La Turquie frappe l’Etat islamique en Syrie

Turquie vs EI1Trois F16 de l’armée de l’air turque ont bombardé des positions de l’Etat islamique en Syrie, le 24 juillet 2015, peu après 3 heures du matin. Ces frappes sont intervenues, en Syrie, aux abords du village de Havar, dans une zone tenue par l’organisation djihadiste, en face de la province turque de Kilis. Selon un communiqué des services du premier ministre, elles ont visé «deux quartiers généraux et un point de ralliement» de Daech. Le même communiqué précise que «la République de Turquie est déterminée à prendre toutes les précautions pour défendre sa sécurité nationale».

Cette opération aérienne fait suite au sévère accrochage, survenu la veille, vers 17 heures, entre des éléments de l’Etat islamique et une unité des forces armées turques, dans la même zone. Au cours de cet engagement, un militaire turc a été tué et deux autres blessés. C’est la première fois que l’Etat islamique et la Turquie s’affrontent ouvertement sur le terrain.

Des sujets de discorde déjà perceptibles entre Ankara et l’Etat islamique

Pourtant d’autres tensions entre ces deux protagonistes, qu’on a souvent accusé de nourrir des intérêts convergents, avaient été observées, au cours de l’année écoulée. En juin 2014, l’Etat islamique avait enlevé une cinquantaine de personnes (des diplomates et les membres de leurs familles) du consulat général de Turquie à Mossoul (cf. notre édition du 13 juin 2014). Il avait fallu attendre le 20 septembreTurquie vs EI2 2014 pour que ces otages soient libérés, au terme de négociations qui s’étaient traduites par la libération de plusieurs dizaines de djihadistes, emprisonnés en Turquie. Autre abcès de fixation dans les relations entre Ankara et l’Etat islamique : la tombe de Süleyman Shah (photo à droite), une enclave territoriale turque en territoire syrien, qui s’est retrouvée sous la pression des djihadistes, dès le printemps 2014, alors que ces derniers commençaient à prendre le contrôle du nord-est de la Syrie. A l’époque (au mois de mars 2014), Ahmet Davutoğlu, alors ministre des affaires étrangères, Recep Tayyip Erdoğan, alors premier ministre, et Abdullah Gül, alors président de la République, avaient mis en garde Daesh, en affirmant leur détermination de défendre le tombeau du grand-père du fondateur de la dynastie ottomane, dont la garde avait été confiée à la Turquie, par le Traité franco-turc de 1921. Ils durent pourtant consentir à l’abandonner, ou plus exactement, à le déplacer, après une incursion militaire en territoire syrien que les Kurdes du PYD avaient alors affirmé avoir sécurisé à la demande du gouvernement turc ; ce que ce dernier avait démenti, provoquant la colère des députés kurdes du HDP à Ankara (cf. notre édition du 27 mars 2015).

Toutefois, en dépit de ces tensions ponctuelles, la Turquie et l’Etat islamique n’en étaient jamais véritablement venus aux mains. Et Ankara qui, depuis le début de la crise syrienne, donnait la priorité à la chute du régime de Bachar el Assad, avait continué à entretenir le flou  sur ses intentions profondes, même après l’apparition de ces premiers différends avec les Turquie vs EI3djihadistes. Début 2014, l’interception par la gendarmerie turque de camions humanitaires, transportant des armes et des munitions, mais affrétés en fait par les services de renseignement turcs (MIT), avait relancé les polémiques sur le double-jeu turc. L’affaire a rebondi plusieurs fois par la suite, notamment pendant la campagne des dernières élections législatives. Ces ambiguïtés, sources de malaise, s’étaient confirmées surtout lors du siège de Kobané qui, à l’automne 2014, avait vu le gouvernement turc renvoyer dos-à-dos les djihadistes et les Kurdes PYD, en les qualifiant de «terroristes» (cf. notre édition du 6 octobre 2014).

Les changements de ton de la Turquie et de l’Etat islamique

Les affrontements militaires qui sont intervenus depuis le 23 juillet constituent donc probablement un tournant. Et ce, d’autant plus, que d’autres événements de dimension internationale ont eu lieu récemment. La venue en Turquie, à plusieurs reprises, depuis le printemps dernier, du général John Allen, le coordonnateur américain de la lutte contre l’EtatTurquie vs EI4 islamique, s’est accompagnée d’un durcissement des positions de la Turquie à l’égard de l’Etat islamique. Le 20 juillet dernier, après l’attentat de Suruç qui fait 32 victimes et plus d’une centaine de blessés (cf. article de Jean-François Pérouse du 23 juillet 2015), ce processus de raidissement s’est accéléré. Le 22 juillet, lors d’un entretien téléphonique avec Barack Obama, Recep Tayyip Erdoğan a ainsi autorisé l’aviation américaine à frapper l’Etat islamique en Syrie, à partir de la base aérienne d’Incırlık. Les deux hommes ont également convenu de coopérer «pour endiguer les flux de combattants étrangers et sécuriser les frontières de la Turquie». Le même jour, le vice-premier ministre, Bülent Arınç, a annoncé qu’un projet de protection de certaines zones à risque de la frontière était à l’étude. Il consisterait en une double ceinture de protection, encadrant une route permettant des patrouilles, le tout étant surveillé par des drones et des dirigeables d’observation, que la Turquie pourrait acquérir auprès des Etats-Unis. Ce système de défense, Turquie vs EI5visant à lutter contre les infiltrations dans les deux sens, pourrait concerner près de 450 km de frontières avec la Syrie, et reviendrait à plus de 4 milliards de dollars !

Par ailleurs, le changement de ton de l’Etat islamique à l’égard d’Ankara confirme en réalité l’évolution de la posture turque à l’égard des djihadistes. Alors que les propos de son premier numéro restaient relativement modérés, Konstantiniyye, le magazine en turc de l’Etat islamique (réplique turque des Dabiq anglophone, Dar al-Islam francophone et autre Istok russophone), s’en prend violemment à la Turquie dans sa deuxième livraison, publiée le 17 juillet dernier. Recep Tayyip Erdoğan y est accusé de diriger un gouvernement tağut (franchissant les limites imposées par Dieu) et d’abriter un «gang d’athées». Complice des «apostats du PKK», il apporterait son soutien à la constitution d’un Etat kurde. Konstantiniyye  met aussi en garde ses lecteurs contre la consommation de viande turque qui serait devenue haram !

Des élections anticipées en perspective ?

Ce tournant dans la politique syrienne de la Turquie intervient dans un contexte politique intérieur complexe. Après les élections législatives du 7 juin 2015, qui ont vu l’AKP perdre laTurquie vs EI6 majorité absolue (cf. notre édition du 8 juin 2015), qui lui permettait de gouverner seul depuis 2002, Ahmet Davutoğlu, qui dirige un gouvernement désormais intérimaire, est chargé par ailleurs de constituer un nouveau gouvernement de coalition. Or, après deux rounds de négociations, il n’est toujours pas parvenu à trouver une force d’appoint lui permettant de se faire investir par le parlement. Cette impasse si elle se confirme risque fort de conduire à l’organisation d’élections anticipées, qui pourraient se tenir à l’automne prochain. Dans un tel contexte, la crise syrienne pourrait perturber la prochaine campagne électorale. Recep Tayyip Erdoğan pourrait être tenté d’instrumentaliser les événements en cours et de se poser en protecteur de la nation, pour essayer de retrouver une stature de président conquérant entamée par le revers des dernières élections. Mais l’entreprise risque d’être délicate à conduire, tant l’opposition aura beau jeu de dénoncer la témérité, les ambiguïtés et les contradictions de la politique syrienne de l’AKP, depuis 2011.

JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *