La Turquie entre choix stratégiques incertains et échéances électorales probables.

stratégie et élections1Près de quinze jours après l’attentat de Suruç et les événements qui s’en sont ensuivis (embuscades du PKK, frappes aériennes turques contre l’Etat islamique en Syrie et contre le PKK en Irak du nord…), nombre d’observateurs continuent à s’interroger sur les évolutions stratégiques et politiques, qui sont en cours actuellement en Turquie (cf. nos éditions des 24 juillet 2015 et 26 juillet 2015. Or, en dépit de la dimension internationale, que lui ont donnée l’entrée en action de l’aviation turque et l’ouverture de la base d’Incirlik à la coalition anti-Etat islamique, cette crise semble bien devoir être lue d’abord sous l’angle d’échéances et de préoccupations nationales.

Quelles mutations stratégiques ?

Depuis le début des frappes aériennes turques sur la Syrie et l’Irak, la principale cible des opérations conduites a été le PKK, dans le nord de l’Irak. Après le 24 juillet, date des premiers raids menés par Ankara contre les djihadistes, l’Etat islamique n’a guère été concerné. Le 28 juillet, lors de la brève réunion d’urgence qu’a tenue l’OTAN, les Occidentaux se sont fait une raison de la poursuite des positions complexes et ambivalentes de leur allié turc, en reconnaissant le droit de celui-ci à se défendre et à riposter aux assassinats de policiers et de militaires que le PKK a commis depuis l’attentat de Suruç. Il ne semble pas néanmoins qu’une contrepartie antikurde figuraitstratégie et élections2 dans l’accord que Turcs et Américains ont laborieusement négocié depuis le printemps.

En réalité, en frappant les djihadistes modérément et en ouvrant la base d’Incirlik, Ankara a surtout procédé à une opération cosmétique, destinée à améliorer son image de marque internationale et à en finir avec sa réputation d’alliée de Daesh. Car pour l’instant, l’engagement formel de la Turquie aux côtés de la coalition contre l’Etat islamique ne change guère la donne militairement. On ne sait pas jusqu’où les avions américains pourront agir en Syrie à partir des bases aériennes turques qui leur ont été ouvertes. On ignore si les avions turcs renouvelleront leurs opérations contre l’Etat islamique. Quant au projet de constitution en Syrie, le long de la frontière avec la Turquie, d’une zone tampon tenue par des rebelles modérés, il apparaît toujours aussi flou. Turcs et Américains n’ont guère entrainé que quelques dizaines de ces rebelles. Et certains d’entre eux ayant été enlevés par le Front Al-Nosra, on ne voit pas très bien comment une telle zone pourrait prendre corps, ni quelle organisation en serait responsable. De toute façon, cette idée turque, déjà ancienne, de créer une aire de protection, qui permettrait notamment d’abriter une partie des réfugiés qui continuent de fuir les combats, a peu de chance d’aboutir, si parallèlement une zone d’exclusion aérienne n’est pas établie. Or, on sait que les Américains sont depuis toujours opposés à une telle initiative, qui risquerait de placer leur aviation en situation de confrontation directe avec celle de Bachar el-Assad, seul acteur dans le conflit syrien à disposer de moyens aériens. Dès lors, le seul résultat positif pour les Occidentaux du virage stratégique contrôlé qu’aurait accompli Ankara au cours des deux dernières semaines, sera peut-être la volonté turque de lutter avec plus d’ardeur qu’auparavant contre la porosité de la frontière. Cet engagement pourrait gêner effectivement les djihadistes, à condition bien sûr que l’intention d’Ankara se confirme dans les faits et dans la durée.

Vers une marginalisation du HDP ?

Pour le reste, il semble bien que les principaux développements que l’on doive attendre stratégie et élections3de toute cette affaire soient plutôt d’ordre intérieur. Après avoir riposté aux reproches dont ils étaient l’objet à l’issue de l’attentat de Suruç, en dénonçant tous les terrorismes, les responsables de l’AKP s’en prennent désormais sans ménagement au HDP, le parti kurde parlementaire, qui a obtenu plus de 13% des voix et qui a fait perdre sa majorité au parti au pouvoir. Le 28 juillet, Recep Tayyip Erdoğan, a évoqué la levée de l’immunité parlementaire «de ceux qui abusent de la tolérance et de la patience du peuple et de l’Etat», et Ahmet Davutoğlu a surenchéri, en estimant que les députés kurdes devaient «choisir entre les armes et la démocratie». De façon significative, ce même jour, le gouvernement a envoyé une délégation (composée entre autres du ministre de la défense, Vecdi Gönül, du chef des services de renseignement, Hakan Fidan et d’une série de responsables diplomatiques de haut rang) informer successivement les deux partis d’opposition CHP et MHP, des récentes opérations transfrontalières. Mais il a tenu le HDP à l’écart de ces consultations. De toute évidence, l’heure est à la marginalisation de la formation kurde, à laquelle le vice-premier ministre, Yalçın Akdoğan, a reproché, le 29 juillet, d’avoir sacrifié, lors des dernières élections, le processus de paix, à l’objectif de franchir le seuil de 10%. Pour sa part, alors qu’il pourrait voir lui-même son immunité parlementaire levée pour des propos tenus contre un député de l’AKP, pendant la dernière campagne électorale, Selahattin Demirtaş a accusé le gouvernement de vouloir accroître les tensions nationalistes à des fins électorales.

Peu de chance de constituer « une grande coalition »

Il est vrai que la tenue d’élections anticipées à l’automne prochain apparaît comme de plus en plus probable. Un troisième round de négociations pour tenter de mettre sur pied un gouvernement « de grande coalition » AKP-CHP s’est achevé, le 3 août. Kemal Kılıçdaroğlu,stratégie et élections4 le leader kémaliste, a reconnu la bonne volonté du premier ministre, Ahmet Davutoğlu. Mais il a expliqué que celui-ci n’était pas libre de ses mouvements et que le premier obstacle à la mise sur pied d’une coalition parlementaire était Recep Tayyip Erdoğan, en personne. Le chef de l’Etat n’a en effet aucun intérêt à l’avènement d’un gouvernement de coalition. Car ce dernier mettrait fin à la lecture semi-présidentielle de la Constitution, qui a prévalu depuis son élection à la présidence de la République. Des élections anticipées sont donc la seule chance pour lui de restaurer et de garantir son leadership de président sur l’exécutif. Le désengagement présidentiel de la vie politique a été pourtant moins mis en avant dans le round de négociations qui vient de se dérouler. Le CHP s’est apparemment employé à donner toutes ses chances à une coalition parlementaire pour rendre, le cas échéant, l’AKP (et notamment Recep Tayyip Erdoğan) responsable de l’échec du processus. Il reste que, si l’on sort de ces aspects tactiques, les désaccords sont importants sur le fond. Ils concernent en fait 5 dossiers clés : la politique étrangère turque au Moyen-Orient (le CHP demande une révision durable des stratégies qui ont conduit à des impasses en Syrie, ainsi qu’à des situations conflictuelles avec Israël et l’Egypte) ; la réforme de l’éducation (les kémalistes voudraient notamment une remise en cause du système du 4+4+4, qui avait provoqué de nombreuses manifestations, il y a 3 ans), la reprise de l’élaboration d’une nouvelle Constitution (l’AKP continuant à défendre l’idée d’un régime présidentiel, tandis que le CHP veut renforcer le régime parlementaire), la poursuite du processus de paix avec les Kurdes (que le CHP voudrait voir se dérouler sous le contrôle du parlement), certains problèmes sociaux (notamment la réforme des retraites).

Des élections anticipées de plus en plus probables

Dans un tel contexte, certains sont déjà entrés en campagne électorale. Recep Tayyip Erdoğan qui, du fait des récents développements internationaux, a retrouvé de sa superbe, ne manque pas une occasion de se faire entendre, même lorsqu’il est en déplacement à l’étranger. C’est de Chine que, le 30 juillet, il a ainsi répondu à Selahattin Demirtaş, qui avait estimé que le “Gladio turc” était derrière l’attentat de Suruç, en déclarant que cette affirmation n’avait aucun fondement et qu’elle était «vulgaire». Pour sa part le MHP, qui avait placé la barre stratégie et élections5très haut pour la constitution d’un gouvernement de coalition avec l’AKP (entre autres : engagement de poursuites judiciaires pour corruption contre Recep Tayyip Erdoğan et son fils Bilal, abandon par le président de son palais de 1000 pièces pour revenir à la résidence de Çankaya…), ne cesse de presser le premier ministre d’en finir avec les incertitudes actuelles. Le 4 août, le parti nationaliste a annoncé qu’il était prêt à soutenir l’investiture d’un gouvernement minoritaire de l’AKP, à condition que ce dernier s’engage à renvoyer les électeurs aux urnes, dans les plus brefs délais. Quant à Devlet Bahçeli (photo à gauche), la teneur de ses propos les plus récents ne laisse aucun doute sur le caractère hautement électoral des préoccupations qui peuvent être les siennes actuellement. Le leader nationaliste a en effet voué aux gémonies, le 3 août, «ces gens riches sans honneur» qui ont voté pour le HDP, «en sirotant leur whisky, dans leurs résidences sur les bords du Bosphore».

Dans ce contexte de tensions internationales et nationales, le HDP semble en mauvaise posture, pris entre les accusations gouvernementales de complicité avec le terrorisme et une surenchère du PKK qui a débouché sur la multiplication des attentats meurtriers contre l’armée et la police, depuis le 20 juillet. Si les électeurs sont sensibles au climat sécuritaire qui est en train de s’instaurer, l’audience de la formation kurde pourrait être entamée. A cela s’ajoute aussi, pour elle, le risque d’une réforme de l’exigence du seuil de 10%, qui pourrait bénéficier aux partis traditionnels, en particulier à l’AKP.

Pour autant, le HDP est loin d’avoir perdu tous ses atouts. Un sondage de Metropoll a montré récemment l’inquiétude des Turcs à l’égard de Daesh et des menaces d’une guerre sur la frontière syrienne. Il n’est pas sûr que le retour en force de Recep Tayyip Erdoğan sur lastratégie et élections6 scène politique et son omniprésence actuelle dans la sphère médiatique rassurent les électeurs, alors que le président est accusé par l’opposition d’avoir gêné la constitution d’un gouvernement de coalition, et de vouloir favoriser un retour aux urnes pour préserver sa position exécutive. Le scrutin du 7 juin avait indiqué un fort rejet de la présidentialisation du régime et un doute sur la personne du président qui s’était beaucoup engagé dans la campagne électorale. En cas d’élections anticipées, même dans le cadre nouveau découlant des événements récents, il est peu probable que ce sentiment disparaisse comme par enchantement. Par ailleurs, il faut se souvenir que la stratégie nationaliste sécuritaire hostile à la poursuite de la relance du processus de paix avec les Kurdes que le chef de l’Etat semble à nouveau décidé à suivre, a conduit l’AKP à une impasse lors des élections du 7 juin. Elle l’a en effet privé d’une partie de son électorat kurde, sans pour autant attirer à lui les électeurs nationalistes, qui ont préféré porter leurs voix sur le MHP. Enfin, toujours dans l’hypothèse où des élections anticipées auraient lieu, l’expérience prouve qu’un électorat, consulté de façon consécutive, a tendance à reproduire son vote, plutôt qu’à le modifier radicalement.

JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *