Tournant stratégique de la Turquie en Syrie et en Irak : qu’en pensent ses partenaires et ses voisins ?

partenaires et voisins1Au lendemain de l’attentat de Suruç, le 20 juillet, d’un contact téléphonique entre les présidents Obama et Erdoğan, le 22 juillet, et des premières frappes aériennes turques en Syrie et en Irak, le 24 juillet, beaucoup d’observateurs ont annoncé que la Turquie était en passe d’accomplir un tournant stratégique majeur, en matière de diplomatie régionale. Suspecte de relations opaques avec les rebelles djihadistes syriens et accusée de passivité complice pendant le siège de Kobanê l’année passée, Ankara semblait ainsi se détourner de ses premières inclinations, en se mettant enfin à bombarder les positions de l’Etat islamique en Syrie…

Las ! Les jours qui ont suivi ont montré que la nouvelle posture régionale turque restait aussi complexe que ses positions antérieures. La lutte contre l’Etat islamique a été intégrée par la Turquie à une offensive globale contre le terrorisme dont le PKK, auteur de récents attentats, est devenue la cible principale. La mise à disposition de la base d’Incirlik, pour frapper l’organisation djihadiste, continue de faire l’objet de tractations entre Turcs et Américains. Dès lors, plus de 20 jours après l’attentat de Suruç (voir notre édition du 23 juillet 2015) et les événements qui s’en sont ensuivis, nombreux sont ceux qui s’interrogent sur la réalité du tournant stratégique en question, en y voyant plutôt une opération cosmétique, destinée à faire oublier une réputation de laxisme, voire de complaisance à l’égard des djihadistes. Quoi qu’il en soit, une manière d’évaluer l’ampleur et la crédibilité de ce revirement turc peut être de le soumettre au regard de ses partenaires et de ses voisins au Moyen-Orient. Ce que nous nous proposons de faire en l’occurrence.

Les alliés occidentaux d’Ankara modèrent leur optimisme

Les alliés occidentaux de la Turquie ont réagi en ordre dispersé, mais au départpartenaires et voisins2 leur opinion globale était, bien sûr, plutôt favorable. Les pays européens ont peu commenté séparément la nouvelle donne stratégique turque ; en revanche, l’Union européenne et l’Allemagne se sont rapidement inquiétées des frappes contre le PKK et de leurs retombées négatives sur le processus de paix, recommandant au gouvernement turc «une riposte proportionnée».

Pour leur part, les Etats-Unis ne s’attendaient manifestement pas à la «contrepartie kurde» des frappes turques engagées contre Daech. Ils ont pris acte du droit d’Ankara à se défendre contre les violences du PKK, ce qui ne les a beaucoup engagés puisqu’ils considéraient déjà de longue date l’organisation rebelle kurde comme une organisation terroriste. Toutefois, on observe que le paramètre kurde intervient, de toute façon, dans l’ouverture de la base d’Incirlik, puisque les Turcs veulent empêcher les avions qui décollent de son sol de frapper partenaires et voisins3Daech pour porter main forte aux Kurdes syriens, comme cela s’est produit pendant le siège de Kobanê et par la suite. Washington souhaite néanmoins engager Ankara dans une lutte générale et de longue haleine contre l’Etat islamique. L’administration américaine estime en effet que les frappes turques contre l’organisation djihadiste s’intègrent dans le plan d’action de la coalition. C’est l’une des raisons avancées d’ailleurs pour expliquer la faiblesse des opérations menées jusqu’à présent par la Turquie contre Daech. Il faudrait attendre que les Etats-Unis aient établi une feuille de route. Les Américains aimeraient aussi que d’autres bases, comme celles de Malatya ou Diyarbakır, leur soient ouvertes. En tout état de cause, les Turcs insistent pour conserver un droit de regard systématique sur toutes les opérations aériennes engagées et pour que l’ouverture de leurs bases ne concerne pas que les Etats-Unis, mais aussi d’autres puissances importantes de l’OTAN, comme le Royaume-Uni, la France ou le Canada.

À cela s’ajoutent des négociations laborieuses pour essayer de mettre sur pied une zone tampon en Syrie, afin d’accueillir les réfugiés et de poursuivrepartenaires et voisins4 l’entrainement de rebelles syriens modérés. En réalité, si une lutte d’ensemble contre Daech est vraiment engagée, Américains et Turcs ne semblent pas en avoir la même conception. Pour les premiers, il s’agit d’être le plus efficace possible, de réduire les formalités dans la chaine de commandement et de profiter d’une nouvelle opportunité géographique (la bas d’Incirlik). Pour les seconds, il s’agit de s’engager de façon mesurée, en conservant un contrôle rigoureux des opérations. Le refus turc de voir les Kurdes syriens bénéficier des frappes que les Etats-Unis mèneront depuis Incirlik contredit par ailleurs la démarche de la coalition internationale, qui en se refusant de déployer des troupes au sol, a fait des Kurdes son bras terrestre armé pour enrayer la progression de Daech. En bref, les Occidentaux ont pris acte avec satisfaction de l’évolution stratégique formelle de leur allié turc, mais ils mesurent que la concrétisation de cet acquis est loin d’être gagnée.

Les acteurs des conflits syrien et irakien dubitatifs, voire déçus, à l’exception des Kurdes irakiens

partenaires et voisins5Les principaux acteurs des conflits syrien et irakien ont exprimé des points de vue beaucoup plus contrastés que ceux des alliés occidentaux de la Turquie. L’accroissement de l’activité diplomatique turc-américaine, depuis le printemps dernier, indispose les djihadistes de Daech, pour lesquels le gouvernement de l’AKP reste trop dépendant des intérêts de Washington dans la région. Daech, qui s’est servi de la Turquie comme d’une base arrière depuis le début de la guerre civile, redoute les possibles évolutions stratégiques d’Ankara, et entend les empêcher. Ces griefs étaient patents dans la seconde livraison de Konstantiniyye, le magazine turcophone de l’Etat islamique, qui, à la mi-juillet et pour la première fois, s’attaquait à la Turquie et à son président, en des termes peu amènes. L’organisation djihadiste en outre reproche aux Turcs le processus de paix, qui a vu les Kurdes disposer d’une présence accrue dans le système politique turc (municipalités, société civile, forte présence au parlement…). Ces Kurdes de Turquie constituent pour les djihadistes un adversaire qui se trouve de l’autre côté de la frontière et qui a été leur cible, lors de l’attentat de Suruç.

Les Kurdes syriens sont les grands déçus de la nouvelle politique turque enpartenaires et voisins6 Syrie. Depuis le début de la guerre civile et notamment depuis qu’ils ont pris le contrôle de zones autonomes dans le nord de la Syrie, ils rêvent de disposer d’un partenaire puissant dans la région, et notamment de convaincre les Turcs d’établir avec eux des relations de coopération comparables à celles que ces derniers ont établies avec leurs frères irakiens. Peine perdue ! De longue date, le gouvernement turc se méfie des Kurdes du Rojava, qu’il considère comme étroitement liés au PKK turc et dont il redoute qu’ils ne soient instrumentalisés par le régime de Bachar el-Assad.

En revanche, la solidité de la relation entre Ankara et Erbil a été une fois de plus confirmée. Ankara a envoyé une délégation en Irak du nord pour expliquer la reprise de ses frappes contre le PKK. Le président kurde, Massoud Barzani en personne, a demandé à l’organisation rebelle d’évacuer ses bases de la région partenaires et voisins7autonome qu’il dirige en Irak. Il semble donc que l’union sacrée, qui avait prévalu entre Kurdes, l’an passé, face à la menace représentée par les avancées de Daech, ait vécu. En Irak, c’est en fait le gouvernement fédéral irakien de Bagdad, qui a protesté contre les bombardements turcs, en estimant qu’ils «constituent une dangereuse escalade et une violation de la souveraineté de l’Irak.» Parallèlement en Syrie, à Damas, le régime de Bachar el Assad a émis des doutes sur le changement d’orientation stratégique de la Turquie. Le ministère des affaires étrangères a ainsi déclaré :

«Mieux vaut tard que jamais, mais les intentions de combattre les terroristes de Daech, le Front al-Nosra et les groupes liés à al-Qaeda sont-elles sincères ? Ou les intentions ne sont-elles pas plutôt de frapper les Kurdes en Syrie et en Irak, pour des raisons d’ordre intérieur? »

Les acteurs régionaux sans illusion dans l’ensemble

Les récentes évolutions stratégiques turques n’ont guère ému Le Caire. Après lespartenaires et voisins8 premières frappes turques, le gouvernement égyptien a insisté sur la nécessité de préserver l’unité de la Syrie. Il n’a certes pas ouvertement mentionné la Turquie, mais sa réprobation était latente dans sa réaction, et n’a pas échappé aux observateurs avertis. Dans le sillage de la position égyptienne, la Ligue arabe a d’ailleurs condamné les frappes turques contre les bases du PKK, en estimant qu’elles violaient la souveraineté irakienne, non sans que le Qatar ne se démarque de cette position, en volant au secours de son allié turc.

partenaires et voisins9Pour sa part, l’Iran que la Turquie a informé des opérations aériennes en cours, reste dubitatif, quant à une évolution stratégique de son voisin, qui pourrait l’en rapprocher toutefois sur le dossier syrien. Recep Tayyip Erdoğan a téléphoné à son homologue Hassan Rohani, et le ministre des affaires étrangères de la République islamique, Mohammad Zavad Jarif, est attendu, la semaine prochaine, à Ankara. L’Iran entend donc se faire une idée avant de juger sur pièces mais il entend surtout poursuivre ses échanges de vues sur le sujet avec le gouvernement turc. Enfin, la Russie a réagi, le 6 août, de façon plus nette par lapartenaires et voisins10 voix de son premier ministre, Dmitri Medvedev. Alors que la Turquie a ignoré la récente proposition russe de mettre sur pied une alliance régionale contre l’Etat islamique, Moscou s’est, comme à son habitude, placée sur le terrain du droit international, pour émettre des critiques à l’égard des initiatives turques en Syrie et en Irak, en estimant que les seules frappes légitimes étaient celles actuellement conduites en Irak par la coalition internationale, car elles interviennent officiellement à la demande de Bagdad. Le gouvernement russe a donc émis des doutes sur l’action de la même coalition en Syrie, en estimant qu’elle n’avait pas l’accord du gouvernement syrien (de Damas), et sur les bombardements turcs contre le PKK en Irak, qui ont été condamnés, comme on l’a vu précédemment, par le gouvernement fédéral de Bagdad.

Ce rapide tour d’horizon montre le peu d’appuis dont dispose actuellement la Turquie dans la région. L’aura diplomatique turque, qui prévalait jusqu’à 2012, semble avoir vécu. Les voisins d’Ankara ont peu d’illusions sur un tournant stratégique turc auquel les alliés occidentaux essayent encore de croire, alors que le processus de négociations, qui est toujours en cours sur l’usage de la base d’Incirlik ou sur la création d’une zone tampon, risque de s’éterniser…

JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *