Trente-trois ans après… 200 000 manifestants pour le 1er mai à Taksim.



Plus de 200 000 manifestants se sont rassemblés sur la place Taksim, à Istanbul, le 1er mai 2010. Très tôt dans la matinée, les multiples partis, syndicats, associations qui appelaient à la manifestation ont mobilisé leurs militants et sympathisants dans un large périmètre autour de Taksim, passant par Unkapanı, Kabataş, et surtout Sişli. Plusieurs cortèges ont ensuite convergé vers le lieu final du rassemblement. Ces derniers étaient d’autant plus impressionnants que leurs participants étaient venus en bus de toute la Turquie.

Dès 10 heures du matin, en particulier, une énorme manifestation s’étirait sans interruption, le long des avenues reliant Mecdiyeköy à Taksim. Au sein des différents cortèges, on retrouvait la plupart des syndicats turcs (Türk-İş, Disk, Kesk, Eğitim-Iş…), la plupart des organisations d’extrême gauche, les organisations kurdes à commencer par de très importantes représentations des sections stambouliotes du BDP, mais aussi de très nombreuses associations (féministes, travailleurs sociaux, artistes, intellectuels, collectifs d’étudiants…). Les formations parlementaires de gauche (CHP, DSP) étaient présentes, mais plutôt discrètes, on remarquait en revanche de fortes délégations de l’ÖDP (Özgürlük ve Dayanışma Partisi – Parti de la liberté et de la solidarité, petite formation de la nouvelle gauche) et de l’EDP (Eşitlik ve Demokrasi Partisi – Parti de l’égalité et de la démocratie, formation de gauche récemment créée par des alévis).

Alors que soleil et ciel bleu étaient au rendez-vous, l’ambiance de la manifestation était dans l’ensemble détendue et plutôt festive. Des cortèges de militants disciplinés alternaient avec des groupes de manifestants chantant ou dansant au son d’orchestres traditionnels ou de marches révolutionnaires diffusées par la «sono» des camions. Parmi les hymnes les plus en vogue le «Bella Cio» des partisans italiens et le «Venceremos» des Quilapayun chiliens. Des familles, des enfants étaient aussi de la fête et déambulaient en marge des défilés les plus militants. En dehors des slogans révolutionnaires des organisations d’extrême-gauche, les mots d’ordre dominants étaient des formules plutôt simples et mobilisatrices revendiquant Paix, Pain, Travail, Liberté, Egalité, mais aussi souvent la gratuité de l’éducation ou celle de la santé. Icône très présente dans les différents défilés, Che Guevara ravissait facilement la vedette à Atatürk, assez rarement invoqué par les manifestants, même par ceux du CHP. Beaucoup de banderoles, de pancartes et de slogans rappelaient également bien sûr les martyrs («şehit») de 1977 et le fait que cette manifestation du 1er mai était la première à avoir lieu à Taksim, depuis 33 ans.

En 1977, en effet, dans le contexte des fortes tensions socio-politiques que connaissait alors la Turquie, la manifestation du 1er mai sur la Place Taksim avait essuyé des coups de feu (émanant de provocateurs liés à l’Etat profond), qui avaient suscité un mouvement de panique et causé la mort de plus d’une trentaine de personnes. Cette tragédie devait marquer Taksim du sceau de l’infamie pendant les trois décennies qui suivirent. Les auteurs du coup d’Etat de 1980 ayant de surcroît supprimé la célébration du 1er mai en Turquie peu après, celle-ci n’a plus fait l’objet de manifestations à Taksim pendant 33 ans. Pire ! Une sorte de psychose s’emparait des autorités chaque année à Istanbul, justifiant la mobilisation de forces de police impressionnantes pour interdire toute tentative de rassemblement aux abords de la place maudite. Pourtant, au cours des dernières années, les manifestations du 1er mai ont réapparu à Istanbul, en dépit des interdictions officielles et des gaz lacrymogènes. L’année dernière, le gouvernement a enfin décidé de rétablir la célébration du 1er mai en Turquie, en n’autorisant toutefois que le dépôt d’une gerbe de fleurs sur la place Taksim par les organisations syndicales. On comprend donc l’importance symbolique de la manifestation qui s’y est déroulée en ce 1er mai 2010. En convergeant vers Taksim, c’était un peu les vieux démons et les tabous de ces 33 dernières années que les manifestants exorcisaient. Pour s’en convaincre, il suffisait de lire les nombreuses banderoles demandant que l’on fasse la lumière sur les causes de la tragédie de 1977 ou d’engager la conversation avec les manifestants les plus âgées dans les différents cortèges.

Alors que la foule atteignait enfin les abords de Taksim, Ali, retraité, venu de Malatya, était assailli par les souvenirs des grandes manifestations qui avaient marqué sa jeunesse, dans les années 60 et 70 : « Je ne sais pas si vous vous en rendez compte, mais cette manifestation est un moment historique ! ». On retrouvait chez beaucoup de participants, même beaucoup plus jeunes, l’impression que ce défilé marquait définitivement la sortie des années plombs. Ce sentiment était particulièrement bien reflété par les slogans évoquant des luttes récentes de la société civile et l’idée que ce droit de manifester à Taksim avait été conquis par la revendication, et non octroyé par le gouvernement.

La dernière manifestation comparable à Istanbul avait eu lieu, en janvier 2007, lors des obsèques de Hrant Dink, au cours desquels plus de 100 000 personnes avaient défilé entre Harbiye et Kumkapı, effleurant d’ailleurs la place Taksim, mais ne s’y attardant pas eu égard à l’interdiction et à la psychose qui prévalaient encore. Le 1er mai 2010, les manifestants sont bel et bien parvenus sur cette place Taksim, cernée de barrière de sécurité, où l’on pénétrait, un par un, après avoir franchi des portails de sécurité gardés par le service d’ordre des organisateurs et par quelques policiers. Les manifestants n’avaient pourtant pas résisté à l’envie de monter sur le monument de l’indépendance, qui s’est ainsi retrouvé hérissé de drapeaux et de banderoles multicolores. Ce sera là l’une des images fortes de cette journée mémorable : celle de la société civile investissant les symboles de l’Etat. Plus loin, au début de la petite rue où plus de 30 personnes sont mortes étouffées en 1977, quelques brassés d’œillets rouges fleurissaient le pavé. Sur la place Taksim, noire de monde, en fin de matinée, quelques incidents ont eu lieu au moment de la dispersion de la manifestation, mais la foule multicolore, qui allait progressivement réinvestir les rues de la ville dans l’après-midi, semblait avoir résolument renoué avec l’Histoire.
JM


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 9 mai 2012

    […] en 1978 et 1980, déroulement tragique de la manifestation du 1er mai 1977 sur la place Taksim (cf. notre édition du 2 mai 2010)… Et plus généralement même si la participation d’organes d’Etat à des provocations ou à […]

  2. 2 mai 2013

    […] avoir exorcisé, pour de bon, de vieux démons qui taraudaient la Turquie depuis 1977 (cf. notre édition du 2 mai 2010). En 1977, en effet, la traditionnelle manifestation sur la place Taksim s’était transformée en […]

  3. 3 juin 2013

    […] (1) Les cortèges menés par les syndicats et autres mouvements de gauche avaient décidé de passer outre l’interdiction de se rassembler sur la place. Une décision officielle motivée par des raisons de sécurité, le site en travaux ne pouvant accueillir sans risques une foule dense de plusieurs milliers de personnes. Mais en l’absence de lieu alternatif de rassemblement, les tensions étaient plus que probables. Rappelons que ce n’est qu’il y a trois ans, après plus de trente ans d’interdiction, que les citoyens avaient enfin pu reconquérir les pavés de Taksim pour célébrer la fête du travail. (http://ovipot.hypotheses.org/1378). […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *