet, c’est à partir de cette date que les Kurdes de Syrie, et notamment ceux du canton de Kobanê, ont décidé de prendre leur défense et leur organisation en mains, rompant avec le gouvernement syrien comme avec les autres opposants armés à celui-ci. La coïncidence de calendrier est donc significative. De part et d’autre de la frontière, de Kobanê à Suruç/Pirsûs, on est ainsi passé en quelques heures, de l’allégresse des commémorations à l’horreur du cauchemar. Le massacre survient aussi alors que l’EI perd des positions sur plusieurs fronts en Syrie comme en Irak6, comme une aveugle démonstration de force de nuisance persistante aux portes mêmes de Kobanê « perdu » fin janvier 20157.
  5. Quoi qu’il en soit, ce massacre montre le risque de la projection du champ politique turc sur le terrain syrien – les différents acteurs du jeu turc s’identifiant, parfois jusqu’à la compassion active, à différents acteurs du sanglant théâtre syrien -, pour ne pas parler du débordement du chaos syrien sur le territoire turc8. Seul le versant armé du mouvement kurde – et quelques combattants internationalistes plus ou moins aguerris9 – fait le lien entre ces deux régimes d’action, non sans schizophrénie parfois. Se rendant à Kobanê, ces jeune du SGDF sont entrés dans un champ infernal auquel ils n’étaient pas formés/préparés et ont été happés par le chaos syrien. La responsabilité des hommes politiques turcs de tout bord qui projettent leurs rivalités dans le champ syrien est donc grave.

Traduction de l’image : 5. Le 22 juillet, une équipe de gros bras d’Apo a mené une expédition punitive envers 2 policiers coopérant avec les milices de Daech à Ceylanpınar aux alentours de 6h du matin, en représailles au massacre de Suruç. Les armes et papiers d’identité des policiers Feyyaz Özsahra et Okan Acar ont été saisis au moment de leur exécution. / 22 juillet 2015 / Centre de relation avec la presse du HPG

Traduction : L'AKP veut la guerre / nous construirons la paix / Nous nous rassemblerons dimanche 26 juillet à 16h devant l'immeuble TRT de Tepebaşı et marcherons jusqu'à la place d'Aksaray !

Traduction : Grande marche pour la paix / L’AKP veut la guerre / nous construirons la paix / Nous nous rassemblerons dimanche 26 juillet à 16h devant l’immeuble TRT de Tepebaşı et marcherons jusqu’à la place d’Aksaray ! / Bloc pour la paix

Les opérations de représailles ou de « justice populaire » organisées dès le 22 juillet 2015 (4 personnes – une à Adana, une à Istanbul et deux policiers turcs à Ceylanpınar/Urfa -, exécutées par des « commandos d’Apo »), laissent augurer de tensions croissantes sur le mode de la vengeance violente. Sans parler de la dégradation supplémentaire du débat politique10, alors que le gouvernement de coalition n’est pas encore constitué. Espérons que la « marche pour la paix » annoncée pour le 26 juillet à Istanbul permettra de saluer dignement la mémoire des victimes et d’éviter la contamination incontrôlable.

  1. Voir : http://siyasihaber.org/kobane-artik-istanbuldur-ahmet-saymadi (consulté le 22 juillet 2015) []
  2. Voir: http://www.sendika.org/2010/01/ezilenlerin-sosyalist-partisi-kuruldu/ (consulté le 22 juillet 2015). ) []
  3. Voir : http://www.cumhuriyet.com.tr/koseyazisi/327997/ISiD_icimizde….html (consulté le 23 juillet 2015). []
  4. Selon le ministère de la défense turc 50 428 personnes de toute nationalité ont été arrêtées en 2014 alors qu’elles tentaient de franchir illégalement la frontière turco-syrienne, sur un total de 102 942 pour les quatre années 2011, 2012, 2013 et 2014. C’est dire l’intensification récente des passages/arrestations. Du 16 au 18 juillet 2015 (selon l’état-major turc, toujours), sur les 514 personnes arrêtées, 488 tentaient de pénétrer illégalement en Turquie (et 26 seulement tentaient dans l’autre sens !). []
  5. Voir : « Un loup solitaire ou DAİŞ ? », Birgün, 21 Temmuz 2015 ; http://www.birgun.net/haber-detay/haber-analiz-yalniz-kurt-eylemi-mi-isid-mi-planladi-85261.html (consulté le 23 juillet 2015). []
  6. Voir à ce propos l’article de Ruşen Çakır dans Haber Türk du 23 juillet 2015 : http://www.haberturk.com/yazarlar/rusen-cakir-2302/1106433-isidin-turkiye-hesaplari-tutar-mi (consulté le même jour) []
  7. Voir « Kobane libéré de l’EI », http://www.gazetevatan.com/kobani-isid-den-kurtuldu-721293-dunya/ (consulté le 23 juillet 2015). []
  8. C’est la thèse catastrophiste de la « syrianisation de la Turquie », défendue par Cengiz Çandar : http://www.diken.com.tr/cengiz-candar-bu-politikadan-vazgecilmezse-sonuc-turkiyenin-suriyelilesmesi-olacak/ (consulté le 23 juillet 2015). []
  9. Comme ces militants turcs du MLKP qui partent combattre aux côtés du YPG kurde syrien. Voir : « On a commémoré Paranaz Kızılbaş à Okmeydanı », http://www.halkingunlugu.net/index.php/g%C3%BCncel/item/3241-paramaz-k%C4%B1z%C4%B1lba%C5%9F-okmeydan%C4%B1%E2%80%99nda-an%C4%B1ld%C4%B1.html (consulté le 22 juillet 2015). []
  10. Que la “déclaration” confuse et plus qu’ambigüe de Bülent Arınç du 22 juillet au soir illustre avec flagrance. « Arınç : « Pourquoi aucun responsable du HDP n’était présent à Suruç ? » » http://www.cnnturk.com/turkiye/arinctan-cok-sert-aciklama-katil-erdogan-diye-bagiran-soysuzlar (consulté le 23 juillet 2015). []

Jean-François Pérouse

Géographe Directeur de l'Institut Français d'Études Anatoliennes

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. 1/2KL dit :

    Je ne sais pas s’il y a une reconfiguration entre l’extrême gauche turque et le mouvement kurde, et s’il visait celle-ci en particulier. Il y a souvent eu des passerelles entre les deux, bien avant les élections et Gezi Park. On retrouve beaucoup de jeunes d’origine kurde chez les uns et de gauchistes turcs qui militent chez les autres, HDP essentiellement. C’est bien de préciser que cette plate-forme de gauche – SGDF – n’est pas strictement rattachée au mouvement kurde comme cela a été dit dans une certaine presse.
    Ensuite, certaines organisations clandestines armées de gauche qui ne se rattachent pas au mouvement kurde ont envoyé des militants combattre à Kobanê (MLKP, TIKKO…). Mais surtout, l’extrême gauche turque est diverse, sa branche armée la plus active, le DHKP-C a des liens de solidarité très francs avec le régime de Damas et le Hezbollah. Ce qui n’est pas le cas du PKK, rattaché au mouvement kurde.
    L’EI avait déjà ciblé très directement les antennes du HDP précédemment. Il y a fort à parier que pour eux cette plate-forme de gauche – SGDF – ou le mouvement kurde, c’est bonnet blanc et blanc bonnet. En revanche, cette première attaque franche de l’EI sur le sol turc visant au-delà du mouvement kurde change beaucoup de choses.

  1. 29 juillet 2015
  2. 2 mai 2016

    […] de jeunes socialistes, autour d’initiatives de reconstruction de Kobanê (voir notre édition du 23 juillet 2015). Les autorités turques ont par ailleurs tenté de criminaliser les discours des membres du HDP […]

  3. 12 décembre 2016

    […] ont été : les attentats de Suruç (33 morts, le 20 juillet 2015, voir notre édition du 23 juillet 2015), de la gare d’Ankara (102 morts, le 10 octobre 2015, voir notre édition du 11 octobre 2015), de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *